Gimoès Haut Armagnac - Pays d’Auch

Gimont


 
en graphie alibertine :

Gimon
Prononcer "Gimoun". Le t final de "Gimont" n’est probablement pas (...)


 

 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Gimont :


 

Documents

Enregistrement ALG Gimont

Enregistrement ALG Gimont

 

 

 

Grans de sau

  • Gimont est sur la Gimone.
    Il semble que cette dernière ait constitué à une certaine époque la frontière entre les Aquitains et la cité celte des Volques.
    Du reste, les attestations anciennes notent "Gemundi" : il semble que la finale ne soit pas le latin "montem".
    Ce qui se confirme par le nom du pays de Gimoès : nt intervocalique aurait Gimontés, il faut postuler une forme Gimonés secondaire, simplifiée ultérieurement en Gimoés.

    L’influence celtisante depuis l’ancienne Tolosa connait des paliers : la forêt de Bouconne, la Save puis la Gimone au delà de laquelle on entre en pays auscitain.
    Il est assez amusant de constater que la linguistique romane s’est quelque peu calquée sur ces faits antiques, non pas par application mécanique de la théorie des substrats (les traits hyper-gascons ont été connus sur tout le domaine gascon contemporain), mais par mimétisme des phénomènes, à savoir que ces contrées sont soumises aux innovations venues de l’Est.

  • Il semble que Gimont, formation médiévale, ait pris son nom de la Gimone, Gemunda dans les textes anciens, et non l’inverse.
    Cela parait logique pour une rivière aussi importante, probablement du coup à expliquer via le celte. Et pourquoi pas une variante quelconque de *gironda, le fameux fitonyme* celte ?

    * : Fitonyme : toponyme de frontière

  • Je détecte sur les cartes IGN un lieu-dit Lauzin, Lauzun sur les cartes Michelin, sur le territoire communal de Monferran-Savès.
    J’aimerais en connaitre l’origine : s’il s’agit d’un lieu-dit ancien, il est probable que cela soit alors un toponyme celte lugdunum.

    Je détecte de même au Sud de Gimont à Castillon-Savès, le lieu-dit "La Guironne", qui me semble devoir être mis en relation avec icoranda qui donne de divers toponymes : gironde, guironne, gérone, ...
    On trouve par exemple "La Guironde" à Parleboscq, sur l’antique frontière entre la cité d’Aire et la cité d’Eauze.
    On trouve Gironne à Cazères sur la frontière entre la cité des Convènes et celle des Volques. Et non loin de Gimont, mais au Nord, sur le territoire de Sirac, "Gironne".

  • Un texte ancien qui revendique toute la Gascogne pour le roi d’Angleterre - duc d’Aquitaine, et en donne une délimitation, fait bien de la Gimone une frontière de la Gascogne :
    Limites de la Gascogne bis

    Et so que lo rey et duc nostre senhor, deu aver commensa en una aygua qui a nom le Gimre* [la Gimone], que depart lo bescomptat de Lomanha et d’Aubillar, et Gimretz [le Gimoës, petit pays du dép. du Gers]

    Gimont, sur la rive droite de Gimone, était dans ce cas hors Gascogne !
    Mais si on regarde les noms de lieu, qui reflètent la langue d’il y a quelques siècles, c’est du gascon, donc le Gimoès est gascon - et son nom lui-même le démontre !

    * ces formes "le Gimre" et "Gimretz" respectivement pour la Gimone et Gimoes sont étonnantes. Faut-il y voir une erreur de transcription, ou la racine gimbr* signifiant genièvre, ou autre chose ?


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document