"Center Parcs La vitrine du Lot-et-Garonne" Tederic M.

- Tederic Merger

Comme vitrine d’une collectivité territoriale, j’attends une mise en avant de ce qui lui est propre.
Or l’image que nous assène 47_magazine en première page, c’est celle d’un dôme (je crois que c’est le terme qu’ils utilisent) mettant sous cloche un espace de baignade.
Rien donc de local ni de départemental, la photo a forcément été prise dans un autre CenterParcs, dans une autre région... et on devine que cette firme (d’origine néerlandaise, je crois) reproduit son... produit d’une implantation à l’autre, quelle que soit la région, quel que soit le pays : dôme, "cottages (1)"...

Je ne conteste pas le droit de Center Parcs à investir dans les Landes d’Albret ("forêt landaise lot-et-garonnaise").
Je conteste déjà un peu plus que cet investissement privé soit tellement soutenu administrativement et financièrement par une collectivité locale - aide-t-on autant les petites entreprises touristiques, les petits hôtels, les petits restaus, les gîtes et chambres d’hôte... ?
Mais que cette opération soit considérée comme le fleuron de l’attractivité départementale, je dis non !

Je pense aussi aux 150 hectares de plus (2) qui seront ainsi embarrats, et dont - qui sait - quelque ancienne borde de "Cantechorles" ou "Prentigarde" sera éradiquée...

"Coteaux et Landes de Gascogne" et "Center Parcs"

(1) Si encore ils appelaient leurs "cottages" des "maÿsouets", en leur donnant une forme vasconne, ils pourraient m’amadouer...

(2) avec les chasses privées, les champs de maïs grillagés, les champs de tir, les fermes photo-voltaïques, les résidences clôturées, les chemins perdus ou privatisés, il ne restera bientôt plus grand chose du libre parcours dans la forêt landaise.

Grans de sau

  • Il y a des possibilités de contestation en justice de pareils projets, notamment des délibérations octroyant les subventions.

  • Dans les ouvrages humains qui tronçonnent la forêt landaise, il faut mentionner aussi les autoroutes (celle "de Gascogne" est la plus récente), les éventuelles LGV...
    Il faut aussi rappeler les occupations plus anciennes que sont les camps militaires, je pense à celui près de Captieux et à celui de Biscarrosse.

    On peut m’objecter que ces choses sont nécessaires.
    Peut-être, c’est à juger cas par cas ; mais je veux au moins mettre en évidence un coût non monétaire, celui d’une amputation de l’espace : à chaque fois, ce sont des terrains qui sont soustraits à la vue et à la vie d’avant ; leur histoire est dans certains cas perdue, en tout cas interrompue brutalement ; même si un camp militaire, par exemple, ou un domaine de chasse, peuvent aussi congeler certains éléments (du bâti par exemple) en évitant leur destruction pour d’autres usages...

  • http://www.reporterre.net/spip.php?article5578

    J’en retiens quelques phrases :

      terrains aujourd’hui d’accès libre demain privatisés :
    « C’est la privatisation d’espaces naturels publics ! » [le conseiller régional de Franche-Comté, Eric Durand (EELV)]

     tourisme hors sol :
    « un Center Parc est autonome et ses hôtes-vacanciers vivent en quasi autarcie » [le journaliste]

    « Quand on argumente auprès de Pierre & Vacances sur la montagne ou les lacs, ils nous répondent que ce n’est pas ça qu’ils cherchent » [André Jourd’hui, conseiller municipal de Poligny en charge de la forêt]

     risque financier pour la collectivité :
    « si ça marche mal, les collectivités pourraient se retrouver avec des équipements très chers sur les bras, et les propriétaires avec des bungalows qui ne se louent pas » [le conseiller régional de Franche-Comté, Eric Durand (EELV)]

  • Adishatz,
    Je partage tes inquiétudes.
    Je pense que tu devrais constituer un collectif s’opposant à ce projet, voir les liens dans cet article : http://ariege.eelv.fr/2014/12/02/la-france-sous-les-cloches-des-senteurs-parcs/
    Plan coralament
    Ives

  • Les collectifs, sous forme d’association, doivent se constituer avant l’octroi des permis de construire et autres documents d’urbanisme.

    C’est donc maintenant.

    Je suis disposé, à titre gratuit, pour la Gascogne, à apporter mon aide juridique si nécessaire.

  • Bonjour

    Y a-t-il du nouveau sur ce projet ? Où en sont les démarches de P&V ?
    Et un collectif d’opposant s’est-il mis en place ?

    Merci de vos infos

  • Je n’ai comme source d’information que le web.
    Dernier écho trouvé, par une recherche sommaire :
    http://www.sudouest.fr/2014/09/10/s-il-n-en-restait-qu-un-1666480-3603.php
    ça date de septembre, et il semblait qu’un des lieux candidats se dégageait.
    Je remarque le discours totalement partisan de l’article de "Sud-Ouest" :
    "À cela s’ajoutent, bien évidemment, pour la ou les communes qui vont accueillir cette structure, des retombées financières non négligeables, tout en offrant au département une lisibilité touristique nationale."
    Les retombées... le blablabla habituel de nos politiciens et de nos médias dominants...
    Cela dit, je voudrais ne faire ici que les critiques qui ont leur place sur Gasconha.com : ce qui touche le hors-sol, le cloisonnement des espaces, le mépris de l’histoire du lieu...

  • "Le choix du site (lieux dits « Le Papetier » et « Lahountan » à Pindères, puis « Cinq-Ardits » à Beauziac)" [lerepublicain.net]

    Y aura-t-il des "kotèdj"* à La Hountan, et d’ailleurs le lòc La Hountan gardera-t-il son nom s’il connait ce destin funeste ?
    Lahontan
    hont
    L’IGN écrit "La Fontan", mais heureusement au moins une autre source a conservé une version plus gasconne du nom.

    * "cottage" suivant la terminologie très anglo-saxonne de Center Parcs

  • JPEG - 86 ko
    Pindères - pont de l’ancienne voie ferrée Casteljaloux-Bourriot-Bergonce
    Deu costat deus Navalhs...
    http://railgascogne.canalblog.com/albums/casteljaloux___bourriot_bergonce_2011/index.html

    http://railgascogne.canalblog.com/albums/casteljaloux___bourriot_bergonce_2011/index.html

    Mais les vacanciers des Center parcs ne sont pas incités à en sortir.

  • Après une présentation à tonalité positive, "Sud-Ouest" observe les réactions ; elles sont nettement partagées entre deux attitudes :
    http://www.sudouest.fr/2014/12/18/center-parcs-en-lot-et-garonne-aubaine-economique-ou-saccage-environnemental-1772565-3651.php

  • Le Département du Lot-et-Garonne continue à faire du matraquage publicitaire pour ce projet, auquel il participe en partenariat avec un grand groupe privé :
    http://47magazine.cg47.fr/economie_29/un-site-qui-fait-lunanimite

    L’unanimité, c’est sans doute celle du vote des conseillers départementaux, toutes tendances politiques confondues ; ça confirme le décalage entre nos représentants et nous.
    Il est vrai qu’une partie de la population est pour ce genre de projets, dont elle attend, à tort, une baisse du chômage. Mais enfin, comme les forums de "Sud-Ouest" ou de Gasconha.com le montrent, il n’y a pas d’unanimité là-dessus.

    Je rappelle que je ne serais pas contre la réalisation de ce projet en tant que projet privé, sous réserve qu’il respecte le droit commun.
    Je suis méfiant en général envers les PPP (Partenariats Public Privé) mais Gasconha.com n’est pas le lieu pour en parler.

    J’ai déjà contesté ici le fait que ce "Center Parcs" soit présenté comme LA vitrine du Lot-et-Garonne. C’est inacceptable et logiquement impossible qu’un produit standardisé, reproduit partout à l’identique, devienne l’emblème d’une collectivité locale.

    "Center Parcs La vitrine du Lot-et-Garonne"

    Dans ce dernier publi-article, je lis la phrase suivante, du même tonneau :
    « La destination vacances Lot-et-Garonne gagnera en notoriété grâce à cette installation dans la lande gasconne. »
    Cette phrase mérite d’être analysée :
     On avait déjà compris que le département 47 comptait sur Center Parcs pour développer sa notoriété touristique.
    Mauvais cheval, je pense : les clients de Center Parcs ne sont en général pas curieux de l’environnement de leur lieu de séjour et n’en sortent guère ; toute la philosophie de Center Parcs est bâtie là-dessus.
    Si le séjour leur a plu, il ne feront pas de louange du Lot-et-Garonne, mais de Center Parcs.
     Et si « la lande gasconne » jouait malgré tout un rôle dans l’engouement* futur des vacanciers de Center Parcs, cela bénéficierait, comme destination touristique... aux Landes de Gascogne, situées pour 95% hors du département du Lot-et-Garonne.

    *Je doute que le séjour en "Center Parcs" permette au charme landais d’opérer.<ligam5047>
    Les landes sont un espace ouvert et sauvage.

    Généralités sur le système Center Parcs : http://www.terraeco.net/Pour-faire-grossir-sa-bulle-Center,57736.html

  • Les paloumayres sont des usagers traditionnels de la forêt landaise. Que disent-ils sur ce projet Center Parcs ?
    http://www.palombe.com/forum/message.php?id=290941

    Il y a les "pour" (au nom de l’emploi et du progrès - sinon "Rien n’avance !!!!!"), les "contre", et les hésitants...
    Certains disent que ça peut gêner les palombières alentours, d’autres qu’il n’y en a pas immédiatement alentour, d’autres que ce n’est pas si gênant que ça, et qu’on peut trouver des accommodements...

    J’en profite pour relever les pseudos des participants au forum : à côté de Coco47, patrick47..., il y en a des gascons : bravo à lou lanusquet (hélas ceux qui lui répondent l’appellent "Lou", ce qui montre qu’ils ne comprennent plus l’article gascon...) et à le Gascon !
    gabardan mérite aussi une mention (Gabardan : pays aux alentours de Gabarret)

    Pour finir, je vais citer jaures (le paloumayre, pas l’autre !) :
    « pour les requins de la finance et les ronds de cuir, lorsqu’il regarde un carte IGN, là où il n’y a que du vert ou presque, pour eux ça correspond à une désert. Manqué ! une grande majorité des "ploucs" ;dont je fais parti ; n’habitent pas dans un clapier dans une tour laide entourée de béton, mais au milieu du "vert" de la carte.

    Restons vigilant, la lande a été et risque d’être encore suffisament abîmée et toujours pour les même raisons, le gain de temps et le profit. Nous ne sommes ici que de passage alors ne détruisons pas tout au risque d’en perdre notre identité et notre culture. »

  • Je suis en train de me concocter un bulletin de vote pour les départementales...

    Voi pas pagar per Center Parcs !
    Tederic M.
  • Dans son dernier numéro, (nov. 2020), "47", le mensuel du Département du Lot-et-Garonne, s’extasie devant les "cottages" du Center Parcs qui "sont sortis de terre" :

    401 cottages en bois répartis en deux gammes : Comfort et VIP et des cottages insolites « Explorer » ou « Ferme »

    Du bois, de la couleur et du local (1) ...

    Pas de bulle (2) ici, mais une zone couverte pour accueillir certains équipements tels que la piscine, et surtout un coeur de village à l’esprit bastide.

    il s’agit d’un ensemble dit « mid-size », c’est-à-dire à taille moyenne.

    Produit phare du slow-tourisme (tourisme lent), ce Center Parcs répond plus que jamais aux attentes des vacanciers.

    (1) Pourtant les mots utilisés sont plus anglais que locaux...
    (2) On échappe donc à la bulle qui dans d’autres Center Parcs crée sous cloche un environnement tropical.

  • Il semble que les programmes de résidences touristiques soient plus attentives au local que les programmes concernant l’habitation principale.
    Les premiers adoptent souvent quelques codes ou réminiscences de l’habitat vernaculaire : voir aussi https://natureetresidencevillage.com/nos-programmes/
    avec entre autres le projet "Le Clos de Gascogne" à côté de Labouheyre.

    JPEG - 318.4 ko

    Par contre pour les seconds, on en est encore à l’habitat "français" c a d les parallélépipèdes vaguement provençalo-floridiens avec portiques et couleur grège quasi obligatoires ...
    Interprétation possible : les touristes aiment trouver de la couleur locale dans leurs résidences de vacances alors que les locaux (de souche ou importés) s’en fichent ?

  • Oui Gérard, ce Clos de Gascogne que tu nous indiques, en plus d’arborer le nom "Gascogne", présente une image de simplicité landaise, avec ses maisonnettes en bois à emban.
    Un "village landais typique"... faut peut-être pas exagérer, mais il y a peut-être un petit air d’airial. Je dis "peut-être" parce que l’aperçu que j’ai par Google View ne présente pas l’état futur.
    Pas trop de jargon anglo, sauf le mot "cottage"...
    J’apprécie aussi la proximité immédiate de Labouheyre, et aussi (j’espère) le partage de ce qui semble un espace de loisir, le "Parc de Peyre", qui préexiste ; alors que le Center Parcs de Pindères et Beauziac est plus isolé, et crée une bulle même s’il n’a pas de bulle tropicale.
    Ce n’est de toute façon pas le même produit, semble-t-il.

    Pour ce qui est du bâti en bois, que ce soit à Labouheyre ou à Pindères et Beauziac, j’aimerais savoir d’où vient le bois : d’Amérique, d’Afrique, d’Europe du Nord ou de l’Est, ou des Landes ?
    Le Center Parcs se construit en cheville avec le Département du Lot-et-Garonne qui a dû négocier quelques inflexions locales (entreprises bâtisseuses locales, peut-être quelques choix environnementaux ou architecturaux ?).
    Il faudrait voir aussi ce qui est prévu pour la restauration (les repas) ; je crains que tout, l’ambiance générale, le modèle culturel, soit hors sol gascon !

  • La création d’un McDonalds à Casteljaloux !

    « Clairement, il s’agit d’un des effets positifs de l’arrivée du Center Parcs qui montre combien nous avons eu raison de nous battre pour l’obtenir. »

    [Raymond Girardi*, président de la Com-de-com des Côteaux et Landes de Gascogne]

    https://www.sudouest.fr/lot-et-garonne/casteljaloux/landes-de-gascogne-et-maintenant-mcdonald-s-2137895.php

    *Raymond Girardi est un syndicaliste agricole et homme politique français (apparenté PCF) [...]. Il est un dirigeant national du Mouvement de défense des exploitants familiaux (MODEF). Wikipédia
    Raymond Girardi Un Jacquou le Croquant d’aujourd’hui.

  • J’ai un peu de mal à concevoir qu’un tenant du mode familial des exploitations agricoles se félicite de la création d’un MacDo : je dois être obtus mais il me semble que quelque chose cloche là-dedans .

  • Disons que l’adhésion au PCF comporte une part de foi dans le keynésianisme économique, et donc de recherche de la croissance pour la croissance. L’élu doit probablement se réjouir de la création d’emplois (dont rien ne dit qu’ils seront pourvus par des gens du coin).

    Et puis, il y a dans ce ruralisme des sexagénaires (cf Lassalle en Béarn) l’obsession du rattrapage des métropoles et des villes moyennes : l’obtention d’un McDo est un signe de civilisation ! C’est le syndrome Pitaya des petites villes.

  • Syndrome Pitaya,Vincent ? Tu as réussi à me bluffer:qu’es aquò ?Une consultation d’internet évoque le "fruit du dragon aux vertus digestives" dont j’ignorais jusqu’ici l’existence (tant pis pour ma digestion !) mais à part ça ,je ne vois guère le rapport avec le MODEF,le PCF ou MacDo,à moins que ce dernier n’ait récemment inventé des macdos au pitaya ,Vite une explication,STP !
    Pour le reste,oui,tu as raison.

  • Dans la suite de l’article de Sud-Ouest en lien plus haut, Raymond Girardi module un peu :

    Il y a McDonald’s mais pas seulement. Beaucoup d’acteurs touristiques ont lancé des investissements afin d’accroître leur capacité d’hébergement. Des partenariats sont d’ailleurs en cours de négociations pour ouvrir l’accès au site à ceux qui n’y logeraient pas*.

    Selon le journal, Raymond Girardi a aussi « obtenu du futur gérant qu’il s’approvisionne en fruits et légumes, en viandes, en boissons, auprès des producteurs locaux ».
    D’après mes premières recherches, quand McDo achète "local" en France, ça veut dire qu’il signe des contrats pluri-annuels avec des producteurs français. Il faudrait voir précisément ce que R. Girardi a obtenu de plus local que ça.

    Il tient le discours habituel, et mène la politique habituelle des élus locaux. Même celle des élus nationaux, d’ailleurs : voir l’accueil de Disneyland en région parisienne il y a quelques décennies...
    Sous couvert de création d’emploi, on se met en quatre pour les grands groupes capitalistes qui jouent de la concurrence entre les territoires...
    On aurait pu attendre moins de conformisme d’un "Jacquou le croquant d’aujourd’hui" [L’Humanité - an 2000 ; a-t-il évolué depuis ?], moins de soumission au modèle de production-consommation agro-alimentaire (et touristique), culturel finalement, dominant...

    * Ce serait en effet sortir un peu de la logique d’un centre de vacances fermé.

  • Si nous critiquons le modèle MacDo, et les élus qui le promeuvent dans nos territoires, il faut pouvoir lui opposer des alternatives.
    En matière de restauration, nous ne sommes pas mal lotis - espérons que les restrictions liées au Covid ne changent pas la donne ! Les petits restaurants indépendants abondent, qui offrent de bons repas à des prix accessibles.

    Mais MacDo répond à une demande de restauration rapide à l’américaine. Le format et les prestations plaisent aussi parce que c’est américain... Il est question de softpower...
    Il faudrait donc que se développent des goûts alternatifs. C’est sur le temps long, ça ! Il m’a semblé parfois qu’un goût vascon (en fait vaguement basco-espagnol) pouvait percer...
    Je rêve d’une chaîne de restauration rapide qui offre un format gascon !

    Entre nous, nous avons récemment évoqué un projet de "tiers-lieu" axé sur l’alimentaire écoresponsable au sud de Bordeaux.
    Consommer local, de saison... « une chaîne de valeur, du jardin au compost »...
    http://www.saint-morillon.fr/informations/item/278-un-projet-citoyen-a-la-recherche-d-un-lieu-d-implantation
    Dans le même journal qui donne la nouvelle du MacDo à Casteljaloux, j’ai trouvé justement un article dessus :
    https://www.sudouest.fr/gironde/langon/ils-veulent-implanter-un-tiers-lieu-nourricier-et-ecoresponsable-en-gironde-1748649.php
    Eux aussi ambitionnent de créer des emplois, en salariant certains d’entre eux dans un cadre associatif...
    Ils disent qu’ils reçoivent un écho favorable de la part des municipalités : « Beaucoup de villes disent que nous portons leur projet municipal. »
    C’est comme un pôle alternatif à MacDo... Est-ce que ça peut diffuser largement, hors de la planète "bobo" ?
    Et séduire les jeunes gascons que nous avons évoqué, Vincent et moi, dans une cronica à Ràdio País, ces jeunes gascons attirés par autre chose que du local ?
    Athòs Porthòs e Regaspròs : Tolosa, Bordèu e Los Joens


    L’attrait des jeunes vers Bordeaux et Toulouse

  • A Vincent

    Je ne crois pas que jean Lassalle ait laissé pululer les Mac do et autres chaines sur les territoires du Haut Bearn, de Soule et de Basse Navarre dont il est député depuis des décennies. Reproche immerité me semble t’il


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique