Les annonces du TER dégasconnisent à tout va !

- Tederic Merger

La voix enregistrée d’hôtesse du fer qui annonce les gares de la ligne Bordeaux-Langon dégasconnise ce qui peut encore l’être :

 Saint Médard d’Eyrans : "Saint Médard d’Eran" (prononciation locale - à vérifier quand même qu’elle n’est pas oubliée par la population : "Eÿran"),

 Portets : "Portè" (prononciation locale, ça c’est sûr : "Portès")

 Arbanats : "Arbana" (prononciation locale : "Arbanas"),
sans compter bien sûr "Vil’nav’ d’Ornon", mais faut pas rêver...

Curieusement, "Podensac" a échappé au massacre, puisque la voix du Conseil régional d’Aquitaine et de la SNCF ne le prononce pas "Podansac".

Côté landais, on est sans doute aussi condamné au pire, avec la prononciation d’Ychoux et de Labouheyre...

Grans de sau

  • Mais dans un sens, ne reflètent-elles pas la prononciation majoritaire in situ ? La prononciation locale n’est plus la prononciation des habitants des lieux en de nombreux endroits ... même de la part d’anciens autochtones. Ainsi sur Toulouse, prononcer "Mu’rètt" ou "Empa’lott" (ce qui se dit "Mu’ré" et "Âmpa’lo") est une invitation à la moquerie (ou à l’incompréhension : j’en ai fait l’expérience sur Empalot pourtant auprès d’un Couseranais sur Toulouse). Sur Bordeaux, on ne me comprenait pas plus quand je disais "Eÿzine" pour Eysines (prononcé "Ezinn"), "Cénon" pour Cenon (prononcé Ceunon), ... Je ne me suis jamais aventuré à prononcer correctement la rue "Saint-James" de peur d’être incompris. Sur Pau par contre, c’est assez curieusement un phénomène inverse : certains croient qu’il est bon de prononcer le r final dans Bougarber ou Montaner (ce dernier de plus en plus immuablement prononcé "Montanair"). Les z finaux d’Orthez ou Arthez sont de moins en moins prononcés "ss". Sans oublier la moquerie traditionnelle : "alors comme ça vous prononcez Lagoss et Uzoss, mais pas Bordèreuss ou Tarbeuss ?".

    • Pour Portets et Arbanats, je pense que la prononciation "Portè" ou "Arbanà" est encore rare. Je ne l’ai jamais entendue que dans ces annonces, qui m’ont d’autant plus choqué.
      J’ai encore écouté des jeunes qui sont montés dans le train samedi dernier : une jeune fille disait "Portèts" en prononçant le "t" et le "s".
      Moi aussi je dis comme ça, mais les autochtones prononcent le "s" mais pas le "t" ("Portèss", "Arbanass").

      Je n’exclus pas que les nouveaux arrivants disent "Portè" ou "Arbanà", mais je pense qu’ils sont encore ramenés à l’usage local par la prononciation qu’ils entendent.
      Par contre, la généralisation de ce type d’annonces risque de faire pencher la balance dans l’autre sens.

    • Communes de Lourdes et Julos : noté voici trente ans une double prononciation pour le col de Socs : / so / et / soks /, de la part de gens du coin.
      Hagetmau : la forme / hajet / est encore connue. Un jour on dira / agett’mo /.
      Il sufit parfois d’un instituteur, d’un maire ou d’un gros propriétaire pour faire basculer la pronociation.

      P. J.-M. 

  • quelqun peut-il nous donner l’adresse SNCF TER idoine pour une lettre ou un mèl demandant à changer cette situation ?

  • Qui peut nous donner l’adresse mèl ou postale pour demander à la SNCF que cela change ?

    • "Bonjour,
      Je trouve choquant que les nouveaux messages d’annonce dans les TER Bordeaux-Langon ne tiennent pas compte de la prononciation locale et régionale des noms de gares.
      C’est le cas particulièrement pour les gares de Portets et Arbanats.

       Portets : les annonces prononcent "Portè" (prononciation locale : "Portès")

       Arbanats : les annonces prononcent "Arbana" (prononciation locale : "Arbanas")
      Il est encore largement connu que, dans l’aire gasconne, "on prononce toutes les lettres" (en fait les consonnes finales des noms).
      Le Conseil Régional d’Aquitaine devrait défendre cette différence emblématique de notre région, et coller aux usages traditionnels de sa population.
      Adishatz !"

      (envoyé le 11 février 2011 par le formulaire http://www.ter-sncf.com/Regions/aquitaine/Fr/Transverses/Contact/Default.aspx)

      Je pense qu’il faut trouver encore d’autres canaux.
      C’est un problème général : celui de l’uniformisation par une prononciation/accent standard sur toute la France.
      Après avoir perdu notre langue, nous sommes dépouillés des derniers signes d’appartenance à un monde lingüistique propre.
      Tout accent régional est marginalisé, exclu du monde officiel des annonces publiques, et sera vite considéré comme ridicule...

    • C’est la triste réalité d’aujourd’hui,en effet.Merci pour l’adresse,Tederic ;je vais en faire autant.

  • C’est pire que ça : la voix automatique du TER a longtemps annoncé en effet "Labouère" avec l’accent plat septentrional bien convenu.
    A la suite de protestations d’usagers, on a recomposé la voix en question pour faire de l’accent. Et ça donne un incroyable et risible "Labouhéiiirre" à croire que la SNCF se fout de nous !

  • C’était plutôt Labwèrr, Labouére est encore bien trop méridional et optimiste. On ne finit pas de descendre, le karma sans doute.
    Comme disait Jules, vae victis.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs