Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Lo Pan Golçat

lundi 28 février 2005, par Maxime Caillon

Voici une petite recette tirée du "Gascon de Poche" aux éditions ASSIMIL. Je n’en ai jamais mangé, je ne connaissais pas avant de l’avoir vu dans le livre. Quelqu’un connaissait ? Quelqu’un a déjà essayé ?

Copatz-vos un brave talh
De pan de crosta daurada.
Fretatz ua gòlça d’alh...
Sus la crosta plan untada,
Trissatz un pesuc de sau ;
Que’n sia tota empegada.
A la punta deu cotèth,
Hètz-vos rostir lo cantèth
E minjatz lo pan golçat,
tot aulent, d’òli trempat
Coupez un bon morceau
De pain à la croûte dorée
Frottez une gousse d’ail...
Sur la croûte bien ointe,
Ecrasez une pincée de sel ;
Qu’elle en soit bien imprégnée.
A la pointe du couteau,
Faites rôtir le chanteau...
Et mangez le pain goussé,
Tout odorant, imprégné d’huile

Nòta deu cap-redactor : La recette figure aussi (en languedocien) sur La cosina occitana, de Christian Estève.

Partager

Grans de sau

  • Je ne connaissais que le "regalet" qui est assez semblable sauf qu’au lieu d’huile d’olive (qui a très peu cours sous nos "longitudes" atlantiques), c’était de la graisse d’oie qui était employée.

    Personnellement, je n’ai jamais vraiment apprécié&nbsp, ! Mais avec l’aïl, qu’il soit d’Henri IV ou de Lomagne, on tient là un condiment-légume très gascon !

    NB : Lors de l’exhumation des rois de France de la crypte de Saint-Denis, sous la Révolution, le corps "dou Nouste Enric" fut retrouvé comme embaumé et assez bien préservé en comparaison de son petit-fils Louis XIV en complète putréfaction, ce qui fut expliqué par sa forte consommation en aïl.

  • Aquò que’m rapèra las ròstas dont la mia mair hè gran cas : pan torrat frotat d’alh damb grèisha de guit, cresi.
    Totun, cresi que l’òrdi de las operacions n’es pas aqueste...

  • A nòsta, en bassa Guièna (Entre 2 Mars, vath de Garona) coneishen lo "cap d’alh". Los vinhairons migèvan, coma colacion, lo pan fretat d’alh demb rasin. Una dança tradicionla s’apèra d’alhurs "cap d’alh".

  • Le "pain aillé" qui se mangeait avec le poulet du dimanche.
    Souvenirs...

  • Deux remarques :
    - "golçat" ne me semble pas gascon, à cause du "l" ; je verrais plutôt "gossat" (prononcer "goussat"), mais je ne sais pas.
    - à propos de l’usage d’huile d’olive autrefois en Gascogne :
    Il se trouve que je viens de trouver un livre de comptes de 1879 de mon arrière-grand-tante épicière à Réaup (Albret), et l’huile d’olive y figure comme un des produits couramment achetés, comme "l’huile quinquer", mais cette dernière n’avait pas un usage alimentaire, je crois.

    JPEG - 609.8 ko
    Page du livre de compte de l’épicière de Réaup Louise Gasc, datant de 1879
    Ce livre de compte donne une idée des produits de base achetés à cette époque en épicerie. La morue y figure couramment, par exemple, quoique pas sur la présente page.
  • "En gascon "la gousse d’ail" : pèrna o ascla o teca. Mès que trobam tanben hens lo Gers : "dòssa". La "gòlça" en Bas-Armanhac.

  • Pèir :
    quin nom recomandaretz aus"neo-parlants" ? Un nom qui sia d’emplec espandit e autenticament gascon ? Qu’es mauaisit d’us sugerir d’aprener 3 (o 5 !) noms despariers entà designar un objecte unic,non ?

  • Jo, que dirí "pèrna" dont me sembla estar plan espandit e sustot dont ne vòu (segon jo, e shètz verificacion au Palay ou aut) pas díser qu’aquò.
    Qu’es ua question interessenta percè que muxa lo causit de mau har entre gascon dialectau o un gascon large. A que sèrv lo gascon dialectau, puxque no’u pòdem pas parlar sonque dab vielhòts, e a que sèrp un gascon large puxque lo pòdem parlar en gènts qui, de tota mòda, comprenerén lo gascon dialectau (ahucats) ? Hmm ?

  • "Pèrna" e "ascla" son los mei espandits, shens que los tèrmes sian "la gousse" d’ua faiçon exclusiva. Pèrna qu’es tanben lo mollet, o tota forma arredona de carn. L’ascla qu’es tanben l’esclat de lenha devath la destrau.
    Qu’èm dens la situacion deu Buffon au 18au sécle que s’a divut causir lo nom deus ausèths. E nosatis 3 sècles mei tard qu’èm davant lo problèma egau : "la mésange" qu’a 62 variantas en gascon, "le moineau" 31 variantas, "la huppe" 19 variantas, etc...
    N’es pas simple ! Plan mei simples son los neologismes de la tecnica, de l’economia, la politica....
    Mès totun tot aquò es curios : los nòsts ancians ne’s hadèvan pas "istiuèras" d’aquestas varietats : Que ce n’arridèvan alavetz de las diferéncias, que n’èran pas tant escoliats qu’auei. E auei qu’am sabentasses de pertot, qu’èm escoliats, universitarizats a ne sàber mei, qu’es vienut un ahar extraordinari que lo gascon e l’occitan sian tan divèrs. Qu’èm quitaments hens ua guèrra de trencada. Totun jo m’agrada hòrt qu’avossim aqueth riquèr. Mès sui prèst d’arreconéisher que guasta l’escambi enter parçans diferents (au fèit quin escambi enter regions quan parlam pas mei gascon enter vesins ?).




Un gran de sau ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Le drapeau de la Gascogne