Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

La Lettre patoise de l’Indépendant du Gers

Lou Maquignoun d’Aoubiet... (début 20e siècle)

mercredi 16 mai 2018, par Tederic Merger

Word - 213.5 ko
La Lettre patoise de l’Indépendant du Gers
Chroniques en gascon du Maquignoun d’Aubiet.
Merci à Mickaël Séon pour son travail de mise au format texte !

Ces lettres patoises sont intéressantes pour la langue. Je pense corriger quelques fautes liées à la reconnaissance de caractères effectuée avec opiniâtreté par Mickaël Séon à partir d’une numérisation de la BNF. Je mettrai mes corrections entre crochets [atau]. Il y a aussi des fautes de mauvaises coupures qui sont d’origine : des fautes typiques d’un locuteur naturel qui n’a pas une culture scolaire de sa langue.
Exemples :
- Sém bésèouots las mas (Se’m - Si vous me voyiez les mains)
- la battuso sa foutut lou camp (s’a)
- Sé séran pas desbrumbat qui a duos catégorios dé chibaous. (que i a duos)
- beyten (bey t’en)
- A y pas Sinnat ! (Ai pas sinnat !)

Elles sont aussi intéressantes comme témoignage de la vie sociale, économique et surtout politique au début du 20e siècle en campagne gersoise*.
Visiblement, "l’Indépendant du Gers" est hostile à la gauche, aux radicaux-socialistes, aux francs-maçons... On est en pleine bataille entre eux et les "cléricaux", au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
On voit que les joutes verbales étaient impitoyables.
On retrouve aussi l’éternelle plainte contre les arrivistes et ceux qui retournent leur veste pour s’adapter aux maîtres parisiens du moment : si les azes (les ânes) arrivaient au pouvoir à Paris, ils deviendraient "azistos" !
* Le Département du Gers semble le seul échelon entre les communes et Paris !


COUNCOURS CHIBALIN

Touts lous maquignous qui ey troubats à las grandos heïros dé la sasoun : Mountesquiou énta la Mataléno ; Bic et Mirando énta Saint-Roch, m’an atturrat dé réprochés pramou qué n’ey pas escriou nado lettro dempuch las électious.
Et bé, sa digouy jou, én aquéts intrépidés camarados, bous y bouleri besé à bous aouts escrioué lettros, quand tournats dé las heïros à méjo neyt et què lou léndouman maytin qué caou esté à cinq ouros aou darrè dé las battusos enta escarpi garbo ou mounta paillèros. Et praco aouéjats ou nou, la routièro qué biro Ja caou serbi et quoique sié attisado pou Bouché dé Pessan, qué rouno pas dé misèro et né tchapo paillo la démaysello ! Sém bésèouots las mas, criblados pous caoussics et esperrécados pous arroumecs, aourets piétat dé jou et mé direts touts : répaouso-té Aoubiétés !
Adaro praco, ba bien millou, la battuso sa foutut lou camp et prengui caouqué moumént dé plasé.
Diméché angouy bésé lou councours dous chibaous et dé las pourios qué sé ténguèouo Aouch, sur la Porto-Naouo.

MP3 - 1.2 Mo
Passatge comentat : lou councours chibalin
Tederic M.

Counéchéri millou un braou qué un pourin, més praco sé on n’ey pas abuglé l’on pot hè la différenço d’un poulit et d’un laid.
Per jou y troubey dé poulits sutjets, bien souégnats. Eron bénguts dé touts lous couéns dou Gers et lous qui douminaouon d’après jou èron lous produits lectourésis.
Malgré la beoutat d’aquéro cabalério, francomént arrénc nou mé saoutec aou cap et besouy pas nat grand amatur espatat per nado bestio dominanto.
La coummissioun séra estado prou émbarrassado enta partatgea coumo caou lous loubidors, sounqué caou disé qu’aquets messius soun chibalurs sériousis Sé séran pas desbrumbat qui a duos catégorios dé chibaous. Prumèro catégorio : chibaous radicals-socialistos ; secoundo catégorio : chibaous réactiounaris.
Aquet classomént permet d’esbita dé sé troumpa. Après aco sé lou coummandant et lou bétrinari départoméntal èron pas prou callats enta hè un classomént, risquérén d’esté bien guidats pou Sancet, pou Nux, per l’Alem et surtout pou Sénac ! Lou Sancet a estudiat la médécino et a chez et caouqués chibaous, pot dounc counnéché un paouc lous pouris.
L’Alem counéch las guidos dou soun breack et disén qué lous chibaous américains lou hèn bien plasé.
Lou Nux counéch las trés principales raoubos dé l’espèço : Bai, blanc et surtout l’alezan et mèmo aquesto, ey la préférado et pramou qué l’aymo, porto toutjours sa loungo barbo rousso.
Lou Sénac parich esté lou més capablé, et sé l’aouts rémarquat, aouréts bist qué hasèouo un discours à cado sutjet. Sulomént qu’a un léngatgé chibalin sampa, pramou mé tenguèouy toutjours aou darrè d’et et n’y ey pas poudut coumpréngué qu’aquestés souls mots : En conséquence et toutjours répétaouo : En conséquence.
Oh la coummissioun èro sériouso et pensi plan qué tous lous élevurs s’én séran tournats counténts et satisfaits.
Bouléri plan bous disé caoucoun dé més sér aquét sutjet, mais m’escusérats bien, las arroumességados m’aouon heyt enflamma la man et én hè courré la plumo, lous digts sé m’éndromént.
Adéchats à toutits.


LA PUGNÈRO

Per enténé à disé, y a fort loungtemps mouriscouc én un moulin ser la Marcaoue, proché dé Lahas, un bieil mouliè, d’aquets qui pourtaouon la bounetto blanco à pounpoun.
Ero un hommé prou déboutious. Jamés n’aouré heyt molé lou jour dé Nadaou, ni dé Pascos per tant que l’aïgo pachéressé.
Quand sé bésouc malaou et presqué foutut, sé boulouc pas confessa ni aou curè dé Sén-Andrèou, ni aou dé Mountiroun, lous crésouc pas prou capablés ; démandec un missiounari dé Cahuzac, et dambé aquét capéran hasouc uo bugado sériouso.
Lou mouliè passec prou bisté à l’aouté moundé, et lou curè dé Cahuzac, pardi, l’aouo enseignat la porto dou Cèou !
Tustec et sén Pierro draouiscouc.
— Ah ! qu’ès tu mouliè, sa digouc sén Pierro. T’ès troumpat dé porto, n’at mouliè n’ey pas jamès éntrat assi.
Lou mouliè tenguèou la bounnetto à la man, et débat lou bras pourtaou lou coupéret dé la pugnèro. La respounso dé sén Pierro hascouc trouba maou lou mouliè, sé foutouc per terro, et lou coupéret rounlèc en caïjé décaps pous pès dou sén Pierro et s’arrestec pas qu’à cinq passis diguens l’intériur dou Paradis.
— S’én boulets pas décha entra, tampis, sadits lou mouliè, quand s’estec réléouat ; déchats mé préngué lou coupéret et m’én tourni.
— Panon pas arré assi, sa digouc sén Pierro, préng toun coupéret et tourno sourti.
Lou mouliè, pas couyoun, entrec énta s’amassa lou mésuret, mais aou loc dé tourna sorté, sé foutouc à courré à traouès lous habitans dou Paradis et s’y estec aou mey. Sén Pierro ey coupablé d’aoué déchat ché et, un mouliè boulur dé pugnèros et qué n’aouo pas restituat. Aquéro faouto l’a pas coumméso qu’un cop et n’y a pas sou Cèou qu’un mouliè et encouèro aquet, qu’èro un boulur.
Diguéns lou nosté pays y a forço boulurs et soun pas touts mouliès.
Y a boulurs dé pouraillo, boulurs d’argént, boulurs dé hemnos et surtout boulurs d’électious.
Y a forço mouliès enta pugnèra las boutsis dous qui voton, et per tant adrétos, qué sién las victimos n’y a pas arrén à fouté, seran panats quand mèmo.
Sabén touts qué lous pugnérayrés qu’an forço trucs. D’abord porton pas lous électous librés ser las listos qué per la grano forço.
Lous plagnénts, s’adresson aou jutgé dé pats et aquesté esclavo én soutano, baillo toujours drét aoués pugnérayrés.
Aous innoucénts qui voton, lous gahon la bouts, coummo l’on hè aous maynatgés : « Pétit, sios bien sagé, té croumperey un coco… Foutro, n’y a pas aougudos dé coueytos. Lou maynatgé s’én passo. »
Jacquet, porto moussu de Sevin, héras pas lous 28 jours ! Millo dits, dou Jacquet qué carréjo l’azor en aquesté moumént à Mas-d’Azil.
Félicien, tu seras garde-pêche, travaille bien, et lou Félicien qué gardo, en attendant lous taoulès per pas carrèros.
Crésets qué touts lous couyounats sé fachén et qué coumpréngon qué lous mounton lou cop ?

MP3 - 792.7 ko
Passatge comentat : la pugnèro
Tederic M.

Nenni, soun trop maynatgés enta at coumprengué et cado cop qui aoura électious, y aoura lou troupet dous pégots et dous ambitiousis d’argént et dé plaços.
Saquéla lou pec souy bélèou jou. Quand voti, y baou tranquillommént, sensé esta fourçat ni dé dréto ni dé gaouchau, mais souy pas plan soulidé qué lou mén billet sié coumptat per boun enta moun candidat, pramou voti pas toutjours à Aoubiet et y a coummunos pas bien louy, oun y a dé famusis mouliès dé hario gouvernomentalo.
Un mairo d’aquets, estec un cop gahat per un dé sous parénts aou trouca lou billet. Sé fachén un paouc tous dus.
Yaouté (sic), à las darrèros électious, qué sé hascouc pourta lou répech à la sallo dé voté et enta pugnéra lous billets dé M. Decepts, lous taquaouo dé la grècho qui aouo pous dits.
Souy pas dounc soulidé qué lou mén billet sié estat coumptat et souy pec, d’aoué pas beillat à ço qué sio pas jou, qu’aoujo pagat la pugnèro.
Adéchats, à toutis.


HEÏRO DÉ COUNDOM

Bèro heïro la heïro dé Coundom. Y angouy dilus darrè et lous soixanto kilomestrés qui hascouc lou chibaou, lou méritaouon plan dé proufita dé la heïro siouazèro coumo l’appèron lous paysans dé la Baïso.
Siouazo, n’aouy aou cachoun dou carret dé la bien bounno, battudo sou men so et lou Criquet la counech, lou hè courré et freta coumo un jouen mulet.
D’abord èri pas anat à Coundom énta croumpa siouazo, y èri anat enta croumpa braouots. En éntra aou heraou, coumo disen lous dé Coundom, croumpey dus pareils dé braous dé couaté déntous, poulits, blancs, bien cournats et bien camats. Podi disé qué mé coston cher, mais qué souy sigu d’y perdé pas, pramou aquets braous proufiteran et heran toutjours plasé as croumpayrés.
Aouri mèmo poudut gagna dus loubidors ser plaço, mais qu’en boy couaté ou lous touquera pas digun.
Mé hascouc plasé dé besé trabailla chez éris lous maquignous dé Balenço, dé Coundom, dé Nérac, dé Barbasto, Mouncrabèou et La Roumïou ; pramou Coundom ey la capitalo enta éris, coumo Gimount ey la mio enta jou et lous dou pays daouant.

MP3 - 1.1 Mo
Passatge comentat : la heïro de Condom

Besouy qu’èro pertout ço dé mèmo et qué lou proupriétari, à la heïro, counech pas digun qué la mounedo… et a rasoun.
Coumo poudets pensa tourney pas parti sensé ana brespailla et lou sé, jou, lou Criquet et lous braous mous angoun dromé à Balenço.
A l’aouberjo parlèn dé tout et aouant d’acaba parlèn surtout politico.
Jou boulèouï sabé ço qué pensaouon dou Lazios. Oh ça mé digoun toutis : « Lou Lazios ey un boun dronlé, desgourdit dé prumèro, à part lous regénts, lous founctiounaris et lous poustulants emplégats, tout lou moundé l’aymo. Lou demanderen pas qu’uo caouso, qué mous embitessé un cop ou dus per an à l’ana escouta et qué mous débitessé caouqu’un daquets discoursis qui réjouissen lous brabés et hèn marrouna lous machants. »
Oh bous aouts dé Coundom, sa digouy jou, n’aouets pas besouy d’ana serqua lous oraturs tant louy. Lou sénatou Laterrado, lous counseillès générais Hourteillan et Philip boun fouten discours intéressants et lou Lazios pot pas lutta dambé moundé dé pés coumo aqueros célébritats.
Lou Laterrado, en effet, un ingéniur dé prumèro marquo. Lou Houteillan un luttur anticlérical, classat diguens lous grespèsis et lou Philip d’uo scienço et d’uo capacitat qué digun discuto pas.
Un maquignoun dé Balenço sé rebirec dé cap à jou et mé digouc : Tu, maquignoun d’Aoubiet, sé l ??? engués prassi enta té fouté dous hommés politicos dou pays, te herey interdisé las heïros et jamès plus ni pouderas croumpa nat braou. Apprenguéras, sadits, qué touts los nostés représentants républicains soun distinguats én caoucoun. Lou Laterrado a soun esprit én counserbo et sé sé bets pas, qu’ey pramou dé la barradéro.
Lou Hourteillan ey lou mès fort dou Counseil général, ser uo basculo.
Lous boy pas passa touts én rébuo, mais té direy que n’y a un, qué un cop carrejaouo aygo-de-bito ser uo carreto, pendént la neyt et sensé billetto. Lous rats-dé-caouo sentiscoun lou parfum dé l’Armagnac et bouloun né sabé lou goust. Hascoun la couiso ??? dambé lon ??? nosté illustré et aountour ??? dou billatgé d’Aygotinto cresoun dé lou barra lou camin.
Y aouo broumos espesos qué dechaouon pas besé ??? à dus passis ; passaouon proché dou cementèri d’Aygotinto et lou nosté perseguit aouo à la pocho uo faousso claou dé la capèro dou cementèri ; y bir c ??? rapi lomént l’attelatgé et pourtec sa marchandiso diguens la gleyso dous morts én lous recoummanda dé lou denounça pas.
Lous emplégats dambé las broumos besoun pas ni tou cémentèri, ni lou countrobandiè et lou parrat s’escapec.
Pendent loungtemps, ataou, la gleyso dous morts d’Aygotinto a serbit dé dépot dé countrobando.
Qui s’aouré esmaginat uo pareillo rouério ?
Disets dounc qué parmi lous nostés hommés politicos, n’y a pas hommés dé grand esprit ? sadits lou maquignoun dé Balenço.
As rasoun ! sa digouy jou.


Cazaubon

Séri presqué emportun dé mé permetté aouei dé bous parla dé brégnes, tandis qué touts n’an las aoureilles coupados. Mé escusats moun arésége : Rédes, d’un cap d’anade à l’aoute, schilouen sur flatutes tant d’aoutes caouses qué hen toutyour lou mème soun.
Brégnes, soun pas d’un cop, et coumé las d’engouan, n’en parlen pas qué rarément.
Ah ! qué d’arrasims, las bits ??? n’éron couhados et pétits, coume esclops.
Tabé, calèuo bése las gens sé man ja enté ha truqua lous barquets : s’èron estiouats ! dempus quate ans, n’aouèon pas arré aou benté.
Mé en dous pléa, aou bist tourna lasnusquets et lanusquettes, et quin plasé n’aoueoun pas touts en débouyta et naoutèts et gaspères.
Tounerre de chibaou ! èron brégnes aco ; qué de cansous et qué dé moustéjados, et quin dansa ! que bugoun et qué dansen !
Las cousinères ères tabé, aouen pensat à l’escoubé so : dens toutes las maysous bésen pouraille débat las caoujes ; mème la Jeanne d’Artigole, dempus houeit jours, engréchaoue dembé turget soun gran pouloy dé sémence.
Creyrats bien qué dégun né s’én séra tournat d’ou pays dambé hamé et méns encouèro dambé set.
Ouey, las brégnes soun presqué pertout finides. Lou countentément sé trobe chaou gran et chaou pétit propriétari ; lous arrasims an hère coulat, tout qu’ey plen : tounets, pipes et pipars, barriques et barricots ; en caouqué endret mème lou clot d’ou trouil n’es pas bouytat encoueré. Aro degun né démandé mey qu’à béné la récolté, alabets tout marchéra et qué cantéram nous aouts tabé :
Lous arrasims qu’èron arrous,
Mireloufla lanlère ;
Qué hasé boun beoue bin dous, Mireloufla lanla.
M. H.


AZISTOS

A Bramo-Hamé (sic), un brabé hommè (sic) béousé à l’âtgé dé trénto un ans, dambé un maynatgé dé cinq ans cajoulat per uo Mimi, biouèouo per soun trabail, et graciô ??? à la suo économio, lou pan manquaouo pas jamés à la maysoun.
Pagaouo tant bien qué maou lous intèrèts én taou notari et las impousitious aou coullectou.
Lou Françouését grandisséouo et à l’escolo dé la coummuno apprénguéouo tout ço qué lou sabéouo enseigna tellommént qu’à doutzé ans lou régént lou savouc pas enseigna arrén més.
Lou régent digauc aou pay : aouets un dronlé rémarquablé et sé boulèts lou bous hérey plaça diguéns uo escolo d’Aouch oun séra bien enseignat et à dézo-ouyet ans séra régént coummo jou.
Saquéla, sadis lou pay, séri bien fier d’aoué més tard moun hil régént et greffié dé la coummuno, més enta y arriba calérè més (sic) d’argént qué nou n’ey.
Arrentjat bous sadis lou régént et jou hérey ??? poussa lou Françouéset.
Lou pay parléc dé la proupousitiou aou curé et aou mairo qu’èro alabet moussu lou comté et aquestés messius baïllaouon cént francs par an au pay enta hè poussa lou dronlé.
A l’atgé indiquat pou régént lou droulé, estéc récébut aou brevet et noummat sousmestré à un cantoun dou Gers.
En aquéro époquo lous régents anaouon à la Messo lou Diméché et y amiaouon lous èlèvos.
Lous cafés et lous caboulots lous gahaouon pas plan mounédo et malgré qué lon (sic) Françouéset gagnessé pas que sept cents francs, haiséou caouquos économios et baillaouo touts lous ans cént et dux cents francs à soun pay.
Lou temps cambièc rapidement et l’Inspectur coummuniquec as regénts l’ordré d’amia pas més lous dranlés ni à la messo ni à brespos.
Més tard, lous digouc dé saluda pas més ni lous curés ni lous mairos ratapoils.
Enta sé hé uo souciétat naouéro sén angouc as caboulots oun sé légichéouo la Dépêcho et lou régént èro cargat d’expliqua aous clients lous articlés qui coumprénguéouon pas.
La coumpagnio ourdinario dou régént y estado cambiado.
Aou loc dé fréquenta lous bous proupriétaris dé l’éndrét ; a calut fraternisa dambé lous courdounniés, lous perréquéts et lous pétits politiciens dé la countrado.
Lou Diméché alabéts caléou sé rendé aou cantoun, oun sé réunichèouon après dinna aou café, lou perceptou, lou counductur, lou counseillé d’arrondissomént et d’aoutés régents.
Dou témps dou Mélino tout aquét moundé, aquél (sic) messius èront Mélinistos, dou témps dé l’Exbrayat èron Exbrayaquistos, dou témps dou défunt Waldeck, èront Waldeckistos ; aro soun Coumbistos, douman séran Jauréssistos et débenguéran n’importoquistos quand boulllou lou goubernomént.
Ey bertat qué lou goubernomént lous pago touts én counséquénço.
La pago lous a heyt mounta dé toun et lou Françouéset parton bestous et pardessus à la darrèro modo. Cols dé camiso répassat à Toulouso ; souliès jaouriés claquats à la Parisienne ; cannos dé juuc (sic) dambé bouts én argént et gouants dé pèt croumpados A la Chevrette.
Tout aco costo cher et lou Françouéset na pas més dé loubidors enta ayda soun pay à paga lous déoutés.
Bramo-Homé, ey toutjours bramo-homé et lou dronlé a bergougno dé coucha à la cambuso paternello, diguém uo crampo ahumado.
Lou praoubé diablé gagno forço argént mais lous politiciens sé l’at glaffon et sou marcat sé la Franço èro amiado per un azé, sérén lous prumés à débenguè azistos.
N’empacho pas qué diguéns las coummunos, loup (sic) régénts passon pous reys dous paysans, quand én bertat soun lous esclavos dous pouliticiens.
Adéchats à toutis.


AOU COUNSEIL GÉNÉRAL

Dambé la séquéro qui hè, podèn pas sémoua lou blat. Las turros soun hortos, né sourtiré pas nat grun. Jou saquéla ay sémouat la siouazo et né néch caouquo camo que bien que maou.
La sémano darrèro, pusqué aouy lou temps [angouy] bésé ço qué sé passaouo aou Counseil Général dou nosté départomént.
Méjou ouro aouant la séénço mé poustey ser la porto d’entrado enta esté dous prumés aou rast dé la baraillo et ço qué mais m’estounaouo èro dé mé trouba tout soul énta atténdé.
D’aoutés cops mé rappélaouo m’y esté troubat d’ambé uo foulo dé moundé qué pleaouon la carrèro et què discutaouo hort lous affas dount sé parléré à la séénço.
Quand l’houro s’approuchaouo, an bist arribat lous députats départomentals l’aïr soumbré et pénsif. Quand lou Laudet pa richeouo daouant la porto tout lou moundé disèouo : Laudet ! Laudet !! … Sabéouon qu’èro un oratou intelligént et rédoutat dous sous adversaris. Aouon rasoun, pramou d’habitudo lous oratous cléricals soun intelligents. Lous Cassagnaquistes sé démandaouon sé embestiéré pas lou soun grand councurrént politiquo, c’est-à-disé lou Cassagnac et aouant la bataillo, las troupos dé cado partie si hisaouon pas.
Quand béséouon arriba lou Cassagnac, la populasso l’apercebéouo dé louy, pramou sa bèro taillo dépassaouo lou nibéou général d’un bet pam et tout lou moundé sé biraouo dé caps a et, en disé : lou Cassagnac ! … Ah ! … ez aquet Ah, èro un loung soupir dé plasé entaous us, dé poou entaous aoutés.
Quand énta aquéstos darèros sessious, lou public sap d’aouadço, coumo aquesté cop, qué lou Cassagnac ey malaou, sé dérénjo pas digun dé sous affas, enta énténé un ténor coumo lou Nux : un chapayré coumo lou Sénac ; un droumillous coumo lou Laterrado et un pioulayré coumo lou Dupouy.
Eri dounc tout soul sér la porto, quand arribec un sabaté dé la bilo enta hé lou parèil, dambé jou lou maquignoun. Excusats-mé, sa digouy aou sabaté : Bous qu’aouets l’ayré d’esté dé la bilo, sabéréts pas sé y a séénco diguéns la crampo dou Counseil général aoueiy ? Il y en aura dans cinq minutes, sadigouc lou sabaté.
Et foutro, sa digouy-jou, d’un paon dé més m’én séri tournat à Aoubiet, pramou assi coummencéri à mé hè bieil tout soul.
Alabets lou sabaté mé digouc, qué la sallo séré pas garnido, pramo à part lou Cazos, dé Nogaro, y manquaouon tous lous bous oratous : lou Cassagnac et lou Delpech. Y a plant sadits lou Nux, mais n’ey pas intéressant qué pér sa bèro boux ; sé parlaouo fin coumo lou Dupouy séré pas trop famus.
Oh sa digouy-jou, lou Dupouy qu’ey intéressant et pas couyoun. Mé rappeli qué dou témps dou Destioux-Junca y aougouc uo séénço presqué dramatiquo. Lou Destiou l’aplatiscouc coumo uo higo, lou pensec darriga uo riban rougé dé la besto, lou crachaouo sous pots et lou Dupouy lou diséou toutjours : « Je vous ai appliqué la disqualification, vous ne comptez plus ! » Mais saquéla lou Dupouy sé desbrouillec énta esbita lous cops dé lancétto dou duel et lous sous anciens èlectous sa diséouon : Millo dits, quino bergougno daoué énta counseillé général aquét maynatgé !
Ah sé poudéouon tourna vouta douman ! An vouta désempuch et lou Dupouy ey toutjours Counseillé général. (Es pas trop couyoun l’hommé).
Diguéns lou païs dous abuglès, sa dits lou rèproué, lous borgnis soun reys.
Péndént aquéro coumbersatioun, lous counseillés arribén douçomént, lou public bien réduit arribec tabèn. Entrey diguéns la sallo, mountey l’escalé et m’assétouy.
Aprè la lecturo dé certains papés, enténouy parla dé las routos départomentalos.
La gaoucho dou Counseil sabén touts, qué bouléré auoffri forço galetto aous fraïs et amics as déspéns dé la cacho dé tout lou moundé : boursos prassi, charménts par là. trousséous à la nobios, primos électoralos, plaços dé gardos, aougmentatioun as cantounniés et enta tout aco, l’argént manquo.
Aouon trouhat un truc naouet. Bouléouon abandounna las toutos départomentales à las coummunos enta las hè souégna per las prestetions. Tout d’un cop lou Counseil général s’espragnaouo bélèou. un millioun dé francs et après aouré poudu hè lou générous, én tourna à las coummunos amigos un paou d’aquét rabio. Las aoutos sé séren frétados lous pots.
Malhérousomènt las coummunos an gulet et proutestat trop léou. Lous counseillés dé gaoucho an coumprés qué aquéro naouéro modo, lous foutèré béléouo lou cop dé l’estouffet. an préférat estouffat la réformo.
Aco passat, lous counseillés estén tellomént monotonés qué m’y hasoun endromé.
La sallo sé boueytec, m’y déchén tout soul. Et jou rounflaouy ser moun banc !
L’écho dé la sallo, pourtéc lou soun à la lotjo dou counciergé, qué mé bengouc déchida à siés ouros.
Lou train d’Aoubiet èro én routo quand arribey à la garo d’Aouch. M’én calouc tourna à pé. Ah, qu’éri én couléro et bé digouy forço cops pou camin : Qué lou diablé emporté, lou Counseil général !
Adéchats à toutis.


LA GALTIÈRO

L’an coundamnado la Galtièro empousouyaro ! Bingt ans dé trabails fourçats, m’embestiérén un paouc à jou qui souy un hommé. Mais las hennos n’ag an pas tant péniblé.
Bous brémbo, à forço dé bous ??? aouts, dé la poulido courtisanno, qui diséouon qu’èro Gabriello Bompard ; bous brémbo sampa tabén qué aquéro fumello, aouo apérat aou soun cabinet dé trabail, un hussié dé counduito léougèro, qui s’apéraouo Gouffé.
Lou hascouc assèté sér un poulit faoutuil plaçat countro lous ridéous d’uo alcovo. Détras lous ridèous s’èro estujat un coumplicé dé la Gabriello et qué tenguéouo è las mas un joc dé cordos passados à uo carrélo claouérado à un saoumé, coumo énta penja leu porc dé carnabal,
La Gabriello, s’amusec à caressa lou Gouffé én lou tourtilla un cap dé la cordo qui tenguèouo lou coumplicé noummat Eyraud.
Quand l’Eyraud bésou lou nouset acabat, estirec lou joc dé cordos et lou malhérou Gouffé estec mountat pour cat aou plafound.
Digouc mouri s’ensé grand tapatgé ; estec asta lèou fouillat et désaléougit dé soun argént. L’Eyraud lou tirec tabén las claous dé la potcho et s’én angouc aou burèou dé l’hussiè, situat én uo grando maysoun dé Paris. S’émpourtèc l’argént sénsé embricailla n’at tirouèr et tournèc sorte sensé esté bist.
Lou Gouffé pra ???o èro un paouc génant. Lou boutén coumo poudoun diguéns uo mallo et quittèn Paris. S’én angoun mèmo én Américo.
Lou mort estec loungtémps sercat per la pouliço. A la fin troubèn lou Gouffé diguéns la mallo aou houns d’uo escourro et loungtémps serquèn lous assassis. A la lin la pouliço lous troubèc en Amériquo.
Passèn à las assisos dé Paris. Eyraud estec coundamnat à mort et la Gabriello à bingt ans dé galèros et coumo s’ey prou bien coumpourtado, aou cap dé dex ans,
l’an foutudo déhoro et s’èro pas trop désgradado, poudéré encouèro tourna d’aoubrit un naouet cabinet d’affas.
La Galtièro ey jouèno coumo la Gabriello à l’époquo dount hascouc soun crimé. Coumo la Gabriello n’a pas qué bingt ans dé galèros et per sa counduito ; et soun intelligenço méritéra déssigu, coumo la Gabriello, dé he pas qué la meytat dé sa coundamnatioun.
Lou public discuto hort aquéro sénténço ; qué sié à Samatan et Loumbez, qué sié à Gimount et Saramoun, coumo à Marciac et Mirando, diguéns toutos las héïros oun baou, parlon dé l’empousouayro dé Saint-Cla.
Lous us disén : l’aourén digudo guilloutina coumo aoutés cops bésoun ???, Aouch, à la Françouèso Autrénquo.
Lous aoutés disén qué l’aourén digudo graciai pramou qu’ère pègo.
Praoubés couyous, la Galtièro èro uo famuso rouado, aou countrari et la probo qué lous amics dé soun hommé èron tabé lous amics intimés dé la hénno. Touts à St-Cla la troubaouon charmanto, mème las damés coumo caou qui la fréquentaouon, lous médécis dé l’endret et dé Billo Naouo, lous pharmaciens et lous bétrinaris, touts la troubaouon déliciouso !
Èstec pas qu’après cop qué commencén à la trouba pègo et d’après lous médécis aquéro poulino dronlo, aouré récébut un cop dé martet.
Per jou aquéro hénno ey més intelligénto qué lous médécis, pasqué aquets messius sé soun déchats mounta lou cop per èro, tout simplomént én aoué l’ayré dé sé fouté dé tout.
A réussit à miey soun systèmo pusqué pas aougut lou cap abracat Saquéla crésèouo s’én tira mès à boun marcat, pusqué après la coundamnation lou chagrin la gahado et lou ploura tabé.
Lous famusis médécis qui an débitat sa scienço à las assisos d’Aouch, an récébut aquesté cop uo léçoun, qué lous counseilli dé marqua sou soun carnét, énta sé la désbrumba pas en taou prouchain cop.
Adéchats à toutis.


LOU CASSAGNAC !

Aquesté maytin brouméjaouo, disi à la henno : hè bisti la soupo et sé plaou n’anguérey pas à la heyro. En boy répaousa aouey dé tant dé fatiguos, pramou forço at poden disé : souy toutjours dempuch très sémanos, ou à las heyros ou à las estimos. M’a calut croubi én chicos et micos, dé jour et dé neyt, quand poudeouy et tout aco qui péniblé et souy pas dé her !
Pusqué té bos repaousa un jour, sadits la heuno, beyten éntaou haouré après déjuna, et lou diras qué m’arrenjé lous trépils.
Saquéla, sa digouy jou, mé caou hè arrenja lou peladé et la guillado.
Minji la soupo et caouquos castagnos et prengui ma guillado, l’enfili pous trépils dé la henno, et porti sou cot lou petit fournimént aou haouré.
Troubey dex hommés à la forgeo, touts graciousis et sans soucis sounqué lou haouré qué hasèouo la grimaço. Figurats- bous dex hommés anats à la forgeo enta tua lou témps, sensé n’aoué l’ayré, et cadun aou esmaginat un petit trabail dé réparatioun urgento enta prétexté dé la flanerio.
Y aouèouo un sousté dé bricolos per tero : un palaher à réquoua ; uo padéno à pédassa ; claous d’esclop à fabriqua dambé uo puo dé bieillo houchino ; uo daillo à coupa enta en hè un carrasclet dé las bouos, très pareils dé trepils sensé coumpta lous dé la nosto bourgéso et coumprengui qué lou haouré n’estessé pas trop gracious dé brunla carboun et dé gagna pas grand caouso.
Lous clients demandaouon pas aou countrari qu’à sé distraisé, et quand mé besoun arriba ser la porto dou haouré, sa digoun plusiurs. Ah qu’ès aquiou journalisto.
Parlo-mous (sic) dé la mort dou Cassagnac. Eh oui, sa digouy jou, lou Cassagnac qu’ey mort et énterrat.
N’èro pas aou méns trop lèou, sadits lou Jépet, pramou lou Nouléns, dé Mirando, poudera esté tranquillé adaro, lou troubaouon pas tant fort qué lou Cassagnac et sera sigu dé démoura députat touto sa bito. Lous aoutés councurrénts seèan trop petits entaou batté.
Disén qu’èro un hommé bien capablé, sadits lou Pierro, l’aouy pas jamais bist et at regretti, m’aouré heyt bien plasé dé l’énténé.
Oh grand couyoun, sadits lou Jépet, l’as pas énténut et n’as pas perdut grand caouso. Tout ço qué disèouo n’èro pas qué mentidos. Jou ley énténut dus cops : à Bourégard et à l’abbadio dé Gimount. Mous digouc qué la Républiquo qu’èro foutudo ; at a dit bingt cops et l’a pas jamais poududo tua, ey èro qué l’a tuat. Oh s’aouèouo crésut qué duresso tant, la Républiquo, sé séré plan birat républicrin (sic), sadits lou Jépet.
Et coumo crésés aco, sa digouy jou ? At cresi pramo lous besi touts lous mèmos lous grands républicains ; én soun pas qué per frimo, pramo qué bouho éncouèro lou bént dé la Républiquo. Crésés lou Sevin républicain, tu ? Cresés l’Aucoin, d’Aouch, républicain ? En crésés lou Descat ? En cresés lou St-Laouréns, dé Samatan ? En cresés lou Delious, dé Mounferran ? En cresés lou Bibal ? En cresés lou Deluc ? Et lou Decker dounc, té figuros qué serbiré pas la messo, coumo d’aoutés cops, s’én balèouo la peino. Et lous aoutés qué disi pas, crésés qué sé fouton tant qu’aco dé la Républiquo ? … Qué caou croché, sa disen lous d’Aouch et d’aillurs, et aquiou perqué touts qué sonn lous mèmos, qué bon uo plaço aou festin, et jou cresi qué lou Cassagnac aouré heyt coumo lous aoutés s’èro estat intelligént.
Y aougouc un brouhaha terriblé diguens la forgeo quand enténoun un rasounnomént barloquo coumo lou dou Jépet.
Francomént, disé qué lou Cassagnac èro pas éntelligent pramo qu’èro démourat touto la bito fidèlé à sas idèos, digun n’at poudouc abala et per tant qué lous Descats et lous Sevins aoujon cambiat dé partit, heran pas entrébésé à digun qué sién més forts qué lou Cassagnac.
Aou countrarî, lous électous qué soun librés dé parla et dé vouta à sa guiso, estiméran lous hommés fermés coumo Cassagnac et mespriséran las girouettos ahamados.
Lou haouré tapoc poudouc pas s’émpacha dé bailla tort aou Jépet et d’admira la bito dou Cassagnac.
Aquet, sa digouc lou haouré, lou podén bailla én exémplé dé la fidélitat et sé touts lous qui pénson bien, aouon lou couratgé dé sé fouté sou réculouer, coumo lou Cassagnac, la carréto mountéré pas la costo, la tournéré débara prumè à reculos et séré pas trop lèou.
Lou haouré estec applaudit et digun bouhec pas més ; la forgeo estec amourtido. Moun tournén touts dambé tristesso ser la disparitioun d’uo énergio, tello qu’èro lou Cassagnac !


LA CAVERNO

Souy débarrat l’aouto sémano déguns un pays souterrain, per camirotos estrétos, rostos pléos dé caillaouos et dé peyqui s’escourréouon débat las mios esparteillos.
En dabusis passatgés mé caléouo marcha à grapos ; én d’autés m’arrousségaouy sou cu. Lou jour ??? y benguéouo dé traouès et coumo cablat uo honillo et finalomént mé calouc alluga caouquos allumettos énta poudé pénétra diguéns dé majos cavernos.
Tout d’un cop uo grano esclarisoun m’empougnec lous oueils et y aouèouo tellommént globos brillants qué demourey esblouit péndént un moumént sénsé poudé fixa arrén.
Petit à petit las lutzis mé sémblaouon pas tant choquantos et coummencey à distingua uo taoulado d’hommés gravés et mèmo mounsourds, qui parlaouon d’un toun cavernous bien approupriat à l’endrét sinistré oun sé tenguéouo la séénço.
Eri esbrouffat dé mé trouba én pareillo situatioun et la paou m’estoffaouo quand pénsaouy à ço qué m’anaouo arriba sé aquèro coumpagnio s’apercébéouo qu’èri apuiou coumo un mouchard.
Qu’èro dounc, mé dirats, aquéro assémblado diguéns un éndrét tant bijarré ?
Praoubos géns, jou tabé m’at démandey tout dé suito et la prumèro idéo qui mé béngouc estec aquésto :
Pensey qu’èri digut mourri, tout d’un cop, qué m’aouo calut parti sénsé m’aoué hey sinna lous papès pou nosté curé d’Aoubiet et qué lou boun Diou aouo récébut caouquo réclamatioun dé certains paysans, l’un pramou qué l’aouri bénut un bouèouo poussiouo. l’aouté pramou qué l’aouri baillat un braou borni — bestiésos d’arrén, pramou souy pas canaillou jou — et, enfin, mé semblèc déssigu qué mé troubaouy aou prumé burèou d’enrégistromént dous coundamnats à l’Infer.
Récounescouy aquiou caouquos testos dé moundé qu’aouy bist à la Crampo dous Députats à Paris. (Sabets qui souy estat).
Lou prumé récounégut estec lou Brisson ; lou ségoun, lou général André, ministré dé la guerro ; lou troisième, lou Pelletan, lou quatrièmo, lou Mougeot ; lous aoutés lous aoui bistis plus ou méns, mais énta lous bailla lou nom, n’at poudén pas disé aou sigu. — Èron aquiou uo bintéo. — Ser la taoulo y aouèouo un esquayré dé chappentiè (sic) et duos bressados dé papés. Un greffié légisséou ser cartous noms dé Messius. Sa diséouo : M. de Roquetaillée, capitaine au 50e hussards, marié à une négresse baptisée au Soudan, fils de père noble et de mère commune ; il va rendre visite à l’évêque. M. Vadecard propose sa mise à pied. Au vote, Messieurs ! … Adopté.
Au suivant ! … Enténouy péndént cinq
houros las mèmos lecturos. Badaillaouy dé dromé m’endroumiscouy.
Aou reveil, mé troubey malaou crouchit, las camos et lous brassis èron rédés coumo barros, én m’estira, lous nerbis craquaoun dé partout, pensey pas doubri lous aueils et coumo quand entrey diguéns la mio crampo. couchat diguéns lou mèn leyt. La bourgéso s’èro léouado douçomént enta mé déchida pas et démourey én rebarios dinco ouyet ouros dou maytin.
Hurousomént per jou n’éri pas mort doumo at ouy crésut, n’éri pas débarat aous Infers, aouy aougut un machant cauchemar.
Quand estey léouat, besouy lou journal qné (sic) lou factur aouo paousat detras la bitro, lou légiscouy et én grossos lettrqs (sic) bésouy : Démission du gènéral (sic) André,
Ah la canaillo, sa pensey jou, s’en ba tout soul et lous aoutés soun estats prou rouats dé lou tira déhoro, enta qué péndént qué l’arrougagnén lous Francésis ; éris lous coumplicis, éris lous qui ténguén la mounédo, aoujén encouéro lou temps dé hè souffri lous patriotos, qui sé dévouon toutjours, malgré lous affrounts et malgré lous brocs qui lous foutén sous passis.
Quand (sic) lou maquignou (sic) hè un rèvé sérious, bous respouni qu’ey pat tout à fait faous, n’a heyt d’aoutés oun a bist d’aoutos caousos impourténtos. L’espouer diou pas esté tout à fait perdut. Cresets…


Y CRÉSI !

Crésets qué diguéns la masso dé moundé y aoujo més dé canaillos qué dé brabos géns ?
D’abord én Franço n’at podén pas sabé pramou soun pas électous qué lous hommés majurs. Las fumellos counton pas, ço qué probo qué lou soi disant suffratgé unibersel n’ey pas qué partiel. Après las hemnos qui nou counton pas (quoiqué countén énta paga las impousitious). y a lous qui podén pas vota per absenco, maladio, ou jé m’én foutismo.
Quand arribo uo électioun, bésèn qué diguéns las coummunos de 500 habitants y a 200 électous. Sér 200 électous sé préséntéran 170 votants et la majoritat séré en aquét coumpté de 86.
Quin goubernomént qué sié, disposo toutjours d’un certain poudé énta hé vouta soun moundé à sa guiso.
Pruméromént lou régént éntro toutjours diguéns la sallo dambé lou bulletin des plégat et lous plégo pas, qu’én lou remetté diguéns lou cachoun. Sé Henri V èro sou trôno lou régént votéré per aquet monarquo à bulletin draouyet. Sé lou Victor Napoléon arribaouo, douman lou régént enseignéré lous dronlés à crida : Vive l’Empereur !
Lous cantouniés hérén coumo lous régénts, leus buralistes séguirén plan millou et déssigu diguéns cado coummuno, y aouré uo majoritat goubernoméntalo, plan més forto inta un monarquo, qu’énta la bando d’arsouillos qui mion lou moundé pou cabésté.
Sé déchaouon lous founctionnaris nutrés et sé panaouon pas las électious, souy sigu qué la grand partido dou moundé sérén justés, counscienciousis et qué voutérén toutjours entaou boun ordré, coummo at bésèouon d’aoutés cops et beyrén pas més, qué diguéns las coummunos de 500 âmos, 86 votont per forço, hascoussén la louè à tout lou resto dé la poupulatioun, c’est-à-disé as couaté cent quatorze restants !
Alabéts qué lous respouni qué lous francs maçous, qué s’estugérén millou aou hounds dé las suos cavernos et qué lous maquignous d’Aoubiet touts réunits, réussirén à franchi la porto sençé per un soungé. Lous francs-mouchards, coummo s’apèron démpuch caouqués jours prénguérén lou camin dous Frèros et dé las Surs én train rapidé, saouhat à forto pressioun et lous officiés et aoutés emplégats dou Goubernomént sérén més rassigurats ser sas plaços, qué noun soun aouey. Hérén soun déoué tranquillés, poudérén fréquenta tels hommés qui lous hérén plasé, anguérén sé lous coumbenguèouo, aou théàtré libré, coummo à la messo et à brespos et coummo d’aoutés cops tout lou païs séré diguéns Raccord et la tranquillitat.
N’én pas encouéro sou camin qui mous amio en aquéro périodo dé pats. Coummo diguéns (sic) la naturo, y a diguéns las souciétats sasous différentos.
L’hiouer de 1870 estec terriblé ; lou printemps ségiscouc entraînat per l’Assemblado Nationalo et mous baillec uo températuro prou accoummoudanto qui mous amiec à l’estiou dou Ferry un paouc trop insuppourtablo. Aquet estiou aougménto dé calou et en aquesto périodo y a tellommént létricitat qué bésén lous crumps qui sé formon sou darré, la cinto négro qué sé gounflo insensiblomènt et qu’enténem a rouna l’aouratgé aou louantain.
Per tant qué hasquén péta, commo à La Hourro, canous grélifugeos, l’aouratgé qu’ey coummençat dé parti, qué caou qué esclaté.
Un ouragan bouhéra, darriguéra forço arbrés, desmoulira clouqués et maysous. Lé grèlo passéra tabénc aou darré, atturréra las fourtunos petitos et granos.
Praco l’aouratgé duréra pas toutjours,
aou darré dous crumps négrés, beyra ??? luzi lou blu dou cèou ; lou soureil sé tournéra mustra esblouissant et lous Francésis qui aouran bist tant dé catastrophos, bouléran proufita dou témps bet, enta tourna sémoua toutos espeços dé gragnos utilos, qui mous héram bioué mes tard én pax et santat.
Lous francs-mouchards passéran et las populassious hounnestos tournéran bioué.
Lou mén rèvé m’at à mustrat et y crési !


INFAILLIBLES !

Aouets soubén entenut disé qui aouéo pas ser terro qué lou Papo dé Roumo qu’estessé pas infailliblé, c’est-à-disé qué y aouo pas qu’et qué sé poudoussè pas troumpa.
Un jour diséouy aou nosté Curé, qué aquéro crèsenço mé parichèouo un paouc trop forto et lou digouy per exemplé qué sé lou Papo sé croumpaouo un paréil dé broudéquis dé coué, dé prumèro qualitat et qué lou courdounnié l’y foutousso uo sémèllo dè cartoun ; crési fort qué poudéré esté couyounat coummo tout lou moundé.
Oh enta aco, sadits lou Curé, ey bien certain et lou Papo n’a pas la prétentioun dé hè toutjours dé bous affas et y proubablé mèmo sadits, qué forço fournissurs lou tiron dous dits, tout ço qué podén.
Lou Papo qu’ey appuyat diguéns lous affas catholiquos per Diou, sadits lou Curé pramou qué Jésus Christ qué lat digouc à fu St-Pierro, quand lou remettant las claous dou Cèou.
Jou, souy coummo lou carboué, crési à la bounno franquetto, pramou qué d’aoutés més capablés qué jou qu’an crésut et sé mé troumpi, serey pas couyouuat (sic) tout soul, plan d’aoutés qu’an biscut et qué soun passats d’ambè la mèmo idéo et aco lous a pas heyts mourri prumé.
Dou nosté témps aquéros idéos soun rédé combattudos et bési pas qué lous qui y hèn batté lous canous décaps, sién mès brabés pramou d’aco.
Pendént lou grand Empiri Romain, doun ey entenut parlat, lou poplo èro près pér un grand maynatgé, l’amusaouon, lou hasèoun assista à toutos sortos dé plasés et dé réjouissanços et lous goubernurs s’amusaouon més fort as despéns d’aquét populo, countént dè la noço qui lou haséouon hè, enta qué s’apercebousso pas dé las orgios dous grends.
Aou jour d’« ouey (sic), la Franço, bo escarni l’Empiri Romain et sé passo pas uo semano sénsé qué lous goubernurs sé prouménén à son tour dé ronlé diguéns lous couaté cantous dou Pays.
Lou Loubet, ey lou més sagé et quand partich èn boumbo s’én ba touca la man aous monarquos dé l’Uropo et hé poutéts à las Damos dé las Cours Royalos.
Lou Chaumié, né hé pas à fait astant sé counténto dé sé réjoui dambé las Préfetessos. lous prouffessous dé mouralo civiquo et dé grossos et petitos lettros. Régénts et régéntos l’incenson enta sé hè distribua suppléments dé mounédo dé plusiurs milliouns psr an.
Lou Pellotan et la suo marquiso, amuson y aouté moundé, s’adrésson aous oubriès dous arsénals et ban trinqua dambé éris, én lous proumetté méns dé trabali et més d’argént.
Lou bin d’aounnou, lou chàmpagno d’aounnou, lous dinnas d’aounnou, hèn mounta la humetto aouo populo et lous journals entrétenguts pous founcis qui apèron secrets, rendén coumpté dé la saouços qui embaoumaouon lou repech et dous bous bis qui mountaouon la humetto.
Lou bach public qui légich après cop lou récit d’aquéros bounos assadourados cramp d’embéjo d’èn senti lou parfum. A tel punt qu’un oubriè qué counéchi s’approuchec un cop débat lou nas d’un banquétur enta én saboura lous arraouts.
Après aco lous nostés goubernurs sé podén permetté toutos las fantaisios : lou poplé qui s’amuso ey d’accord dé tout.
Sé figuro aquet poplé embéouédat qué tout ço qué décréton lous ministrés ey bien heyt. Lou Goubernomént débéng un goubernomént infailliblé, més infailliblé qué lou Papo.
Abalo lous arraouts dè haout ét taplan abalèra lous arraouts dé bach !
Espéri qué aco l’arribéra sensé tarda et dessigu sé lou pot abala, l’estoumac én poudéra pas hé la digestioun. Serbîra dé vomitif aou més grand noumbré. Lous Loubets, lous Pellotans et touto la coumpagnio, séran rejettats diguens las escournèros et la ploujo d’aouratgé at arrousséguéra aou hounds dé l’Océan.
Ainsi soit-il.


PÉLATS ET SALATS !

Un grand sabènt qué sé noum maouo Darwin prétenguéouo, dou soun témps, qué la raço humaino qué sourtichéouo dou singé et sampa enta ensagea dé poudé establi aquéro crésénço d’aoutés sabénts an countinnat à estudia aquét systémo et à Paris, diguéns (sic) lou muséum, aou jardin dé plantos, an pléat plusiurs crampos de esquelettos coumplètos d’hommés et dé singés.
Saquéla lous ossis s’ensé la carn, sé reseemblon (sic) rédé et lous clesc dou cap d’un hommè (sic) et d’un singé enta moundé qué lous espion én passa, soun presqué pareils.
D’aoutés sabénts prétenguén què aquéro ressemblénço n’ey pas qu’apparénto et qué l’hommé pot pas més sorté dou singé qué dou parrouquet.
Jou bailléri rasoun aou Darwin hériet rémounta l’hommé à l’agnet ou à l’aoucat pramou qué trobi qué nous aouts qué ressemblau (sic) presqué touts plan més à d’abusos raços dé la créatioun, qu’à un étro intelligént et parfait.
Oh boy pas disé qué touts lous sabénts sion dé couyous et touts lous hommés dé brutos nenni ! Mais l’énsémblé dé la nosto raço ressemblo à forço bestios : aou can, aou gat, aou singé, aou parrouquet et surtout aous agnets.
Lou can a la réputatioun d’un courrinè et coummo l’hommé, bouto lou nas forço cops, d’oun caiéré pas.
Lou gat ey un bouiur et sé pot saouta sur la taoulo dé la cousino. garo lous taillucs qué la cousinèro s’y a desbrémbat.
L’hommé y un rapaéo dé prumèro et toutjours qué ouayto dè gaha ço qué s’escappo lou bésin.
Lou parrouquet débiso sénsé sabé ço qué dits et l’hommé qué blaguo cént cops més sénsé approufoundi sas paraoulos.
Lous agnets qui bésén arriba chez éris lou bergé qui lous porto lou naouquet garnit, sè bouton touts à canta lou bè, bè, bè… Quand ey lou bouchè qui lous bas réndé bisito énta caousi lous mes grassis énta sanna, lou récébén per la mèmo cansoun bè, bè, bè.
L’hommé qué sé créts bien fort sap pes trop distingua entré lou pensayré et lou et lou minyayré. Un joernal (sic) politiquo, qui lou proumettra dou supprima las impousitious lou héra vota, enta lou qui lou ruinéra mes tard et sé contentéra dou respouné, oui, oui, oui, coumo lous aoucats.
L’an proumés y a loungtémps la libertat et n’ey jamais libré dé hé à sa guiso.
L’an proumés l’égalitat et lou malhérous hommé, a sulomént un proucès daouant un jutgé dé pax, o bésoun d’uo proutectioun énta sé hè disé drét.
L’an proumés la fraternitat et jamés en Franco lous hommés nou soun estats tant divisats qu’aouey.
Quand mèmo l’hommé respounéra toutjours as minjayrés, oui, oui, oui, coumo lous agnets !!!
Darwin aouo coummo jou, sampa, heyt aquéros remarquos qui l’aouon amiat partisan dé la parentat dé l’hommé et dou singé ; Jou trobi qué aquét sabént, aouré digut disé tabénc, qué ressemblaouo as aoucats et as agnèts.
Aquéro parentat, n’ey pas trop honorablo et én sony un paouc counfus per ma part, mais enfin, coummo ey justo én caou passa per aquiou.
Lous agnéts seran pélats, lous aoucats salats et lous hommés couyounats.
La loué humaino qu’ey tello et la Républico socialo, héra pas qué sarra l’escrouo dé caouqués tours dé més !
Adéchats à toutis.


FRANCS FUMISTOS

Sé mé soutiran pas jamés dou cap las paraoulos agréablos, qui mous débitaouo lou nosté députat quand mous disèouo qué sé sous amics èron noummats èn majoritat à la Crampo, lous paysans paguérén pas nado més ïmpousitioun.
A Nougalouret, lou soul qui diougoussé esté prou riché enta paga, séré M. Courtado ; à Gimont, M. de Sevin ; à Sainto- Mario, lou Dilhan.
En citi pas d’aoutés, én troubérén sampa un ou dus pér coummuno enta paga l’impôt sou rébéngut per touts lous aoutés.
M. Decker a aougut soun désir satisfait et lous sous amics formon un bloc astant sarrat qué un trouch d’oumo. Arrén nou la pouscut démouli. Lous opposants n’an pas pouscut d’arriga qu’uo chasclo pou patac qui foutouc lou Syveton aou général André et aquéra chasclo én répoumpi a tuat lou malhérous Syveton.
Lous hommés du bloc an toutis proumès coummo lou Decker, aou boun petit public la suppressiou dé las impousitious et dé la remplaça per un impôt uniquo : l’Impôt sou rébéngut.
Aquets députats at an proumés et bon téngué paraoulo !
Lou Jaurès s’ey mountat ser uo grano giraffo enta prouména sa majestat diguéns las carréros de Paris, uo bannièro à la man et ser aquéro bannièro dé coulou roujo, y aouéouo én lettros d’or : Impôt sur le revenu.
Daouant la porto dé cado députat dou bloc, haséouo arresta la giraflo et l’écuyé qui atoucaouo la mounturo, léouaouo lou tustét dé la porto et foutèouo un grand patac.
Allons un tel, sa disèouo lou Jaurès, vous qui êtes maçon, apportez des matériaux, c’est l’impôt sur le revenu qu’il faut établir, le Peuple attend !
A la boux d’aquét ténor, cado députat dou bloc, sé rappélaouo las proumessos affichados sér sas proufessious dé fé et respounéouo aou chef de bataillo : Oui frèro, disets aou poplé, qui baou !
Lou Jaurès n’a pas aougut à sé plagnè dou tour dé bilo et s’en ey apercébut à la Crampo.
Cado députat dé la liguo dé fer, s’aouo boutat lou déouantaou dé franc-maçoun et l’aouo plèat, l’un dé graouas, l’aouté dé cassouéc. Touts pourtén matériaous utilés péïros taillados, mouëllon parat, saoumés et poutrellos, cimént et mourté.
Lous envirous dou Palais Bourbon estèn dé suito empachucats dé tant dè matériaous que las bouéturos dé Paris sé poudèouon pas més rèmuda ni sous quais ni sou pount, ni ser la plaço dé la Concorde, et las carrétos dous rouliés arribaouon toutos toucantos dè l’Arc-dé Trioumphé (sic), dount la grando arcado èro estado, draouïdo coumo én 1871, quand lous Allemands hascoun la cruello entrado solennello diguéns Paris.
Lou grand architecto de l’Univers ey estat mandat énta hé marcha la bastisso d’après lous plans qui a establits dempuch loungtémps et enta millou én surbeilla l’exécutioun, s’ey anat acaraoua sou pignoun dé la Crampo.
Lous francs-maçous soun pas francs- balênts (sic) et lou trabail heyt lous hè pas pouo. Trabaillon pas à la bastisso qué un jour per sémano et quand y soun at boulérén hè tout d’un cop.
Lous qui paouson lous cantous attendén pas qué las muraillos dous coustats sion dé haoutou.
Lous charpentiés an quillat las crabos dè touts coustats et lous saoumés soun déjà à la cabeillo enta paousa lou téoulé sulomént las muraillos n’an pas cinq piès dé haout et caouo atténdé qué lous feniants dous maçous bouillén si hè dé basti.
Lous énténén presqué touts à jura, à s’embijarra enta hè bésé aou poplé qué soun bien balénts et lou praoubé populo espio aquéro cacophonio et qué sous députats soun més francs-fumistos qué francs-maçons.
Qué bets aquet poplé dé maynatgès qué lous abords dou Palais Bourbon, seran touto la bito empachucats dé matériaous et qué las bastissos proumèsos sè héran pas jamès.
Bèsem plan nous aouts maynatgès dou Gers, ço qué foutén lou Decker, lou Cazos et lou Noulens : Bounno bito, boun temps, prouménados sensé fin en pruméro classo, presqué jamais à la la Crampo et taplan lous sous votés soun marquats coummo presénts ; lous amics voton per éris !
Sé foutén un paouc dé « l’Impôt dou rébéngut et malgré aco bon pas esta traitats dé fumistos.
Coummo lous apérèrets bous aouts ?


VARIÉTÉS
—  CADO DÉ CAP D’AN
—  « A MA MÈRE »

Lou païret à la man ou lou sac sér la réo,
Ja caouqué tems lous mainatjous
Anauon dus à dus én démanda l’éstréo
Enta cap d’an pér las maïsous.

Lous dauon ésquillots, aouéras ou pastillos ;
Lous païréts èron bisté plés !
Daqué téms qu’èro la modo pér las famillos ;
Més adaro n’ac hèn pae més.

Démoron touts déguéns près dou huéc bien sarrats.
Au loc d’ana pér la tourrado :
S’escimén simplomén cauqués mots bien troussats
Pér sè souéta la boun’annado !

D’autôs bous dérén plan cados flous dé la tèrro :
Né podi pas hè tout aco !
Lous us an un casaou, lous autés un partèrro
Més jou n’éi pas qué flous dou co !

Bous porti tout ço qu’èi, souhèto bounos pénsados
Boun deran pae toutis astan !
Qué Diu bous dounqué dounc béro troupo d’annados
Séra moun cado dé cap d’an !

CYRANO.


– 1905 –

Bous souhaiti bounno annado millou qué la passado.

En fait dé denrèos, la défunto annado, ni pas estado ni bouno ni machanto. Blat pas trop, siouazo ouaïré, forço bin, caoucos patanos, fruto enta rassasia lou porc dé Mr Curé. Aquiou lou bilan dou paysan !
Coummo lou bourgés dé la bilo, lou paysan sé counténto pas dé minja pan dé béoué piquetto et dé croché caouquo bounno sébo ; qué bo tabén gousta lou fricot et abala un hourrup dé café.
Saquéla sé mérito, mé sémblo dé sé tratta asta plan qu’un citadin, pramou lou paysan qué remudo la terro per la forço dé sous brassis et qué l’arroso dé la suzou dé soun frount.
Qui méritéré lou prumé la pénsioun prouméso pous socialistos as trasbaillurs ; l’oubrié dé la bilo ou l’oubrié dous camps ?
Respouni pas én aquéro questioun pramou jamais dé la bito la respounso sérec pas utilo.
Forço proumessos héran toutjours plasé as simplés et uo soulo réalisatioun, héré pas qué jalousis.
Dounc, Camarados dé bilo, toucats-mé man, énta mous réndé pas jalousis, seran couyounnats én bloc.
Lous maquignous coummo lous aoutés passon aou laminouèr et praco sé méfion : Eepiats-lous (sic) en aquestos bèros heïros, dou prumé dé l’an. Cajolon lous proupriétaris en t’aous croumpa lou bestia. Y marcandéjon, y batalon, ban bénguén et sé podén pas hè caïjé l’hommé, sé tiron dé daouant ??? enta ensagé lou marchand.
Pendént aquét témps un amatur qui a énténut lou marcat, y bouto l’escut dé désaccord et lou praoubé maquignoun, a emplégat touto la chaliouo en t’aou Rey dé Prusso.
Lous députats socialistos, ou radicals n’an emplégat forço tabénc, coummo lous maquignous, sulomènt lous maquignous coummo lous camarados, soun estats couyounnats et lous députats soun lous couyounnurs.
Quey ço qué proumettoun lou Nouléns, lou Cazos et lou Decker aouant las electious ?
Pruméromént, la suppressioun dé touts lous impôts dé la terro.
Est-ço qu’an téngut la pronmesso (sic) ? Oui, én hè paga prou, enta créa uo pénsioun as députats quand sion foututs à la porte.
Aquéro questioun s’aouon desbrumbat dé la bouta sou programmo, mais coummo s’at aouran bien gagnat, sé desbrumam pas las suos retraitos et Pago Paysan !
Sécoudomént, n’aouon pas dit qué fermérén las éscolos libros. Mais coummo soun bien respectuousis dé las oupinious dé tout lou moundé, an beyt ferma toutos las escolos dé frèros et surs enta qué lous maynatgés estessén enseignais à la suo modo et qué més tard n’y aoujo pas més croyants ni en Dieu ni én diable.
Troisièmement, aoun dit qué bouléouon pas què la Franço estessô goubernado pér un Papo romain. Enta hé rempli aquére décisioun, an créat un goubernoment souterrain, supériur aou Goubernomént dou Loubet et lous Curés rouges appérats vénérablés francs-mouchards, soun estats incargats dé dirigea l’opinioum (sic) én Franço et d’aro én la, la franc-mouchardiso unibersello réprésentado én Franço pér un députai dou nom dé Lafferro hè exécuta touts lous décrets de las lotjos.
N’y a prou aouey d’aquéro listo dé couyouunados ; poudén touts bèèsé qué lous nostés goubernants se foutén dè nous aouts. Mous amion à la heyro per un cabesté dé her, mous y hèn ségui coummo dé bieillos bourriquos et s’at s’abéouon coumpréngué, lous foutérèn én aquéts tristés députats, lons ??? dus pès dé darré, ser la gulo, prou fort én-t’aous embricailla lou clesc.
Aquets tristès citoyens, mous héran la rodo pendéent aquestos heyros.
Lou Cazos réunira lous atoucayrés (sic) à la Sous-Préfecturo de Leytouro ; lou Nouléns à la dé Mirando et lou Decker à la mairio d’Aouch.
Lous bourriquets y anguéran reyna et lous citoyéns librés lous espiéran dambé tristesso.
Lou mén souhait dou prumé dé l’an séra dé bésé qué lous hommés brabés et intelligents sé déchèn pas més amia pous carrouturs et qué lous qui tenguén la cordo dou cabesté récèlon lous cops dé pès dous asès et qué lous coupén la figuro.
S’ataouo arribo, l’annado qui coummenço séra millou qué la passado.
Boun jour et boun an.
Lou maquignoun d’Aoubiet.


S’EMPOUSOUÉRAN !

Lous députats an aougut coumo lous dronlés et lous gouyats estudiants, las bacanços dou prumé dé l’an.
Aquets Messius éron touts aouéjats dé la bito dé Paris, pramou soun oubligats noun pas d’assista à las séènços, pusqué lous présénts voton pous absénts et qué cado més, tocon 750 francs, mais soun fourçats dé minja enta bioué et la car dé Paris, coueyto dambé burré drougat, lous estoumago.
Après aco, passon dé machantos souérados. Un régimént (sic) dé Damos soun à soun serbichi et n’an pas coumo lou sultan dé Counstantinoplo un sérail énta las y embarra. Aou countrari toutus aquéros damos soun libros dé loutja oun lous hè plasé et lous députats soun soubén diguéns l’oubligatioun dé las arrousséga, as bals masquats as théatrés et après, dé lous téngué coumpagno énta minja la soupo aou froumatgé et las éscraouissos bien piquantos et bien pébérados. Sé mounton ensémblé la humetto et jugeats après coumo an idéo dé dromé lou resto dé la neyt.
Sé coutchon à l’aoubo, sé léouon à meïjour manquo un quart, justè snta (sic) sé bouta éa taoulo et figurats-bous coumo lou bnrré (sic) rancé lous bouto én appétit.
Coumpréngui dou plan qué aquéro bito lous ruino lous estoumacs et qu’ey justé qu’aoujon bacanéos, forço bacanços !
Praci soun més tranquillés, sé coutchon à naou houros dou sé et sé léouon taléou qué lou tour dou cadran dé la pendula ey acabat.
A modo d’apéritif sé laouon l’estoumac dambé tisano d’ors et d’agram sucrado à la mèou d’abeillos. A déjuna, minjon uo bounno soupo dé caoulets à la grècho d’aoucoet proufiton dé la sasoun enta sé régala dé garburo, dé léngos dè canard et dé capousroustits (sic) et truffats.
Lous sollicturs dé plaços et dè ribans porton l’un uo lèbé, l’aouté un pareil dè perdigats, un troisièmo duos bécassos et lou députat minjo dus cops pér jour et pér arré gourmandisos qui paguéré à Paris duos pistolos pér répas.
Proufiton encouéro prassi dé caouco petito souérado dansanto, oun bous founctiounnaris ban et y coundousichén las suos fumellos, enta hé senti aou boun protectur députat lous baoumés qui las accoumpagnon.
Las aoudous de las Parisiennis pudén aous esgouts dé Paris et las aoudous dé las Gascounnos à l’herbo dé las bouzigos.
Saquéla an dit qu’aou darré bal doit nosté députat, l’aoudo qui douminaouo èro la dé mourté, tellomént y aouo maçons francs ou francs-maçous.
Jou mé fouli ??? un paou d’aquéros hestos pramou qué souy, coumo lou rénard : soun pas prou madurod !
Quoi qu’én sio, lous députats sé rébiscolon (sic) én Gascougno ; quand tournon parti à Paris soun pas més énraouquats et én arriba podén tourna récoummènça la noço. Et disé qué quand mèmo y a toutjours hommés sériousis qui ious prénguén aou sérious.
Bous direy légit ser un journal qué lou doctur Huchard, mémbré dé l’académio dé médécino a descoubrit lou mouyen dé hé paga las impousitious pous féniants et qu’a adressai lou soun projet as dèputats et as sénatous enta qué lou hascoussén appliqua.
Praoubé Huchard, hé sé couyounno ! Aco ey coummo qui diré, boulé hé trabailla la terro én un féniant ou béoué aïgo én un béouét.
Qué soun dounc lous députats si nou dé féniants, per la plupart et coummo bésén qué la majoritat ey coumpensado dé nouçurs, dé féniants, dé boulurs, lou Huchard baou pas la peino qué sé hasco illusious. Qué s’occupé dé coupa las fiébrés as malaous et qu’ordonné aou chef dé la buvetto dé la Crampo dé bouta arsénic diguéns l’absintho. Sé lou Huchard pot arriba én aco, béirats ço qué débenguéra la majoritat, lous très quarts s’émpousouèran et lous sobrés et lous baléuts, dèmouréran lous mestrés dé la Franço.
Ataou anguéré plan ! Adéchats a toutis.
Lou maquignoun d’Aoubiet.

P. S. — Eri dimécrés aou marcat dé Gimount en train dé croumpa un pareil dé bouéous et lou marchand m’én bouleouo 905 francs. Jou mé daouy lou coumpté round, quand tout d’un cop bésouy én grossos lettros ser un journal qué bénéouo la Justino « Brisson battu par Doumer ».
Bravo sa digouy-jou, un d’empousouat ! Lous affas ban un paouc millou, lachi lous cinq francs sous bouéous et m’en tourney a Aoubiet mes countént.


ALLIATS

Lous praoubé poplé Russo sé trobo gahat per uo tristo maladio, més machanto qué l’influenza et d’après las dépèchos arribados prassi y a ditja forço morts et d’aoutés més noumbrousis qui s’apréston à rendé l’âmo.
Dempuch caouquos annados lous anarchistos russos et lous nihilistos trabaillon per débat man, escriouén libés réboulutiounaris intitulats : La chuto dou Tsarisme, La débaclo russo et tant d’aoutés qué nou counéchi pas. Aquéts libés soun distribuats à dréto et à gaoucho et sampa lous Russos sabén légi pusqué las lecturos lous mounton l’esprit aou punt dous fouté én reboulutioun.
Diméché darré lous anarchistos aouon mountat uo proucessioun d’ambé lous oubriés de Petersbourg en grèvo et apuéro proucessioun bouléouo sé bouta én rapport d’ambé lou Tsar.
Lou Tsar n’èro pas én billo sé troubaouo à bingt kilomestrés d’aquiou, aou castet dé Sélo, mais lous sous représentants à la capitalo bouloun pas aoué affas d’ambé lous manifestants. Lous cridén dé sé dispersa. At bouloun pas hè ! Lous hésoun péta uo fussillado à blanc enta lous hé poou ; arrénc ! sé boulon pas quitta et gulaouon més fort. La troupo tirect alabets à ballos et estec pitoyablé dé bésé caïjé tant dé victimos innoucéntos.
Lous praoubés oubriés paguèn la farandolo et lous mountur dé cops sé trobon louy dé Petersbourg. Soun à Paris, à Vienno, à Genèvo, pertout à l’estrangé enta risqua pas la mort.
Ey bien tristé pou poplé Russo qué sé bouté én Reboulutioun aou grand cop dé la guerro et lous Japounésis qui an fournit l’argént énta hè la proupagando réboulutiounnario én Russio, an heyt un cop més fort, qué s’aouon destruit yaouto escadro.
Lous Japounésis éron foututs sénsé la réboulutioun et aro poudéran esté trioumphants sé duro la catastropho.
Mé soubengui dé la bisito dou Tsar à Paris et dou counténtomént dou Francésis per aquét acté.
Tout lou moundé cridaouo : vive la Russie, vive l’Empereur !
Quin cambiomént dé temps dempuch alabéts !
Lous journals dé l’époquo èron enchantats d’émpuch la la Lanterno d’inquo la Raison et aro bésèn aquéro presso ignoblo caijé (sic) sur la Russio et presqué l’excita à sé bouta touto én révolto.
Lous mèmos hommés qui cridaouon bibo la coummuno én faço dous Japounésis.
La réboulutioun ey préférablo à toutos las fourtunos, à toutos las tranquillitats à toutos las existenços
Aquiou dé bous francésis dount podén esté fiers lous alliats Russos
La guerro d’aouey, lou Tsar la bouléouo pas pramou sampa qué sé méfiaouo qué séré la perto dé la Russio ot aouo rasoun.
Lou trioumphé dous Japounésis poudéra cousta cher més tard, à las natious Européennos et lous reboulutiounnaris qui arrisén poudéren hè ploura, aou sieclé prouchain, lous poplés dé l’occident qui an l’ayré dé s’én fouté.
Pramou d’aco, lous désordrés Russos mé crébon lou cho et qué souhaiti qué la Proubidenço qué tourné la tranquillitat én Russio. enta qué sorté victouriouso dé la guerro Japounéso.
L’intérèt personnel n’ey pas déféndut et malgré lous anarchistos qué caou souhaita la pax intériuro as nostés alliats.
Lou maquignoun d’Aoubiet.


A LA PAILLÈRO !

Parich que lou hil dou fu Cassagnac qu’ey estat adouptat pou cantoun dé Plasénço coummo lou successou dé sou pay.
Diguéns lou Gers sabén touts qué lou fu Cassagnac éro un hommé grand én taillo, én esprit, én paraoulo, èro esgalomént rémarquablè enta sé fouté un cop dé pounchoun et énda enterra lous adversaris dambé la suo garlaméro.
Aquét hommé éro célébré diguéns lou moundé entié ; lous francèsis qui bouyatjon l’univers, poudéouon parla dou Cassagnac, èron coumprésis pertout coummo s’aouon parlat dé Roosevelt, dé Nicolas, dou gat dé Perso dou Négus ou du Papo.
Aou dessus dé forço cèlébritats doun sé parlo lou Cassagnac ey estat capablé dé proudui dus dronlés, mes grands qu et mèmo én taillo et qué disén qué quand sién à l’éstiou dé sa bito, qué séran en talént ço qué soun én taillo.
Lous bougrés, qué soun encouéro maynatgés et qué parlon ditja coummo hommés, qu’escriouén coummo dé grands coumpousiturs et las suos plumos qué péton coummo lou fouet dou carréjaïré dou nosté moulin.
L’aïnat n’ey pas majur dé 25 ans coummo at caléré énta esté counseillé et taplan la majoritat dous votants dou cantoun l’an boulut caousi dé préférénço én y aouté plan majé d’annados et plan més susténgut pous directurs d’électious.
Lou Préfet d’Aouch, bouléouo pas lou Cassagnac, lou Sous Préfet dé Mirando tapoc ; lou Destious-Junca tapoc ; lou Latterrado tapoc ; lou Decker tapoc ; lou Nouléns tapoc ; lou Thierry tapoc ; lou Aucoin sampa tapoc.
Ser trento mairos et adjoints dou cantoun dé Plasenço én coumptaouon bingt qué lou bouléouon pas tapoc.
Enfin n’at régént n’oun bouléouo ; presqué nat factur. Nat franc-maçoun s’ey pas demourat tranquillé chez et, touts qu’am marchat d’ambé lous buralistos et mèmo lous cantounniés aquets praoubés trabaillurs fourçats à qui lous proupagandistos radicals an heyt perdè trés ouros per journado enta saluda lous tracurs dou Magénc.
Oh ! francomént, angouy darréromént à la heïro dè Beaumarchés et dempuch lous maquignous d’inco aous mestré-baylet, tout lou moundé aouo la figuro tristo coummo la dous plouyrayrés Annamitos pagats entaous énterroménts. Oh ! sa diséouon touts : Praoubés moutous qu’ém, coummé ban poudé ana à maou hè d’ambé tant dé bergés et tant dé cas labris !
Ah ! sadits un bieil marrou, qué mous bon pas décha pèché qu’aou darré dous grands braous ?
Millo foutros, mé bouti daouant et séguichém-mé tant qué pouscots à traoués lous prats dé réserbo dé l’Arros et méfiats-bous dous labris !
Fait et dit, Diméché passat, lous bergés érront léouats dé maytin, lous cagnots aouon bien soupat lau Dichatté, mais la hame lous èro tournado sé boulèouon bien gagna lou dinna.
Daouriscoun las portos aou troupét et sé boutén daouant én disé : rou, tè, tè ! à tu picard ! … à tu bergèro ! … mord-lou én aquét ! … pico darré !
Quand lou troupet bésouc un camp dé bésso bien à pourtado, foutouc caouqués saouts a dréto, à gaoucho, lous labris né poudoun pas esté lous mestrés, lous moutous mousséguén pertout et y aougouc més dé la mitat dou noumbré qué proufitèn dou fourratgé tréndé.
Diméché sé, lou Magénc n’estec pas countént dous moutous, pas mèmo dous bergés, ni mèmo dous cagnots.
Lous moutous soun estats lous mestrès, tant millou per éris !
Lou Cassagnac qu’éro lou marroun, pas lou bieil mais qué baléouo astant !
Lous bergés n’aouran pas l’estréo, aou countrari séran engulats et lous praoubés labris. aou loc dé trouba la soupo trémpado, lous foutéran un dop dé pé et lous cridéran :
A la paillèro, féniants !
Lou maquignoun d’Aoubiet.


LOU CADET

A Paris qui y a uo maysoun én formo dé bèt, rédé bèt oustaou et diguéns qué si trobo uo sallo dé théatré dé rénoummado. Aquet oustaou qué s’apèro la Comédie Française ou la Maison de Molière.
La réputatioun d’aquet théatré quey unibersello et lous artistos soun triats parmi lous qui an lou més d’esprit.
Aou jour d’aouey lous prumés d’aquets artistos soun lous frays Coquelin et lou més célèbre qu’ey lou cadet.
Quand débito uo coumédio, lou cadet récito ço qu’a apprés per cho, mais qu’at dits dambé uo tello manière, qué lou public s’y estouffo d’arrise ou si houn én ploura, tellomént qu’après cado séénço lous garçous dé la sallo emplégon cinq sacados dè réssec, enta échuga las larmos ou lou pich qué lous hommés et las hemnos s’an escapat sou parquet.
Lau cadet a dounc uo bando dé partisans ou d’admiratous et lou considéron tellomént qué lous sous amics lou bon hè présenta endé senatou diguéns lou Pas- de-Calais.
Ta-léou qué lous journalistos an sabut aguéro noubello, l’an anat trouba enta sabé s’éro bertat et l’an paoussat aquestos questious :
— Ey bertat qué bous présentats Sénatou ?
— Perqué pas Empéreur, sadits lou cadet.
— Aouets idéos fixados én politiquo ?
— Oh oui, sadits lou cadet, talèou noummat mé hérey valida et mé diran : Dignus es intrare in nostro docto corpore.
Eu puch qué mountérey en chairo et qué lou récitérey moun monologuo célébré : La Situation.
— Et la situatioun sociale ?
— Oh jou, sadits lou cadet, qué préféri lou souciétariat…, touts souciétaris après un appréntissatgé, bien enténut, Puch àprès, aou loc dous doutzièmos provisouèros, què souy enta las mésados définitivos dambé lou mandat lou trénto, toutjours lou trénto sounqué lou 28 février per un cop.
— Et la délatioun, qu’én disets ?
— Oh à la Coumédio, n’im pas délaturs, qu’ém touts dé bous siguos et pourtant caouquè cop qué boutan diguéns lous journals : Ce soir, à la Comédie Française, Coquelin cadet dans les Précieuses Ridicules. Néanmoins, consultez la Fiche,
— Quin hommé d’esprit !
— Jou, sadits lau cadet, proupousérey uo grand réformo aou Sénat. Bouléri y hè paga las plaços aou pnblic. Aco rappourteré enta mous paga. At hasen coummo quo à la Coumédio et qué soun dounc lous hommés politiquos ? … Coumédiéns ! … dé machants coumédiens, mais enfin coumédiens !
— Sadits lou journalisto, la bosto idéo ey justo et lou jour oun prènguérats la paraoulo hèran oueyt millo francs à l’éntrado.
— Flattur ! sadits lou cadet, et lous dus hommés sé quittén ser aco.
Lou Coquelin ey un chic typè, qu’ey un hommé d’esprit et èn éntené la suo coumbersatioun ey dé bésé qué n’ey pas un passiounnat én politiquo. Gaouzi paria qué n’y pas ni radical, ni socialisto, ni réactiounnari, qué démoro coumédien d’un grand esprit et qu’én sa qualitat de coumédien què bets bien et qué jutjo millou sous semblablés.
Lous aoucats sé counéchén entrè ets, lous piots tabén, lous boulurs tabén, lous jougayrés, lous cassayrés et toutos las catégorios dé brabos et machantos géns sé counéchén touts.
Bésets sulomént Aouch ! Oun ban lous hommés chics ? Aou Café Darolos ! Oun ban lous trimardurs ? Aou Retour du Tonkin !
Sé lous électous éron coumédiens, aou loc d’esté un troupet d’agnets, counéchérén lous coumédiens qui mous goubernon.
Ja ! sé bouléouon toutjours jouga la coumédio, aou loc dé décha minja et béoué, lou poplé quand a sét et hamé lou poplé bouléré préngué la mésado lou trento dé cado més, aou loc dé la décha empoutcha aous coumédiens qui la panon
Adéchats à toutis.
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


PANIQUOS

Dibès darré angouy à la heïro dé Bic- Fezensac enta croumpa couatè bouéous et coummo lous affas marchon douçomént, à duos ouros n’aouy pas amassat encouèro qué un pareillat, pas trop bien camats et bous minjaïrés.
A duos ouros et miéjo eri én marcat dé dus aoutés, quand tout d’un cop sénsé aoué lou témps dé léoua lou cap, lout lou hériou estec én réboulutioun. Uo paniquo sé foutouc sou bestia et bouéous, braous, hacos et bédèros sé birén cap et cu et partiscoun diguéns toutos las directious coumo sé uu (sic) millioun dé taouans s’éron abbattuts sou hériou. Espiaouon pas oun boutaouon lous pès én courré et lous hommés èron desquillats coummo aou massacré dous innoucénts qué coutchon ??? lous gouyats à las barraquos dous gitanos, à cop dé paoumos quand soun adréts.
Estey dous prumés coutchats et quand mé réléouén lous camarados, mé troubey doulous aou bénté, à las camos et aou clesc dou cap.
Sabéouy pas trop ço qué én pensa. Mé pourtén à l’espitaou ; lou médécin mé passec la rébuo et lou demandey sé m’aouy heyt bien maou.
Mou amic, sadits lou Doctur, sé bous aouets heyt maou at troubats millou qué jou. tout ço qué bési qu’ey un petit traouc aou cap et crési pas qu’én mouriscots.
Aquet Doctur mé rébiscoulet lou cerbet et mé tourney quilla. Tourney aou hériou et troubey pas més ni lous braous qui aouy croumpat, ni lous aoutés.
M’én calouc tourna à Aoubiet, dambé lou bénéfici dou dangé qui aouy courrut, bien hurous d’en aoué escapat en aquét prex.
La hemno en arriba mé demandec : As croumpat boun marcat aoueyt ? N’ay pas croumpat arrénc, sa digouy-jou, et lou countey l’affa.
Ah qui ataou qué sé passon las caousos, sadits la hemno. Boy pus qué tournés a las heïros. Lou mestié dé maquignoun baou pas arrénc més et sou marcat las hemnos podén débéngué bèousos, oh nou sadits la hemno. mé boy pas abéousa ! En cas dé paniquos as hérious n’y tournéras pas ! Déchey disé la hemno mais, éntré jou mèmo, n’én pensaouy pas méns.
Coummént, tourna pas as hérious, mais balléré millou mourri, Et qué dirén lous camarados ? Dirén qu’éri biel et (sic) pec, ou bien qu éri sénsé lou so et ruinat.
Nenni, n’at diran pas et sé podi pas parti cinq jours per semano, partirey trés, et noum d’un diablé, tant qué pouscoy courré croumperey et bénerey braous !
Qué soun dounc las paniquos qui m’an heyt maou aou cap et qui hén pouo à la hemno ?
Ay démandat l’explicatioun à forço maquignous. L’un mé dits qui a uo poudio sécréto jitado per terro én plusieurs éndréts aou cop per plusiurs coumplicis ; la poudro quand ey à l’ayré, qué bolo à traoués dou hériou et touts lous animaous soun éncoummoudats d’aquéro aoudou.
En un moumént baillat lous més bijarrés sé bon fouté lou camp. Lous aoutés, pas trop counténts tapaouc, se décidont à parti et lous sentiménts dé toutos aquéros bestios sé coummunicon coummo pér un télégrapho sénsé hiou ; la réboulutioun esclato mais rapido qué las dé Moscou ou Petersbourg.
D’aoutés maquignous m’an assigurat qué certains hommés s’amusaouon d’un poudé infernal qué Lucifer lous aouo baillat et qu’én dé sé bénja dé la mounédo que lous balénts sé gagnon quand ets, lous féniants, soun tan soubén diguéns la décho, én agi la puissénço occulto énta hé souffri l’humaninatat (sic) pous malhurs qui arribon.
Aquéros questious estén tratados n’y a pas loungtémps à taoulo, à Saint-Jean- Poutché, per uo bando dé maquignous.
Discutén loungtémps et cado thêorio aouo sous partisans et lou més grand noumbré estéc d’abis qu’énta arresta ou empatcha las paniquos, caléré s’adressa aou més fort déouyn connéscut, aou més fort cardin dé la countrado.
Perquè pas aou grand architecto dè l’unibers, sadits un coummis-bouyatjur, qui mous escoutaouo.
Lou grand architecto, sa digoun nous aouts, a heyt trop dé bestiésos éngouan. A baillat courbados trop infamos as escriouants dous témplés maçonniquos énta espéra d’aquéro célébritat un bienheyt éntaou poplé.
Un cardin baou millou, mous ordonnéra caouqué pétit rémédi pas bien cher. Caouqués loubidors, mouluts én poudro, abarréjats dambé un pessic dé terro dé trés céméntéris et aquéro poudro esparricado en crouts aou mey dou hériou, ou bien caouqué rémédi diguens aquet genré et coummo touts lous qui ban counsulta aquets proufessiounels én soun d’habitudo soulatjats, nous aouts maquignous, troubéran ataou lou boun rémédi countro las paniquos.
Estec finalomént décidat dé hè uo quisto énta poudé sé présenta énta l’hommè (sic) dé l’art.
Et qui direts qu an cargat d’amassa la mounédo ? … Lou bosté serbitou !
Mais, siats tranquillés, un cardin la touquéra pas ! …
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


A LA PRÉFECTURO

Dichatté gras aou sé, brouméjaouo espés et y aouéouo uo bardouillo aou hériou d’Aouch plan prou suffisénto enta y hé bardéja cinq cénts troujos ou porcs.
Jou, én sourtiscouy bien perboucat sous broudéquis et per las guêtros.
Coummo té bas arrénja mé digouy-jou ? Es imbitat à la bastringuo préfectoralo et cadéré esté propré enta sali pas lous qui seran én toiletto. M’én angouy trouba lou Tom, ser la plaço, et mé hascouy bien décrouta et cira aou ciratgé lusént. Lou Tom qui lou hil dou praoubé défunt Mina, un brabè hommé et la famillo desmentich pas, soun touts brabés, mais lou Tom eyi encouéro lou supériur et bous respoun qué quand mé déchec qué lous souliés et las guêtros qué brillaoun et qué poudeouy mé présenta sou pourtaou dé la Préfecturo.
Soupa, hé un tour aou café estec un mouyen d’attendé las ounzé ouros enta sé présenta à la souérado.
Estey exact et lou prumé ser la porto. Un garçoun chic mé récébouc, mais enta jou n’estec pas bien agréablé.
Oh ! perdon, Mossieu, sadits lou garçoun, vous n’êtes pas bien en tenue pour la soirée, il faudrait s’arranger.
— Eh, sa digouy-jou, Mina il m’a bien nettoyé pourtant.
— Oh la chaussure, ça ne me regarde pas, il brille assez, sadits !
— Et alors, sa digouy-jou, il faut une veste de coulou ?
— Non, Mossieu, il vous faut une queue dè morue.
Hascouy demi tour et galoupey dé suito à la Samariténo, countey l’affa aou patroun et boun marcat, mé baillec un frac négré, un gilet bien esgaoubiat, uo crabato blanco et un chapéou à claquo.
En cinq minutos estey fier. Tourney daouant lou garçoun aou pè dè l’escalé dé la Préfecturo et y arribey sensé crainto, éri bien à l’ordonnanço.
En effet, lou garçoun mé recounescout pas, lou mé calouc tourna hè bésé l’imbitatioun et quand lègiscouc : Lou Maquinoun (sic) d’Aoubiet, mé foutuc ser jou un graud pareil dé oueils et uo bouco coumo uo tampo dé barrico !
Aouy l’ayré d’un couseillé d’arroundissommént ! Praoubés paysans dé lectous d’aquesté journal, n’aouets pas jamais assistat én un bal dé Préfecturo ? Eh bé qué bous plagni ; sabets pas ço qu’ey qué la bero et poulido bito.
Bous at bouléri hé coumpréngué pusqué jou qui ey sentit las bounnos aoudous, minjat las bounnos cocos, béougut lou champagno pétrillant, fumat lou cigares expuis et alisat lous brassis poudrats dé las héros climénos qui l’esprit tentatur aouo embouyados, enta perdé la foulo masculino, jou disi ay aougut aquéro chanço !
Mé caléré escrioué duos pajos dou journal enta bous bien expliqua aquéro souérado. En cinquanto lignos n’a podi pas hè.
Bous direy sulomént qué lou Préfet d’Aouch qué coummando bien lou soun moundé et qué lous qui bon coummo èt plaços et aounnous soun bien fidelés aou rendez-vous.
L’assisténço sé coumpoussaouo, à part las fumellos, dé touts lous cheffis dé las administratious, dé counducturs dé routos, coullectous dé las impousitious, pousofficiés, rats dé caouo, counseillés générais, d’arrondissomént, médécis, caouqué noutari (pas tropis), et surtout lous postulants députats, tels què lou baroun Péraldi et lou richard Délious.
Touts lous grands corps d’estat éron présents. En fait dé maquignous y bésouy pas qué jou. Haourés, taillurs, charpentiés, maçous pas tropis tapoc.
Saquéla y rencountrey un courdounnié dé Flourénço endiménchat coummo jou et un mouliè dé Coundom.
Serquey pertout lou Descat dé Mountestruc et m’aonré heyt plasé d’y trouba un hommé qui parlo pas Parisien coummo lous aoutés et qui coumpréng millou. Lou demandey aou bal, mé digoun : Descat ne danse pas…, il doit être au buffet.
Angouy aou buffet, aou fumouer, à la tsrrasso. Enfin, passey à la cousino et las cousinéros mé digoun : Descat n’ey pas à lo hesto, pramou qué sé hé toutjours millou dambé las cousinéros qué dambe lous embitats et assi à la Préfecturo y a aougut plan més dé Préfets qué dé cousinéros et tabé las cousinéros l’an toutjours bien susténgut aou proché dous Préfets. Bous, Maquignoun, bous y hasets pas prou dambé las cousinéros dé las Préfecturos, pramou d’aco n’es pas coumo lou Descat, mairo, counseillé général, ribannat dé bert et dé rougé et puch sé lou Préfet sé desbrumbaouo dé l’imbita, nous aoutos sérén aquiou enta l’y fourça et gnia forço qué bénguérén assi, si lous y embitaouon.
— Y aouy pensat et lou maquignoun sé desbrumbéra pas dé passa à la cousino après aoué saludat la Préféto.
Saquéla lou Descat éro pas à la hesto et pramou d’aco m’y aouejey.
Enta acaba dé tua lou temps tourney mounta pér las crampos et arribey enta dansa lou coutilloun. Aco qu’ey rigolo ! Ah qu’arriscoun aquéros fumellos.
S’y tourséouon las fessos coumo à la danso dou bénté et las cascarottos leus trémoulaouon coumo campanés lou sé dé Nadaou.
Lous bieils Directurs éron couténts coumo perrous aou més dé may et jou qu’en foutouy per terro en dansa la finalo m’en tourney counfus coumo un renard sénsé couo.
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


L’INDIGESTIOUN

Souy pas tant countént dou Bal dè la Préfecturo qué lou jour oun én hasouy lou racountatjé pramou à la suito dé leslis qui mé hascoun fouté lous souliés herrats sou planché bernissat dé la sallo dé danso, un caillioua sé mey enflat et mé hô maou encouèro.
La nosto hemno m’y a foutu siés cataplasmés dé liolo, éntout rouna et maougré aco én souffrichi encouéro.
Quand auguérey hé ma bisito d’indigestioun aou Préfet et à la Préféto, lous direy dé hé pas trop lusi lous planchés en cas dé hé coupa caouquo camo as paysantots qui embitén, pramou n’y aouré caouqu’un qué lous attaquéré én proucés enta lous hé paga lous accidénts d’oun sérén respounsablés én bertut dé las justos loués dé la Républico francéso.
Sé méfion pas d’aquéts incoumbénients : lous y hérey pensa !
Lous remercierey én mèmo temps d’aoué fournit à la brillanto réunioun dé galounnats, dé décourats dé rougé, dé bioulet et dé bert, dé tant bounnos cocos dé pâtissié, dé Champagne Moët et Chandon, Mercié ou Rœderer qut mous caouhec à touts la cabocho, qui réndouc las fumellos tant rébiscoulados et tant provocantos.
Jou podi acertaina qué n’éri pas béouét couéqué m’y foutousi per terro et praco y mingey siès briochos énta abala lou thè, doutze méringuos énta lou cachéta aou houns dé la garlaméro. Say pas quantos coupos dé champagno estourbiscouy ni quantis cigarros cramey, sensé coumpta lous siés loundrès qui desgaouchiscouy énta lous hé fuma aous més camarados én maquignounismé qui pagon las farandolos dous founctiounnaris et qué proufiton pas mèmo dou hum qui s’escapo per las finestros dé la suos sallos dé hestos.
Jou mé bouléri pas truffa dous qui pagon et s’aouy pensat à mé hé ségui d’un payret brégnadé, l’aouri bien atucoulat dé pastis, dé briochos. dé millo-fuillos enta én hé uo distributioun un dichatté én plén hériou d’Aouch.
Bous respouni qué tout lous Jamets, lous Menicos, lous Firmins, lous Poulichos, qu’aourén heyt bésé las cacbolos et qué lou plein payret qué séré estat bisti barbolécat. Lous aoubergistos aourén arriscut tabénc pramou ets qu’aourén bénut lou bin blanc.
Et touto la populasso dous countribuablés présénts èn aquéro petito hesto, qu’aouré dit qué n’aouy pas aougut tort dé hé pourtioun aou poplé dé ço qué lou poplé pago.
Aquéts bougrés de founctiounnaris n’an pas dé bounnos idéos qu’énta ets et qué podi disé qué sé ressemblon as gats.
Tous gats diguéns las cousinos y soun coummo chez ets. Saouton sar las taoulos, sous bachérés, lécon la padéno, s’embarron diguéns lous buffets et pénson pas brico as mestrés dé las maysoun. Lous panon toutos tas gourmandisos qui podén et lous at embricaillon sénsé remords. N’an pas piétat dou proupriétari ni dé la bordo, ni dé l’oustaou et quand bien mèmo lous mestrés séran foututs à la porto ou exproupriats ; n’an pas nat chagrin et quitton pas la maysoun entaous ségui diguéns lou malhur.
A jou mé rappélon lous régénts dé l’Empérur Napoléon III. Èron bonapartistos diguéns l’âmo et èron fiers dé bouta lou soun portrait ser toutos las chéminéos. L’Empereur partit, croumpén touts uo Marianno et capérén dambé lou soun physiquo, l’imatgé dou déstrounat qui débéngout tout d’un cop un bandit. Pensi qué lous émplégats dé las bilos hascoun pareil, puisqué énta toutos las héstos dou 14 juillet y a drapéous et lampious ché tout louts fouctiounnaris per tant petits qué sién.
Lou jour oùn la Marianno séra remplaçado per y aouté chef, quinqué sio, lous gats dé la Républiquo qué quittéran pas la maysoun et coutinuéran à s’embarra diguéns lous buffets dou naouet proupriètari et qué héran coummo à la Préfecturo, qué sé sadouréran èncouéro as despéns dous countribuablés aou risqué, coummo hasouy jou, dé si attrappa uo indigestioun.
Qui pénso pas coummo jou, qué léoué la man !
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


SÉPARATIOUN

Diguéns touto assouciatioun quino qué sié, entré boulurs, canaillos, brabos géns, maquignous ou fabricants ey pian raré qué lous assouciats s’expliquén pas aouant dé s’assouciat ser la réglos qui séran séguidos péndént la durado dé las opératious. N’y a qué passon uo pouliço, d’aou tés qué sè préféron agi dé counfienço et marcha én bous amics.
Lous més francs diguéns las assouciatious, soun lous maquignous dé bestia dé cornos. Ey plan raré sé soun pas d’accordis et quand per hasard an uo petito difficultat se la disputon pas aou Tribunal dé Coummerço, mais én plén hériou daouant lou public qui hè lou cerclo aou tour et qué jutgeo én consciénço après la disputo et qué dits : Un tel quey uo canaillo, s’én caléra méfia.
Aquiou lou jutgeomént dou poplé et noun pas las décisious dé certains pourturs dé toquos, basados ser l’ignourénço ou la passioun et qué las Cours tant chépu més indépéndéntos, et soun oubligados d’effaça dous Greffés et dés las cambia per arrestis un paouc més counformés aou Code Napoleon.
Tourni à las assouciatious et ey rémarquat qué d’habitudo lous assouciats qui roumpén las coumbéntious région sous comptés cap et cap ou sé hén représenta per hommés d’affas qui lous représenton à la liquidatioun finalo.
Quand lous eoumptés (sic) soun estats bien tenguts, lou trabail ay facilé et léou acabat et cado assouciat ré réprénc sa pourtioun énta poudé récoummença soun coummerço.
Lou poplé Francés, coummo lou Russo coummo lou Japounés et lou Chinoués, agis d’aquéro maniéro enta régla sous affas coummercials et lous ambassadurs discuton entré ets, las coumbentious qui lous intéresson.
Lous Anglésis an uo tristo réputatioun en aquét sutget et soun counsidérats coummo boulurs, per forço natious. Disén qu’an panat l’Egypto, darrigat las moustacho as souldats Francésis à Fashoda et anéantit las més brabo natioun dé la terro : la natioun Boër aou Transwal.
Perqué lous Anglésis hén tout aco ? Pramou qué sabén qué soun sigus d’escrasa la Franço quand boun lous semblé coumo an escrasat lous Boërs.
La Républico Francèso, est ço què sére més hounnesto per hasard ?
Oh qu’ey bien hounnesto enta l’Emperur Prussien, én taou Mounarquo Anglés et mèmo én t’aou Tsar dé Russio. Sé caouquo difficultat sé passo, la Républico qué hè débara la bounetto ser soun frount, s’y embarra las aoureillos et qué sé hé pétito coummo la lèbé qui sé béts descoubrido aouo jas et quand bien mèmo las aoutos natious lou démandérén dé sé tira la camiso sou Pount-Naou dé Paris, qué bous proumetti qué malgré la bergougno, la frét ou las mouscos, qué prenguéré dé suito lou coustumé d’Evo.
La Franço èro assouciado, démpuch lou grand Bounaparto, dambé lou Papo dé Roumo, énta qué lou culté estessé assigurat as catholiquos.
Lous catholiquos soun, parich, prou noumbrousis én Franço, pusqué s’én tro bon 98010 et lous aoutés 2010.
Sulomént lous francs-maçous soun quand mémo éluts pous catholiquos et sé trobo à la Crampo et aou Sénat uo majoritat dé francs-maçous qué bon réndé lou public sénsé fouè ni louè.
An troubat lou moyen dé supprima lou concordat dé Bonaparte et dou Papo, c’est-à-disé dé roumpé l’assouciatioun, sénsé qué las duos partidos sién én présénço.
La prumèro assouciado, la Franço, sé pot hè lous coumptés à sa fantaisio, pramou la secoundo assouciado, la Gleyso, n’a pas nat liquidatou éntaous sous.
Oh aquesté cop la Républiquo ey fièro, sé hè pas pétito coumo la lèbé, aou countrari sé ténc lou cap réléouat et lou courset à la naouèro modo bien garnit dé ouato, la hè pariché sévèro et puissanto.
Praoubé Papo ! N’a pas qué lous canous dé la Gleyso qué péton pas qu’après la mort et coumo la Républiquo sé dits immortello, cracho sous pots as catholiquos, empiffro lous abesqués, et diguéns lou témps las cathédralos bastidos pous chrestias, serbiran dé casinos ou d’alcazars.
Oh tout aco arribéra pas sa disén lous électous !
Démandats as qui légissén lou journal cado jour, sé aquéro questioun dé séparatioun sé discuto oui ou nou a la Crampo et sé la majoritat n’a pas l’enténtioun dé hè la séparatioun.
Démandats as qui s’occupon dé politiquo sé lou Goubernomént a démandat l’abis dou Papo, l’assouciat réel dé la Franço.
Démandats as députats ço qué pensérén d’un assouciat coummercial, doun l’un s’emparé dou déqué dé l’aouté, s’énsé lou prébéngué ?
Séparatious diguéns aquet genré, soun escrouquérios et lous qui las hèn soun dé més grands boulurs qué lous Panamistos.
Panamistos, Francs-Maçous, Escrocs… lous caléra fouté à la porto quand s’aparié, si nou, lous électous sérén sous coumplicis !
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


TRISTOS LOUÈS

La Séparatioun marcho soun train à la Crampo dous Aliénats et an voutat l’articlé prumé.
Aquet articlé prumé qué dits qué la Républiquo garantich la libertat dous cultés én Franço et qué mé rappello l’articlé prumé dé la louè heyto n’y a pas bien loungtemps et qui dits : Lou Dret d’Assouciatioun quey libré én Franço. dambé certainos réserbos toutos pétitos.
Aouran dounc couant loungtémps én duos louès qui pourtéran én testo dous articlés dévisos superbos énta masqua lou despoutismé natiounal.
Lu loué ser las Assouciatïous ey ignoblo pusqué an poudut pana légalomént las démouranços dé tant dé bienfaitous et bieufaitousos dè la Natioun, d’hommés et dé hemnos qué n’aouon pas heyt lou sacrifici dous plasés doun moundé enta s’enrichi ets mèmos, mais enta sé dévoua enta la souciétat per espouèr qué lou Diou justé, lous né tenguéré coumpré més tard.
Aquets praoubés hommés et hemnos, o ???in soun passats. lous us soun morts dé chagrin, lous aoutés an passat la frountièro enta s’installa én pays estrangé oun, quoiqué goubernats per Reys, la libertat domino més qu’én Franço.
Pendént aquére réboulutioun, lous S ??? sots dé touto la Franço qué ronlon én carrossos as fraisis dous proupriétaris dous coubénts, hén saouço diguéns toutos las cassérolos et diguéns un certain témps diran aous misérablés estourbits : La liquidatioun qu’y finido, tout y bénut et despénsat, cher Frèro et chèro Sur, siats tranquillés aouèn acabat dé bous pluma.
La naouéro loué qui hén enta la libertat dous Cultés sèra las mémos caousa.
Y aoura béléou dex articlés. Lou prumé qué parléra dé libertat et lous aoutés naou qué l’estoufféran.
Sé foutén pas maou dé libertat, lous aliénats dou Palais-Bourbon, pusqué soun éris qué la poussédon, éris qué hén paga las impousitious as paysans ; éris qué despenson cado annado més qué la passado ; éris qui an l’armado dous founctiounnaris énta gardo-chiourmos. Lous sap maou an aquéts bambouchurs d’esté pas séguits pous qui crésén aou surnaturel et coummo las bambochos boueyton las cachos dou Goubernomént an esmaginat dé supprima lou traitomént dous curés, dous bécaaris, dous Pasturs et dous Rabbis.
Lou but soul dé la naouéro loué qu’ey aco : En paga pas lous Cultés, aouran més d’argént enta hè la noço et alabets, Bibo la Séparatioun !
Crésèts camarados qué las impousitious abachéran après la Séparatioun ?
Sat crésèts ets encouèro més couyous qué boun counéchi et at beyrats l’an prouchain sou libé dou coullectou.
Légissi d’empuch caouqué témps lou Journal officiel enta ségui lous débats dé la Crampo et qué bési aquiou dé bets discours per hommés dé la Dréto. Baillon rasous claros et nettos enta qué déchén esta tranquillés la libertat et lou Concordat.
Quand parlon lous oratous dé Drèto lous escouton pas dé poou dous calé bailla rasoun.
Parmi lous défensous dou poplé catholiquo y trobon lou Lasios, lou députat dé Coundom qui manquo pas un soul cop d esté présént et qui énhastio bougromént lous oratous dé la Gaoucho.
Figurats-bous aquestés jours lou Lasios à la Tribuno enta déféndé lous officiés dé l’armado aou sutjet dé la libertat dous Cultés. Un certain Sembat sé boutét à crida : Dé quin drét, sadits, empachon lous simplés souldats à ana aou mème café qué lous officiés ?
Et lou Lazios lou respounouc, cop sec : Perqué bougré dé Sembat, démandos pas qué lous garçous dé la Crampo angon béoué dambé tu à la buvetto ?
Lou Sembat sé carec pramou qué lou Lazios l’abrutiscouc dambé aquéro répliquo.
Francomént parla, sé légichéouon frédomént touts nous aous paysans lou Jounal (sic) officiel, beyrén qué la Dréto ey supèriuro à la Gaoucho per soun boun séns sa rasoun et soun talent et jamés plus nou vautérén entaous Decker, Thierrys, Noulens, qui s’allioun toutjours as votés dous qui bon ruina la Franço dous Paysans et dé las brabos géns.
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


A BOURDÈOU

Gagney cént francs sér dus braous à la heïro dous arrams, à Gimount. Aquét grand cop sé méritaouo uo récoumpénso et la mé souy pagado èn despénsa dus loubidors én ta bésé la hèsto dou juminaso, à Bourdèou.
Aouant d’én décida én aquéro prouménado, mé digouy : pusqué lou quiti Présidént dé la Républico, sé déréngio dé sous affas énta ana bésé aquéts exercis, caou dounc qu’én baillo la peino ?
Y souy anat, én souy tournat ; m’y souy pla amusat et m’én resto forço plasé, sénsé coumpta lou maou qui mé mé hè la barro dou cot à forço dé léoua lou cap énta bésé per dessus lous musclés dous hommés et lous chapéous dé las Damos.
Y aouo un moundé peu las carréros qui dits moundé dits pas arré !
Tout èro bèt lous arcs dé trioumphé, lous maïs floucats et pavoisats, las guirlandos, lous drapèous, las illuminatious, lous houecs d’artifiço, las toilettos dé las fumellos, lous costumés dous souldats et dous officiés. Tout qué luzichéouo, tout qu’esbrouffaouo !
Ay éntenut la musico de la Gardo dé Paris qué disén qué jogo tant bien. Per jou, francomènt, la troubey pas espatanto, haséouo pas més dé brut qué la dou 88 d’Aouch et mèmo forço cops, à Aoubiet, la dou régént héséouo astant dé tapatgé quand jougaouo !
Qué bouléts, cadun soun goust, jou énta la musiquo, aymé qué rounflé, aoustromént m’y éndroumiri.
Ço qui aouo dé magnifiqui à Bourdèou, éro l’arribado dou Présidént dé la Républico dambé uo bèro escorto dé grands et petits bachets. Lous cops dé canoun pétaoun hort et tonto là populaço èro électrisado per la démoustràtioun dé parados astant impourténtos.
Jou èri aou prumé rèng pramo d’uo carto dé Presso qui m’éro estado délibrado coummo représentant dou journal én aquéro cermounio.
Lou Préridént (sic) passec daouant jou, à cinq passis et lou besouy bien lou physiquo. Ey un petit hommé barbo blanco et sé ressemblèré aou bieil Gilly dé Gimount. Oh aco ray, quoique petit dé taillo pot aoué esprit.
Un moussu dé la suito sé rencountrec dé m’espia et coummo mé desbitsajaouo, l’espiey jou tabénc et quoiqué l’aougaussey pas bist d’empuch loungtemps sa figuro mé tournec. S’approuchec dé jou et mé digouc én Francés : Pardon, Monsieur, ne seriez-vous pas un marchand de bestiaux des environs de Gimont, plutôt qu’un journaliste ? …
Foutro ça pensey-jou, t’ès troumpat dé bengué assi té ban hè récula diguéns la foulo.
— Pardon, Mossieu, je suis le maquignon d’Aubiet et j’écris comme je sais à l’Indépendant du Gers.
— Très bien, venez à la Préfecture avec la Presse, j’aursis plaisir à vous parler… Lou moussu sé fouctouc bisti aou darré dou Loubet et s’en angouc d’ambé lou courtètgé à la Préfecturo.
Lou cap mé trabaillaou enta mé rappela lou nom d’aquet moussu. A forço dé serca troubey qu’èro lou Coumbarieu, ancien secrétari général d’Aouch et actuellomént secrétari à la Présidénce à l’Élysée, à Paris.
Quand lou Combarieu èro Aouch, lou rendouy un grand serbichi et pramo d’aco sé soubénc toutjours dé jou.
Un jour dé tiratjé au sort, à Gimount, lou Coumbarieu attendèou lou départ dou train et jou tabé. Aougouc besouy dé picha et jou tabé, éntrèc aou W. C. et jou tabé.
Quand sourtiscoun d’aquét éndrét, espiey moun coumpagnoun et qué bésouy qu’aquet moussu galounnat s’aou déchat la bragretto daourido et un couet dé camiso sourtichéouo dehoro.
Moun Diou quin hasti, sé lou mouné at aouon bist !
M’empressey, coummo dè justè, dé lou hé abisa d’aquet petit accident et bengouc rougé coummo un pouloy.
Saquéla lou hasouy plasé, mé demandec moun nom et lou mé calouc ana bésé plusiurs cops à la Préfecturo. Èro un charmant dronlé et n’ey démourat… at pou
douy counstata à Bourdèouo.
Angouy dounc assista à la Préfecturo à la réceptioun Présidentiello. Besouy grâço aou Combarieu lou défilat dé toutos las sangsuos de l’Estat, et entenouy lous discours enflammats dous nostés grands baylets et las respounsos bien banalos dou prumé Patroun.
N’ey pas difficilé dé prounounça discours présidentiels et jou héri astant. M’estudiery d’aouanço touts lous mots rounflants qui hèn effet et coummo lou Présidént assasouéri lou discours dé forço : Tolérance, Union, Concorde, Conciliation, Pacification, Grandeur, Idéal, Progrès, Justice, Liberté, etc., etc. D’ambé aquéro salado boutéri en appétit forço lou ahamats et lou Loubet a las mèmos idéos, fout aou public rédé boumbous et dragéos én attendént qué sé pléo la sacato et qué la boueyto pas qu’énta croumpa houstaous et castets, sénsé coumpta las actious dé minos d’or, dé couyré et dé carboun qui s’explouaton louy dé Franço.
En atténdant lou poplé s’amuso caouqué pétit moumént et lou lendouman qué trabaillo én hé bioué aquets distributurs dé plaços et d’aounnous.
Aouets légit sous journals las réjouissenços dé Bourdèou. Bous démandérats qui a pagat lous bioulous.
Qui pago ? Yé tout lou moundé.
Qui én proufito ? Caouqués badaouts coummo jou !
Bien lèou aco cambiera ; la probo qué bon sépara la Gleyso dé l’Estat, enta hè paga lous fraisis de la réligioun pous souls qui én proufitén.
Héram sampa paga lous régénts tabén, pous qui anguén a l’escolo ; lous gendarmos pous qut an poou d’estè panats et las subventious dous théâtrés pous qui anguén à la représentatioun.
Dambé tout aco lous impôts diourén abacha. Malhérousomént lous Lousbets et Cie soun trop goulus ; soun pas sadouts encouèro !
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


UNIBERSITAT NAOUÈRO

D’empuch caouqué témps légissi diguéns lou journal, articlés qué las géns de la campagno trobon prou amusants malgré qué sien heyts diguéns l’intérèt dé la billo d’Aouch et coummo partichén d’un trottouer roulant, souy estat curious jou tabéné dé ségui aquét trottouer qui aouy bist à l’Expousitioun dé Paris. Aco qu’éro un trottouer rigolo : toutjours qué biraouo, toutjours haséouo lou tour sénsé marcha, lous qui y mountaouon dessus, sé prouménaouon pous counstat dé l’expousitioun, aou nibéou dé l’entrésol dous oustaous dé Paris. Éro tellommént agréablé dé hè lou bouyatgé qué un cop y démourey louto uo journado et mé hascoum pas paga qué 10 sos ! Quand dé tours y hascouy n’at say pas et coumpréngui plan qu’aquéro attractioun hascoussé faillito plusiurs cops à ce qué l’on digouc.
Pénsi qué lou trottouer roulant d’Aouch en diou probéngué et lou journal l’Indépendént n’a sampa croumpat caouqué tros. L’idèo ey bounno et un tel trottouer l’installéri darré la Porto-Naouo, dambé la directioun dé caps à la plaço dou Blat, én franchi la carrèro Bazillac, la plaço Saint- Ouréns et pous carrélots qui sé biron dé caps à l’Archèbescat. Poudéré franchi las terrassos d’aquet Palais pusqué y a pas mes n’at mestré et qué l’Estat s’én ba empara. Après franchiré l’escalé monumental enta gaha lou Picharrot et tournéré gaha la directioun dou Caillaou et dou Tapis-Bert enta sé souda a la garo dé départ dé la Porto Naouo.
D’ambé aquet petit trajet n’y aouré prou enta hè bésé las curiousitats dé la bilo. La statuos d’Etigny et Espagno, la plaço dou Blat, stylé Empiri, Saint Ouréns, la Cathédralo et l’Archebéscat, lou panorama dé la Garo, la Grand Pousterlo, la Pousterlo dé l’Est, la bieillo Pousterlo, lou Lycée, lous Séménaris et sé marchaou pas trop bisti poudérén senti en passa per dessus lous carrélots, lous parfums extraits dous auscitains qué las baléjaïros municipalos podén pas réussi à arrouséja à l’esgout.
Sé plagnén à Aouch, qui aoujo pas mouvomént. Eh bé souy sigu qu’aquéro attractioun hérè passa forço moundé per la nosto capitalo.
Lous Parisiens et et lous Anglésis qué ban à Bigorro, à Luchoun et à Cauterets, s’arrestérén touts à Aouch et crési qué qous ??? naouets aoubergistos s’y attendén et coummo la plupart dous touristos soun Anglésis ou counnéchén l’Anglés, an déja créai lou Central Hôtel, lou Modern- Hôtel.
A Aouch, y a Casinos, Alcazars, Lupanars et parlon dé croumpa lous conbénts (sic) dou an foutut las religiousos à la porto enta y installa escolos démaysellos dou mey-moundé oun apprénguéran à parla gras, a jouga dou biouloun per débat la camo, ou darré la réo, a dansa sou grand dit dou pè, ou les jambes en l’air, coumo dits la cansoun.
Aquéros escolos n’sxiston pas prou én grand et la municipalitat d’Aouch én an créa, aou coubén dé bach et aou Latori, y héra courré las demaysellos las més dégourdidos dé Franço et bous aciguri qui manquéra pas moundé Aouch.
Beyrats cado sé lous trains arriba coumplets. Lous estudiants dé Toulouso et dé Bourdéou séran admésis à serbi dé cavaliés à las élèvos dansusos ; héran la basso, enta accoumpagna las boutzis trop finos dé las cantaïros, benguéran dus cops per sémano. Lou diméché toutos las troupos dé Tarbos, Paou, Marmando, Billo-Naouo, Agén, Pamiers, démandéran la permissioun enta admira à la prouménado ou à la musiquo, las toilettos ei lou chic dé las futuros artistos dé Casinos dressados à l’Unibersitat d’Aouch.
Coummént la billo d’Aouch qué mourich ?
Qué la municipalitat qu’exécuté aquéts projets et bous respouni qué mourira pas !
Poudéran décha la cathédralo sénsé Archébesqué et la caserno dé cabalério sénsé régimént, aco rav, y anra (sic) moundé à la capitalo dé la Gascougno et bous respouni qué lou projet Decker dé bouta lou hériou à la caserno, séra pas maou coumprés, pramou séra énormo la counsoummatioun dé la biando dé bouchério et lous bastiménts dous Chassurs séran dé suite approupriats én uo sécoudo villetto.
Lou proujet qu’ey heyt, un Counseil municipal à haoutou coummo lou d’Aouch lou héra réussi.
Lou bingtièmo siéclé, bastich pas cathédralos.
Bibo lou Trottoir roulant !
Bibo l’Unibersitat Alcazarienno !
Bibo la Billo d’Aouch !
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


Lias Aou Pierroutet de la bordo bacho

Amic Piérroutet, ès dounc tu qu’as heït lé darrè articlé sur la Républico di Menturs aou sutjet dé Lias. Té féliciti pas. Té sabéoui pla groussié en paraoulos, més, sou papé. t’aourio crésut més ounesté.
Lé cap remarquablé doun parlos, diou esté lè toun, en pla refléchi. Ah ! quin caillaou, més amits, qué lé toun caillaou ! Aou coumitat radidal-soucialisto, té prenguen bé per un oraclé. La probô qué t’an boutat présidént dé la coumissioun di sécoursés.
Més dérrailos caouqué cop, ô moun perdigail ; surtout quand parlos daquéros jouénos persounos qu’an heït l’amusoment dé ta jouénesso. Té diou pla rappéla d’un certain égaromént tout proché d’un bosc. Eh ! quas Pierroutet, tramblos bélèou ? Qué crégnés ? Desté pas més emplouyat à la Justi… aso ?
Es la Finéto qué té trabaillo lé caffart ? Quino panico, més amits ! Prou sur aquet chapitré. Diras touts mous rèmercioments as Crabits dé l’attentioun qué bon hè aou Grabieou dou Tupè et aou Louiset dou pradas en lés croumpa uno otomebilo. Lés Crabits soun pla générousés. An bénut, sampa, las péros què pensouguen cousta la bito à lur may.
Et tu tabé, Pierroutet, ès pla générous tout d’un cop. Man dit quèros en train dé tana uno pèt, é tana solidoment, uno pèt en dou tambour crébat de la coumuno.
Té fachés pas, Pierroutet, sés anat querré lé fouét qué té trabailio lés poumpils. Sabéras, per un aouté cop, qué caou pas hè jamès persounalitats. Sé tustos, tsustéran. Aou bésoun, estudiéran ensemblé, sé lé co t’en dits, lé casié judiciari dé quaouqués-us.
Riran, riran, parcé qué gnia saousso, é qués pas touto dé dobo.
Jacoumars et Pierroutets, sé bouléts la guerro, récularam pas, quaranto dits. Pierroutets et Jacoumars adessiats.
Lé Lixandro dé la Zizi.


A y pas Sinnat !

Lous affas sé diouén pas jamés négligea, sa diséou lou défunt Pépin, mais paouc ou hèro, tacho mouyen d’ana à brespos, aou méns à las bounnos hèstos, sé podés pas ana à la Messo.
Lous anciens an boun séns et expériénço et lous sous counseils diouén esté séguits quand s’apario.
Enta l’Ascensioun angouy à la Messo prumèro en uo petio gleysotto dous embi rous, pramou èri oubligat dé parti après dinna enta ana à la hèïro dé Leytouro lou lendouman et dessigu poudéouy pas ana à brespos.
Lou curé hascous un petit sermoun en patouès et tout lou moundé hommés et hemnos lou coumpréngoun.
Mous cher fraïs, sadits lou Curè, bous féliciti d’aoué heyt courré d’ambé tant d’empressomént la pétitioun enta manténgué lou Concordat et la réligioun. Lous més noumbrousis dé la parrochio an sinnat énta affirma la fé chrestianno.
Malhérousomént s’én soun troubats hommés paourucs qui sérén désoulats dé bésé lou culté supprimat mais qué la poou ou la simplicitat an empachat dé sé mountra. Lous plagni en aquets et espéri qué Diou lous né tenguéré pas rigou.
Millo noun d’un doublé, praoubé Curè, té plagni mé digouy jou et pensi bien qui lou toun sermoun nou té la pas embouyat lou Papo, pramou s’y infailliblé aouri coumprés qué la pétitioun per tant garnido qué sio dé sinnaturos, héra pas més d’effet sous francs maçous, qué tous lous canous paragrèlos sou périclé.
Lou canoun hé un bet pèt qui hé esbranla l’ayré dinco aou crum dou périclé, mais l’effet dout pét agis coumme uo peyro jitado dinguéns la mà ; remudoun un rédoulet d’aygo et la masso n’at trobo pas.
La Pétitioun est arribado à la Crampo, a baillat trabail as qui l’an carréjado, la coummissioun dé las pétitious la mentiounnéra sous régistrés et lous Députats francs-maçous coummo lou Decker, sé bailléran pas la peino d’y espia un soul nom.
La séparation séra votado, pramou qué lous Députats n’an récébut Tordre dou Grand-Orient francés et éstrangè.
En sorté dé la Messo, mous troubén un certain noumbré dé bésis et counéchensos qué discutén lou sermoun dou Curè.
Lou Pierro dé la Grand Bordo n’aouo pas sinnat tapoc pramou qu’ou semblaouo qué la pétitioun èro inutilo et lou Curè èro facha dé bésé qu’un brabé hommé coumo lou Pierro qu’estessé passat dou coustat dous païens
Lou Pierro tapoc n’èro pas trop countént dou sermoun dou Curè pramou qu’y bésèouo un réproché direct ser et mèmo.
Enfin parlén ser aquét sutjet uo bounno paouso et ser aquéros entré heytos, lou Curè sourtiscouc dé la Gleyso et én passa aou proché dé nous aouts sé tirec la barretto euta mous saluda, mais passaouo dé lis sensé s’arresta.
Excusats, Moussu Curè, sadits Pierro, ay bésouy dé bous parla.
Et bé, sadits lou Curè, tournén à la Gleyso, entrerats à la sacristio et sé Lous boulets réconcilia d’ambé lou boun Diou…
Ah m’at semblaouo, sadits lou Pierro ; qu’ey pramou dé jou qu’aouets heyt lou sermoun dé tout aro ?
Ay heyt lou sermoum, aou sujet dé la séparatioun, sadits lou Curè, et ero moun déoué dé félicita lous chrestiens qui déféndén la fé et dé blama lous machants qui l’attaquon et tous paourucs qui la gaouson pas déféndé.
Jou, Moussu Curè, sadits lou Pierro, aymi pas dé mé derrenja enta arrén. La pétitioun bous la espiéran pas et aou countrari, héram la louè encouéro més machanto enta puni lous qui apéréran agitaturs catholiquos ou cléricals : At beyrats, Moussu Curé.
Lou praoubé Curè, alargiscouc lous brassis, léouec lous oueils aou Céou et poussec un soupir dé tristesso. Hélas ! sadits…
Jou préngouy la paraoulo et lou digouy ; Jou tapoc, Moussu Curè, n’ay pas sinnat la pétitioun pramou sabets qué ni per un voté dou puplo ni pou boun séns dous éluts, la Franço sé désbarrasséra pas dous intri gants et dous boulurs qui ruinon la masso aouant d’esté tout à fait estoumacats.
Séran pas jamais prou couyouns, lous qui hèn la cousino électoralo dé décha las cassérolos qui seun ??? sou fournèou à la dispousitioun dous sous ennémics. Y héran toutjours prou dé saouço enta décha pas crama lous taillucs qui sé pagon d’ambé las impousitious.
Coummo qué dounc boulets qué sé fouton aou rancard ? Y a pas qu’un mouyen, lous décha s’amusa à bouléntat, lous décha bourra dé las caousos las més assadouréntos, s’émbéouéda dous alcools lous més furfuroulats, dé manièro qué après esté bien saturats, sé livrén à las despénsos excessivos. Lous Députats et Sénatous dou jour én sou en aquet moument et lous caou décha countinua. L’argént enta ets counto pas.
An las cas Cachos d’Espargno, lous Bous dou Trésor, lous Emprunts pèriodiquos.
Lous capitalistos an paou, mais enfin prestérén encouéro.
Quand lous abachén la rénto sé fachèran un paouc. Lous catholiquos, sabèn pas ço qué séra la séparatioun et voton prou réguliéromént éntaous Deckers et Thierrys.
Quand béjon qué paguén las mèmos impousitious qu’aouant la séparatioun. sé fachéran tabén.
Quand (sic) lous oubriés béjon qué l’argént dous Cultés lous baillo pas la pensioun prouméso séran pas trop fiers tapoc.
Enfin, quand y aoujo prou dé dèsabusats, quand lou poplé séra prou rcustit (sic) et ruinat, béléouo alabets penséra à la tranquillitat dé d’aoutés cops à la fourtuno qui s’amassaouo pertout, à la balou qui aouèouon las campagnos et lous aouts, Messius lous Curés, qui adouptaouots lou ralliommént, séréts countents dé tourna aou Philippo Egalitat ao aou Badinguet qui mesprésaouots !
Pramou d’aco, lou Maquignoun, n’a pas sinnat la pétitioun, qu’a préférat lacha las guidos, sarra pas la mécaniquo et fouetta dur.
Lou Curè tournec léoua lous oueils aou Cèou et mé digouc : Vous avez peut-être raison…
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


Lias Uno noço aou Club rougé.

Le Pierroutet Saloupié de la Borde Bacho a escrioüt darrèroment sur la Républiquo des Menturs un articlé ignoblé, salé, dégoustant. Sansé coumparasoun, et en parla par respect, mé rappello aquérés animaous qué housillon aou miey dé las saletats et qué sé réjouissen pas qu’ayqui.
Qui maou hé, maou penso, Pierroutet ; en fixats sou bosté coumpté. Bous poudéren disé forço bertats, més préferan saouta as pès junts aou déla dé bosté huméré, et touca pas brico à bostés hensés.
Un mot cépendent. Prétenguets aoué enténut ma counsultatioun en tas medécis, jou ey enténut la bosto. Aquérés Messius disèouon hué benguérets pas pec parçoqué n’érots déja. Sé démandaouo, l’un, dé quino naturo poudeouo esté aquéro tant grando targagno qu- troto (sic) dins bosté cabos. Es (sic) pas nado targagno, sadîgouc l’aouté, és un saoumard doublat d’un fat. Aro l’aourats bosto counsulto et per ré. Poudets bésé qué sé ma testo ès rémarquablo, la bosto n’es pas briquo.
Mous estounan qué Moussu lou Mairo qué sés boutat aou Club rougé countro lé grat des quinés qué l’an noumat (pusqué soun pas qué doutzé ou tretzé aou Coumitat) déché escrioué pareillos groussièretats. L’en déchan pourta, dambé soun ounclou, touto la respousabilitat. Es bertat qu’aou jour d’aouey lés gaouso pas réproucha grand caouso. Moussu sé ba marida, cibiloment sans douté, parçoqué s’es dit qu’aouéouo pas boulut sinna la pétitioun contro la Séparatioun de las gleysos et dé l’Estat, coumo caouqu’un qué bo pas més dé Réligioun ni dé Curés.
Ah ! ban aoué uno noço en règlo !
Moussu l’aide-Président en grando tengudo, espaoulettos en racino dé caousic, sabré moudélo 1793, sas diuos brillantos médaillos dé coué et dé chocolat, ha hè las aounous aou nobi, lé réléouara la cuo dé mouruo quan siosqué nécessari, réprésentara le Prèfet.
Lé caporal, dit Mastroquet, hara las aounous à la nobio, réprésentara le Sous- Préfet. Aquesté poussat pou Coumitat l’a proumés soun mès bet uniformé. Et quan lé sé débrembaré, le plagnots pas, séra pla habillat ; pantaloun à tuto dé lapin, gilet à boutous dé fabo, frac à cugn dé lard, capet à cinquièmo, sansé doublida la carabato rougeo et l’écharpo tricoloro.
Les témouens saoun déja caousits : MM Boutoumajou, le Ramounet dé la Chiouletto, lé Fierroutet dé Bouhobent, et lé Piot de la Fabiorlo. Cadun aoura sa touino, sa cuo dé merluço où sa réquimpéto, soun capet décalitroo… et mès… qu’aouran pas les souliés aculats !!!
Moussu le Président Girouetto et le Moussu dé la Piroueto soun embitats coumo parents. La démaysello d’aquesté darré, sourtida n°17, dou Conserbatouèro Tourgé, diou canta en daquéro hesto uno béro roumanço qué préparo demeey mès d’un an.
Les Crabics, le Pirol dé Jeanbert et caouqu’aouté dé vingto-cinquiémo classo séran embitats à senté dé louegn, per la chamineyo la humado des plats, en attendent qué hascon le hillo dé l’aynat.
Né féniren pas sé bouléouon parla dé las hennos embitados tabé. La Catinoun dou Mastroquet et la Jacquéto des Bosqués s’occuparan dé la nobio. La Marianno des Républiquains, qu’an séra peou blanco, s’occupara dé las toilettos ; s’y enten pla en dé las hennos, et y a mès dé trento ans qué trabaillo à perfectiouna la coupo dréto des pantalous des homés quès dé modo aouey les ajusto pla.
Apey uno journado dé la mès hurousos, qué bous souhaitan d’aillurs, lé major rrradical diou hé baysa à toutés soun poulit pourtrait. Hurous bay !
Lé Mastroquet q’entro pas jamais dins nado gleyso, qu’és countro la réligioun et toutés les réligiousés, diou ouffri uno tournado dé la liquou ??? dou Pèré Carreau, né tenc un dépot enta et.
Lé Louiset dou Pradas.


LA SOUTADO

Saint-Jouan amio per las campagnos un mouvomént dé plasé qui domino las tristessos doun soun affligeados.
Lous més counténts soun lous bous baylets babénts et espragnants. La soutado s’arruo ser la taoulo après aoué minjat la soupo dé haouos et lou tros dé fars bien pébérat, sourtit tout caou dou métaou.
Lou mestré a tirat uo brabo pinto dé bin, dou qui transbasec à la fin dé la luo dé mars et après aoué trinquat d’ambé lons baylets, lous dits : Eh bé gouyats, ban régla coumptés.
Tu Jépet quès lou prumè, quand té diouy ?
Y è bat sabèts, gagni 42 pistolos, ay toucat 20 francs, resto 400 francs.
Et lou mestré hé couaté pilots dé cinq loubidors bien jaounés et bien tridénts.
T’én podés arrisé bougré dé Jépet, sé countinuos, diguéns paou dé témps aouras un magot prou fort enta poudé tusta à la porto dé la prumèro ayrétèro dé Pépious. Ah biet d’asé sa dits lou Jépet. Las ayrérèros diouén y esté richos à Pépious, pramou qui a dé bounno terro, géns balents et démpuch qué lou fu Curé Peyréga y quittec la parrochio, n’y a pas més n’at café.
— Aco hè uo grando économio aous
habitants et mé héré plasé dé démoura à Pépious, sadits lou Jépet.
— T’aouéjos assi, sadits lou mestré et qué t’a manquat ?
— Ni pan ni trabail sadits lou Jépet et dé poulido mounédo qué bési aro, mais at sabets, caou pas disé qué sié panado. Souy pas estat un jour malaou et aymi pas d’ana à la héyro sé lou mestré n’a pas bestias a y coundui. Mé sourtichi dou leyt un cop toutos las neyts enta tira las bouos aou bestia. Hèou lou trabail lou més hort et pas journados dé oueyt ouros coummo lous féniants de las billos : l’hiouer dé cinq à sept et l’estiou dé trés à dex.
— Té reprochi pas arrènc Jepet, sadits lou mestré et pensi qué héras loungtemps encouéro sou nosté tucoulet la haillèro dé Saint-Jouan.
— D’inco qué mé maridéy à Pépious ! sadits lou Jepet,
A tu Albert, quand té diouy, sadits lou
mestré.
N’at s’ay pas sadits l’Albert, m’ay perdut lou carnet én mounta ser lou velo et en brembi pas dou coumpté, mais qu’ay counfiienço (sic) én bous.
Bien, bien sadits lou mestré, té baou rafraisqui l’esprit.
Gagnos cent escuts. Lou prumé mès récebous bingt francs ; lou secound, quaranto ; lou troisiéme, dex, puch quand té coupès lou vélocipédo à la balocho dé Lahitto, lou pourtés aou Quinet d’Aouch. calouc cinquanto francs enta lou hè pédassa. Té louu (sic) boulouc pas décha répréngué sénsé la mounédo et aouo bien rasoun, mé calouc paga jou.
Enfin, paguéy per tu aou taillur de Maoubezin las culottos d’hiouer, à l’arréboutgié très francs lou ressort dé la tuo moustro, aou Cafétisto dé Saint-Saouby trento francs dé las despénsos qu’aouos dechat én darré. Lou cadiérayré dé Blancohort mé réclamo lou toun abounnomént per t’assétè à la Gleyso.
Oh excusats, sadits l’Albert, souy pas à la Gleyso qu’à brespos dè Pasquos. La cadièro la paguerey pas pramou m’y assètouy pas.
Bien, sadits lou mestré, la paguérey jou. Et lou perruquié l’as pagat ?
Nanni.
Et las esparteillos aou Fidel ?
Nanni.
Enfin, bésés l’additioun, repasso-lo et sé mé troumpi pas aourés récébut bingtonaou pistolos et quaranto sos. Paguérey lou resto dé tous petitst coundillots et bas pas aoué un bet léouade enta l’àouto annado.
— Oh partirey aou régimént à la fin dé septemé et m’y héran bioué.
Bien, bien, sadits lou mestré, las tuos idéos soun pas las dou Jépet. L’un ou l’aouté bous troumpats dé camin et crési rédé qué sé lou Jépet trobo pas uo ayrétéro à Pépious la troubéra aillurs et qué tu qué croumpéras pas jamés un castet
mèmo… lou dé Pépious.
Jou qué m’amusi, sadits l’Albert, et lou Jépet qué s’abrutich. Croumpéra uo bordo en sé marida d’ambé uo ayrétéro et séra encouéro més couyoun qué jou.
Lou foutéran uo impousitioun naouèro enta hè retraitos aous oubriès. Coummo serey oubrié touto la bito, quand lou Jépet et tou sion bieils, lou Jépet paguéra la pensioun et jou sérey pensiounnat.
Alabéts, qué sera rigolo aquet systèmo, sadits l’Albert. Oh at bését pas encouéro, sadits lou mestré.
Qué si fait, sadits l’Albert, at ay légit ser la Dépêcho et aquet journal mentich pas jamés et après tout s’éro pas bertat l’attaquérén en proucès. Mentich pas et aco arribéra, serey pensiounnat quand sioy bieil. Et jouén, en trabailla à moun lézé, mé gagnerey la bito.
Ah ! grand féniant, sadihouc lou Jépet, qui acabaou dé coumpta lous loubidors : quaand (sic) sioy proupriétari aous despéns dé ma peino, t’én bailierey pensioun ! Un cop dé fusil mee léou féniant ! Bougré de féniant ! …
Tu tabénc, sadits l’Albert, séras réactiounnari, quand aoujos amassat prou dé soutados et bénguéras l’ennemic dé tous
anciens camarados ? … Jou serey pas un
traitré et criderey toutjours : Bibo la socialo ! sadits l’Albert.
Bibo la feniantaillo et la noço diourès crida, sadits lou Jépet et en attendant qu’aouras ia pocho boueyto… Et jou, la soutado !
Lou Maquignoun d’Aoubiet.


Lias

Lé darré articlé en patouès escrioüt sur l’Indépendent a sabut pla maou a nosté Mairo. A crésut un moument sa persouno sacrado, é sé flattaouo qué gaousaren pas disé ré sur soun coumpté. Perquè, Moussu ? Séréts sourtit per hasard dé la couécho dé Jupiter ? Perqué déchats ensulta les aoutès aoutant dignés qué bous, bous tustaran les canets à bous tabé quan mous plasio.
Poudérén pla trouba à disé que bous ets heyt le coumplici dou gardo en lé louga endé coupa blat. Les particuliés qué lé pagon coumo troubaran aco dé sa part et de la bosto. La bosto gasaillo, é las dés aoutés, poudéouon pla rabatgea las récoltos tant qu’èro enta bous.
Counégui proupriétaris qué sé soun plagnuts, lé diouon ??? hè la counduito l’annado qué beng.
E endé la hesto de la républico, es qu’aourets pas diout empacha dé canta aquéros soutisos à l’adresso d’uno grando partido des bostés électous.
Bous haseouo plasé dé bésé bosto popularitat. l’aouets bisto aro. En de aoubé un paouc dé moundé, dé 40 à 50 ; bous a calut aoué secours as estrangés, à las hennos é as drollés.
Mous débrembaran pas dé caouqués jours aquéro hesto. Bési encaro lé Rabachol dé la Bordo-Bacho bira bièro (lé coustaouo pas arré sans douté) as homés, à las hennos et as maynatgés dé 7 ou 8 ans. En dès mès potits dé la poupo, lé mastroquet hascouc courré lé bibéroun.
Mais lé moumént solennel arribo. Lé citoyen mastroquet, mounto sur uo finestro en dé légi un discours, qu’èro pas dé sa coumpositioun, La probo es qué né sabèouo pas lé légi. Hurousoment qué lé Rabachol l’esclayraouo dé sas més grandos lutzès, é qué lé bouhaouo per darrèlés mots què diouéouo disé per daouant.
Lé Jean Farino dé Bouhobent réclamaouo toujour (sic) la crèmo : n’aouré pla chucat un platat, lé gourmand. Calouc qué sén passessoé mès aoueouo la pasto en man. Entenouy pla qui cridaouo : la crabo, la crabo ?? bietdazé, la crabo y estec pas més, coumprengouc qué lé boulèouon tira leyt.
M’estouno pas, tout lè moundé dits qu’es uno bestio pla intelligento. Aon (sic) cap d’un paouc tournec : Ah ça Messius ça digouc, siosquets pas machants, bous baillarey pas leyt d’aneyt, les crabies benguen dé poupa, mes bous proumetti lèou un pagnérat dé pèros dou pérè dou Pradiol en dé hé uno croustado, é pourtarey tabé en dè la hè cosé caouquos pagèros qué tiregui dou box dè l’ounclé quan sé piquèc y a 4 ou 5 ans.
Jou m’engatgi, sadits lou Ravachol, à bailla toutos les ioous qu’ey pounut d’empey très mésés ; é jou sadita le Pétoaou- largé proumetti tout lé parfum qué caillo. Estec euténut ataou, é apey dus roundeous ménats pou Herrolèbés lé famus cassayré qués débengut la riseyo dé tout lé gibié dé la countrado, la hesto sé féniscouc.
Moussu le Mairo, enfin, pusqu’ets tant mous haré plasé dé sabé perqué aouets pas boutat nat drapeou enta bous.
Méfisats bous dé bosto cassérolo ; es foutut d’ac escrioué aou Préfot, é apey garo lé cassaquin !!! Lé gardo tabé sé pot attendé à uno estrillado.
Aro, soulidé qué le sergent gagnara la médaillo dou Mérité Agricolo, et aouéouo boutat lé drapèou, sé boulets, ero pas trop propré, més lei caou ataou aoujourdaouey qu’an caouqu’un n’aouré frétat las oulos, ou qué s’én (sic) séré serbit en dé caouqué usatgé profané, lè poudéré afficha sansé crainto, le diren pas ré.
Lé Louiset dou Pradas.


Lias Aou Rabachol dé la Bordo-Bacho

Daouant dé prengué mas bacanços, mé hè plasé dé réspouné aou Rabachol dé la Bordo-Bacho.
Lé paouré diablé nous appréng sou soun journal qué sés anat estuja dins uno tuto dé rénard. Démpuch très lountémps aouré diout prengué aquéro détermination.
Aouré poudut attendé en pax que lé « Louiset » passat ministrè (sic), l’en aousco tirat. Naouré heyt soun chef dé cabinet… endé passa lés papés. Ma foi, l’on attrapo ço qué l’on pot bertat Rabachol dés Bosqués ? Sé parbéng coumo at penço, lé Louiset bo bouta ministré dé las finénços ié Pirouet, ministré dé l’instructioun, lé régent à la counditioun qué débenguo socialisto, ministré dé l’Intérieur le Janillo dou Mounsourd, président de la liguo antialcoolico lé mastroquet, asséssurs lé Jeanfarino dou Bouhobent et lé Blazi dou humèc.
Dempus qué soun aou coumitat an eyt dè réels prougressés, aquérés Messius, sé soun mème boutats aou régimé dé la leyt. Apey diran què lé cérclé és pas bounn en dé rén : Soun canaillos aquérés ratapoils, mais fin countro fin y a pas doubluro.
L’inauguration dou coumitat tardo pla à sé hè. Perdéran pas ré per attendè. Les musiciens dou cerclé, cadun dammé sa clarinéto en si bémol, jouguaran daouant lé Président d’haounou, aquéro ta pouliido (sic) cansoun dé la farandolo. Lé Pirouet, proubabloment, é uo doumaysèlo qua heyt dé fortés estudis aou coubent de Muret baillaran lé toun endé canta les plus bèts boucis dou répertouéro radical soucialisto.
En dou 14 juillet aouen enténut déjà uno pruméro rèpétitioun. D’ammé impatienço attendén l’exécutioun finalo.
Bèlèou arribara alabets la pax et la councordo. Ah ! farçurs dé fumistos !!!
Lé Lixandro dè la Zizi






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document