Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

La gasconnité d’après les données de l’atlas lingüistique de la Gascogne (A.L.G.)

mercredi 11 juin 2008, par Halip Lartiga

Le sixième volume de l’A.L.G. est une synthèse des cinq volumes précédents. Il aboutit à une série de cartes, 2518 à 2531, qui présentent les distances linguistiques, les zones dialectales et le champ gradient de la gasconnité [1]. Mais ce volume met aussi en lumière les isoglosses des traits spécifiques, ou définitoires, du gascon ; cartes 2115, 2122, 2123, 2126, 2129, 2136, 2138, 2147, 2148 et 2390.

Carte du degré de gasconnité linguistique {JPEG}

La combinaison de ces cartes fait apparaître trois grandes zones où le degré de gasconnité décroît au fur et à mesure qu’on se rapproche des rives de la Garonne, du sud-ouest vers le nord et le nord-est et de l’ouest vers l’est :

La première, « de gasconnité minimale », couvre les territoires immédiatement voisins du fleuve, du Médoc au Couserans. Huit des traits définitoires y ont parfois disparu et les dialectes qui la composent s’éloignent parfois très sensiblement du gascon « par définition ». Le degré de gasconnité moyen y est de 14 (35%).

La seconde, que nous définirons comme étant « de gasconnité intermédiaire », conserve la plupart de ces traits définitoires mais certains y sont déjà statistiquement minoritaires ou absents. Le degré de gasconnité moyen y est un peu supérieur à 24 (61%).

La troisième, la plus occidentale et méridionale, englobée par toutes les isoglosses des traits définitoires, présente les degrés de « gasconnité maximale ». Le degré de gasconnité moyen y est de 31,5 (79%).

Allières, s’appuyant sur une carte présentée dans le volume V de l’A.L.G. [2], arrive à des conclusions qui semblent confirmer cette tripartition du domaine gascon et écrit par ailleurs que les isoglosses définissent des aires de « gasconnité maxima, moyenne et minima », autour d’un foyer idéal situé quelque part dans le piémont des Pyrénées occidentales [3].

La carte du champ gradient de la gasconnité (2530) permet également de hiérarchiser les départements quant à leur degré moyen de gasconnité :

Lot-et-Garonne (7 points d’enquête gascons) : 15,14 (37,85%)
Tarn-et-Garonne (2 points d’enquête gascons) : 16 (40%)
Gironde (22 points d’enquête gascons) : 16,77 (41,92%)
Haute-Garonne (20 points d’enquête gascons) : 22,95 (57,37%)
Ariège (7 points d’enquête gascons) : 23,14 (57,85%)
Gers (18 points d’enquête) : 23,27 (58,17%)
Aran (2 points d’enquête) : 28 (70%)
Landes (29 points d’enquête) : 31,58 (78,96%)
Pyrénées-Atlantiques (20 points d’enquête) : 31,70 (79,25%)
Hautes-Pyrénées (23 points d’enquête) : 34,43 (86,08%)

Voici la liste des communes, points d’enquête de l’A.L.G., où tous les traits spécifiques du gascon sont massivement présents. Le premier chiffre est le numéro attribué par les rédacteurs de l’A.L.G. à chaque commune, viennent ensuite le nom de la commune, le département, le degré de gasconnité exprimé dans l’A.L.G. et sa traduction en pourcentage.

Classement des communes du gascon central par ordre alphabétique :

693 Aas, Pyrénées-Atlantiques : 30 (75%)
692 Agnos, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
676NO Aire, Landes : 34 (85%)
690 Anglet, Pyrénées-Atlantiques : 24 (60%)
692SO Arette, Pyrénées-Atlantiques : 32 (80%)
780S Arguenos, Haute-Garonne : 31 (77,5%)
678N Armous-et-Cau, Gers : 29 (72,5%)
698 Aragnouet, Hautes-Pyrénées : 40 (100%)
695O Arrens, Hautes-Pyrénées : 34 (85%)
685 Artix, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5)
687 Aureilhan, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
699 Bagnères-de-Luchon 34 (85%)
697NE Barèges/Betpouey, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
698N Barrancouéu, Hautes-Pyrénées : 40 (100%)
692S Bedous, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
790S Bethmale, Ariège : 30 (75%)
693NO Bielle, Pyrénées-Atlantiques : 29 (72,5%)
672NO Biscarrosse, Landes : 30 (75%)
689NO Bordes, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
699NO Bourg-d’Oueil, Haute-Garonne : 35 (87,5)
685NE Cabidos, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
680S Castets, Landes : 32 (80%)
695 Cauterets, Hautes-Pyrénées : 32 (80%)
667SE Dému, Gers : 25 (62,5%)
667 Eauze, Gers : 26 (65%)
693NE Ferrières/Arbéost, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
689N Galan, Hautes-Pyrénées : 35 (87,5%)
676SO Garlin, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
697 Gavarnie, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
676O Geaune, Landes : 34 (85%)
685SE Gélos, Pyrénées-Atlantiques : 28 (70%)
696 Gerde, Hautes-Pyrénées : 33 (82,5%)
698E Germ, Hautes-Pyrénées : 39 (97,5%)
675 Grenade-sur-Adour, Landes : 35 (87,5%)
685SO Gurs, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
684 Hagetmau, Landes : 35 (87,5%)
691O Labastide-Clairence, Pyrénées-Atlantiques : 29 (72,5%)
686NE Labatut-Rivière, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
696E Laborde, Hautes-Pyrénées : 37 (92,5%)
664S Labrit, Landes : 34 (85%)
689 Lannemezan, Hautes-Pyrénées : 35 (87,5%)
657S Larressingle, Gers : 23 (57,5%)
692NE Lasseube, Pyrénées-Atlantiques : 30 (75%)
686 Lembeye, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
696S Lesponne, Hautes-Pyrénées : 38 (95%)
696O Lourdes, Hautes-Pyrénées : 37 (97,5%)
656SO Lubbon, Landes : 29 (72,5%)
674O Lue, Landes : 28 (70%)
664 Luxey, Landes : 28 (70%)
687E Marseillan, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
675N Mazerolles, Landes : 33 (82,5%)
699NE Melles, Hautes-Garonne : 33 (82,5%)
657 Mézin, Lot-et-Garonne : 20 (50%)
680 Mézos, Landes : 33 (82,5%)
680N Mimizan, Landes : 30 (75%)
674N Moustey, Landes : 30 (75%)
694 Nay, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
676N Nogaro, Gers : 30 (75%)
689SE Ourde, Hautes-Pyrénées : 33 (82,5%)
672 Parentis-en-Born, Landes : 30 (75%)
667NO Parleboscq, Landes : 29 (72,5%)
683E Pomarez, Landes : 35 (87,5%)
694E Pontacq, Pyrénées-Atlantiques : 36 (90%)
683 Pouillon, Landes : 33 (82,5%)
687N Rabastens, Hautes-Pyrénées : 30 (75%)
676 Riscle, Gers : 29 (72,5%)
674 Sabres, Landes : 30 (75%)
691NE Sainte-Suzanne, Pyrénées-Atlantiques : 36 (90%)
687NO Saint-Lézer, Hautes-Pyrénées : 29 (72,5%)
678 Saint-Martin, Gers : 27 (67,5%)
681SE Saint-Martin-de-Hinx, Landes : 32 (80%)
780NO Saint-Plancard, Haute-Garonne : 30 (75%)
675O Saint-Sever, Landes : 34 (85%)
683N Saint-Vincent-de-Paul, Landes : 33 (82,5%)
790NO Saleich, Haute-Garonne : 30 (75%)
665 Sarbazan, Landes : 33 (82,5%)
688 Sariac, Hautes-Pyrénées : 32 (80%)
691 Sauveterre-de-Béarn, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
686S Sedzère, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
681 Soustons, Landes : 29 (72,5%)
681S Tarnos, Landes : 29 (72,5%)
682 Tartas, Landes : 33 (82,5%)
688O Trie-sur-Baïse, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
690E Urt, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
681N Vielle-Saint-Girons, Landes : 29 (72,5%)
665S Villeneuve-de-Marsan, Landes : 30 (75%)
780 Villeneuve-de-Rivière, Haute-Garonne : 29 (72,5%)
682N Ygos, Landes : 32 (80%)

Classement des communes de la zone du gascon central par ordre croissant des degrés de gasconnité :

- De 50% à 59% :

657 Mézin, Lot-et-Garonne : 20 (50%)

657S Larressingle, Gers : 23 (57,5%)

- De 60 à 69% :

690 Anglet, Pyrénées-Atlantiques : 24 (60%)

667SE Dému, Gers : 25 (62,5%)

667 Eauze, Gers : 26 (65%)

678 Saint-Martin, Gers : 27 (67,5%)

- De 70 à 79% :

685SE Gélos, Pyrénées-Atlantiques : 28 (70%)
674O Lue, Landes : 28 (70%)
664 Luxey, Landes : 28 (70%)
678N Armous-et-Cau, Gers : 29 (72,5%)
693NO Bielle, Pyrénées-Atlantiques : 29 (72,5%)
691O Labastide-Clairence, Pyrénées-Atlantiques : 29 (72,5%)
656SO Lubbon, Landes : 29 (72,5%)
667NO Parleboscq, Landes : 29 (72,5%)
676 Riscle, Gers : 29 (72,5%)
687NO Saint-Lézer, Hautes-Pyrénées : 29 (72,5%)
681 Soustons, Landes : 29 (72,5%)
681S Tarnos, Landes : 29 (72,5%)
681N Vielle-Saint-Girons, Landes : 29 (72,5%)
780 Villeneuve-de-Rivière, Haute-Garonne : 29 (72,5%)
693 Aas, Pyrénées-Atlantiques : 30 (75%)
790S Bethmale, Ariège : 30 (75%)
672NO Biscarrosse, Landes : 30 (75%)
692NE Lasseube, Pyrénées-Atlantiques : 30 (75%)
680N Mimizan, Landes : 30 (75%)
674N Moustey, Landes : 30 (75%)
676N Nogaro, Gers : 30 (75%)
672 Parentis-en-Born, Landes : 30 (75%)
687N Rabastens-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées : 30 (75%)
674 Sabres, Landes : 30 (75%)
780NO Saint-Plancard, Haute-Garonne : 30 (75%)
790NO Saleich, Haute-Garonne : 30 (75%)
665S Villeneuve-de-Marsan, Landes : 30 (75%)
692 Agnos, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
780S Arguenos, Haute-Garonne : 31 (77,5%)
687 Aureilhan, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
676SO Garlin, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
686NE Labatut-Rivière, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
686 Lembeye, Pyrénées-Atlantiques : 31 (77,5%)
687E Marseillan, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)
688O Trie-sur-Baïse, Hautes-Pyrénées : 31 (77,5%)

- De 80 à 89% :

692SO Arette, Pyrénées-Atlantiques : 32 (80%)
680S Castets, Landes : 32 (80%)
695 Cauterets, Hautes-Pyrénées : 32 (80%)
681SE Saint-Martin-de-Hinx, Landes : 32 (80%)
688 Sariac, Hautes-Pyrénées : 32 (80%)
682N Ygos, Landes : 32 (80%)
685 Artix, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5)
685NE Cabidos, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
696 Gerde, Hautes-Pyrénées : 33 (82,5%)
685SO Gurs, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
675N Mazerolles, Landes : 33 (82,5%)
699NE Melles, Hautes-Garonne : 33 (82,5%)
680 Mézos, Landes : 33 (82,5%)
689SE Ourde, Hautes-Pyrénées : 33 (82,5%)
683 Pouillon, Landes : 33 (82,5%)
683N Saint-Vincent-de-Paul, Landes : 33 (82,5%)
665 Sarbazan, Landes : 33 (82,5%)
691 Sauveterre-de-Béarn, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
686S Sedzère, Pyrénées-Atlantiques : 33 (82,5%)
682 Tartas, Landes : 33 (82,5%)
676NO Aire, Landes : 34 (85%)
695O Arrens, Hautes-Pyrénées : 34 (85%)
699 Bagnères-de-Luchon 34 (85%)
692S Bedous, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
676O Geaune, Landes : 34 (85%)
664S Labrit, Landes : 34 (85%)
694 Nay, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
675O Saint-Sever, Landes : 34 (85%)
690E Urt, Pyrénées-Atlantiques : 34 (85%)
699NO Bourg-d’Oueil, Haute-Garonne : 35 (87,5)
689N Galan, Hautes-Pyrénées : 35 (87,5%)
675 Grenade-sur-Adour, Landes : 35 (87,5%)
684 Hagetmau, Landes : 35 (87,5%)
689 Lannemezan, Hautes-Pyrénées : 35 (87,5%)
683E Pomarez, Landes : 35 (87,5%)

- De 90 à 99% :

693NE Ferrières/Arbéost, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
697NE Barèges/Betpouey, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
689NO Bordes, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
697 Gavarnie, Hautes-Pyrénées : 36 (90%)
694E Pontacq, Pyrénées-Atlantiques : 36 (90%)
691NE Sainte-Suzanne, Pyrénées-Atlantiques : 36 (90%)
696E Laborde, Hautes-Pyrénées : 37 (92,5%)
696O Lourdes, Hautes-Pyrénées : 37 (92,5%)
696S Lesponne, Hautes-Pyrénées : 38 (95%)
698E Germ, Hautes-Pyrénées : 39 (97,5%)

- 100% :

698 Aragnouet, Hautes-Pyrénées : 40 (100%)
698N Barrancouéu, Hautes-Pyrénées : 40 (100%)

Ce projet de bannière et d’écusson illustre parfaitement la dualité gasconne.

Au nord et à l’est une Gascogne périphérique, qui est ouverte aux influences extérieures, française et occitane languedocienne, au sud et à l’ouest une Gascogne plus hermétique et donc plus fidèle à son vieux fonds ethnolinguistique vasco-aquitain, où les dialectes ont conservé une gasconnité très affirmée.


[1Ce champ gradient de la gasconnité est gradué sur une échelle de 0 à 40. Il a été établi à partir de 40 traits propres au gascon et dont on pourra trouver le détail dans ALLIÈRES, Jacques 1995 Les scriptae occitanes V. Gascogne, Béarn. Lexikon des Romanistischen Linguistik. in Holtus, Metzetin, Schmidt. Tübingen : Max Niemeyer verlag, p. 450-466.

[2Page 289. Commentaires p. 288 et 290.

[3A.L.G. volume V, p. IV et V.



Grans de sau

  • Adiù,

    Je ne parle gascon même si je m’y met doucement. Cette étude est vraiment intéressante jusqu’à ce que je vois cette ébauche de fanion où l’on coupe la Gascogne en 2. Bon diù, quelle idée étrange. Là où je verrai des populations à reconquérir, à réinstruire dans la langue vous ne semblez y voir que des sous gascons. Diviser pour mieux régner quelle idée...

    • Que coneishi lo Halip Lartiga, e podi assegurar que la soa idea n’es pas de divisar los gascons per aquesta diagonau !

      Simplament, il a trouvé (et je l’avais remarquée aussi) une coïncidence entre la diagonale du projet de "banèra" et la diagonale approximative qui est comme une courbe de niveau des 50 % de gasconité.

      De toute façon, le passage de 100% de gasconité (quelque part dans les Pyrénées) à 0% (au delà de Garonne, et même parfois de Dordogne), est PROGRESSIF. Donc pas de division nette entre des sur-gascons et des sous-gascons !

      Que sabi tanben que l’autor d’aquesta banèra n’avè pas pensat ad aquesta interpretacion : cette diagonale, limite entre le blanc et le rouge, n’avait qu’une fonction esthétique.

      La banèra qui a été finalement retenue, lo drapèu de la dauna, met le blanc hors Gascogne, et met tous les gascons dans le rouge, puisqu’ils sont tous dans le triangle rouge !

      Mais ta réaction, Beltof, et une autre, me font penser que cet article sur les degrés de gasconité peut être mal compris.

      Comme je l’ai dit ailleurs :

      Un ressortissant d’une zone à gasconité faible a autant de valeur qu’un habitant d’Aragnouet et Barrancouéu.

      Cette étude du degré de gasconité a pour but de comprendre notre histoire, pas de hiérarchiser les hommes selon leurs origines.

      Il s’agit de comprendre comment s’est formée la Gascogne.

      Ce n’est pas faire injure aux habitants de Tonneins (je prends cet exemple parce que j’y habite) de dire que le gascon qui y était parlé avait subi davantage d’influences extérieures que le gascon d’Aragnouet.

      Maintenant, si les habitants des zones les moins gasconnes (comment dire ???) de la Gascogne veulent s’affirmer comme gascons cap e tot, tant mieux.

      You que’n serei urous !

    • I a pas d’ unis mensh gascons que d’

      autes mès cèrts mèi conscientisadis.

      Unipolaritat entà duas sentidas d’ ester gascon

    • Je rejette avec la plus extrême indignation cette conception mainable, eugéniste et quasiment raciale de la Gascogne.

      Nous nous approchons de l’étude anthropomorphique des faciès tant prisée à la fin du XIXè siècle avec les résultats que l’on connaît.

      Le nombre de paramètres négligés(mouvements de population, décés des locuteurs les plus anciens, critères d’échantillonnage) prive cette pseudo-étude de toute pertinence et de toute considération scientifique.

    • N’ac cau pas tot mesclar o con.hóner.
      En que consisteish lo grat de « gasconitat » d’un parlar, finaument ?
      Se èi ben comprés, que s’ageish prumèr d’establir un certan nombre de critèris qui permeten de definir çò qui caracteriza lo lengatge gascon per arrapòrt a l’occitan non gascon, taus coma (prenguts coma exemples, en realitat non sèi pas quins critèris eston estats escuelhuts tà l’estudi), la f remplaçada per la h, la caduda de la n intervocalica, l’abséncia deu partitiu en frasas coma « volem pan », l’utilizacion deu subjonctiu après quan, los enoncatius que, ja, be, ça etc, l’article pirenenc eth, era etc…

      Sabem plan que mantuns parlars, enqüèra que ben gascons, non responden pas a l’ensemble d’aqueths criteris referenciaus, mentre que quauques parlars non gascons poden presentar quauques uns d’aqueths trets.
      Per exemple, bèths parlars gascons conservan la n intervocalica (una e non ua), d’autes conservan la f (eth filh, era femna), etc.
      Lo grad de gasconitat d’un parlar, n’ei pas nada causa auta qu’ua manièra de representar lo nombre de criteris arrespectats per lo dit parlar.
      Un parlar (ben gascon) que conserva la f dens mots coma filh, femna non pòt pas aver un grad de gasconitat de 100 % pr’amor que’u manca au mens un critèri :
      l’aspiracion de la f en h. Qu’ei tot simple.

      Atau passam insensiblament de parlars de classificacion gascona dubtosa (parlars de transicion coma per exemple lo seronés, generaument classificat coma lengadocian mès qui presenta dejà quauques trets especifics deu gascon ) cap aus parlars qui presentan totas las caracteristicas qui constitueishen aqueths critèris predefinits.
      N’i cau pas véder cap jutjament de valor o etics !

      Aqueth estudi qu’a lo meriti d’amuishar que lo còr de la Gasconha linguistica s’a demorat pirenenc, coma ac èran los vascons medeishs.
      E dilhèu que la koinè gascona auré de s’inspirar mes deus parlars pirenencs centrau e orientau.
      Qu’ei çò qui tot aquò m’inspira, en tot cas.

    • Je crois en toute franchise que le cas de la Gascogne est tout de même typique dans la mesure où ethnie et linguistique coïncident dans une large mesure et je ne vois pas au nom de quel humanisme nous nous priverions de constater l’exceptionnelle adéquation entre une langue caractérisée par des traits remarquables et l’existence d’un peuple gascon identifié depuis les premiers textes, évanoui de l’imaginaire populaire depuis peu.
      Il y a tellement de preuves concordantes, d’évidences pour qui s’intéresse à la question que ce qui est insultant, c’est le mépris de la spécificité gasconne par de nombreux acteurs régionalistes.

      La question de savoir si cette spécificité bien balisée doit entraîner des conséquences pour l’avenir est bien le problème central du combat gascon contemporain.
      Pour ma part, je crois qu’un renouveau gascon ne pourra se passer d’une dose saine de patriotisme tant honni par les belles âmes occitanes, patriotisme qui n’aura pas peur d’exalter une originalité que l’on nous envie.

    • Il y a peu de parlers gascons qui ne remplacent pas f par h : il n’y a guère que le Séronais en Couserans et l’Entre-Deux-Mers qui touche au pays de Sainte-Foy-la-Grande (ancien Agenais), autrement dit deux pays placés de longue date dans des orbites contradictoires, d’où le caractère interférentiel des parlers.
      Quand à un kilomètre du centre-ville de Toulouse, on aspire les h, ce n’est pas anodin et l’on peut douter de la capacité historique de Toulouse à irradier !

      Idem de la simplification de n :
      hormis le Médoc et les franges toulousaines (et encore, pas sur tous les mots), elle est ultra-majoritaire. La simplification parallèle -nn->-n- est quant à elle présente sur toute la Gascogne.

      Ainsi, je crois que l’hyper-gasconnité n’est qu’un critère historique qui permet de détecter l’ancienne Novempopulanie via des traits plus "ibériques".
      Mais les dialectes gascons périphériques ne sont pas moins gascons, soit qu’ils ont perdu certains traits (ar- prosthétique, aspiration du h, ...), soit qu’ils ont développé d’autres traits qui ne les opposent pas moins au languedocien voisin (conjugaisons bordelaises, -arium>-èir, c+i,e>d, e posttonique, ...).

    • Bonjour Vincent,

      Tu as remarqué comme moi la hargne avec laquelle on est traité quand on revendique la gasconnité.
      Tu auras aussi remarqué les interprétations malsaines qui sont faites et les accusations à peine voilées.
      Quand on écrit sur internet, il est de bonne guerre de se faire critiquer.
      Cependant, se faire traiter de nazi est assez désagréable.
      Nous demanderons à Xavier Ravier, un des derniers survivants de l’ALG, comment il a fait pour échapper aux tribunaux de Nuremberg.

      Le fait de dire qu’il existe un gascon référentiel provoque ce genre de réactions. Elles seraient un peu occitanistes que ça ne m’étonnerait pas.
      Mais les mêmes ne sont absolument pas gênés quand on leur parle d’occitan central ou référentiel.
      Et pourtant, selon leur argumentation sophistique et leur brillante logique, cela implique qu’il existe un occitan périphérique et non-référentiel. En fait un sous-occitan (le gascon) et des sous-Occitans (les Gascons).
      On peut aller loin avec ce genre d’argumentation n’est-ce pas.

      Mais il est vrai que le concept de langue référentielle peut être critiqué, comme tout postulat scientifique.
      C’est d’ailleurs ce qui différencie le dogme religieux de la science.
      Cependant, quand on critique, il faut le faire avec des arguments sérieux.
      D’ailleurs, le dogme occitaniste accepte-t-il la critique ?
      Il suffit de lire la préface du dictionnaire de Per Noste (que je trouve cependant formidable), rédigée par Michel Grosclaude (que je respecte par ailleurs beaucoup) et qui commence par quelque chose du genre "l’existence de la langue occitane ne fait aucun doute et c’est un fait qui ne peut être remis en cause", ça commence tout de même mal pour un ouvrage qui se veut scientifique et pas religieux. Mais là, personne ne semble choqué.

    • Bonjour David,

      Je vous ai répondu par ailleurs mais je ne sais pas s’il y avait assez de place. La pseudo-étude dont vous parlez est l’ATLAS LINGUISTIQUE ET ETHNOGRAPHIQUE DE LA GASCOGNE. Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec ses conclusions mais, dans ce cas, il faut en faire une critique sérieuse et argumentée. De plus, comme je l’ai dit ailleurs, restez calme et évitez de m’insulter comme vous le faites à mots à peine couverts. Avez vous déjà consulté l’ALG ? Avez-vous lu comment et par qui il a été rédigé ? Si c’était le cas, vous ne diriez pas de telles énormités.

      Philippe Lartigue

    • Bonjour David,

      Que vous soyez en désaccord avec l’ALG est votre droit le plus strict et il ne tient qu’à vous de faire une contre enquête pour prouver que ce dernier n’est qu’un tissus d’inepties.

      Par contre, il faut un peu vous calmer et essayer de ne pas traiter les gens de nazi à tort et à travers, vous savez peut-être que c’est à la limite de la diffamation. Moi, je suis encore vivant et je peux me défendre. Ce n’est pas le cas des rédacteurs et enquêteurs de l’ALG.

      D’autre part, quand vous attaquez quelqu’un aussi violemment, il serait de bon ton que votre signature permette de vous identifier. Sinon, et pour reprendre l’esprit de vos brillantes périphrases, cela fait un peu penser à ces "bons Français" qui écrivaient à la Komandantur pendant l’occupation.

    • La colerassa deu David qu’es adara apatzada (qu’ac a dit), e podetz adara argumentar shens òdi, énter personas de bona companhia, que sètz (que’vs coneishi un chic a tots dus, David e Halip).

      De mei, sètz tots dus amics de la Gasconha, e los amics deus amics que pòden vàser amics !

      Tè, ua constatacion en espiar las estatisticas de Gascogne-débat (pour détendre l’atmosphère) :
      Lo nombre de visitas deu "grad de gasconitat" qu’acaba de despassar lo de l’article sus "la confitura de meron" !

    • Toute présence de trait gascon est le témoignage d’un passé gascon puisque le sens de l’Histoire est allé vers la languedocianisation constante.

      Là où l’on ne trouve plus de traces, c’est que la genèse de la langue a été autre.

      Il faut aussi faire la différence entre parlers interférentiels depuis les origines (Séronais, Gascogne toulousaine, ...) parce que situés dans des pays mouvants et parlers languedocianisés à époque récente (Auscitain, Lomagne, ... cf la langue plus gasconne de D’Astros).

      De toutes les manières, dans la mesure où les critères choisis sont essentiellement sud-gascons, les nombreux traits qui différencient le gascon des marges du languedocien et limousin voisins ne sont pas pris en compte dans le décompte de la gasconnité.

    • Juste une précision. Le séronnais n’est pas vraiment gascon. Je pensais d’avantage aux parlers de la vallée du Garbet (Aulus etc) en Haut-Couserans. Ces parlers sont tout à fait gascons mais conservent le f et disent eth filh, era femna etc...

    • Bonjour Vincent,

      Il est toujours agréable de lire tes lignes car tu connais bien le sujet dont tu parles et tes analyses en sont la preuve.

      La carte de la gasconnité peut en effet servir de guide pour l’élaboration d’un gascon standard, mais qui est un objectif bien lointain et utopique tant les Gascons sont doués pour ne pas être capables de se mettre d’accord.

      Cela pose le problème de la définition du gascon de référence. D’après les linguistes, il se trouve plutôt au sud-ouest et au sud qu’à l’est et au nord. Mais ces critères sont bien entendu criticables et il suffit qu’un autre consensus se dégage pour que le médocain ou le lomagnol deviennent la référence. Ce n’est pas encore le cas, ce qui ne transforme évidemment pas les Médocains et les Lomagnols en non-gascons ou en sous-gascons.
      Ils sont gascons autrement, c’est tout, et encore quand ils se disent Gascons, ce qui un autre problème.
      Entre ceux qui ne se disent que français et ceux qui ne veulent être qu’occitans, gascon étant ringard et réac.

      En fait, ce type de carte ne satisfait que les habitants du 65, et encore plus ceux d’Aragnouet, ce qui est tout de même bien peu.
      Par contre, elle peut mécontenter tous les autres (il suffit de lire les réactions, sans compter ceux-qui-n’en-pensent-pas-moins-mais-ne-le-disent-pas)
      les landais du nord (dont je suis), les béarnais, qui découvrent avec stupéfaction que leur dialecte n’est pas au centre de la gasconnité, les gersois, qui ne sont plus le coeur, voire LA Gascogne, etc...

      C’est aussi un peu pour tout cela que j’ai donné à voir cette carte qui, jusqu’à présent, n’était connue que des spécialistes et somme toute assez peu (ou pas) exploitée.

      P.Lartigue

    • Adiu Tederic,

      No m’èi pas hèit seguir la toa adreça, alavetz que t’escrivi ací.
      E ben hilh de cloca ! La gasconitat que hè pleitejar ! Que cau te disi que ne’n soi pro content, quitament quauques arreaccions e’m sémblann lirojassas.
      Qu’èi quauques documents qui volerí har conéixer e aprofieitar au monde de Gasconha.com. Que i a la parabòla deu mainatge barrejaire en gascon "negue" (dab version API) e occidentau normat. Que i a un tèxte deu Gabriel Artigue sus l’identitat qui arrevirèi cap au gascon quand m’ac demandè. Que i a tabé un diccionari gascon-landés de mots e de dixudas idiomaticas.
      Ond te poix mandar aquò ? Que sabes ne soi pas tròp lèste dab l’informatica.

      Amistats e dinc a bèth-lèu.

      Halip

    • Le Séronais est tout à fait gascon : c’est une partie démembrée de l’ancien Couserans épiscopal. D’ailleurs, c’est tellement vrai qu’en dépit du fait qu’ils se trouvent dans l’orbite de Foix, les élus du Séronais ont choisi l’intégration dans le Pays Couserans. Pierre Bec quand il étudie ces parlers dans les années 60 parlent de parlers interférentiels en voie de languedocianisation. Toute la vallée de l’Arize est gasconne, ainsi que la vallée de la Lèze : les différenciations dialectales se sont jouées selon les réseaux hydrographiques.

      Les parlers du Séronais connaissent phonétiquement 4 traits gascons : -nd->-n-, -ll>-th et -ll->-r-, -arium>-èr, conservation de kw et gw. C’est plus que certains villages de l’Entre-Deux-Mers et surtout, ce sont des traits "ethniques".

      Morphologiquement, usage du subjonctif dans les subordonnées de temps, utilisation de entà, utilisation du que énonciatif, utilisation des possessifs myèw.

      La toponymie du Séronais est elle-même aquitaine : Alzen, Nescus, Sabarat, Sentenac, ... tout comme d’ailleurs le Vicdessos fuxéen : Orus, Illier, Artiès, Ourre, ...

    • Adiu Halip !

      La mia adreça e-mail que pareish en haut deu men messatge.

      Aqueste question deus grads de gasconitat qu’ei fundamentau. Lo subjècte n’ei pas comode, mès n’u podem pas evitar si volem parlar seriosament de la Gasconha.

      De la lectura de las reaccions, que tiri quauquas questions e prepausicions :

      - Lo percentatge de gasconitat que pausa un problema especiau quan es inferior a 50% :
      Coma podem qualifiar de gascon un parçan qui es a mensh de 50% de gasconitat ?
      Si consideram aqueths parçans coma gascons, lavetz, perqué pas los balhar automaticament los 50%, e los plaçar énter 50% e 75% sus l’escala de gasconitat ?

      - Que caleré tanben balhar en anexe a l’article la lista deus criteris de gasconitat.

      - E seré possible d’aver tot parièr ua lista de criteris de lengadocianitat ?

      - E i a parçans considerats coma lengadocians, e qui satis.hèn quauques criteris de gasconitat ?

      Laster arte !

    • Bonjour Tederic,

      Je vais répondre en français pour la clarté du débat.

      Cette carte de la gasconnité a été dressée à partir d’un standard nettement sud-gascon (en gros Landes et Chalosse, Pyrénées -Atlantiques et Hautes-Pyrénées) et les résultats (échelle de 1 à 40) sont donc en fonction de cet écart par rapport à "l’idéal" gascon, qui n’existe en fait que dans quelques communes autour d’Aragnouet.

      Mais les parlers des marges gasconnes sont toujours suffisamment caractérisés face aux parlers languedociens, limousins ou saintongeais voisins.
      C’est ce qui permet de donner des limites assez précises.
      Ainsi la gasconnité de Saint-André-de-Cubzac est indéniable face à Puynormand ou Saint-Savin, celle de Saint-Vivien face à Royan, celle de Larrazet face Castelsarrasin, celle de Colomiers face à Toulouse etc...
      Quant aux parlers languedociens directement voisins, ils ne possèdent justement pratiquement plus de traits gascons, c’est donc ce qui fait la limite.
      Le seul problème peut se poser pour certaines communes du canton de Cintegabelle qui connaissent F-H mais sont totalement languedociennes pour le reste.

      Ce concept de la gasconnité n’a d’utilité que pour la création d’un gascon normé, lequel gascon devrait, me semble-t-il, aller puiser plus logiquement vers les zones à forte gasconnité que vers celle à faible gasconnité.
      Mais, encore une fois, la définition de langue de référence est toujours criticable et il suffirait que les lingüistes décident que le gascon de référence est plutôt garonnais.
      C’est scientifiquement possible mais peu probable. Je ne vois pas, à l’heure actuelle, comment normaliser le gascon en prenant pour modèle les dialectes marginaux. Un peu comme si, pour créer un occitan standard, on allait prendre pour référence les parlers du croissant. Quel occitaniste accepterait cela ?

      Les 42 traits retenus (Allières en a ajouté deux) sont : 7 pour le vocalisme, 23 por le consonnantisme, 3 pour la morphologie nominale et 9 pour la morphologie verbale.
      Pour le détail, il faut aller dans le livre cité en référence, la liste serait trop longue à exposer ici.

      Amitiés

    • Adiu Halip !

      Quan legissi ton "Ce concept de la gasconnité n’a d’utilité que pour la création d’un gascon normé", que subersauti (!).

      Pour moi, l’utilité en va beaucoup plus loin.

      D’abord, je pense que les critères lingüistiques sont les seuls à fonder solidement la Gascogne, et en particulier ses limites.

      La langue dit beaucoup sur l’histoire de la Gascogne. C’est un condensé de son histoire depuis des millénaires.
      C’est un matériau historique, que les historiens ne devraient pas négliger
      , comme ils ne négligent pas l’archélogie ou les données génétiques qui disent les mouvements de populations de bèth tems a.

      Ainsi, je maintiens que, d’après les critères lingüistiques, le Médoc ou la Lomagne sont moins gascons que la Chalosse, le Béarn ou la Bigorre.

      Comment le dire sans vexer ceux qui se rattachent à des parçans moins gascons ?
      Juste rappeler qu’être fortement gascon n’est en rien un signe de supériorité.
      Rappeler aussi qu’on parle ici d’histoire, et que la Gasconha de doman appartient à tous !

      Mais la "déclivité" de la Gascogne depuis le pays basque et les Pyrénées peut aussi nous inspirer pour demain.
      Je ne sais pas exactement comment, mais je crois qu’on peut ressourcer la Gascogne en regardant de ce côté là.

      Voir en ligne : http://gasconha.com

    • Quiò, qu’as tabé arrason, que soi estat pachòc. Aqueth estudi qu’es hòrt mei qui no pas ua atruna lingüistica.

      Halip

    • Les Médocains et les Lomagnols "gascons autrement" ?

      D’abord, j’ai toujours situé, sur les cartes diffusées par Gasconha.com et dans mon article La langue du Médoc : une variante de l’occitan gascon le Médoc et la Lomagne en Gascogne.

      Mais je le fais en m’appuyant sur le critère lingüistique.
      Si le même critère dit que ces pays (et d’autres, comme l’Entre-deux-mers) sont quand même moins gascons, je dois par honnêteté intellectuelle en tenir compte.

      Si vous avez d’autres critères, Halip, David, Vincent..., qui fondent pour le Médoc (etc.) une gasconnité égale mais autre, je suis à l’écoute !

    • Salut,
      je suis un Catalan très interessé aux langues d´oc et à la "question occitane". J´ai trouvé cet étude très interessant.
      Moi aussi j´aurais aimé qu´on nous dise quels sont ces 40 traits qu´on a analisé et dont on tire les conclusions.
      Par example, l´un de ces traits est assurèment le F-H, mais je ne sais pas si l´on considere aussi l´aspiration.
      Dans la Val d´Aran on ne conservé presque plus l´aspiration.
      Une deuxieme question : j´ai l´impression que lorsque on parle de la, disons, dénaturalisation du gascon, il faut tenir compte pas seulement des traits particuliers gascons, mais aussi de ceux qui le gascon partage avec autres langues d´oc : encore un exemple qui regarde la phonetique aranaise (trop espagnolisée ou catalanisée) : l´aranais a perdu la prononciation des "a" s finales en "o". Ils on perdu un trait habituel de l´occitan et, en consequénce, du gascon.

      Bon, merci à tous et veuillez excuser mon français ;-)

    • La prononciation des pluriels, graphiés -as en normalisé, affaiblis en -es dans la prononciation (en fait, tous les a finaux non toniques avant s,n ou t) est une prononciation autochtone de la haute vallée du gave de Pau, de la vallée de Campan, de la vallée de Luchon, de la haute vallée de la Garonne. Il s’agit bien au contraire d’une survivance probable d’un ancien phonétisme gascon, encore présent en oues-gascon, avant la "toulousanisation".

      Txatti le luchonnais par exemple, à la suite de Corominas, a décidé d’orthographier -es, -en, -e. cantat>que canta>que cante (il chante).
      totas eras hemnas>totes eres hemnes (toutes les femmes)
      qu’èran>qu’èren (ils étaient)

      Source : Rohlfs

    • Bonjour Tederic,

      Je ne pense pas que la gasconnité du Médoc ou du Couserans soit égale à celle de Bigorre ou de Chalosse. Mais je pense effectivement qu’elle est autre (qu’elle l’était en tout cas).

      Ces régions marginales ont été, ce qui est bien logique, plus influencées par les parlers voisins.
      Leur gasconnité en a donc pâti mais les jalons toponymiques sont souvent là pour nous rappeler que tel ou tel trait gascon, aujourd’hui disparu de la langue, s’est conservé dans les noms de lieux, par exemple des ARR- en nord-Médoc.

      A l’heure où la langue gasconne agonise il faut savoir ce que nous voulons faire, j’entends la poignée de ceux que cela intéresse encore.

      Soit on fait le choix de perpétuer les dialectes, je serais tenté de dire les patois gascons, soit on accepte leur quasi mort (je sais que c’est douloureux de voir la réalité en face) et on essaie de se mettre d’accord sur un standard pan-gascon qui ira puiser sa substantifique moelle non pas dans les dialectes périphériques mais au coeur même de la gasconnité (en gros Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées), sans se priver de faire des excursions dans tous les parlers gascons. En effet, on ira plus facilement chercher le vocabulaire maritime à Bayonne, Hossegor ou à La Teste qu’à Aragnouet, par exemple...

      Or, beaucoup de gascons un peu "conscientisés" s’arcboutent de toutes leurs forces sur le parler de leur canton. Je le remarque même chez mes collègues de l’éducation nationale qui, bien que se disant quasiment tous occitans, ne renonceraient pour rien au monde à leur micro parler.

      Les faits nous montrent que le gascon à l’état dialectal n’a pas su rester une langue normale de communication.
      Essayons d’en tirer les conséquences.
      "Le gascon est mort, vive le gascon !"
      On peut toujours se dire que tel canton, telle vallée, utilise encore la langue. Soyons honnêtes et réalistes. Qui ? Où ? Quand ? Comment ?

      Quel est le poids d’une langue qui n’est pratiquée que par plus ou moins 6% de sa population ? Que pèsent les quelques milliers d’Aranais ?
      Toutes ces questions, il faut avoir l’honnêteté et le courage de se les poser.

      Je pense que la Gascogne crève du fait que les Gascons, tout au long de leur Histoire, n’ont jamais étés capables de s’entendre malgré une communauté ethnique très forte.

      Le gascon que j’essaie d’enseigner en classe n’existe nulle part. Ce n’est qu’un idéal de gascon normé sur un standard sud-occidental.
      Mais je n’ai pas du tout envie de transmettre le "patois", qui de toute manière est mort.
      Mistral disait qu’un peuple qui renonce à sa langue méritait de crever.

    • Avec l’accord de ton mail du 11/10 et avec plaisir, ce sera donc :
      Adiu, Tederic !

      Juste un « chic » d’appui à ton message « Les isoglosses disent aussi l’histoire de la Gascogne ».

      Nous disposons à ce sujet d’une illustration très actuelle et malheureusement fort claire. Il s’agit du cas de la communauté de Seix, dans le Couserans gascon.

      Cette communauté a fait partie de la Novempopulanie depuis la nuit des temps. Puis elle fut Vasconne depuis l’arrivée des Vascons ! A la minute ou j’écris, quelques rares anciens du pays prononcent encore le « H » expiré, pratiquement comme un « R ». Les historiens, géographes et linguistes de la Gascogne, depuis Pline jusqu’à Pierre Bec et Jacques Allières l’ont toujours reconnue comme Gasconne . Le siège épiscopal de Saint-Lizier, héritier des anciens diocèses civils du bas Empire Romain, dépendait au Moyen-Âge de l’archevêché d’Eauze ou de celui d’Auch, non de celui de Narbonne ou de Toulouse. Le terroir de Seix figure sur la carte de l’actuelle gasconité dans la zone du gascon intermédiaire égale ou supérieure à 50%

      Eh bien, en dépit de tout cela, nous lisons et entendons maintenant ici et là l’expression « Seix en Languedoc ». Cette affirmation ne suscite apparemment aucune protestation sérieuse, au prétexte par ailleurs exact que Seix a été le plus souvent administrée de l’extérieur par le Languedoc !

      Il est clair que cette absence de réaction est en relation directe avec le déclin de la connaissance historique et linguistique de l’ancienne Assexio.

      Nous pouvons donc souligner trois faits :
      1 ) On sait qu’autour du XIème siècle, Castille et Rioja utilisent le « H » en lieu et place du « F » au contraire de l’Aragon et du Léon qui conservent le « F ». Nous savons également que l’influence du gascon s’est étendu jusqu’à la Saintonge et probablement au Poitou. Il est donc permis de penser, sans trop s’avancer, que la langue des Vascons a été au minimum comprise, sinon comprise et parlée, depuis la Castille jusqu’à la Saintonge et peut-être même jusqu’au bas Poitou.

      2 ) On voit bien aujourd’hui, à l’examen de l’Atlas linguistique, que l’aire effective de l’ancienne langue des Vascons est d’ores et déjà réduite à une peau de chagrin par comparaison avec ce qui précède.

      3 ) Si nous ne parvenons pas nous unir pour inverser les tendances, on peut parier sans risque qu’un futur Atlas linguistique laissera en blanc ce qui se trouve à l’Est de la vallée de Bethmale. Seix sera alors devenue languedocienne de fait. Une isoglosse reculera de quelques kilomètres supplémentaires vers l’Ouest.
      Mais on peut toujours positiver… Au moins, cette isoglosse, saurons nous exactement au terme de quelle histoire elle est arrivée là !

      Amistats, Tederic, i a benlèu,

      Arnulf.

    • Adiu Philippe/Halip,

      Le gascon dialectal est mort dans les marges septentrionales garonnaises, il est à l’agonie partout ailleurs. Et quand tu parles de 6 % de locuteurs je te trouve d’une grande générosité. Bien sûr il se trouvera toujours quelque "patriote occitan" ou quelque occitaniste enragé pour apporter un démenti véhément à ce fait irréversible...

      Que tu n’aies pas envie de transmettre le "patois" est tout à fait concevable. Ce qui n’empêche nullement de s’intéresser à son patois quand on en est imprégné depuis l’enfance même s’il est devenu une (micro-)langue morte. Ne serait-ce que par une sorte de devoir de mémoire imprégné de nostalgie. C’est ce que je fais à mon très modeste niveau en me livrant à temps perdu à un non moins modeste travail d’archéologie linguistique concernant Marmande et ses environs.

      Quant au standard pan-gascon basé sur les parlers sud-occidentaux dont tu parles, tu es dans le vrai et non pas les partisans d’un gascon "light" ou d’une "mesclanha/barrejadís" de nord-gascon et de sud-gascon que personne n’a jamais parlé. Ce gascon "hard" (par opposition au "light" précité), c’est à chacun de nous de tenter de l’élaborer, ne serait-ce qu’à l’écrit et je crois savoir que tu ne me démentiras pas. Quand je dis "nous", c’est bien entendu la poignée de Français et de Françaises conscients de leur identité ethno-linguistique gasconne, qui la prennent en considération et qui la revendiquent. Et qui, en outre, sont fiers de ces deux patriotismes complémentaires et non antagonistes.

      Hè beròi !

      D.Séré

  • Les isoglosses sont des lignes tracées sur la carte de la Gascogne, et qui disent : d’un côté de cette ligne, on dit telle chose comme ci, et de l’autre, comme ça.

    Par exemple, il y a la ligne du "que" énonciatif (que t’aimi = je t’aime), qui va grosso modo du bassin d’Arcachon au Couserans : au nord de la ligne, on n’utilise pas le "que", donc on dit "t’aimi" (toujours grosso modo !).

    Ces lignes sont très importantes pour l’historien, parce qu’elles se sont dessinées par l’histoire des populations.

    La question, c’est de savoir si ces faits d’histoire peuvent nous aider à populariser l’histoire de la Gascogne.

    Le débat en cours, très dur, montre que les isoglosses, et surtout leur analyse, peuvent nous gêner en accréditant l’idée qu’il y a des sur-gascons, des gascons moyens, et des sous-gascons...

    Donc, prudence !

    Les isoglosses nous disent que la Gascogne a subi, depuis plus de 1000 ans, une influence permanente par l’est (populations d’oc) et le nord (francs, français).

    Cette influence décroit à mesure qu’on s’éloigne du bord nord-est de la Gascogne.
    Plus on s’éloigne de ce bord nord-est, donc plus on va vers les Pyrénées et le pays basque, plus la différence gasconne s’accroit.

    Face à l’uniformisation en cours, qui efface la Gascogne, nous avons forcément de la tendresse pour les zones qui ont maintenu le mieux la différence gasconne.

    Mais il faut expliquer aux habitants ou aux originaires de la Gascogne la moins ...différente, donc les médoquins, les garonnais..., qu’ils peuvent contribuer autant que les autres à la Gasconha de doman.
    C’est un état d’esprit à développer.
    Par exemple, pour commencer, s’habituer à utiliser le mot "Gascogne" dès qu’on désigne des choses communes au triangle océan-Garonne-Pyrénées.

    • Les isoglosses sont des ultra-particularismes locaux.

      C’est comme ça que les gens ont entendu parler leurs ancêtres, et y substituer un gascon aseptisé tout droit sorti du dico de Per Noste serait suicidaire, voilà tout.
      C’est ouvrir la porte à la polémique sur le complot des profs d’occitan ou des Toulousains-qui- veulent-nous-imposer-l’occitan-qu’on-trouve-dans-les-livres-que-nous-ici-on-parle-patoès-comme-ça-et-pas-autrement-etc. Vieux débat bien connu.

      Il faut donc partir de la langue que parlent les gens (quand par bonheur ils la parlent encore) ou du moins qu’ils comprennent sur le terrain. C’est tout ce que je veux dire par mon insistance sur les isoglosses.

  • Adiu.

    On confond parfois identité et unité, mais l’identité est toujours un complexe multiple : les recherches (et ce débat...) le montrent.

    Selon moi, cette carte est tout à fait signifiante, car montrant bien non pas UN centre mais plusieurs, ici donc deux : les Pyrénées centrales ET la Gascogne. Toutefois, la carte est incomplète : il y manque le troisième coeur « paléolinguistique » survivant des pays de l’Atlantique sud : les langues des pays Basques, d’Euskadi : vers Pamplona-Burlada dans les isoglosses cumulés je crois.

    L’archéologie préhistorique et protohistorique, les textes-sources de l’Antiquité et du Haut moyen-âge, montrent que la « Uasconie » (graphie du Ve siècle chez les évêques et historiographes Francs) ou « Guascuina » (graphie du XIIe siècle en gascon de Comminges proto-féodal), comprend tout aussi bien les Pyrénées centrales (du Béarn jusqu’au Couserans et pays de Foix) ; que l’Ispanie (Aragon, Navarre...) ; et bien sûr que la Gascogne elle même (Aquitaine ou Askitania). Ce qui fait bien (génériquement) trois coeurs ; géographiques, culturels, linguistiques, humains...

    Du Xe au XIIIe siècle toutes ces populations utiliseront la même monnaie de Morlaàs pour leurs commerces et transactions, dont la devise pré-médiévale est certes de droit gascon-roman : « Honore Foro ! Comici Centullo ! ».

    Voir en ligne : La vie humaine en Pyrénées

    • Bonjour Ramoun,

      Vous avez, à mon sens, tout à fait raison. Le coeur du monde aquitano-pyrénéen est bel et bien Euskal Herri. Ce qui fait la particularité gasconne dans le concert des langues romanes et d’oc en particulier ce sont bien les racines euskariennes du gascon et de la Gascogne. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles, de toutes le langues d’oc, c’est le gascon qui intéresse le plus les romanistes, surtout étrangers.

      Amitiés.

      Philippe Lartigue

    • "non pas UN centre mais plusieurs, ici donc deux : les Pyrénées centrales ET la Gascogne"


      Attention, cette formulation enlève logiquement à la Gascogne son centre pyrénéen !

      Attention aussi, les couleurs choisies pour la carte ci-dessus créent une illusion d’optique en séparant deux centres (la Chalosse d’un côté et la Bigorre de l’autre) par un fossé formé par la région paloise et la vallée d’Ossau.
      Ce fossé n’est fait que de quelques % de gasconitat en moins, qui n’ont probablement pas de signification historique fondamentale pour la Gascogne.

      Je privilégierais donc plutôt un foyer unique qui serait vasco-pyrénéen.
      Cela sous réserve de découvertes ultérieures (on ne peut pas pour l’instant affirmer avec certitude un bloc vasco-pyrénéen monolithique).

      Voir en ligne : http://gasconha.com

    • Adiu

      Non, je ne pense pas que les cartes des isoglosses de la linguistique démontrent UN cœur - qui serait ou bien la Gascogne ou bien les pays Basques - mais bien TROIS cœurs linguistiques - avec les Pyrénées Centrales - sans doute unifiés au départ (paléo-linguistique), mais bel et bien différenciés ensuite par les « circonstances » historiques (ne serait-ce que par les immenses territorialités géographiques qui sont mises en cause...).
      Imaginons un modèle non pas centré - avec un centre unique et qui serait la norme - mais un modèle organique avec des centres, des périphéries, des zones frontières, des zones maritimes... et les trois dernières territorialités-sociétés étant aussi des centres, différemment.
      C’est pourquoi (entre autres choses...) il me semble utile de visiter TOUTE la Gascogne, y compris les terres Euskes et les montagnes des Pyrénées centrales ; tous ses territoires, tous ses villages et tous ses terroirs (est-ce possible ?)... On peut imaginer, en-cours plus immédiatement, que l’identité de Gascogne, du paléo-triangle Atlantique-Sud (identifié par l’archéologie dès le Ve millénaire avant notre ère...), n’est pas une unité trop stricte - qui serait leurre transcendantal d’une pure totalité - mais bien un ensemble humain, complexe, organique... voir - selon certains principes et certaines conditions de la Lex Gasconha - convivial.
      Ramoun.

      Voir en ligne : Aramond la vie humaine en Pyrénées

    • Pourquoi voulez vous que le centre du Gascon se situe dans les Pyrénées ?

      Historiquement les premiers écrivains à avoir utiliser le Gascon et à se revendiquer de la langue gasconne sont tous situés dans le gers, et la plupart du temps en Lomagne (de Garros (père et fils), d’Astros, d’Arquier, Bedout, Ader et j’en oublie).

      Bien sûr, cette naissance du Gascon comme langue littéraire (distincte de l’occitan) a bénéficié de la proximité de Toulouse, mais il est quand même paradoxal d’affirmer maintenant que ces gens là ne parlait pas vraiment Gascon ?!... D’une certaine façon, c’est eux qui en ont déposé la marque...
      Et donc les pyrénées ne sont le centre que du dialecte Pyrénéens. Ce n’est pas parce que ce dialecte s’oppose le plus à l’occitan central et au français qu’il est plus gascon.
      C’est un cas typique ou la linguistique s’oppose à la langue !

      Enfin, je suis en effet d’accord (avec de nombreux messages lus plus haut) : le mieux est actuellement de s’appuyer sur ce dialecte Pyrénéen qui s’est "mieux" conserver pour faire renaitre le gascon.. à la condition expresse de ne pas s’opposer systématiquement à l’occitan central, ce qui est malheureusement souvent le cas, parce que le gascon c’est aussi de l’occitan et qu’en voulant absolument cultiver chacun ses petites différences, les deux vont mourir.

    • BrabeGasco, votre réaction montre à quel point cette vision du degré de gasconité est dérangeante, perturbante, un peu provocatrice.

      Et pourtant, à mon avis, elle tient la route logiquement !
      Si on fixe des critères de gasconité (mettons une vingtaine de critères), il est imparable qu’un lieu qui satisfait à 15 critères est plus gascon qu’un lieu qui satisfait à 5 de ces critères.

      Je rappelle qu’il n’y a aucune hiérarchisation raciale ou ethnique : dans un lieu, la langue était plus gasconne que dans l’autre ; c’est tout ! C’est une donnée maintenant surtout historique. Cela signifie que l’influence latine, puis languedocienne ou française a été moindre.

      On peut refuser une telle approche à partir d’une liste de critères, mais il faut alors expliquer pourquoi on la refuse.
      On peut aussi discuter les critères de gasconité à prendre en compte.
      Vous en proposez un autre : le nombre d’écrivains qui se sont revendiqués comme gascons.
      Pour moi, ce critère est extra-lingüistique : il rend compte de la conscience gasconne par les élites au cours des siècles. C’est une question très intéressante, mais bien différente de celle de la lingüistique descriptive.
      De plus, avec un tel critère, il y a un biais dû à la densité de population, qui était bien supérieure en Gascogne de la plaine qu’en Gascogne "montanhole".

      Pour moi l’approche des critères de gasconité est bonne, et les critères choisis par l’étude dont parle cet article, sont bons.
      Le fait qu’ils fassent apparaître une gasconité maximale au sud-ouest de la Gascogne (Pyrénées, Chalosse, sud des Landes) n’est pas surprenant si on a à l’esprit que c’est la zone la moins accessible à l’influence romane puis française.
      Ce qui caractérise le gascon par rapport aux autres parlers d’oc, c’est son substrat particulier, qu’on peut dire "aquitano-vasco-pyrénéen". Il est logique que dans les zones plus ouvertes au passage, plus proches de la Garonne, ce substrat ait été davantage recouvert par la couche romane puis française, celte aussi peut-être.
      Jusqu’au 20e siècle, le flot extérieur (languedocien + français) a sans cesse érodé la partie la plus exposée de la Gascogne, lui faisant perdre peu à peu et de proche en proche sa gasconité.
      Pour la Lomagne elle-même, Dupuy décrit le phénomène : l’arrivée du languedocien par la plaine de Garonne, sous l’influence de Toulouse, et le repli du parler gascon sur les premiers côteaux.

      Du temps des Garros, la Lomagne était sans doute plus gasconne qu’en 1900, quand les locuteurs ont été écoutés par les enquêteurs de l’Atlas Lingüistique de Gascogne.

      Il est donc fondé de mesurer une gasconité lingüistique qui varie suivant le lieu et l’époque.
      Et le caractère très particulier du gascon fait que ses épicentres ne sont pas du tout au centre géographique de la Gascogne, mais dans les lieux les plus protégés de l’influence extérieure, soit par la mer, soit par la montagne.

      On pourrait rapprocher le cas gascon du cas breton : la bretonité lingüistique a reculé d’est en ouest au fil des siècles, sous l’influence romane puis française.
      Si on cherche un centre de la bretonnité lingüistique, il ne sera pas à prendre en pays gallo ! Ou alors, c’est qu’on parle d’autre chose : du centre d’une région affective, par exemple... on n’est plus alors dans le domaine de la description lingüistique.

  • Sait-on précisément où passent les frontières linguistiques de la Gascogne ?

    C’est-à-dire quelles communes sont en Gascogne et quelles communes ne le sont pas. Si la Gascogne existe vraiment comme entité physique, peut-on nommer les communes de chaque côté de la frontière linguistique ? Comme on peut le faire pour l’Alsace par exemple http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/64/Dialectes_Alsace.PNG

    Et cela tout au long de la frontière. Je pense que cela n’est pas possible ? Ai-je raison ?

  • Paul,
    Vous trouverez ailleurs ce site une carte récemment mise à jour par Ph.Lartigue,auteur par ailleurs d’un livre ,pas encore épuisé je pense (éd.Per noste) ,donnant toutes les communes de l’aire linguistique gasconne.Ce qui ne règle pas la question des communes se situant à l’Est de la limite linguistique mais se trouvant à son contact et qui se sentent peu ou prou gasconnes pour des raisons historiques,affectives ou liées à un long passé administratif commun.Mais ceci est une autre question...




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document