- Vincent P.

Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Saint-Ciers-de-Canesse

Picapau

en graphie alibertine :

Picapau

pau / poteau, pieu

Prononcer "paou" (ou "aou" est une diphtongue).
diminutif : palòt

picar / couper

Prononcer "picà".
Semble avoir été beaucoup utilisé pour "couper des végétaux" :
picar aubres : couper des arbres
picar toja : couper de la "touye"

Le mot semble être passé au basque, avec le même sens ("pikatu" - mais le basque a aussi "trenkatu").

La maison Picapau n’est pas visible depuis la route, il faudrait être invité pour la prendre en photo, alors va pour le portail d’entrée !

Nous avons discuté, déjà, de ce nom Picapau, dans une conversation sur les toponymes gascons du Nord-Gironde oïlisé.

Il ne peut s’agir d’autre chose que d’un toponyme gascon, proche parent de Phiquepal, présent sur Gasconha.com : pica "martèle" + pau "pieu".


Phiquepal

Reste la question du toponyme de Haute-Saintonge "La Piquepauderie". La formation en -erie montre déjà que cela peut signifier "chez la famille Piquepau(d)". Il y a des familles agenaises du nom de Piquepau (on retrouverait cette tendance à introduire un -d- non-étymologique pour dériver) : une migration vers la Saintonge ?

Dans tous les cas, la Haute-Saintonge a perdu l’usage de l’oc très tardivement, le parler d’oïl de cette contrée a pu connaître des mots également connus en limousin périgourdin ou en nord-gascon. Un spécialiste du monde gabay (car La Clotte en relève) saurait nous dire.


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document