Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Saint-Ciers-de-Canesse

- Vincent P.


 

Lescat

Palay indique qu’en Médoc (ce qui signifie Bordelais, en fait), escat signifie écaille. Difficile de savoir ce qu’il en est dans ce cas d’espèce. Ce qui est assuré, c’est que l’on trouve "Les Lescats" à Vendays (33), et Lescat, homonyme exact donc, à Auch (32).


 

Grans de sau

  • Le Cadastre napoléonien donne ici un exemple de mauvaise coupure avec "Le Scat".
    Une piste gasconne serait lescar (lesca + suffixe ar) :lesca = lesque, laîche nous savons que les terminaisons -at peuvent cacher des -ar (ou le r final est muet en gascon).

  • Non loin, sur la commune de Cars, en zone oïlisée mais de substrat gascon très fort, on trouve le lieu-dit "Le Garoussat", qui montre que localement, il y a eu interférence des suffixes, car de toute évidence, c’est un toponyme botanique en -ar.

    Mais non loin, il y a également, toujours à Cars, "Dupeyrat", pour lequel le -at semble étymologique, du moins si l’on en croit la fréquence de distribution du mot peirat.

    La conclusion de ces analyses imparfaites, dans tous les cas, c’est qu’il y a eu une telle confusion sur les suffixes, qu’il est difficile de s’y repérer : il faut convenir qu’en Gascogne plus méridionale, les suffixes ont été respectés à l’écrit. Il est vrai que même en gascon, les sons ont toujours été plus solides que dans les régions périphériques de la Gascogne, soumises à une francisation plus précoce, mais aussi, en amont, à une dégénérescence consonantique (au demeurant, c’est le même phénomène de francisation, une vague avant l’autre).

  • Une lesque, c’est une friche en médoquin. Donc : lieu en friche.
    Ou alors on a affaire à un nom de famille

  • Cf. Docteur Auguste Lalesque qui s’est opposé en 1857 à la "distraction" du quartier d’Arcachon de la commune de La Teste-de-Buch.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document