Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

A la recherche de prénoms landais
par Tederic M. le 5 août 2012

http://www.mamanandco.fr/forum/topic24278.html
Le bébé est né en 2009, mais le cas est intéressant.
Le papa est "pur landais" et "souhaiterait donner un prénom typique à notre bébé".

Au départ, seuls Jan (Ian) pour les garçons et Maylïs sont connus comme prénoms landais.

Quelqu’un donne le lien vers les prénoms de Gasconha.com.
Aliénor entre en lice au côté de Jade, Romane et Louane...




  • par Tederic M. le 5 août 2012

    Romane, en "landais" (en fait en gascon), ça aurait été Arroumane !

  • par Vincent.P le 6 août 2012

    Dans un monde idéal, à l’Etat civil, nous aurions des prénoms français, tandis qu’en passant en gascon, nous serions nommés de la variante dudit prénom. Les Basques font ainsi, parfois la version basque passe au français.

    La recherche de prénoms landais par de jeunes couples est la preuve ultime que la transmission s’est complètement perdue.

  • par Christophe L. le 6 août 2012

    Prénoms landais, on pourrait rajouter Quitterie...
    sinon, des prénoms gascons il y en a !!
    on en trouve dans les ancêtres et vieux registres, j’ai emprunté Saubade à une aïeule directe d’Anglet pour le donner à ma fille.
    On peut également regarder tous nos villages en "saint-...", même si certains peuvent paraître bizarres...
    J’ai trouvé pas mal de Girons dans les registres paroissiaux de Tartas, et je trouve très joli ! !

  • par Tederic M. le 6 août 2012

    Moi yen a pa compri gran caouse au paragrafe "Dans un monde idéal" de Vincent.P...

  • par Vincent.P le 6 août 2012

    En français, je m’appelle Vincent, c’est ce que l’on peut lire sur ma carte d’identité.
    En gascon, c’est Vicenç.

    La forme française des prénoms que tout l’Occident partage, prévalait à l’Etat civil, mais la version gasconne était naturellement employée en passant au gascon.

    Bref, je regrette la disparition de ces réflexes et je pense qu’avoir un prénom dans sa forme gascon de manière officielle à l’Etat civil, n’apporte pas grand chose en fait, car le plus intéressant reste ce passage d’une langue à l’autre ... qui n’a plus lieu pour cause.

    Pour illustrer, quand je demande à ma grand-mère le prénom de son père, elle dit Vincent. La même question en gascon, elle dira "Vincenç" (ma grand-mère dit Vincenç et non Vicenç, assez curieusement).

    Autre exemple : le philologue Luis Michelena est connu sous ce nom en espagnol. En basque il est immuablement Koldo Mitxelena. Je trouve que ces doubles traditions sont une richesse, mais il est impossible de nos jours de les ressusciter.

    En tout état de cause, je trouve que l’on donne à l’Etat civil trop d’influence dans la vie de tout un chacun : la manière dont nous sommes enregistrés auprès de l’Etat n’implique pas que l’on puisse toute une vie avoir des noms au sens large distincts. Surnoms, diminutifs, ... qui font aussi corps que l’officiel administratif.
    Les Gascons d’autrefois n’attendaient pas que l’Etat vienne dire comment ils s’appelaient.
    Aussi, des parents soucieux d’ancrage régional peuvent donner la version française bien socialisée d’un prénom à l’Etat civil mais appeler toute sa vie ledit enfant de la variante gasconne (le tout en gascon serait le mieux mais c’est trop tard).

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :


Le drapeau de la Gascogne