Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Une appréciation du monde de l’immobilier.

Vocabulaire parfois savoureux :
"les jeunes couples, employés dans le coin ou sur Bordeaux, injectent 200.000 € pour trois chambres et un bureau sur un minimum de 2000 m2 au calme" (j’aime le "injectent")

proposé par Tederic M. - validé ou actualisé le 24 février 2012


  • par inconnu le 24 février 2012

    S’ils injectent, ils risquent d’être impactés par la crise.

  • par Tederic D le 24 février 2012

    Tu remarqueras Tédéric que les quadragénaires et les quinquagénaires sont les mauvais élèves dans l’histoire.. un peu chiants… en lisant entre les lignes.
    Etre exigeant, pour moi, c’est un signe de vouloir de la qualité, surtout à notre époque où l’on nous vend n’importe quoi.

    Je remarque une autre chose dans son texte et qui met de l’eau à notre moulin dans les locs, "BORDEAUX ET L’AQUITAINE A L’HEURE DE LA GRANDE VITESSE FERROVIAIRE" et "Les dynamiques territoriales et urbaines du Grand Sud Ouest" :
    Je cite : "Quant au produit haut de gamme, il tire encore son épingle du jeu. Les prises d’autoroute à Bazas et Captieux et la gare TGV en projet contribuent à l’essor du site. « Particulièrement sensible au discours médiatique, la clientèle réagit positivement en septembre dernier aussi sûrement qu’elle avait fermé les robinets lors de l’annonce de la crise en 2008…".

    Nous avons là la problématique du développement des grands axes autoroutes TGV qui pourrait annoncer une montée future des prix du m².
    Car si le produit haut de gamme vient à marcher fort, l’offre devenant plus importante, les prix grimperont et si ceux–ci grimpent, le couple qui injecte :-=) 200000 € devra injecter 300000€ voir plus pour la même gamme de produit.
    C’est bien sûr un discours d’agent immobilier.
    Mon avis est qu’il faut développer l’offre dans ce qu’ils appellent la gamme intermédiaire et améliorer celle d’en dessous, l’offre haut de gamme devant rester marginale.

    Troisième chose enfin : "les séniors, originaires d’Ile-de-France qui achètent à Bazas… "
    Se sont ils posé la question si ce ne sont pas plutôt des gens de la région partis travailler en ile de France désireux de revenir au pays.
    Je verrais plutôt ces parisiens (les vrais) sur la côte Bordelaise ou landaise.


    Réponse de Gasconha.com :
    Sur les quadras "un peu chiants" (digot Tederic D.), la phrase en entier est délicieuse :
    "Les quadras et les quinquagénaires en deuxième ou troisième accession, une catégorie informée et extrêmement exigeante, recherchent, en effet, le coup de fusil et multiplient les propositions indécentes."
    Attention, d'ailleurs, aux vrais coups de fusils dans ces contrées de "cassaÿres" où il y a parfois des accidents tragiques !
    [Tederic M.]
  • Le verbe "injecter" est bien choisi
    par Tederic M. le 24 février 2012

    On peut "injecter" du venin, du poison, ou une potion salvatrice, mais ce n’est en général pas anodin.

    Ces centaines de milliers d’euros qui sont/seront payées à des propriétaires "du Sud-Gironde", ce n’est pas anodin.
    C’est de l’argent facile qui arrive dans le sillage des nouvelles infrastructures, et qui peut décourager les activités productives locales, et aussi rendre difficile le logement des locaux les plus désargentés.

    Je pense garder l’oeil sur l’évolution de Captieux, déjà traversé par "l’autoroute de Gascogne" et qui sera, si tout se passe selon les plans de nos aménageurs, le lieu d’une "halte SRTGV" flanquée d’un... écopole !
    www.gpso.fr/presentation_GT8_haltes_sud_gironde_juin11.pdf

  • par Arratoi M., Baiona le 27 février 2012

    Une trentaine de mes arrière-petits-enfants sont montés vers le Sud-Gironde il y a quelques mois, dans un très confortable wagon de marchandises périssables.
    D’après eux, les matériaux des nouveaux clapiers sont fragiles et les poubelles mal garnies.
    Plus triste, les vrais poulaillers se font rares. Mais on ne nous chassera pas à coups d’injections ni de fusil, nous. Sales bipèdes prétentieux et édentés que vous êtes !
    txxx,grr

    Arratoi Minjagats

  • par Katu gizagaixoa le 28 février 2012

    Egunon Baionako arratoia,

    Egia ote da katuak jaten dituzula ala gezur hutsa al da ?
    Katu ergel eta zikin hori !! Damutuko zaizu egiten duzuna !!

  • Exploration ce printemps vers Captieux !
    par Tederic M. le 28 février 2012

    Après cet intermède entre rats et chats vascons, revenons à nos moutons !

    Je caresse l’idée d’une exploration sur le terrain, dans le cadre et dans l’esprit de "Rail Gascogne", de ce Sud-Gironde bucolique, exactement autour de Captieux.

    Ce serait LA sortie du printemps, fin mars ou début avril, peut-être un samedi.
    Convivialité, nature et tradition...
    Boucle à vélo au départ de l’ancienne gare de Bourriot-Bergonce, par l’ancienne voie ferrée devenue chemin de St Jacques et coupée par l’autoroute de Gascogne, jusque vers Captieux et Bernos-Beaulac, retour par de bucoliques petites routes du côté d’Escaudes et Giscos...

    Jour non encore fixé. Ce pourrait être un samedi, mais ce n’est pas obligatoire.
    N’hésitez pas à me questionner et à participer !

  • par GSG le 29 février 2012

    Sympayhique idée. Après, ce sera la Ténarèze !

  • par Tederic M. le 1er mars 2012

    Autour de Captieux, on est, semble-t-il, sur une des branches de la Ténarèze, qui passait au "Poteau" de Captieux :

    gasconha.com—tenareze-2.gif

    Ce n’est pas étonnant : on est par là sur une sorte de plateau d’où naissent certaines rivières (le Ciron...) et qui est donc bien une zone limite entre des bassins différents (Ciron, Eyre, Adour...). La Ténarèze avait pour principe de suivre au maximum les lignes de partage des eaux, pour éviter d’avoir à franchir des cours d’eau et leurs vallées.

    Aquò dit... d’accord pour explorer ensemble la Ténarèze en Armagnac, et faire des photos de lòcs !

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :

Ligams prospectiva

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20


Proposez un ligam (lien) !
Titre :

Adresse du ligam (URL) :

Commentaire :

Votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée) :

Votre nom :

Le drapeau de la Gascogne