Notre région, c’est la Gascogne !


Bordeaux / Bordèu

Landes de Gascogne

Pessac

Toctoucau

Toctoucau / Tòc-tocau ? Tòca-tocau ? Tòca-totshuau ? / Toc-toucaw ? Toque-toucaw ? Toque-toutshuaw ?

[Vincent.P]

Sur le cadastre de 1809 de Cestas le lieu dit est écrit Toc touchaud.
Aujourd’hui le lieu est sur 2 communes, Pessac et Cestas
Pour info, je suis en train de faire des recherches sur l’histoire de ce lieu
[Martine]

Un nom si gascon et mystérieux...
La graphie officielle indique que la première syllabe était bien prononcée "o", donc "ò" en graphie alibertine.
Cela implique aussi peut-être la juxtaposition de deux noms ou mots, ce que traduit le trait d’union que je propose dans les versions gasconnes du nom.
Cette photo donne une idée du bric-à-brac architectural courant dans un bourg landais de formation récente (ici des Landes de Bordeaux) : église probablement de l’époque Donnet (2e moitié du 19e siècle), villa néo-basque qui semble avoir subi une tentative néfaste de "dé-néobasquisation"...
[Tederic]




Grans de sau

  • Cela vient de "tot-toishau", tout doucement. Il paraît que cela vient de la dangerosité de la route d’Arcachon à Bordeaux.

  • Qu’èi dejà entenut aquesta explicacion de "tot-toishau" (per un eslejut de Pessac, si ’m rapèri plan), mès n’i cresi pas.
    La transformacion fonetica que’m pareish impossibla.
    En generau, que’m mauhisi tanben d’aqueras explicacions anecdoticas.
    Totun, que poderé estar - qui sap ? - un nom d’estanquet o quauquarren atau... (coma "Marchaprim").
    "Toctocau" que sona hòrt gascon e berojin, que seré interessant de resòuver lo misteri.

  • L’IGN donne Toctoucau à Cestas.
    La carte de Cassini ne contient pas ce nom, ce qui le fait supposer plus récent que ceux qui y figurent.
    On recontre parfois la graphie "Toquetoucau".
    www.federation-quartiers-pessac.com donne une explication qui ressemble un peu à "tot toishau" : " Toque tout caou ! ", lançaient les bouviers en gascon. Autrement dit : " Touche quand il faut ! ""
    En fait, cette explication (conduis doucement...) semble très répandue.
    Mais là non plus, je ne suis pas convaincu, parce que "tout caou" n’est pas pour moi "quand il faut".

  • Au fil de mes recherches, j’ai trouvé dans les locs de l’IGN ceci :
    TOQUELAZE [GAMARDE-LES-BAINS - 40]
    TOQUELAZE [LAFRANÇAISE - 82]
    Je l’analyse comme "tòca l’ase". Y aurait-il un sens du verbe "tocar" spécialisé pour ces animaux (los ases...) ?

  • Adiu Tederic,

    Tocar qu’es utilisat per díder miar un tropèth, quau qui singui.
    Per exemple a nòste, entà quauqu’un dond es beriac e ne pòt pas mèi bienn caminar, que dídem "Aqueth que tòca les aucas !". E védetz l’imatge ?

  • D’accord, Halip, cela apporterait de l’eau au moulin de l’explication de "Toctoucau" par un "tòca-tocau" relatif à la conduite des mules ou autres animaux.
    Reste à expliquer "tocau". Attraction de "totshau" par "tòca" ?
    Il faudrait trouver des traces de la naissance de ce nom "Toquetoucau". S’il date de deux siècles, cela parait possible.

  • BBF à l’article Marcheprime indique : "on relève l’amusant lieu-dit Toctoucau, altération du gascon "tòca-tocant" [...] "qui se touche, contigu"". Bref, un sens proche de Marcheprime, à savoir une limite, un hameau aux confins.

    Réponse de Gasconha.com :
    Pour "Marcheprime", j’ai mis en ligne une autre explication, à partir d’un chafre d’aubergiste puis nom d’auberge.
    Sur le "tòca-tocant" proposé par BBF : mentionne-t-elle une attestation qui va dans ce sens, ou est-ce une simple supposition de cacographie ?
    [Tederic M.]


  • Il s’agit d’une affirmation non-étayée en effet. Il est assez clair que le toponyme est récent, donc pas d’attestations anciennes.
    Au passage, trait assez amusant, dans ma famille, pour parler de cousins qui habitaient sur Pessac je crois, on disait "là bas, ceux de Toctoucau", comme quoi le nom du hameau avait marqué.

    Marcheprime n’apparait pas plus sur la carte de Cassini. Moi aussi, j’ai envie de voir dans ces toponymes des noms de lieux récents, peut-être tirés de sobriquets liés à l’implantation d’une activité humaine sur la route reliant Bordeaux à La Teste (Facture, Marcheprime, Toctoucau, ...).
    Je ne pense pas que des toponymes aussi récents aient pu servir à baliser un territoire qui ne faisait plus sens à l’époque de leur formation, j’entends par là que si la "Croix d’Hins" est bien une limite antique, il n’y avait aucune raison au XIXème siècle que l’on balise de la sorte le territoire.

  • Pour confirmer vos propos, je peux vous raconter 2 anecdotes.
    Mon père quand il ne voulait pas dire où il allait il disait "je vais à Toctoucau les Bruyères" autrement dit "nulle part".
    Puis un jour j’ai rencontré un gars charmant, lorsque je lui ai demandé d’où il était, il m’a dit "de Toctoucau". Surprise, j’ai rigolé car pour moi Toctoucau n’existait pas. Plus tard en allant sur Bordeaux j’ai vu le panneau TOCTOUCAU !!!c’était dans les années 1980. là, j’ai reconnu mon inculture.

  • C’est marrant ça : je sentais franchement que "Toctoucau" avait bien cette connotation de "nulle part", comme dans "Pimbo".
    Mais comment est-il possible qu’un hameau perdu de la lande bordelaise soit devenu une expression iconique des parlers sud-gascons ?
    Certes, les relations millénaires entre les Pyrénées et Bordeaux mais tout de même.
    Soit que Toctoucau avait un sens en gascon avant de devenir un hameau girondin.
    Soit qu’il a existé un patrimoine commun gascon qui allait jusqu’à certains repères culturels comme le fait d’être au courant de la géographie landaise (après tout, partout en Béarn, on savait bien que Captieux existait).

  • Ginou le confirmera : elle est, je crois, originaire du pays de Buch, donc le fait que son père ait connu "Toctoucau" n’atteste pas une diffusion dans le sud de la Gascogne.
    Autre chose : en cherchant "Toctoucau" ou "Toquetoucau" dans "Google livres", on a des textes qui le donnent comme un nom barbare.
    Raison de plus pour s’y intéresser et en faire un emblème de gasconitat !

  • D’autant plus que Toctoucau est assez vascon dans son architecture !

  • Dans Annales forestières, Volume 23 p.74, je trouve mentionné le "bois de Rogaucau" appartenant au Domaine de Biganos-Marcheprime. Encore un nom barbare, qui rappelle un peu "Toctoucau" !

  • Alavetz lo Tòca-Tocant de BBF n’es pas mèi valedeir. Tròp sedusent tabé ?...

  • Effectivement, je suis de La Teste de Buch précisément.
    En fait, je crois que Toctoucau était trop inconnu et même j’ose dire inexistant !!
    Donc les gentilés disaient Cestas ou même Pessac (car trop peur d’être ridiculisé).
    Ce gars, je l’ai trouvé bien courageux pour l’époque (c’était dans les années 1970).

  • Qué pénsatz de "tòca tot caud" ? (Ec sabi, ’quò’s estrange)

  • Sur le cadastre de 1809 de Cestas le lieu dit est écrit Toc touchaud.

    Aujourd’hui le lieu est sur 2 communes, Pessac et Cestas

    Pour info, je suis en train de faire des recherches sur l’histoire de ce lieu.

  • Une page du syndicat de quartier de Toctoucau... Y figure un blason du quartier.

  • On trouve chez Palay"toc-toucàn",toque-toucàn,-te" ;adj._ Attenant,e, qui se touche ; cotigu ;maysoûs toc-toucantes, maisons très rapprochées,contigües.

    Mais l’on trouve aussi dans le supplément à la deuxième édition "toque-tourrem, toque touchau" ;s._ Sainte Nitouche (Gr. L.).

    À quel Saint ou Sainte est dédiée l’église ?

  • Au cas ou certains l’aurait pris au sérieux, je plaisantais bien sur avec le nom de l’église.......

  • En ce qui concerne le fait de se toucher, ce quartier est en fait à cheval sur deux communes ( Pessac et Cestas) qui se touchent....
    Ne serait-ce pas une piste ?


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document