Lòcs (toponymie, paysage...) de Lannemaignan / Lanamanhan

Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Tuilerie

en graphie alibertine :

Lateulèra + (la) Teulèra
Prononcer "La Téwlère", "La Téwlèro"... La Tuilerie.

teula, teule / tuile

teula (prononcer "téwle", "téwlo"...) : féminin
teule (prononcer "téwle*", ""téwlo"...) : masculin
* avec un é qui ne reçoit pas l’accent tonique

Dérivés :
teulèra (téwlère, téwlèro) ou teulèira (téwleÿre) : tuilerie
teulèr ou teulèir (prononcer "téoulèï") : tuilier
teulada : toiture
teula-malhada : génoise
« En Gascogne, la référence à la « mode génoise » a disparu et la génoise est appelée téule-malhade [Simin Palay] » [Génoise (architecture)]

La maison principale sur la droite, au premier plan, a été refaite dans le goût balnéaire, mais il n’est pas douteux que les bases sont anciennes. On préférera, sans nul doute, l’annexe en arrière plan, et sa plus grande rusticité, dont l’orientation qui évite les vents d’Ouest me laisse penser qu’elle est même le noyau initial de l’ensemble.

Le nom a été francisé, mais la maison voisine dite Téoulérot montre bien que l’on avait en gascon quelque chose comme "La Teulèra".

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Lapalanque

en graphie alibertine :

(la) Palanca

palanca / passerelle

ou "planche", qui est d’ailleurs un mot français de même racine que "palanca".
Prononcer entre "palanque" et "palanco".
On nous signale aussi la signification "branche".

A Bordèu, las palancas servivan au pòrt a passar suus vaishèths (batèus).

Quand les maisons ne sont pas à façade sous pignon, ce n’est pas pour autant que le bois n’est pas le matériau principal : ce type de maison, tout en longueur, est assez fréquent entre Armagnac et Tursan.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Soubiron

en graphie alibertine :

Sobiron
Le rapprochement avec "Sobiran" (Soubiran) est tentant. La racine est sans (...)

Le vieux style à pans de bois de la Gascogne, resté dominant dans les paysages de lande, se confronte aux reconstructions classicisantes à fronton central des XVIIIème et XIXème siècle, abondantes en pays de vigne : c’est pas mal !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Coquebanne

Le toponyme doit être transparent, mais j’avoue que son sens m’échappe. Le verbe cocar "coucher", conjugué à la 3ème personne, est peut-être le premier élément, mais je ne sais pas même s’il est à alternance vocalique localement. Et qu’est-ce que serait une *bana ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Hillon

en graphie alibertine :

(lo) Hilhon
Prononcer "(lou) hillou(ng)". Doit être un dérivé (affectueux ?) de (...)

hilh / fils

hilhòu (prononcer "hiyow") : filleul


 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Domaine de Poutéou / Poutéou, Poutéw

en graphie alibertine :

(lo) Poteu
Prononcer "(lou) Poutéw". Semble une gasconisation du mot français (...)

« Au coeur de la Gascogne, entre Adour et Garonne, séparés de la côte landaise par l’immense forêt de pins maritimes, au milieu des douces collines du Bas-Armagnac, les vignobles du Domaine de Poutéöu vous attendent ... »
Tarbe Frères - Armagnac et Floc de Gascogne
http://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/slideshow/2007/12/31/dining/20080102_ARMAG_slideshow_3.html#

Le même site écrit "Poutëou" : toujours cette difficulté à transcrire en graphie française la diphtongue éw !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Cardayre

en graphie alibertine :

(lo) Cardaire
Prononcer "(lou) Cardaÿre".

cardaire / cardeur de matelas

Prononcer "cardaïre".

Explication trouvée sur les Nouvelles de la Vallée du Ciron :
"Métier de naguère : lo cardayre"
Parallèlement au développement de l’élevage, le matelas de laine s’était substitué à la paillasse, dans la plupart des familles, au cours du XIX° siècle.
Au bout de quelques années d’usage, la laine lavée et cardée se tassait et s’agglomérait dans les zones de la couche les moins utilisées.
Le matelas devenait alors inconfortable, bosselé et dur. De plus, il perdait de son pouvoir isolant.
On avait beau le tourner régulièrement, il ne retrouvait pas ses qualités.

On se résolvait alors à faire venir le matelassier cardeur de laine qui refaisait le matelas à domicile.
Cet artisan itinérant faisait un travail des plus pénibles et dangereux.
En effet, le matelas décousu, il passait plus d’une journée par matelas à peigner la laine, dans une poussière étouffante, poussant avec énergie la balance de la cardeuse pourvue de crocs acérés qui n’excusaient aucune maladresse.

Le mobilier et ses matériaux ayant rapidement évolué au cours du demi-siècle écoulé, "los cardayres" ont pratiquement disparu et avec eux, un des derniers artisans itinérants du textile."


 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Cave

en graphie alibertine :

(lo) Cavèr
Prononcer "(lou) Cabè, Cawè. Terme médiéval ? Autre explication : le "cavèr" (...)

cavèr / vassal

Mot ancien signifiant selon Joan-Lois Degan, de la liste noms_rouergue@yahoogroupes.fr :
vassal devant à son suzerain le
service d’un cheval.

cabèir pourrait en être la variante nord-gasconne.


 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Lacoume

en graphie alibertine :

Lacoma + (la,era) Coma
Prononcer entre "Lacoume" et "Lacoumo".

coma / combe

Prononcer entre "coume" et "coumo".
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.
La forme escoma (escoume...) semble synonyme.
Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.


 

 
Eauzan / Eusan

Lannemaignan / Lanamanhan

Le Basque

en graphie alibertine :

Lo Basque
Prononcer "Lou Bàsqué" (accent tonique sur Bàs).

(lo) Basco
Prononcer "(lou) Bàscou", avec l’accent tonique sur "bas".