Lòcs (toponymie, paysage...) de Bretagne-d’Armagnac

Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Esteven

en graphie alibertine :

Estéven
Prononcer "Estebe"

Estéven Estevena / Estébe / Estébène / Stéphane / Stéphanie

Prononcer le féminin entre "Estébène" et "Estébèno" et le masculin entre "Estébé" et "Estébéng".

Le spécialiste du gascon Jean LAFITTE nous signale ceci :
"Attention à la graphie et à l’accent tonique :
C’est Estéven avec -n muet, qui donne le nom de famille Estève, variante
de Estephe célèbre en Médoc !
"

"Estéven" est donc à prononcer avec l’accent tonique sur "té", et le "n" final ne s’entend pas forcément.
Il semblerait même, d’après J. Lafitte, qu’il ne s’entende plus nulle part, mais Gasconha.com a peut-être mal compris (c’est assez compliqué !)

L’ensemble des maisons au lieu-dit Esteven est splendide, je regrette d’avoir loupé ma photo pour l’autre partie de la maison, typiquement "vasconne". Mais franchement, l’on pourrait se croire en pays landais, l’unité gasconne en matière de maisons de bois est formidable.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

La Loubatère

en graphie alibertine :

(la) Lobatèra
Prononcer "(la) Loubatèro, Loubatère"...

lop / loup

masculin : prononcer "loup" en faisant entendre le "p" final.
féminin : loba (prononcer "loube" ou "loubo")

lobèra (prononcer "loubère") : lieu des loups (voir le dictionaire de Vincent Foix) [Max Loubère]

lobatèr, lobatèir :
Palay :
Multidiccionari francés-occitan

loubatè,-re, loubatégn,-o (B.-L.) adj. – Qui est du loup, où il y a des loups- : endrét loubatè, endroit où il y a des loups.
loubatè sm. – Louvetier, chasseur de loups


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Broqua

en graphie alibertine :

(lo) Brocar
prononcer "broucà".

bròc / buisson épineux

Pourrait bien être d’origine celtique.
bròc blanc : aubépine
"Arbuste pouvant dépasser les 10 m, épineux, pouvant vivre plus de 500 ans ; utilisé comme haie défensive (bétail), mais aussi comme porte-greffe. Fruits (cenelles) comestibles (excellentes confitures) et plante médicinale connue (cœur, antispasmodique, insomnies…)."
[Gilles Granereau]
bròc negre : prunellier
dérivés :
brocar (prononcer "brouca"),
broquèira (prononcer "brouquèÿre"), broquèra (prononcer "brouquère") : endret plantat de bròc (donc, taillis épineux).
broquissa, broquisha :
« brouquisse sf. – Hallier, fourré. Palay »


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Courau

en graphie alibertine :

(lo) Corrau
Prononcer "(lou) Courràw". "corrau" (avec deux r) semble apparenté au (...)

corrau / basse-cour, parc ou parcours à bestiaux, bercail

Prononcer "courràw" sans oublier de rouler le double r pour distinguer de corau.
"espace de parcours" (ce qui englobe les sentiers et les espaces ouverts devant les maisons) [Gaby]
Voir le mot espagnol corral.

(lo) Corau
Prononcer "(lou) Couràw". Attention, grande confusion entre corau et corrau, (...)

corau / coeur du bois de l'arbre, chêne, cordial...

Prononcer "couràw".
Dérivé de "còr" (coeur).

corau a diverses significations, dérivées de cœur... ou de chœur.
corau (adjectif) : cordial ou même choral !

coralin, coralet : bateau (Bayonne, Garonne...)


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Cournet


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Esteven

en graphie alibertine :

Estéven
Prononcer "Estebe"

Estéven Estevena / Estébe / Estébène / Stéphane / Stéphanie

Prononcer le féminin entre "Estébène" et "Estébèno" et le masculin entre "Estébé" et "Estébéng".

Le spécialiste du gascon Jean LAFITTE nous signale ceci :
"Attention à la graphie et à l’accent tonique :
C’est Estéven avec -n muet, qui donne le nom de famille Estève, variante
de Estephe célèbre en Médoc !
"

"Estéven" est donc à prononcer avec l’accent tonique sur "té", et le "n" final ne s’entend pas forcément.
Il semblerait même, d’après J. Lafitte, qu’il ne s’entende plus nulle part, mais Gasconha.com a peut-être mal compris (c’est assez compliqué !)


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Garderon

en graphie alibertine :

(lo) Guarderon
Prononcer "(lou) Gwardérou(ng)".

guarda / poste de garde

Mot ancien, peut-être d’origine germanique.
Prononcer "gwarde", "gwardo", et même dans certains endroits "warde" ou "wardo".
Selon Tosti (http://www.jtosti.com/noms/), fréquent dans le "sud-ouest", le mot garde désignait au départ une tour de garde, puis une forteresse.

dérivé :
guardèra : sens proche de "guarda".
La forme "garda" peut exister en périphérie de la Gascogne (à confirmer) dans les zones de transition avec l’occitan central ou le limousin.

Vérifier si "guarda" et "guardèra" ne peuvent pas signifier quelque chose comme un "défens", terre réservée en propre au seigneur dans le système féodal.

guarderar, au sens à préciser, apparait dans la toponymie sous la forme "Gardéra"...


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Guiron

en graphie alibertine :

Guironç

Guiroun
Prononcer "Guiroun"


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

Higue

en graphie alibertine :

Higuèrs

higa / figue

Dérivé :
higuèir (prononcer "higuèï") ou higuèr : figuier
Lou Higuè / Lo Higuèr

(lo) Higuèr
Prononcer "Lou Higuè".

higa / figue

Dérivé :
higuèir (prononcer "higuèï") ou higuèr : figuier
Lou Higuè / Lo Higuèr


 

 
Eauzan / Eusan

Bretagne-d'Armagnac

La Cerillere

en graphie alibertine :

(lo) Cerilhèr, (la) Cerilhèra
Prononcer "(lou) Cérilyè", "(la) Cérilyèro"...

cereja, cerilha, cerida, cerija, cerisa / cerise

"serege ?
Us escric des de Barcelona. El meu cognom matern és SERISIER. Les primeres partides de neixement del s.XVIII trobades dels avantpassats a Lot et Garonne, ho escriuen SEREGE.
Algú m’ha dit que de la cirera en llengua occitana se’n deia SEREGE. No ho trobo en cap diccionari. M’agradaria molt esbrinar si és així. Algú pot ajudar-me per favor ? Molt agraïda."
Pilar Serisier

Senyora Pilar, qu’avetz recebut ua informacion exacta.
Lo nom de familha "Serege" sembla estar "Seregé", grafia francesa per lo nom gascon "Ceregèr" (en francés "Cerisier").
Pareish segur que la significacion d’aqueth nom es lo mot "ceregèr", mot gascon per nomar l’arbe qui da lo frut "cereja".
En gascon, coma probablament en generau en occitan, lo mot francés "cerise" qu’a variantas nombrosas.
Coraument.

Variantes : cerilha, cerida, cerija, cerisa...
ceridòu : endroit peuplé de cerisiers