Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Noms


 
Variante(s) graphique(s) :

Pouyanne

ou Pouyane.

Pouyanné existe aussi, et il est certain que certains Pouyanne sont en fait des Pouyanné qui ont perdu l’accent.

La question est donc : y a-t-il de vrais "Pouyanne,Pouyane" sans accent ? Si oui, on pourrait, d’après la distribution géographique donnée par Geneanet, situer ces derniers vers Orthez, contrairement aux "Pouyanné,Pouyané" qui seraient situés plutôt en Seignanx (Tarnos, Biaudos...).

Il y aussi Peyane, Peillane (rare).

prepausat per Tederic M.
En graphie alibertine :

Pojana ?



 
Variante(s) graphique(s) :

Pouyanné

prepausat per Tederic M.

Puyanné

prepausat per Tederic M.
En graphie alibertine :

Poianèr

Probablement poi + Anèr (voir plus bas).

pui / colline, hauteur

Prononcer " puï ".

Ce mot, sous ses nombreuses variantes, est une source inépuisable de noms propres, dans tout le domaine occitano-catalan.

variantes : poi (prononcer " pouï "), puèi, poèi, pèi (très fréquent en Bordelais et Médoc dans les noms de lieux, sous la forme "pey"), pèch (variante orthographique de "pèi").
"puch" semble être de la même famille, probablement une variante orthographique de "pui".
Signalons enfin puèg (languedocien) et puig (catalan), qui se prononcent plutôt "puech" et "poutch"...

Tout cela vient du latin "podium" (hauteur).
Dérivés :
pojòu, pujòu, qu’on retrouve sous les formes francisées "Poujeau" ou "Puyôo" et en languedocien sous les formes "poujol" et "pujol"
pojada (montée -fr. "poujade", "pouyade")

Anèr

Prononcer "Anè".
Vient probablement du vascon Aznar.
Selon J. Tosti, "Aznar" ou "Asnar" "pourrait renvoyer à un nom de personne d’origine latine, Asinarius (< asinus). Une origine basque n’est cependant pas à exclure : Henri Guiter, philologue catalan, évoquait acenari = renard."

Philippe Soussieux, lui, ne fait pas explicitement remonter "Anèr" à "Aznar", mais au latin "Anerius".
Le "nom de lòc" Montaner pourrait être "Mont Aner", bien que le toponymiste Michel Grosclaude en ait douté.

Bref, beaucoup d’incertitudes...

En Nord-Gascogne, la forme de ce nom de personne a été Anèir (Aney).



 
Variante(s) graphique(s) :

Lateulère

Nom transparent avec présence de l’article "la" agglutiné : "La Tuilerie".

Concentration maximale en Béarn à Salies-de-Béarn. Présence sporadique dans les Landes. Présence girondine classique, témoignages des migrations sud-gasconnes.

En graphie alibertine :

Lateulèra

"La Tuilerie"

teula / tuile

Dérivés :
teulèra ou teulèira : tuilerie
teulèr ou teulèir (prononcer "téoulèï") : tuilier
teulada : toiture



 
Variante(s) graphique(s) :

Commogeille

Bizarre, mais les attestations Geneanet sont en Gascogne (Gondrin, Lannepax...) !
COMOGEILLE existe aussi.

Commegeille

Patronyme éteint de l’Astarac. Variante : Commogeille.

En graphie alibertine :

Comagelha (?)

Possible transcription alibertine des noms de famille gersois Commogeille, Commegeille.

"Coma vielha" ? "Vieille combe" en français, dans une région où bi- initial tend à g-. Cf Gellenave qui est Viellenave.

coma / combe

Prononcer entre "coume" et coumo.
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.

Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.

vielh / vieux

Prononcer "bieÿ".
vielha (prononcer entre "bieÿe" et"bieÿo") : vieille
vielhòt (prononcer "bieÿòt") : petit vieux


0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ... | 2212

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un nom gascon* !
Nom gascon :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
(*du Médoc au Couserans, de Bayonne à Toulouse...)


VIELH

Le drapeau de la Gascogne