Notre région, c’est la Gascogne !

lundi 5 novembre 2018, par Tederic Merger

prulhèr, prulhèir

français : prunellier

Prononcer respectivement pruyè, pruyeÿ...




Grans de sau

  • Si c’est "du Pruillès", ça peut difficilement être "Les Pruillés". Et s est la marque du pluriel.
    Donc, "Route des Pruillès" ! Allez, Carreyre dous Prulhès !
    Tiens, pourquoi pas Pruilleys, puisqu’on est dans la zone du ey ("Techeneys" tout à côté), non ?
    Mais le nom est peut-être relativement récent : le Cadastre napoléonien met Peyroulies à cet endroit là. Et Cassini quelque chose comme "les Peyrouillets"... qui ressemble un peu à "Pruillès" ! Encore un sac de noeuds !

  • Comme sac de noeuds, c’est pas mal en effet. Ce genre de cacographies est un exemple de l’ignorance totale de l’ancienne langue. La France peut se gargariser de son patrimoine alors qu’elle exclut de fait les langues des anciens !
    Si l’on voulait dresser la liste de toutes ces incompréhensions étymologiques, un tel travail serait fastidieux au possible. On parle des "gueules cassées" pour les pauvres soldats qui se sont vus défigurés lors de combats ; on pourrait tout aussi bien parler de "topos cassés" au sujet de ces toponymes pareillement défigurés.
    Un autre exemple parmi tant d’autres, à Marmande l’ancien lieu-dit Carpet, défiguré en Carpète et ensuite en Carpette.

    • J’ai trouvé un cas récemment :
      Le Hau

      A Salles d’Armagnac un ancien "Le Hau" est devenu "Dufran" pour le FANTOIR et l’IGN !
      Le "du Hau" du Cadastre napoléonien semble avoir été lu "du Fran".
      Cassini et la carte d’état major du 19e siècle ont bien "Le Hau".


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document