Notre région, c’est la Gascogne !


lundi 7 décembre 2009

totjorn

français : toujours

Prononcer "touddyour".
tostemps et totjamei (en Pays de Buch) existent aussi.





Grans de sau

  • En Astarac, on dit : touchtén.

  • Pour ce qui est de l’aire du gascon de la Grande-Lande (Born y compris) on a plusieurs mots : totjamei/totjame, tostem/tustem/tistem. Vers l’est et le nord on a totjorn.

  • Adishatz,

    Que’m doumandi dinc a oun va l’ayre de "toutjamè" en Girounde... At as poudut entèner, Gaby ou quauqu’ûn mè, lunh dou parlar negue giroundîn. En lou vinhau, pr’exemple ?
    E s’at atz entinut enloc mè tabé (Marmandés, Armanhac, etc...)
    Entinut ou legit...

  • ’’Toutjamè’’ (en Gironda ’’toutjamèy’’) : es coneishut dens la Hauta Lana girondina, solida, e cresi que n’en es tabé en País de Buish*. Pus lunh, briga : es inconeishut en vasadò-garonés e probable autorn de Bordèu. Mès fadré damandar a David Escarpit, belèu que se ditz (disèva) en Bordalés e Medòc, qui’c sap ?

    Per contra, lo mòt es emplegat per Renaud Delisée dens son roman Los camins per baish que se passa dens les Gravas. Mès lo gascon qu’utilisa, es un forra-borra de bordalés, vasadés, landés, biarnés, catalan, lengadocian etc.

    * En parlant de ’quò, publicarèi lèu sus Gasconha.com de tèxtes d’Adrien Dupin qu’avèvi transcrivuts i a quauquas annadas.

  • Que demandi açò pramon qu’aví entinut un òmi, a Ilharten en Arièja, que disè "totjamè" entà díser "tostèm". Sonqu’eth ! Los auts do vilatge disèn "toustèm" e pertot alhors qu’èi entinut díser atau (en les Pireneas).

    Ne compreni pas perqué. Que sèi los de’queth cròt (CAstlhonés) qu’anèvan "hotjar eras vinhas en Bordalés", do tèms dos parènts de’queth òmi (que divè aver haut o baish 80 ans). Que partivan dab "era marra" a pè dinc "ath Medòc". Mes en le soa boca, m’estoneré pas qu’estossi les Gravas o atau, pr’ad iths qu’es lunh, qu’es esgau.

    Avèn tornat amiar aqueth mòt de per’quí hòra, en le soa familha ? Que vorré díser, dejà, que parlèvan gascon quèn anèvan en Bordalés... Dijà, que’n pòden dobtar e puish, que vorré díser que serén estats en contact dab gènts deu lòc, chic probable...

    Com es vinut dinc a lahòr aqueth mòt, m’at domandi...

  • Aqueth òme avèva belèu una partida de sa familha originària de les Lanas ?

    En tot cas, s’avèva ausit lo mòt dens les Gravas, èra dens la boca d’un aut immigrat !

    Per contra, perqué t’estona qu’a l’epòca parlèssin gascon dens les vinhas bordalesas ? Belèu pas la generacion de ton informator, mès aumens les generacions precedentes, no ? Tabé, perqué t’estona qu’aujussin poscut se trobar en contacte demb de gents deu lòc ?

  • L’image de migrants qui n’auraient pas de contacts avec les autochtones me semble en effet bien fausse. Les mots, les tournures, les expressions, les prononciations ont voyagé de la sorte.

    Par exemple, au sein du Béarn, et dans l’ensemble de la Gascogne méridionale, la vallée d’Ossau est le seul endroit où les conditionnelles de temps ne se conjuguent pas avec le subjonctif mais avec le futur, comme en français et dans les parlers garonnais.

    C’est, à mon sens, un trait de langue qui doit s’expliquer par le contact des Ossalois avec les zones garonnaises, de telle sorte, et ce n’est qu’un paradoxe apparent, que la vallée d’Ossau, que l’on pourrait croire isolée, constitue pour la langue un foyer d’innovations (corroboré par la perte de l’article pyrénéen, également).

    Il serait intéressant, mais c’est aujourd’hui impossible, d’analyser par exemple en quoi les migrations massives en provenance du Massif Central, ont altéré par endroits les parlers gascons du Médoc (à mon sens, il s’agit de la source d’introduction du son dz). Mais probablement que l’apport montagnol des Ariégeois a aussi eu une influence.

    Nous avons en France, de manière générale, comme une difficulté à intégrer le facteur démographique et migratoire dans les évolutions, ce dans tous les domaines de la pensée scientifique. Qu’un mot voyage du fait des liens particuliers entre deux zones données (migrations saisonnières, liens économiques, ...) me semble la base de toute étude historique de la langue.

  • Que’m disi que gènts de’questa traca, donc praubàs de praubàs, ne divèn pas estar en contact dab le populacion locau. Que’m domandi se los charpa-tèrra de les Gravas partatjèvan les arrègas dab los coarres de l’Arièja ?

    Plan solide, ne cau pas pensar que percè d’un tèms vielh, le gènt e tabè les hardas ne viatjèvan pas tapauc. Puishque parlas deu Medòc, Vincent, qu’i a tabé aqueth [u] finau suu feminin que despartissen dab lo Castilhonés (09). E seré vinut de’qui ?

    En lo mon tribalh de collectage en Comenge e Coseran, au començament, qu’amassèvi nòms de pomas a hinda-handa en pensantz qu’èran totas deu cròt. Briga ! L’ua que vèn de Normandia, l’auta de l’Indre, e totas qu’an noms francés que son estats gasconisats. Mes per lo qui n’at sap pas...

    Gasconisar, que’m hèi tabé pensar a çò qu’èi dijà entinut mantun còp : "eth arrombalurr". Entà arríder, e dovínatz çò qu’es lo mot originau ? Un indici, qu’es un utís entà har bolas de hen (au tèms de oei)...


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document