arròs

français : alios
perpausat per : Tederic M.

Un mot gascon* passé au français.
"Grès imperméable, qu’on trouve souvent dans le sous-sol landais, résultat d’une solidification des sables en présence de colloïdes et d’oxyde de fer, de teinte rouge brun foncé."

Après avoir comporté "aliòs", et vu les discussions ci-dessous, c’est "arròs" qui l’emporte comme version gasconne. Mais le débat doit continuer, sur ce mot très intéressant : origine aquitano-vasconne, modalité du passage au mot "alios" retenu en français...

*Mais avant d’être gascon, d’où venait-il ?




  • "alios" : ce que j’en crois savoir
    par Claude Margueritat le

    L’alios est un agglomérat de sable et de matières organiques fournies essentiellement par les bruyères.
    La lande autrefois était couverte d’eau en hiver. Les bruyères mortes se décomposaient dans cette eau qui s’infiltrait dans le sable sous-jacent, entraînant la matière organique en dissolution ou suspension.
    En période d’été, la lande était brûlée par le soleil et dans le sol surchauffé, l’eau s’évaporait ou s’écoulait vers les nappes phréatiques.
    La matière organique, en se désséchant, cimentait les grains de sable. L’alios est relativement friable dans les couches supérieures, beaucoup plus dense et dur dans les couches inférieures, constituant un sous-sol imperméable.
    La couleur de l’alios est brune, qui est due principalement aux matières organiques, mais aussi aux oxydes de fer s’il s’est formé à partir de sable ferrugineux.
    Votre avis SVP.

  • par Philippe Lartigue le 30 avril 2005

    On dit aussi LO LAPAR (lapà) je ne suis pas sûr de l’orthographe.

  • par Pèir le 1er août 2007

    L’alios es un conglomerat de silici e d’oxide de hèr (l’extraccion n’a provocat l’installacion de las hargas :
    Pontens, Uzà, Brocàs....
    Per çò qu’es de la silici pas de problèma, qu’es en abonde sus plaça.
    Per çò qu’es de l’oxide, ce sembla que lo corrent deu Gòlfe (de Gasconha) qui vira dens lo sens de la montra, avosse entrainat particulas herrèras de las Asturias per se depausar dens aigas chics pregondas de la Lana.
    Véder lo tragècte auei de las bordilhas qui se depausan sus la còsta, arribadas d’Espanha estant.

  • par Tederic M. le 17 août 2011

    J’ai le plaisir de vous faire part d’une trouvaille qui éclaire peut-être l’origine du mot "alios" :
    Dans le livre "Les Landes de Bordeaux" des éditions "Ultreïa", p. 91, dans la partie dont l’auteur est Joseph Lavallée, figure cette phrase :
    "Sous le sable se trouve une espèce de tuf que les gens du pays nomment "arriorse".

    "arriorse" fait bien plus gascon que "alios", mais le passage de l’un à l’autre, par l’intermédiaire de scribes peu gasconnisants, a pu se faire assez facilement.
    Le groupe "rs" se transforme facilement en "s" en gascon, mais il est étonnant que Lavallée ait recueilli une forme non encore transformée.

    J’aimerais trouver d’autres attestations de "arriorse", et remonter encore dans l’origine du mot.

  • par Tederic M. le 17 août 2011

    Comme attestation onomastique, je trouve "HAOU D’ARRIOSSE [POUILLON - 40]" qui en est peut-être une. Mais ce n’est justement guère en pays d’alios, sauf ignorance de ma part.

  • par Tederic M. le 28 juillet 2012

    L’IGN donne aussi Pédarriosse, à Pouillon.
    Ces noms se réfèrent probablement à un lieu unique "Arriosse", mais la signification de ce dernier ("alios" ou autre chose) reste à éclaircir.

  • par Tederic M. le 28 juillet 2012

    Robert Aufan écrit ceci au groupe Yahoo HTBA, en réponse à une question sur l’étymologie de Larros :

    "Moureau (1870 "Dictionnaire du patois de la Teste") traduisait "larros "par sous sol dur d’apparence ferrugineuse"

    J’ai répondu :
    "Moureau voit donc dans "Larros" le mot gascon "arriorse" qui [...] a donné
    "alios"."

Grans de sau

  • Larròs comme aliòs ne seraient-il pas des mots aquitaniques ?
    Il y a probablement un lien entre larròs et le basque larre "lande".

    Ci-joint un schéma sur lequel je suis tombé.

    PNG - 518 ko
  • Halip Lartiga Microtoponymie de Biscarrosse :
    « Larros/L’Arròs : toponyme aquitain ou proto-basque, ar- (pierre) et suffixe aquitain –os. Lieu où il y a des pierres. Il s’agit d’un des noms de l’alios, d’où les lieux-dits L’Arrousa. C’est également un nom de famille. »

    Finalement, je vais modifier la version gasconne du mot sur la fiche de Gasconha.com (donc tout en haut) pour "arròs".

  • Ok. Entretemps j’ai lu le document de Halip, en effet.

    Ne pas confondre avec les lieux-dits l’Arrauza (aussi le Raoua...) qui sont à mon avis des roselières (rau, arrava, rausèth..., "roseau") (le roseau Phragmites bien sûr, pas la canne de Provence qui se dit canavèra ni le Phalaris arundinacea qui se dit plumet

  • A Sanguinet, de la bouche d’un indigène de 83 ans, l’arros est l’alios. On dit aussi lo lapar. La laparrina est le sable entre le jaunâtre et le rougeâtre, totalement stérile. Garluixa, pèira de hèr, hèr deus braus, pèira nhòga, pèira de Començac etc... Tout cela recouvre différentes choses.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Gascogne plutôt que Sud-Ouest !