Grande Gascogne ou petit Sud-Ouest. Histoire, géographie, langue, chant, architecture...

Mots


brolh

Escotatz / Ecoutez : brolh.wav
français : bois, taillis

Prononcer "brouilh".
La racine celte "broc" (bois, taillis), a donné "brogilum" en latin, puis "breuil" en français et "brolh" en occitan.

Le nom de la contrée du Brulhois pourrait en provenir, de même, peut-être, que les noms en "Bruch-, et surtout "Brouch-".

brulh peut être une variante de "brolh".

brulh/brolh" a aussi le sens de "nuée", "troupe" :
brulh d’ausèths : nuée d’oiseaux

  • par inconnu le 30 avril 2005

    brulh "essaim" (Lana)

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :


vrenha

Escotatz / Ecoutez : vrenhas.wav
français : vendange

Prononcer "brègne" au singulier.
Au pluriel, las vrenhas (prononcer entre "las brégnes" et "las brégnos").

Se dit aussi venduunha (prononcer "bendyugne") en Médoc et vendanha en Cubzagués.

En bordeluche : brègne, breigne

  • "brégnes" et non "brègnes" !
    par Daniel le 28 septembre

    La prononciation "brègnes / brègnos" avec un "e ouvert" est à proscrire car elle résulte de l’influence du français sur le gascon. C’est malheureusement une tendance qui s’est répandue au fur et à mesure de la disparition de la langue au sein des familles.
    Si on jette un coup d’oeil sur le Thesoc en ligne, on aura confirmation de la fermeture de "e", en particulier dans "vrenhas". Donc, "brégnes" et non "brègnes".

  • "brégnes" accent aigu
    par Joan-Pèir le 29 septembre

    S.Palay donne effectivement "brégnes" et non "brègnes".

  • Correccion hèita !
    par Tederic M. le 29 septembre

    Il fut un temps où je confondais aisément le "é" et le "è" en gascon... et ce temps n’est peut-être pas fini complètement.

    Mais vous remarquerez que dans l’enregistrement lo-sequeir-ave-cramat-las-vrenhas.mp3, je prononce "é", non ?

    Ensuite, même à l’écrit, le français ne sait guère écrire un "é" dans ce genre de configuration, il écrit toujours "è" ; voir Bernède...

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :


calhiva

français : cheville

Semble une métathèse de cavilha.

Le plantoir de maraicher attesté "cahibot" en Bordelais doit être un calhivòt.
"Les mots d’ici" de Guy Suire


tasta

français : broussailles, hallier
perpausat per : Tederic M.

"Arnaut de Las Tastes : de l’ancien gascon tasta, « broussailles, hallier » (du latin médiéval tasta)."

dérivé : tastar (prononcer "tastà") :
"Guilhem deu Tastar : forme collective du gascon tasta, « hallier »."

http://manuscrits-drac.bnsa.aquitaine.fr/loccitan-dans-les-manuscrits-aquitains/une-galerie-de-portraits/les-exemples-tires-de-lobituaire-de-sainte-croix-de-bordeaux.aspx


seuga

français : forêt
perpausat per : Gaby

Divers lieux "la Séougue" en Gironde, au lieu de la "seuva" de Per Noste.

"La Sauve Majeure" se disait "la Seuga" (ALG)

JPEG - 13.6 ko
Cabanac : proposition d’une pancarte simplement gasconne
"Siougue" (d’ailleurs répertorié "Siouge" par l’IGN qui semble se tromper sur ce coup ci) doit vouloir dire "forêt" ("siuga" variante de"seuva ?"), et "bernet" (vernet) est un bois d’aulnes, une aulnaie.
Alors, évitons les pléonasmes !
JPEG - 41.7 ko
Cabanac : pléonasmes sur pancartes
voir aussi :

seuva / forêt

Escotatz / Ecoutez : seuva.wav

Prononcer entre "séwbe" et "séwbo".
Vieux mot qui vient du latin "silva", et qui a aussi donné "selva" en castillan.

synonyme : ahorest (prononcer "ahourest")


cadièra

français : chaise
perpausat per : Tederic M.

Prononcer entre "cadière" et "cadièro".

Mais aussi cadèira (sud-landais), chèira (nord-gascon)...


lat

français : large
perpausat per : Tederic M.

féminin : lada
Le mot semble désuet depuis longtemps, mais a formé beaucoup de toponymes (qui se termine en "lat" ou en "lade" dans leur graphie officielle française, comme par exemple Virelade).


pecic ?

français : parcelle
perpausat per : Tederic M.

alucar

français : allumer
perpausat per : Tederic M.

"qué baw miéyé aluca la luss quéss plagné dé l’éscu"
[gran de sau du pseudo "Positivons !" - http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/08/13/les-mots-ou-expressions-a-connaitre-quand-on-visite-le-bearn,1205973.php]

En graphie albertine :
que vau miélher alucar la lutz que ’s plànher de l’escur (il vaut mieux allumer la lumière plutôt que de se plaindre de l’obscurité)


mefia't

français : méfie-toi
perpausat per : Tederic M.

Prononcer comme "méfiye’t" ou "méfiyo’t", avec l’accent tonique sur "fi".

L’infinitif du verbe est donc "mefiar" qui semble l’emprunt direct du français "méfier".
Une forme plus gasconne du verbe est "mauhidar" ou "mauhisar".
"menshhidar" existe aussi, à partir de "mensh" (moins) et toujours de "hidar" (le verbe "fier" en français).
Avec ces verbes, on a donc : mauhida’t, mauhisa’t, menshhida’t...


pleamar ?

français : marée haute
perpausat per : Tederic M.

Qu’acabi de véder que "pleamar" existeish en castelhan :
Sinónimos : mar lleno, marea alta
Etimología : simplificación de plenamar (plena + mar)
http://es.wiktionary.org/wiki/pleamar

Que’m soi dit que "pleamar" ei exactament ua fòrma gascona, e mei gascona que castelhana : lo castelhan "coërent" que seré "llenamar".

E si lo gascon l’avosse balhada au castelhan ?
E l’expression gascona reconeishuda, quina ei ?


nanaine ?

français : marraine

C’est le mot pour marraine que j’ai appris de mon père ; ses parents étaient de Haute Garonne et, selon mon père, ils ont parlé Gascon à la table "de sorte que les enfants ne pouvaient pas les comprendre".
Je ne sais pas si c’est un vrai mot ou non. Je m’excuse pour mon maigre français.

0 | 12 | 24 | 36 | 48 | 60 | 72 | 84 | 96 | ... | 1680

Proposez un gran de sau !
Titre :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un ou des mots gascons
(béarnais, commingeois etc.) !
mot(s) gascon(s) :

mot français correspondant :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :


VIELH

Le drapeau de la Gascogne