VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1667 mots
211 prenoms
2041 noms
3555 lòcs
449 banèras =====>
926 grans de sau
752 ligams
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsGrans de sauLigams
Langue
Pyrénées
Carte postale avec inscription en gascon
Vincent.P
Trouvée dans les papiers familiaux, cette carte postale illustre que le gascon pouvait servir à l'occasion dans les correspondances, même si le verso est tout entier en français.
C'est un témoignage assez rare dans une graphie "naturelle" qui n'est pas celle des félibres d'alors.

Il s'agit d'une carte postale adressée à mon arrière-grand-père Fernand Bazet qui à cette époque devait toujours être au service militaire (il fit la première guerre mondiale sur le front de l'Est contre les Ottomans puis avec les Russes blancs).
Je me demande bien de quelle manière celle-ci pouvait lui être transmise. L'auteur est un dénommé "Henri", qui signe "Henric" en gascon.

"Espïo si aquésté moustré d'Ulysso és hè méchant sané. Toustem aoütan bèt. Henric."

"Vois si ce monstre d'Ulysse est devenu méchant ??. Toujours aussi beau. Henri."

Je ne vois pas ce que signifie "sané".
Serait-ce un hypothétique "saner", synonyme de "sanador", pour soigneur (suffixe -er, du latin -orium ?).
Dans ce cas, Ulysse est un infirmier, celui de gauche sur la photo ?

Recto : flickr.com

Verso : flickr.com
 
A prumèra vista, qu'avèvi lejut "Espia si aqueste monstre d'Ulysse e's hè maishant sang".
E a i espiar de prèps, n'i a pas d'accent agut sus "sane", i a sonque la coda deu "y" d'Ulysso.
Doncas, "Regarde si ce monstre d'Ulysse se fait du mauvais sang." ?
Bon, normalament, "sang" qu'ei feminin, doncas que seré "méchante sanc"...
E ne sabi pas tanpau si lo "c" (g) de sang e's prononcia...
Auteur : Tederic
08/04/10
E hòu qu'ei vertat : ne i a pas nat accent ! Doncas, que cau qui legiam "sanc". Tot que s'explica.
Auteur : Vincent.P
08/04/10
En biarnés, sang qu'ei masculin tanben.

Lespy : Sang, sanc, "Arrouy coum lou sang"
Auteur : Vincent.P
08/04/10
Remarquez avec quelle précision "Henric" rend la distinction entre e ouvert et fermé : "bèt", "hè" face à "aquésté", "és".
C'est la preuve que celle-ci est très importante en béarnais (elle l'est aussi en gascon noir mais de manière plus évidente encore) et que sa disparition est une francisation dont on rend peu compte.
Auteur : Vincent.P
09/04/10
Oui. Mauvaise connaissance de la langue, ou pire, volonté de la transformer, de l'infléchir vers un standard languedocien.
Les aquèste, nèu, vièla, aquèra, pèra etc... qu'on voit fleurir de plus en plus en Gascogne occitaniste.
Auteur : P.Lartigue
09/09/10

Votre avis sur "Carte postale avec inscription en gascon" ?
Langue
Morlaàs
Pyrénées
Panneaux d'entrée à Intermarché à Morlaàs
Vincent.P
On peut regretter l'incohérence graphique : pour nous dire au revoir, Intermarché use de la graphie félibréenne alors que l'on est accueilli avec un "planvienguts" alibertin ...

Au demeurant, il vaut mieux user de la graphie félibréenne même si cela va à l'encontre de ce qui a pu se dire des années durant.
C'est plus efficace, c'est un lien entre les locuteurs naturels et les curieux.
Auteur : Vincent.P
06/04/10
Tout le problème de la cohérence graphique.
Soit on choisit la graphie dite classique, soit on choisit la félibréenne. Le mélange des deux est détestable, surtout quand il s'agit, comme à Bayonne, de simplement dire : "Nous, c'est pas comme en basque".
Les incohérences de la signalisation à Bayonne sont très dommageables à la langue.
Auteur : P.Lartigue
09/09/10

Votre avis sur "Panneaux d'entrée à Intermarché à Morlaàs" ?
blason rouge et blanc
Benji
Vous avez vu !! C'est tellement beau en rouge et blanc !
 
C'est sans doute le vrai blason de la Gascogne, le rouge et bleu étant imposé par Louis XV (Armorial d'Hozier) alors que la famille d'Armagnac, héritière des ducs de Gascogne, portait un écu d'argent au lion "de gueules" (rouge).
Auteur : JF Blanc
01/04/10

Votre avis sur "blason rouge et blanc" ?
Arreau
Pyrénées
Lamiña aurois ?
Vincent.P
On sait que la mythologie pyrénéenne ancienne est commune aux Gascons, aux Basques et en partie aux Cantabres.

L'artiste a-t-il voulu représenter un lamiña pyrénéen ? En tout cas à Arreau, on joue la carte mystique pyrénéenne à fond.

Lamiñak (mythologie)

Mitologia cantabra
 
J'aime bien cette statue, et particulièrement la coupe du béret.
De quand date-t-elle, pourquoi est-elle là ?
La statue est réaliste et peut représenter un homme ordinaire d'autrefois.
Auteur : Tederic
11/03/10
Je ne sais pas, rien n'est indiqué sur place. Mais il semble que ce soit un "cagot" après une petite recherche internet.

Dans l'imaginaire pyrénéen, les cagots ont joué un certain rôle, conformément à leur rôle social (menuisiers, ...). On leur prête des dons de guérisseur, probablement du fait des vertus du bois qu'ils exploitaient (le bois ne transmettait pas la lèpre disait-on).

Dernièrement, on a proposé des explications plus économiques liées à la réorganisation féodale (phénomène de cadets agrégés en communautés). Cela expliquerait assez bien l'extension du phénomène : les pays vascons de droit d'ainesse.
Les cagots sont attestés partout en "Vasconie" : gahets en Bordelais, crestians en Béarn, agotak au Pays Basque, ...
Il semble qu'ils devaient souvent aller chercher époux ou femme dans d'autres communautés cagotes de Gascogne, parfois éloignées : on peut dire que d'une certaine manière, ils faisaient la Gascogne. ;:)

On trouve un phénomène similaire en Bretagne au passage.

Du côté paternel, l'un de mes ancêtres dans le Vic-Bilh s'appelle : "Baradat dit Menuzé". Plus cagot que ça ...
Du côté maternel, je me souviens de présomptions de "cagoterie" dont m'avait parlé mon grand-père sur une partie de la famille, dont l'un des oncles était peintre et sculpteur sur bois au XIXème siècle (Incamps à Morlaàs).
Auteur : Vincent.P
11/03/10
Arrau c'est bien beau !...
La statue est en bronze on dirait.
A quoi voit on que c'est un cagot ?
Chez mon père dans la région de Saint Symphorien un cagot était considéré comme un pestiféré, on ne les laissait pas rentrer dans les églises par la porte principale mais par une entrée dérobée souvent sur le côté.
Certains historiens et chercheurs disent que ce sont des descendants des Wisigoths qui auraient fait souche et que la mémoire collective des massacres perpétués serait restée.
C'est pour cela qu'une certaine méfiance à leur égard est restée.
Qu'en pensez vous ?
Auteur : Tédéric D.
12/03/10
J'ai lu un livre qui défendait cette thèse des cagots descendants de goths (le mot même "cagot" ayant "goth" dedans).
Si je me rappelle bien, il n'excluait pas un mélange d'exclus entre lépreux et vaincus, ce qui me parait possible.
Auteur : Tederic
12/03/10
Je pense que les théories qui expliquent le phénomène des cagoteries par le système juridique vasco-pyrénéen, qui faisait au mieux des cadets les esclaves de la maison-souche, sont assez pertinentes.
On a connu à une époque plus moderne la fondation de communautés de cadets qui deviennent des villages : Arbéost et Ferrières par exemple en Ouzoum.
Les cadets migrent en Gascogne. Puis vint l'Amérique.
Que ces exclus sociaux se soient agrégés à d'autres exclus (en l'occurrence, la carte des léproseries en Gascogne correspond presque exactement à celle des quartiers cagots, à l'écart des bourgs), c'est très probable aussi.

Bref, plus que du racisme à l'égard d'une population étrangère, je crois plus à une construction sociale interne aux sociétés basque et gasconne qui fonctionnaient ainsi, par l'exclusion apparente de tout un groupe du corps social.
Apparente seulement : en fait, si on prend un peu de recul, on se rend compte qu'il ne s'agit au fond que d'une spécialisation : d'un côté ceux qui travaillent la terre attachée à une maison-souche (dont on porte le nom), de l'autre une population artisane plus mobile dont on se méfie (comme on se méfie de l'ouvrier encore au XIXème siècle !).
La cagoterie ne me semble qu'une version paroxysmique de cette situation banale, engendrée pour le coup par un vrai atavisme des populations qu'on peut dire vasconnes autour de la "casa", de l'"etxe", ....
Auteur : Vincent.P
12/03/10
C'était donc de l'exclusion sociale, une méfiance envers des gens qui étaient considérés comme des marginaux, l'«estrangèir».
Mais comment avez vous reconnu dans la statue un éventuel cagot ? Avaient ils un code vestimentaire à part le fait qu'ils étaient souvent menuisiers ?
Auteur : Tédéric D.
12/03/10
Non, non, je n'ai aucune idée de la nature de la statue, seulement le château de Camou abrite une exposition permanente sur les cagots.
Les rares sources Internet parlent d'une statue de cagot.

www.stumbleupon.com

A certaines époques, ils portaient une patte d'oie pour se différencier.

Le dernier cimetière cagot se trouve en Béarn à Bentayou-Sérée. Vu que c'est la "maison", j'irai y faire un tour, voir ce qu'il en reste.

www.vic-montaner.com
Auteur : Vincent.P
13/03/10
Les sites sont en anglais mais sacrément intéressants, en tout cas on nous cite un ouvrage de référence : Les cagots du Béarn, éd. Minerve, Paris, 1988 de A. Guerreau et Yves Guy.
Merci à vous pour toutes ces infos.
Auteur : Tédéric D.
17/03/10
L'étude la plus complète que j'ai lue est aux éditions Sud-Ouest.
Etude systématique des léproseries du Gers et mise en parallèle avec le phénomènes des cagots.

www.editions-sudouest.com
Auteur : Vincent.P
18/03/10

Votre avis sur "Lamiña aurois ?" ?

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
blason ou logo !
(dans l'esprit Gasconha.com)
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Titre :

Auteur du graphisme :

(Transmettre le fichier par e-mail au webmestre)
Prepausatz banras / Proposez des blasons, logos, bannires !
(Les images doivent être envoyes sparment, par e-mail.)

Attention :
Les "banèras" proposées doivent s'accorder avec "l'esprit" de Gasconha.com, et son domaine gographique : la grande Gascogne, entre la mar, la Garonne et les Pyrnes, et mme, au Sud des Pyrnes, le reste du domaine vascon...