VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
732 mots
134 prenoms
1113 noms
4933 lòcs
409 banèras
639 ligams
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams

mot = La
Gascogne d'aujourd'hui
A la télé sur France 2, reportage à Solférino.
Pas un seul intervenant qui ait l'accent gascon... Accent ch'ti du garagiste, accent d'oïl du maire ...
Que des "implantés" pour illustrer les Landes.
Le repas des anciens, pas un béret, rien, tout ça est mort ...

En face de chez mes parents, en Béarn, une fille du village, instit de son état, fait construire une maison.
J'ai vite compris à la forme de la dalle ... Les génoises étaient un indice.
Dans la semaine, la charpente est arrivée : plus de doute, c'est une provençale, la 4ème en 10 ans sur 500 mètres ...
Le maire ne veut pas s'engueuler.
Je ne vois plus qu'une solution, balancer des requêtes en référé-suspension sur chaque permis de construire ... Cela ne servira à rien en droit puisqu'il n'y a pas de norme contraignante, mais il leur faudra répondre et balancer des mémoires en réponse.

J'ai regardé après tout le monde "Les Petits Mouchoirs".
Le Pays de Buch, dit Bassin d'Arcachon, y est admirablement filmé, et je suis sensible à ces vies amoureuses un peu autocentrées des trentenaires, mais ne nous voilons pas la face, c'est Boboland que ce Cap Ferret de cinéma.
Touche typique avec l'ostréiculteur à accent.
Le film finit sur des obsèques à Mons. Je regardais la scène finale en me demandant qui savait que l'église était une paroisse de l'évêché de Bazas en des temps anciens ...
Auteur : Vincent.P
15/01/12
Afficher Gascogne d'aujourd'hui en particulier, et peut-être donner votre avis...
Mais ce n'est pas que le cap-Ferret, c'est tout le Bassin qui est devenu BOBOLAND !!
Auteur : GINOU
16/01/12
Rien à ajouter à ces constatations que nous pouvons tous faire, hélas...
Quant au remède, le référé suppose d'avoir non seulement le "courage" de se brouiller avec ses voisins mais de fermer la porte à toute discussion, mais pourquoi pas quand tout espoir de persuasion a disparu.
Reste l'éventuel problème des frais de justice qui peut faire reculer plus d'un surtout si l'on sait que l'on sera débouté dans l'état actuel de la législation et donc de devoir payer les frais de justice.
Pour faire changer loi et/ou règlement il faudrait envoyer aux pouvoirs publics et aux municipalités (là aussi, ce sont des coûts !) des dossiers fondés sur les études du CAUE des Landes ou des PA, par exemple ; lourde et incertaine démarche mais qui vaudrait la peine pour les architectes et urbanistes qui lisent ce site !
Auteur : Gerard Saint-Gaudens
17/01/12
mais personne ne connait vraiment cette région !
elle fut rétive, bizarre, sauvage, faite de sable et de piéges... et de vasières ! mais y sortir son dériveur, dans des conditions extrêmes, c'était juste magnifique !
Auteur : inconnu
01/06/13
Ces trous au bord de l'Adour...: des goses !
Ces trous en dehors du lit du fleuve que l'on appelle (phonétiquement) goses (substantif féminin) en Rivière Basse .....et peut-être ailleurs  !

Ce n'est pas vraiment de l'eau morte car ils sont alimentés par les résurgences de la nappe phréatique d'accompagnement et lors des débordements.
Ce sont d'ailleurs les crues qui les creusent et les rajeunissent.
Ils sont d'un très grand intérêt dans l'écosystème.

J'ai inventorié (cadastre,Cassini, minutes de l'EM, IGN) tous les lieux situés dans la vallée entre Aire et Maubourguet.

Trouvé  :
- Hères (65) lieu dit Lagose (aucun habitat) que je n'identifie malheureusement sur aucun support cartographique ancien. Nous sommes à 330 m du lit actuel du fleuve ( 750 m au N du bourg, le long de la D 367de Hères à Mazeres) , dans un secteur ou l'Adour a divagué naturellement ( bien avant que l'érosion ne soit accélérée par les gravières dans le lit du fleuve). Le lien est donc possible.

- Secteur d'Estirac dans un endroit où historiquement la divagation est très forte ( en rive gauche un bras toujours en eau est baptisé Canal du vieil Adour, en rive droite le ruisseau de l'Esteous a été capturé)  : lieu dit Lasgosdes parfois écrit en 2 mots on parle du pont de Las Gosdes.
Le lieu dit se situe en rive gauche vers le Vieil Adour.

Quelqu'un pourra t il m'éclairer sur cette toponymie  ?

J'ai trouvé sur Simin Palay les mots gob, gobe, gaube qui signifient flaque, trou d'eau, de plus ou moins grande taille parce que le lac de Gaube  ! ! ! !

Plus au sud, dans la vallée on emploie gau, agau pour tout canal ou ruisseau canalisé qui amène l'eau pour l'irigation ( Capagau....).
Auteur : Lo Carle
05/01/12
Afficher Ces trous au bord de l'Adour...: des goses ! en particulier, et peut-être donner votre avis...
Enjoy33
Lu dans le magazine de la Communauté de communes de Montesquieu (en gros le pays de la Brède, au sud de Bordeaux) :
La radio locale "TRG" devient "Enjoy33". Sous-titre du logo :"Hits et News"...

D'accord, le nom "TRG" n'était pas beroy, mais pourquoi "Enjoy" ?
Pourquoi faut-il qu'une radio locale qui semble d'ailleurs bien enracinée et présente sur cette ancienne "Terre gasque" fonce tête baissée dans l'anglo-américanomanie ?
Avec l'ajout du "33" jacobin, on a "la totale". Ils veulent peut-être rayonner sur "le 33" (le département de la Gironde)... la folie des grandeurs, en plus ?

Pour se consoler, on peut espérer un petit effet secondaire positif : à force d'être anglomane, on pourra revenir un jour, après l'avoir perdue sous l'effet de la francisation, à la prononciation correcte du "oy" dans des noms comme "le Caloy", "Beroy" etc. C'est comme "enjoy" !
Auteur : Tederic M.
04/01/12
Afficher Enjoy33 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il y aurait à dire sur les délires de grandeur du côté de La Brède ...
A tous les égards, le modèle de développement est celui d'une banlieue pavillonnaire américaine.
Rien d'étonnant alors que la radio locale se mette en conformité avec l'état d'esprit général ... Dans tous les cas, vive la crise ...

Wikipedia nous apprend cependant que Télé Radio des Graves était depuis 2009 "The Radio Girondine". L'implantation sur Cadaujac n'est pas anodine.

NB : La disparition des radios locales est une triste réalité. La Voix du Béarn sur Pau passe plus de musique portugaise que de musique gasconne ...
Les animateurs ont encore un peu l'accent, pas toujours.
Il faut désormais écouter les radios basques pour quelque chose de couleur locale.
Auteur : Vincent.P
05/01/12
J'en rajoute une louche :
Le slogan de la radio est « Just play  ! ».
Je viens de l'écouter un momentot, assez pour entendre un de leurs "jingles" :
"La radio des girondins qui bougent et qui ont le smile"

Au secours !
Et la Communauté de communes de Montesquieu qui les encourage ! Il n'aurait pas aimé...
Auteur : Tederic M.
05/01/12
La Communauté de communes de Montesquieu est un laboratoire du rurbain assumé, une communauté parasite aux portes de la CUB qui n'entend se développer que via le pavillonnaire.
C'est la décentralisation des ronds-points, des journaux à la gloire de l'élu local.
Mais la crise passe par là ...
Auteur : Vincent.P
15/01/12
Nom gascon de localités situées en Pays Basque
Une idée m'est venue, celle de donner le nom gascon de localités situées en Pays Basque.

Cela me semble intéressant car la plupart des noms de communes actuelles sont le résultat d'une romanisation (gasconne surtout) de noms d'origine basque.

Pour le Labourd (dans sa globalité) :

GUICHE (gasconophone) : prononcé 'GUICHE par les gascons du village.
L'IBG choisit deux graphies, GUICHE et GUIXE. BBF, elle, choisit la graphie normalisée "occitane" et écrit GUICHEN (avec accent aigu sur le I). Cette dernier graphie retranscrit bien la prononciation locale me semble-t-il.
GIXUNE en basque.

BARDOS (maj bascophone) : prononcé BAR'DOS par les gascons du village. BBF propose BARDOS (avec accent grave sur le O).
BARDOZE en basque.
Auteur : P. Dibon
04/01/12
Afficher Nom gascon de localités situées en Pays Basque en particulier, et peut-être donner votre avis...
Pour ainsi dire, toutes les communes basques du Labourd, de Basse-Navarre ou de Soule nous sont parvenues dans les versions gasconnisées, avec cependant des foyers de plus forte résistance un peu aléatoires.

Je peux si ça amuse fournir la liste entière des noms, je m'étais amusé à la faire.
Auteur : Vincent.P
04/01/12
Avec plaisir Vincent P. !
Auteur : P. Dibon
05/01/12
URT (gasconophone) : prononcé URT par les urtois. L'IBG propose deux graphies, UR et URT.
BBF propose URT, qui transcrit bien la présence du T final prononcé et étymologique.
AHURTI en basque.

URCUIT (maj bascophone) : prononcé UR'CWOEUIT en gascon. BBF propose URCUEIT.
URKETA en basque.
Auteur : P. Dibon
06/01/12
Labourd  :

- Briscous : Briscós
- Lahonce : Lahonça
- Mouguerre : Moguerre
- Saint-Pierre-d'Irube : Sent Pèr d'Irúber
- Bassussarry : Bassussarri
- Arcangues : Arcangues
- Arbonne : Arbona
- Bidart : Bidart
- Guétary : Guetaria

- Ahetze : pas de version gasconne attestée, un des rares cas du genre, même si la forme de 1249 laisse entrevoir ce qu'aurait été la gasconnisation ("de hetsa"), quelque chose comme Hesse.
- Saint-Jean-de-Luz : Sent Joan de Lus
- Ciboure : Cibore (en fait, le u/ou final du basque buru est depuis longtemps interprété e "negue" en gascon local, comme dans Arcangues, qui était en ancien gascon Arcangos)
- Urrugne : Urrunha
- Hendaye : Hendaia
- Serres : Zerra en basque, c'est un toponyme gascon transparent.
- Ascain : Ascanh (le gascon a palatisé la finale comme le souletin)
- Sare : Sara
- Saint-Pée-sur-Nivelle : Sent Pèr
- Aïnhoa : Ainho (les formes anciennes gasconnes sont claires, on palatisait le groupe prononcé détaché en français régional et basque n.h)
- Souraïde : Soraide
- Espelette : Espeleta
- Ustaritz : Ustárits

Jatxou : Jatso (une vraie forme gasconne n'aurait probablement pas le t fricatif, on aurait Jasse, cf Ciboure pour le u final basque)
- Villefranque : Vielafranca
- Halsou : pas de forme gasconne non plus sauf l'adaptation "Halso", une vraie forme gasconne serait Hausse.
- Larressore : c'est l'ancien Saint Martin d'Arribère Longue, Larressòre en gascon (là encore o final basque)
- Cambo : Cambo
- Hasparren : je ne sais pas si l'accent est porté sur la finale ou l'avant-dernière syllabe. Le cas de Libarrenx en Soule laisse penser qu'il n'y avait pas recul de l'accent tonique sur le basque barren lorsqu'il était adapté en gascon (alors que d'autres finales avec n sonore comme le suffixe -un a disparu par recul de l'accent : cf Bidache)
- Bonloc : Bonlòc

- Mendionde : Mendionde
- Gréciette : Grecieta
- Macaye : Macaia
- Louhoussoa : pas de forme gasconne, serait probablement Lohosse.

- Itxassou : pas de forme gascon, c'est vraiment le Labourd rétif aux pénétrations culturelles gasconnes, Itsaso en gascon du coup, mais une forme authentique aurait pu être quelque chose comme Ichasse en phonétique française (cf Ichas, patronyme charnégou)
Auteur : Vincent.P
07/01/12
Lehounse, Mougueurre et Haspar en gascon.
Auteur : inconnu
07/01/12
Oui, c'est exact, Lahonça ne peut pas rendre correctement la prononciation, donc Lehonça (prononcé Leuhounçe). Pour Mouguerre, le Moguerre normalisé se prononcera Mougueurre.

Quant à Hasparren, heureux d'apprendre que l'on dit Haspar, ce qui est conforme à l'autre théorie que j'avançais, à savoir qu'il y a bien eu recul de l'accent tonique, ce doit être quelque chose comme "Hasparre" donc.
Auteur : Vincent.P
08/01/12
Non, c'est bien Haspar, avec R prononcé roulé à la fin et H soufflé.
Hasparr. C'est ainsi que disait Georges Duhart, gascon de Labastide Clairence, que j'ai connu et avec lequel j'ai souvent parlé avant sa mort prématurée.
On peut avancer une orthographe Hasparn, en normalisé, étant donné que le -N final ne se prononce pas toujours, cf. your(n), pèyis de Bor(n), Biar(n) etc...
Auteur : inconnu
08/01/12
BAYONNE (maj gasconophone) : prononcé BAY'OUNE en gascon. BAYOUNE est la graphie de l'IBG, BAIONA en graphie normalisée.

ANGLET (maj gasconophone) : prononcé AN'GLEUT en gascon. ANGLET en graphie normalisée.
L'IBG met un accent aigu sur le E, ce qui ne tient pas compte de la prononciation locale.
Auteur : P. Dibon
08/01/12
BIARRITZ (maj gasconophone) : prononcé 'BIARRITS en gascon. Comment orthographier le suffixe basque à sifflante -i(t)z ?

ARBONNE : pouquoi ne pas écrire ARBÒNE ?
Auteur : P. Dibon
08/01/12
GUETHARY : le A final de GUETARIA correspond au A de l'étymon basque ? Comme il ne figure plus dans le nom officiel, pourquoi ne pas l'enlever en gascon ?

SENT-JEAN DE LUZ : comment savoir si l'on choisit JAN ou JOAN pour JEAN ?
Auteur : P. Dibon
08/01/12
Pour Guétary, en gascon de l'Ouest, -ia final est prononcé simplement -i, c'est une convention.
Du reste, Guétary comme Getaria semblent être des formations romanes, carrément gasconnes, sur "gué", avec le suffixe -aria.

Pour Arbonne, il me semble qu'on dit Arboune, ce qui serait logique. D'où Arbona en alibertin.

Pour Biarritz, aucune raison en fait d'utiliser le z car en gascon, s et z sont confondus en un même son, donc -ts, voire -s, car pas certain que la fricative s'entende toujours.

Pour Hasparren, c'est très intéressant, cela signifie que le recul de l'accent tonique a carrément éliminé toute trace de la syllabe finale.
Auteur : Vincent.P
09/01/12
IBARRON : le suffixe locatif basque -un pourrait bien se notait -on [un] en gascon, d'où IBARRON.

AINHOA : pourquoi ne pas garder le a final ?
Certaines attestations anciennes indiquent AINHOUE, AIGNOUE... il me paraît donc légitime de rétablir AINHOA en graphie normalisée.
Auteur : P. Dibon
11/01/12
Basse-Navarre : (je suis l'ordre du livre d'Orpustan)

1. Pays de Mixe (Micsa en gascon)

a) Mande d'Outre-Bidouze

- Uhart-Mixe : Uhart
- Larribar : Larraivath
- Sorhapuru : pas de version gasconne, on aurait Sourapoure
- Lapiste : Lapista
- Béhasque : Behásquen
- Saint-Palais : Sent Pelai
- Aïcirits : pas de version gasconne, serait plutôt Assíri(t)s, avec probable recul de l'accent tonique
- Arbérats : Arberats
- Sussaute : Sussauta
- Sillègue : Silego
- Arbouet : Arboet
- Camou-Mixe : Camon
- Suhast : Suhast


b) Mande de la Barhoue

- Orsanco : pas de forme gasconne, on aurait Ossancou, quelque chose comme ça
- Beyrie-sur-Joyeuse : Veiria (j'ai demandé à une amie à moi qui habite justement dans la vallée de la Joyeuse comment l'on disait en basque le nom de cette rivière, sa réponse : "on ne le dit pas")
- Garris : Garrís
- Oneix : Oneis
- Amendeuix : Aminduish
- Gabat : Gabat
- Ilharre : Ilarra
- Sumberraute : Sumberrauta
- Luxe : Lucsa


c) Mande d'Ahetze

- Béguios : Beguiòs
- Labets : Labets
- Biscay : Biscai
- Charritte : Sharrita
- Arraute : Arrauta
- Masparraute : Masparrauta
- Succos : Sucòs
- Amorots : Amoròs
- Orègue : Oréguer
Auteur : Vincent.P
15/01/12
Pour USTARITZ, la graphie gasconne ne doit pas plutôt comporter un accent grave sur le A ? "Ustàrits" ?

ARRAUNTZ  : ARRONTS en gascon ?
Auteur : P. Dibon
17/01/12
J'entend parfois quelques personnes d'origine biarrotte prononcer justement 'Biarriss lorsqu'elles évoquent Biarritz, en français.
Auteur : P. Dibon
15/06/12
Je l'ai déjà dit, mais ça vaut la peine d'être redit, ma mère m'a rapporté que son père (à Réaup, en Albret, donc à environ 200 km de Biarritz) prononçait 'Biarrits, donc avec l'accent tonique sur "Bia" et la sifflante "ts" à la fin.
Je trouve remarquable qu'une prononciation gasconne et tellement incompatible avec le modèle français ait pu se maintenir jusqu'au 20e siècle et si loin du lieu nommé.
J'y vois une preuve d'un bassin de vie sur toute la Gascogne, donc d'un "système gascon" qui a longtemps résisté au "système français", pour reprendre des mots de l'historien Braudel.
Auteur : Tederic M.
15/06/12
An nau
Bona annada a tota la Gasconha !
Auteur : cos
02/01/12
Afficher An nau en particulier, et peut-être donner votre avis...
BD Histoire sud ouest
Bonjour,
j'ai réalisé une bd "histoire des terres du sud-ouest" dans laquelle je parle de la Novempopulanie, et des "débuts" de la Gascogne, j'ai pensé que cela pourrait vous interesser (aux éditions Cairn, à Pau).
Auteur : Frechou Patrice
31/12/11
Afficher BD Histoire sud ouest en particulier, et peut-être donner votre avis...
Très bonne initiative Patrice, cela manquait. Moi qui suis un amateur de Bd je vais me le procurer…
Les livres traitant de l'histoire, c'est bien, mais dans notre société où règne l'image, je pense qu'il est important de toucher un large public et la Bd le fait très bien.
En ce début d'année, je vous souhaite qu'il obtienne un large succès !
Auteur : Téderic D.
09/01/12
Voilà un sujet historique intéressant, d'autant plus que la Novempopulanie fut une réalité historique qui explique les origines romaines de la Gascogne.
Ce n'est pas toujours vrai d'autres constructions pseudo-historiques dont on nous rabâche sans cesse les oreilles !
Entrer dans l'histoire par la BD, c'est un bon choix.
Auteur : jmcasa
09/01/12

Réponse de Gasconha.com :
A quelles constructions pseudo-historiques faites-vous allusion ?
Parlatz clar / Parlat cla !-)
Pour compléter et répondre au webmeste je citerai un grand homme de la littérature gasconne, Bernard Manciet :
"Ce qu'il y a de pire maintenant-l'Occitanie vis d'Archimède à vide-Ils t'auront, Gascogne abâtardie (...)". L'Enterrament a Sabres.
Auteur : jmcasa
10/01/12
Cloches, sonnailles, carillons en pays landais
Je conseille la lecture de "Cloches, sonnailles, carillons en pays landais" édité par Le Festin conjointement avec le CG des Landes.

Architecture des clochers, vie des sonneurs, évocation de la musicalité des troupeaux, ...
Et puis des détails intéressants : au XVIIIème siècles, 75% des cloches landaises étaient fabriquées par des Basques et des Cantabres itinérants ou pas (certains faisaient souche), ce qui est un indice de plus sur l'existence ancienne d'un espace économique vascon, détruit par l'instauration de l'Etat-Nation français au XIXèm siècle, qui a cassé le commerce avec l'Espagne pour privilégier les réseaux devenus nationaux (les Lorrains qui étaient cependant déjà présents).
Auteur : Vincent.P
26/12/11
Afficher Cloches, sonnailles, carillons en pays landais en particulier, et peut-être donner votre avis...
A Hagetmau, jusque après la guerre, les cloches sonnaient plus longtemps pour un mort riche que pour un pauvre, selon ce que payaient les familles.
Les longues sonneries proclamaient bien fort :

"Aqui qué'n i a !
Aqui qué'n i a  !"

(d'argent).


Clarines des vaches de Béarn, cloche des armes du Couserans, sonnailles des bannières d'or ou "Gaïffer" à Saint-Martial de Limoges...
Auteur : PJM
29/12/11
Noms gascons des communes gabayes
Per ríser :

Airans
Anglada
Baion
Berson
Blaia
Borg (de Gironda)
Brau e St Loís
Campunhan
Cars
Cartalèga
Cavinhac
Cesac
CUBNEZAIS  :  ? (Cavinhasés  ?)
Estaulèirs
Fors
Gauriac
Gauriaguet
Lansac
Maransin
MARCENAIS :  ?
Marcilhac
Marsàs
Masion
Mombrèir ( ?)
Punhac
Renhac
la Ruscada
Samonac
Saugon
St Andrauni (Andròuni)
St Cièrs de Gironda
St Cristòli de Blaia
St Girons d'Aigas Vivas
St Idens de Sodiac
St Martin la Cauçada
St Trojan
St Savin
St Seurin de Borg
St Seurin de Cursac
St Vevian (Vivian) de Blaia
Tauriac
Tulhac
Vilanèva

Abzac
las Artigas de Lussac
Baiàs
los Bilhaus
Bonzac
Chamadèla ( ?)
Cotràs
las Esgleisòtas ( ?) e Chalauras
LE FIEU  :  ? ?
Galgon
Guistras
Lussac [-at]
Montanha
Neac
las Pinturas
la Poiada (la Pojada)
Porquèiras
St Cièrs d'Abzac
St Cristòli de Dobla
St Denís de Pila
St Martin dau Bòi
St Martin ...DE LAYE =  ?
St Medard de Guisèiras

.....
e ne'n divi oblidar
Auteur : Gaby
23/12/11
Afficher Noms gascons des communes gabayes en particulier, et peut-être donner votre avis...
C'est à dire qu'à part en Vitrezais où l'on trouve des formes oïlico-limousines (Etauliers, face à ce qui serait Estableys en gascon) ainsi que du côté de Guîtres (qui devrait être Aguistres en gascon, cf aussi Porchères qui serait Pourqueyres), le reste est généralement gascon puisque ce sont des terres gasconnes oïlisées ...
Auteur : Vincent.P
23/12/11

Réponse de Gasconha.com :
"Estableys" ou "Estauleys" ?
Estaulèirs, puisque table = taula
Auteur : Gaby
25/12/11
Gauriac, issu de *gabriacum, laisse supposer plutôt Estauleys après réflexion.

Cubnezais serait Cunhasés en gascon (dérivé de Cunhac avec -c final qui passe à t d'où z à l'intervocalique).

L'abbé Lalanne a montré qu'il y avait des communautés gasconophones à Galgon, Montagne et Néac, c'était fonction des familles.
Pour le reste, dans la liste, ne sont pas gabayes : Bayon, Bourg, Gauriac, Saint-Seurin-de-Bourg, Tauriac et Villeneuve-de-Blaye.
Auteur : Vincent.P
25/12/11
En efèit, n'avèvi pas dens lo cap (...o la tèsta) la cartografia de la lemita òc/oïl....e avèvi la canha d'anar la quèrre ;)
Auteur : Gaby
25/12/11
St-Trojan
St-Trojan nous a laissé une parabole en gascon, aussi, dans l'enquête Bourciez...
Auteur : Dàvid
27/12/11
Saint-Trojan est un nom assez intéressant parce que le culte de ce saint est clairement centré sur les Charentes modernes (deux villages de ce nom).
Fatalement, puisque c'était l'évêque de Saintes ! Je suppose que de tels hagiotoponymes sont la conséquence d'une quelconque unité religieuse ancienne entre Saintes et Bordeaux (cf aussi la diffusion du style saintongeais en Bordelais).

Quant à la toponymie de Saint-Trojan, elle est difficilement attribuable à telle ou telle langue.
Bellevue, Fonneuve, Rousselet, ... c'est indistinct, vraiment.
Sont plutôt gascons : La Blayese, Douazits, Marticot, Novarre, Médoquine, Picapau (?), Jaugue (?).
Auteur : Vincent.P
28/12/11
Il y a apparemment une racine "Picapau" qui...
Il y a apparemment une racine "Picapau" qui serait peut-être bien gasconne.
J'ai interprété en "Hicapau" Phiquepal, au nord de Tonneins, zone gasconne.
L'IGN donne aussi PHIQUEPAU [LAYRAC - 47], mais aussi cependant LA PIQUEPAUDERIE [LA CLOTTE - 17].
En passant, il faudrait creuser l'hypothèse que la graphie "ph" a pu être utilisée pour noter un h gascon.
Auteur : Tederic M.
28/12/11
Un tout petit indice sur "Vascon"
Je suis allée en 2006 à Bologne en Italie et sur les voûtes du cloître de l'ancien siège de l'Université sont peints les blasons des Maîtres et étudiants de cette première université au monde (avant même la Sorbonne), j'ai vu sur cette voûte un blason (du XIV ème siècle je crois) d'un étudiant où il était écrit son nom et son origine : "Vasconus", j'ai photographié ce blason, mais comme je n'avais pas de zoom assez puissant, c'est illisible, en tous les cas sa "nation" était bien : "vasconne"
Auteur : Dominique
20/12/11
Afficher Un tout petit indice sur "Vascon" en particulier, et peut-être donner votre avis...
Latin : vasconus
Français : gascon
Gascon : gascon
N'inventons pas le mot "vascon", on a "gascon" qui existe déjà et qui fait moins obscur
Auteur : Gaby
21/12/11
Vascon est tout aussi inventé qu'occitan, qui est tiré de la version latine de ce qu'on dit moins obscurément "languedocien".
Auteur : Vincent.P
21/12/11
A étudier. Mais je n'y avais pas pensé... C'est vrai que le plus simple est de dire "d'òc".
Auteur : Gaby
21/12/11
"d'Oc" est en effet très explicite, surtout si l'on considère la célèbre distinction entre langues "d'Oïl, d'Oc et de Si", qui n'est toutefois qu'une indication très générale.
Auteur : PJM
22/12/11
Suite : Cet étudiant était-il basque ou gascon ? La question se pose pour tous les 'Uascones' des sources (plus ou moins) anciennes.
Auteur : PJM
22/12/11
Est-on sûr que U/V -> B est possible, d'un point de vue scientifique ?
Auteur : Gaby
23/12/11
Initial ? Bé c'est même la mutation normale pour la plupart des parlers ibéro-romans et gallo-romans méridionaux (gascon, languedocien).
C'est la mutation en G qui est anormale et d'influence germanique.
Auteur : Vincent.P
23/12/11
Quan los arromans arriban hens çò que serà la Novempopulania que noteram aqueth parçan com la "Wasconia" o "G(u)asconia".
De notar que 2000 ans mei tard e maugrat la purificacion occitana notam tostemps "wardar" guardar", waitar" "guaitar", "weit", "gueit", etc...
Auteur : Lo Pèir
25/12/11
uespera > brespe
Auteur : inconnu
25/12/11
La fidélité au territoire exemplaire
www.helioptim.com (rubrique Actualité biomasse) ou wwww.enerzine.com/.../13162+le-landais-drt


Tout est dit par le PDG de cette boite familiale, ancrée à Dax depuis 1923, qui valorise la résine du pin en "chimie verte" :"ce titre illustre pour nous notre fidélité au terriroire aquitain ".
Lisons aquitain/gascon, bien sûr ...
Auteur : Gérard S-G
18/12/11
Afficher La fidélité au territoire exemplaire en particulier, et peut-être donner votre avis...
Ancienne chanson du Pays de Bidache à retranscrire
Bonjorn a tots los gasconhautas !

J'ai trouvé dans un livre retraçant l'histoire du Pays de Bidache quelques anciennes chansons gasconnes que j'aimerais remettre au goût du jour !

En voici une, en graphie "française" :

A Bidache qui a u heste
O mama dache mi ana
Jou que souy u fort bère gouyate
Tout lous gouyats qu’em heran dansa
Ente aou diable beyten si bos
Pourbu que tournis
Pourbu que tournis aques tantot.

Quelqu'un pourrait me la transcrire en graphie normalisée ?

Mercès.
Auteur : P. Dibon
17/12/11
Afficher Ancienne chanson du Pays de Bidache à retranscrire en particulier, et peut-être donner votre avis...
Responsa
A Bidaisha qu'i a ua hèsta
Ò mamà daisha-m'i anar
Jo que soi ua fòrt bèra gojata
Tots los gojats que'm heràn dançar
Entau diable vèi-te'n si vòs
Porvú que tornis, porvú que tornis aquest tantòst
Auteur : Gaby
18/12/11
A perpaus deu gascon ensenhat
Adishatz a vosauts, èi lugit en quauques lòcs sus gasconha.com que lo gascon ensenhat en Calandreta es lo gascon dau lòc e non pas un occitan normalisat.
Quò's benlèu vrai prau Biarn, pusque los Biarnés nos an impausat lurs nòrmas de vocabulari e conjugason per tota la Gasconha.
Mès, en Gironda, n'ànguitz pas créser qu'es un gascon girondin qu'es ensenhat..

Vos balhi un exemple :
un regent de Calandreta a escrivut aquò :
"Au contrari de çò que's poiré pensar, aver lo francés com lenga d'ostau n'empacha pas l'aprendissatge eficaç e rapide de la lenga, a condicion que los eslhèvas dintrin d'òra a Calandreta (entre 2 e 4 ans). D'alhors, la quasi totalitat deus dròlles escolarizats a Calandreta es dens aquesta situacion, e pr'aquò la màger part quita l'escòla primària e mestreja l'occitan com fau.
Lo cas es mei problematic quand son còishes mei vielhs que's vòlen marcar : passat los quate o cinc ans, lo metòde immersiu perd drin d'eficacitat, e l'aprendissatge se hè mei long - shens estar impossible totun.
A Calandreta lo metòde causit es lo de l'immersion : l'equipa pedagogica ne parla pas qu'occitan, tant en classa que dens lo pati o a la cantina.
L'amira es de reprodusir lo biais d'aprénder la lenga a l'ostau : lo mainat ved çò que's passa au son entorn, entend çò que l'adulte e los autes disen, e religa tots aqueths elements per memorizar lo vocabulari, la sintaxa, la conjugason...
Generaument, un cap es passat aus quate ans, e lo locutor passiu (que compren mès ne s'exprimís pas encara en occitan) vad locutor actiu, e comença de bastir sas frasas en occitan.
Lo problème, e n'es pas diferent"

Es un brave barrejalh, que ne condamni pas mès que critiqui un chic.
En Gironda (a Barsac) aurén dit : ...entrin ... d'alhons ("d'alhurs" sus l'auta riba)... "còishes" : aquò's pas sud-Girondin mès medoquin
... "lo"metòde : seré incongrut praus vielhs d'aqui... "drin" : tarrible biarnisme...
se hèi ... egau, e pas "totun" .... la cort, e pas "lo pati"... "l'amira" : biarnés... apréner puslèu qu'"aprénder" en sud-Gironda.... vei ... generalament ... encara es de l'auta riba, en Vasadés es "enqüèra".... ven au lòc de "vad" etc............

Un aut exemple, damb l'ensenhament en licèu :
dens la lenga d'un pròf deu sud-Gironda :
"Atau vivem ! Dens un país qui te serà arcuelhent
Luenh deus chepics, deu malh e a l’estanguet
Per hestejar, brindar e se virar la set.
Atau vivem ! Tant que palomas e ceps a nòste i aurà
Tant que la vinha lo son vin e’ns balherà
Banda ripataulèra [3] per tot bailejar."
En Sud-Gironda : un pais QUE ..... "arcuelhent" pas coneishut aqui ! i a un R de tròp.... "luenh" se ditz lunh, ... "chepics", "bailejar" "brindar" pas briga girondin.... "hestejar" ? ..a la lemita... "e'ns" : biarnisme totau ! Etc.
E lo mèsme emplega "falo" per diser "falot" o "falut" ; aquò's lo comble, perçò que lo vèrbe FALER se ditz dens una zòna (Gironda, nòrd Lanas, oèst 47) , la terminason -O (accent agut) dens una auta (sud Lanas, Biarn........) e las duas se recobren pas  !!! Barbarisme totau  !

En collègi, idem. Los pròfs vènen de n'impòrta on, e an aprés un occitan normalisat a la fac.
A l'universitat donc, ne'n pàrlim mèsme pas.
Enfin, per çò qu'es deus cors de lenga per adultes, sabi pas gaire. En Medòc, quò's en medoquin, òc. Mès los cors balhats per O. Sirgue en Bordalés...per lo COCSUGI en Vasadés... quò's un dròlle de meilange...
E pire encara : los cors d'Aubia e Espessàs qu'an ubèrt tot recentament...
Cresetz que quauqu'un ensenha lo Cubzagués ? Qui lo coneish, hòra lo David Escarpit ?
Non non, l'òra es a la normalisacion.br> Domatge ! mès vau milhor parlar normalisat que non pas parlar sonque francés, valà ce que me disi.....
Auteur : Gaby
16/12/11
Afficher A perpaus deu gascon ensenhat en particulier, et peut-être donner votre avis...
Quiò, tarrible de legir aquò.
En fèit, ad enlà deu mescladís dialectau, aqueth pleitei que's pòt arrevirar mòt per mòt au francés.
Le musica que hèi hrèita ací ?
Le lenga n'es pas sonqu'ua pelha, que cau quauqu'un dehen entà li dar un anar deus bròis !
Auteur : Castèths en l'aire
16/12/11
Un début de prise de conscience ?
Félicitations ! Chez certains occitanistes, ça ne vient jamais.
Je crois que sur ce site, il y a peu de personnes qui vantent la qualité de la langue enseignée en Calandreta...
A part quelques enragés atteints de cécité quasi congénitale, ou bien qui ont eux même une piètre connaissance du gascon pour trouver cette m... élégante et gasconne.
Maintenant se pose et se repose la nécessité d'un bon standard gascon.
Mais qui connaît assez bien le gascon pour être capable de le concevoir sans que ce soit une espèce de mauvais béarnais light languedocianisé et calqué mot pour mot sur la syntaxe française(cf. l'exemple ci dessus) ?
Parce que, enfin, les patois cantonaux, c'est bien joli mais c'est mort de chez mort.
Auteur : inconnu
16/12/11
L'heure n'est pas à la normalisation : celle-ci implique l'existence d'institutions qui feraient des choix.
L'heure est à la convergence naturelle un peu anarchique entre différents parlers, qui sont avant tout propres à chaque locuteur, tant chacun fait comme il l'entend en oc.
Auteur : Vincent.P
18/12/11
A perpaus deu gascon ensenhat (que segueix...)
Que i a au menx tres temas de discutida hens lo gran de sau de Gaby :
-la necessitat - o non - d'ensenhar exactament lo parlar de cada parçan : que sui d'acordi dab l'"inconegut" (mes pas dab lo son ton de mespretz) enta diser que n'i a pas mèi nat sentit de har tornar viver cada parlar puixque la maja part son adara quasi morts susquetot au nord de la Gasconha...
Que pensi tanben que cau un gascon mei o menx normalisat, d'un biaix plegadis, de segur;
-la qualitat de la lenga, l'autenticitat de la sintaxa, deu ton, de la "musica", etc...
Ne cau pas doblidar que i a niveus de lenga diferents en totas las lengas utilizadas dens cas e mitans hort despariers : lo frances n'es pas lo medix en pleiteis esportius,devis de l'Academie française, tesa de linguistica, escambis sus un mercat, etc....
Si lo gascon podosse quauque jorn recuperar lo son usatge generalizat, que seré parier.
L'exemple donat par Gaby qu'ac amuixa e non pot pas este considerat com tan maixant qu'aquo, a part qu'ac comparem dab lo debis de deus paisans sus un mercat (un deus quauques cas d'usatge conservat deu gascon adara).
De segur que i a quauques "tics" occitanistas com l'"amira" mes no'm sembla pas tan de condemnar ...
-La basa deu gascon normalizat : qu'ac vulhim o non, que'm sembla a cercar mès au sud qu'au nord (Biarn, Xalossa, etc...) per aver conservat la lenga un xic mei que los autes e produsit mèi d'obras majas.
Aquo dit que cau acceptar, ça'm par formas mei locales (doblets com cau/fau , hera/frem,etc...) o las duas formas mei emplegadas de conjugason.
Que'ns hè hreita un "diccionari deu gascon modern" de vertat e ua navera gramatica gascona "unificada".
Auteur : Gerard S-G
18/12/11
Adiu Gerard
existis dejà un diccionari de gascon normalisat, anem ! Es lo de Per Noste.
Mès se vos agrada pas perce qu'es escriut per occitanistes, atz lo diccionari de Pèir MORÀ que se vòu justament un dicò de gascon "soi-disant" normalisat, vòli diser de landò-biarnés.
Auteur : Gaby
23/12/11
Lo Gabrièl escrivot : "Es un brave barrejalh, que ne condamni pas mès que critiqui un chic."
E bé jo, aqueth barrejalh, aqueth barrejadís coma disen a nòste, non solament lo critiqui, e pas qu'un chic, mès tanben lo condamni.
Quò's un pauc coma se lo francés èra ensenhat a de dròlles dau nòrd de la França a partir d'un chic de francés estandard, un chic de gallo, un chic de picard, un chic de wallon, lo tot dens una joiosa incoérença.
Lo regent o la regenta se haré fóter a la pòrta viste hèit, e damb reson.
Mès çò qu'es pas pensable de hèser damb lo francés, quò pòt èster hèit sens problèma e sens vergonha damb lo gascon...perdon, "l'occitan".
Auteur : D.Séré
05/02/12

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :