VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
749 mots
134 prenoms
1135 noms
4981 lòcs
412 banèras
1195 grans de sau
626 ligams =====>
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
(Aucune aire géographique ni thème recherché)
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasGrans de sau

mot = La
Prospective
"LGV - Pour quoi ? Pour qui ? A quel prix ?"

Un article de fond, clair et concis.
Prospective
Orthez
Pyrénées
"Sauvegarder et aménager à moindre coût une ligne existante qui est 1ère en Aquitaine en terme de recettes et 2ème en terme de trafic."

Paradoxalement, la construction de la LGV SEA dans les années qui viennent pourrait déclasser la ligne qui dessert le pays d'Orthez.
Les forces vives de ce pays se mobilisent...

Gasconha.com rendra compte de ces débats sur le réseau ferroviaire de demain. Les voies de communication peuvent faire ou défaire une région.
Une Gascogne forte (elle ne l'est pas pour l'instant) défendrait becs et ongles la modernisation de son vieux réseau, au delà des logiques étroites des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, et contre une politique de "tout TGV" qui veut faire payer les pays gascons sans les "irriguer" réellement.

Voir aussi la rubrique "Prospectiva" de Gascogne-débat.
Si je comprends bien, on a une ligne existante qui dessert toutes les grandes villes non loin de leur centre (Bordeaux, Arcachon, Dax, Orthez et Pau), qui traverse en grande partie de la lande, qui est un succès d'affluence et qu'il suffirait donc de moderniser, et on va créer une nouvelle trouée qui desservira des ajoncs ?
Pendant la modernisation de la voie ferrée, on peut imaginer un réseau de bus via l'autoroute nouvelle si c'est ça qui inquiète.
Auteur : Vincent.P
13/05/09

Réponse de Gasconha.com :
As plan comprés, Vincent.
Et ces "gares du touyà", on va nous les faire payer très cher !
"Gare des ajoncs"  ? Pas mal comme formule. J'avais utilisé déjà "gare des genêts".

En gascon, genêt = (a)nhesta (gneste), ajonc = toja (touye...).

Un webmestre de Saint-Justin nous dit préremptoirement que "La gare TGV de Mont de Marsan sera certainement implantée aux environ du Caloy ..."
Auteur : Tederic
14/05/09
Langue - Histoire
Landes-Adour-Chalosse
"Si vous voulez en savoir un peu plus sur l'histoire du Pays Charnégou, je vous laisse mon blog qui y est consacré."
D'interés, era istòria deth casteth de Guixa, ua des bastides xarnegues es mes g(v)ascones.
Agur !
Auteur : Txatti
14/04/09
Prospective
Débat sur le site de "la Charente libre".
Il en ressort que l'idée d'un rattachement à la région Aquitaine plait en Charente, mais en faisant scission de la Région Poitou-Charentes.
Pourquoi plait-elle ?
Parce que Bordeaux est ressentie plus proche et plus attrayante que Poitiers ;
parce que la Charente et la Saintonge sont ressenties comme appartenant au "Sud-ouest", lui-même assimilé à la Région Aquitaine...
Allez y voir, et donnez votre avis aux charentais : certains s'interrogent sur l'accueil que leur feraient les aquitains !
A part la Haute-Saintonge, pays de transition entre Périgord et Bordelais, et Royan colonie de Bordelais, je dois véritablement avouer mon étonnement devant ce tropisme sudiste et publicitaire des habitants de la Saintonge et de l'Aunis, prêts à quitter une région qui, somme toute, représente un espace civilisationnel indéniable (Poitou-Charentes  : même langue, mêmes patronymes, mêmes paysages, ... il ne manque que la Vendée) au profit de ce qui est quand même l'une des modalités du Sud de la France dont ils n'ont même pas l'accent (et sans tomber dans la psychologie des peuples ils n'en ont pas non plus la mentalité).

On pourrait envisager une région Limousin-Aunis-Saintonge-Périgord qui correspondrait sans nul doute à quelque chose de plus tangible, un vague mirage de cet ancien espace limousophone.
Le sentiment Sud-Ouest des Charentais est avant tout lié à la géographie sentimentale française, à ses oripeaux (le journal Sud-Ouest), ...
Auteur : Vincent.P
08/03/09
Baaah quina coneria encoèra...
Auteur : Hlo
08/03/09
De toute façon, on n'y arrivera jamais : même si l'on fait la démonstration courtoise et rationnelle de l'existence du fait gascon, on se retrouve avec ceci :

"Nous sommes au 21ème siècle, les personnes bougent beaucoup d'une région à l'autre. Inutile de vous renfermer toujours plus sur vous-même... Ouvrez-vous aux autres, partagez votre culture, non pas pour diviser comme vous semblez vouloir le faire, mais pour rassembler."

Voilà, les mentalités ne sont plus prêtes pour l'existence d'identités régionales. On pourrait répondre par le cynisme, faire remarquer le paradoxe qu'il y a à refuser l'identité du voisin quand on justifie soi-même sa volonté de le rejoindre en argumentant sur des faits identitaires (l'économie en fait partie). Mais c'est vain.
Auteur : Vincent.P
12/03/09
Le "fait gascon" peut s'expliquer comme un fait historique.
On ne nous reprochera peut-être pas de raconter notre histoire...

Mais vouloir "faire gascon" au présent ou au futur nous expose, c'est vrai, à l'objection d'enfermement signalée par Vincent.P.

Et l'objection est juste : On ne met pas une culture sous cloche.
Le "fait gascon" est lui aussi, d'ailleurs, le produit d'un métissage.

Il faut donc tenter de partager "la Gascogne" avec les nouveaux venus et les voisins qui veulent se rapprocher de nous. Donc, faire aimer la Gascogne, dans un contexte de mobilité et de brassage extrêmes.

Certains ne feront que passer, mais, si on s'y prend bien, on en séduira d'autres, qui resteront...
Comment séduire ?
Jouer au maximum sur notre climat doux, sur nos espaces naturels (océan, massif landais, Pyrénées, campagnes bucoliques à la Pesquidoux...), sur notre réputation festive, sur la proximité avec le Pays basque et l'Espagne (sans tomber dans les espagnolades).

Et les charentais, dans tout ça ?
Ils sont déjà voisins.
Une partie d'entre eux veut Bordeaux comme capitale. Tant mieux pour Bordeaux, et tant mieux pour nous, qui aurons le plaisir de les y rencontrer !

Une extension de la Région Aquitaine en direction des charentais se fera difficilement, parce que tous les charentais ne la souhaitent pas, et que, surtout, la République française n'a pas comme principe de donner le choix.
Mais si par miracle, ça se précisait, les gasconistes ne doivent pas s'y opposer : cela ne nuira pas à la Gascogne, qui, de toute façon, n'est pas reconnue par la Région Aquitaine actuelle.
Auteur : Tederic
12/03/09
Malheureusement je suis tout à fait d'accord avec Vincent.
Je commence d'ailleurs à légèrement désespérer...
Auteur : Hlo
12/03/09
Je ferai gentiment remarquer également une certaine arrogance charentaise, en tout cas au vu des réactions sur ce forum : mépris hallucinant des Poitevins sur des arguments ridicules (pour info, la Saintonge et l'Aunis ne sont pas plus des pays de rugby que le Poitou  : tous les joueurs de La Rochelle sont généralement piqués à des clubs du Sud ou du Massif Central), sensation absurde d'être attendu comme le messie en Aquitaine, nostalgie aberrante d'une Grande Aquitaine (à laquelle ils appartinrent grosso-modo 100 ans mais toujours en même temps que le Poitou), négation absolue de qui ils sont (Monsieur Moreau qui se dit aquitain, c'est le même genre que les Laborde bayonnais fiers d'être basques), appel constant à l'humanisme et à la félicité dans l'Aquitaine réunie.
Je crois foncièrement qu'il y a quelque chose qui cloche dans les Charentes. Un manque de caractère certainement. Je ne dis pas ça méchamment.

Une fois de plus, on remarquera que les occitanistes sur de nombreux forums approuvent le rattachement des Charentes à l'Aquitaine, du fait de la Charente limousine. Et comme les Basques se moquent pas mal de savoir à quelle sauce ils seront mangés par l'Etat français, il n'y aura que les rares Gascons encore conscients pour sauver la région Aquitaine et réclamer une fusion avec Midi-Pyrénées.
Auteur : Vincent.P
12/03/09
Allez, pour ceux que ça amuse (pitié, pas de pierres) :

flickr.com

(je n'avais pas la place de mettre le Bourgeais, le Cubzadais, ...)
Auteur : Vincent.P
12/03/09
Je pense sincèrement que l'inclusion des Charentes dans l'Aquitaine ne peut qu'à terme être désastreuse en termes d'image : elle ancrera dans l'imaginaire français la Gironde et les Landes dans une façade atlantique fantasmée (qui est déjà conçue ainsi par les organismes statistiques français qui prévoient un doublement de la population), elle donnera du crédit à l'exception basque qui si elle peut s'accommoder de vivre en bonne compagnie avec des gens du Sud-Ouest, retrouverait une vraie raison d'être en se voyant noyer dans un ensemble de La Rochelle à Bayonne (or à mon avis, l'intimité avec le Pays Basque est nécessaire), elle condamnera toute tentative de "réunification" gasconne, elle brouillera les cartes de la dernière chose qu'il nous reste en gros, l'accent (déjà qu'à mon avis, je trouve préjudiciable le parachutage politique et avec tout le respect que l'on doit à Alain Rousset) ...
Je le dis franchement : je ne concevrais pas être représenté par exemple par Monsieur Bussereau).

Les régions administratives françaises ne sont à l'heure actuelle que des solutions techniques mais à terme, elles sont vouées à développer une véritable identité, tout comme aujourd'hui les gens sont attachés au département.
Si l'on ne refuse pas maintenant des choses qu'à titre personnel je ressens comme des falsifications historiques, il sera alors encore plus difficile de donner sens à la Gascogne.
Je ne crois pas que la société civile puisse porter ce projet : celle-ci est bien trop passive et ne réagit qu'aux choses qui viennent d'en haut.
Auteur : Vincent.P
13/03/09
Les charentais veulent intégrer "L'Aquitaine" du fait de leur seule fascination pour Bordeaux.
Et de même pour se rapprocher "mentalement" d'Irun où aller faire ses courses à Alcampo le dimanche constitue la sortie préférée !!
Je ne l'invente pas, c'est ce qu'on m'a déjà dit sur place.
Alors exit les prétendus arguments qui vont dans le sens de synergies économiques.
Fusion inutile pour débat futile.
La dernière phrase de Vincent P. résume tout : nous sommes dans un pays ou tout ce qui vient d'en haut est bu et digéré sans protestation aucune.
Auteur : Gomgom
13/04/09
1) Je préfère que Bordeaux fascine...
2) Les représentations mentales, même en apparence futiles, font aussi l'Histoire.
3) Si Bordeaux et Irun fascinent, c'est bon pour la Vasconie, dont Bordeaux POURRAIT être vue comme un poste avancé. (pour l'instant, l'idée dominante reste que Bordeaux est une ville chichiteuse qui n'a rien à voir avec la fougue vasconne/basco-landaise)
Auteur : Tederic
14/04/09
Ecologie
"Une longue, coûteuse et indigeste couleuvre de bitume..."
Page de la SEPANSO.
Commentaire de Gasconha.com : une des motivations de cette autoroute est de faciliter la liaison Pau-Bordeaux pour contrer l'influence de Toulouse sur Pau.
La Gasconha ne doit pas subir les nuisances de la concurrence entre les deux régions administratives qui se la partagent !

Mise à jour de septembre 2007 :
Hélas, cette autoroute a été déclarée d'utilité publique.
"Sud-ouest" du 26/09/07 nous annonce que "Le tracé de la future autoroute entre Langon et Pau fera disparaître 215 palombières".
En favorisant le tout automobile et camions, et la délocalisation de toutes les activités*, les décideurs de "l'autoroute de Gascogne" continuent de saccager la Gascogne.

*Un des arguments pour l'autoroute est de faciliter l'accès des bordelais et des "picto-charentais" aux stations de sport d'hiver ouest-pyrénéennes.
Je ne suis pas très au fait du dossier (honte sur moi) aussi mes propos pourront-il paraître déplacés.
Il me semble qu'il conviendrait ici d'être un peu plus mesuré.

Ce projet n'apporterait-il vraiment que des inconvénients ?
Peut-être est-ce la moins bonne des solutions pour désenclaver une Gascogne depuis trop longtemps réduite à l'état de province rurale.
En outre, elle est une réponse au malaise dû au fait qu'en France, tous les chemins (terrestres et aériens) convergent vers Paris.

Mais d'autres alternatives existent-elles ?
Je ne cherche pas à défendre ici un point de vue, on l'aura remarqué, mais à glaner des informations objectives sur ce dossier qui semble ne laisser personne indifférent.
Auteur : David Escarpit
24/11/05
Cela fait plaisir de savoir que Toulouse et Bordeaux se battent pour nous Palois et Béarnais : c'est très valorisant.
Cela dit, si l'on pouvait nous laisser nous battre pour nous-mêmes, ce serait aussi bien.
Pau est une ville relativement éloignée des deux grosses capitales gasconnes :
avec ses voisines et amies Tarbes, Bayonne et Dax, elle peut faire de grandes choses.
Je pense notamment à l'université commune, aux institutions délocalisées, ...

Plutôt que de nous forcer à consacrer bêtement cette ère de l'homme mobile, et qui donc ne prend le temps pour rien, donnez-nous la possibilité de développer une vie locale riche et complète.
De jolies routes sécurisées bordées de platanes et des trains plus réguliers, seront bien suffisants pour aller faire du tourisme dans le port de la Lune ou dans la ville rose.
Auteur : Vincent.P
25/11/05
Cette autoroute est en projet depuis les années 70, et perso, faisant régulièrement la liaison Paris-Pau, cela ne serait pas du luxe.
Et Pau restera gasconne même si l'influence de Bordeaux s'accroit.
Auteur : Beltof
25/11/05
Je ne vois pas en quoi l'influence de Bordeaux risquerait d'altérer la "gasconnité" de Pau.
Bordeaux n'est pas dans les Highlands, que je sache.
Auteur : David Escarpit
25/11/05
A propos de "désenclavement" :
C'est le maître mot des aménageurs depuis plus de 40 ans...
Or, la population est plus insatisfaite, plus désorientée et inquiète que jamais...
Auteur : Tederic
27/09/07
Au lieu de découper le massif forestier landais par de multiples itinéraires, pourquoi ne pas doubler la nationale Bordeaux-Pau en la laissant gratuite et limitée à 110km/h (bienfait écologique) ?
Auteur : Jean-Philippe
30/09/07

Réponse de Gasconha.com :
C'est en gros ce que proposent les opposants au choix de l'autoroute dans un sillon nouveau.
La refonte de la nationale était évidemment la solution, tant pis.
Maintenant, il faut voir l'avenir :
Il n'y aura pas de Somport-Oloron-Pau.
Dès lors, l'A65 va devenir une simple autoroute de desserte locale.
Dans un lointain futur, il n'est pas déraisonnable de penser qu'elle aura perdu tous ses attributs d'autoroute au sens du trafic et que dès lors, elle sera une nationale Pau-Bordeaux plus sûre et non pas le couloir à camions que nous redoutons tous.
Ce qui m'attriste essentiellement, c'est la naïveté des élus locaux qui pensent réellement qu'une autoroute amène des emplois :
Le manque total de vision des maires en France, parce que pas formés, parce que professionnels en dehors des activités de maire, me laisse penser que le modèle français, qui confie des pouvoirs importants aux mairies, dont l'urbanisme, est une aberration.
Une commune s'inscrit dans un contexte plus vaste, il faut retrouver l'échelle des anciens pays.

Sinon, l'A65 est dite "L'Autoroute de Gascogne". Jolie consolation, non  ?
Auteur : Vincent.P
21/10/08
Après mûre réflexion, je me rangerai du côté des adversaires (battus d'avance) de cette autoroute.
Qu'en est-il de ce beau discours sur l'évolution vers le ferroutage, la diminution des flux de poids-lourds, etc. ?
Je partage assez les propositions de Vincent.P
Auteur : David
28/10/08
Certains justifient l'autoroute par un gain en sécurité.
Mais le rail est bien plus sûr.
Sur la liaison Pau-Bordeaux, il faudrait donc investir sur le rail. La ligne existe déjà, mais pour l'avoir utilisée, je sais que les dessertes sont très insuffisantes : le manque de choix dans l'horaire conduit le plus souvent à préférer la voiture.
En soirée, il n'y a plus guère de TER.
Dès qu'on a une correspondance, par exemple à Bordeaux, il faut démarrer la première partie du voyage quasiment en milieu d'après-midi. Sinon, on n'aura pas la correspondance...
C'est donc sur l'ensemble des lignes régionales qu'il faut mieux répartir les dessertes dans la journée, et surtout les augmenter le soir.
Auteur : Tederic
01/11/08
Adishatz a tots !
Je me permets de relancer le débat sur l'autoroute : bordelais vivant à Pau depuis 8 ans, je suis réculièrement amené à réaliser le trajet Pau-Bordeaux.
Pour des raisons économiques et pratiques, je suis contraint de prendre la voiture. En prenant des petites routes et en ne respectant pas les limitations de vitesse, j'arrive péniblement à un 2h15-2h30 de trajet.
L'autoroute est pour moi, gascon de Gascogne, un vrai soulagement car il ne me faudra plus qu'1h30 pour réaliser ce trajet.
Le vrai problème pour moi est le prix exorbitant annoncé, entre 15 et 20€ de péage pour un Pau-Langon !!!
Plus généralement, l'essor économique de la Gascogne passe par une liaison rapide entre les 2 plus gros bassins d'emplois aquitains, et évite aux palois de se tourner constamment vers toulouse !
Auteur : Bastoulante
04/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Adiu Bastou ! Content de recéber de las toas navèras, e que l'autorota de Gasconha e't facilite la vita...
[Tederic]
Juste une question à Bastou  : pourquoi vouloir que les Palois se détournent de Toulouse  ?
Ne serait-ce pas un atout supplémentaire pour Pau, le BAB, Dax, Tarbes, si le choix pouvait être double, si l'alternative était réelle ? Tout le monde aurait tout à y gagner, non ?
Auteur : Txatti
07/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Tout à fait d'accord : c'est un avantage pour Pau et les autres de pouvoir choisir entre Bordeaux et Toulouse, dès qu'il s'agit de trouver des services que seule une métropole régionale peut offrir.

Mais c'est exactement l'idée de Bastou quand il dit que l'autoroute de Gascogne peut "éviter aux palois de se tourner constamment vers Toulouse". Il veut que les palois aient vraiment le choix entre Bordeaux et Toulouse. Pas vrai, Bastou ?
Il est exact que je vois difficilement pour quelle raison les Palois, voire les Béarnais, auraient à choisir entre les deux capitales régionales.
In fine, cela pose le problème de la complémentarité Bordeaux-Toulouse, question qui ne semble pas vraiment à l'ordre du jour alors que la Garonne est tout de même un axe bien plus naturel qu'une hypothétique grande façade atlantique, raffarinade grotesque.
Auteur : Vincent.P
07/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Oui à la coopération entre Toulouse et Bordeaux, qui sont deux métropoles pour la Gascogne !
Sur la proposition de Raffarin et Bussereau, voir Fusion Aquitaine et Poitou-Charentes ?
J'ai emprunté la déviation d'Aire : si celle-ci est un avant-goût conforme de ce que sera l'autoroute, alors il faut être de bonne composition. C'est une très belle route "naturalisée" en grande partie avec une intégration sans reproche au paysage et ce que je suppose être la conservation des maisons des habitants expropriés.
En tout état de cause, après avoir traversé la Beauce dans cette même journée, le contraste est saisissant et outre que la Gascogne est un splendide pays (ne serait-ce que dans la transition entre Saintonge et Bordelais), ses autoroutes ne sont pas de sordides saignées dans le paysage (car la Bayonne-Tarbes est également très agréable).
Auteur : Vincent.P
20/07/09
Architecture
Landes-Adour-Chalosse
"Le Conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement des Landes est une association de service public. Elle regroupe tous ceux qui partagent la même ambition de qualité pour l'architecture, les paysages et le cadre de vie et agit sur le terrain pour des réalisations de qualité."
Il a notamment édité un très bon liberòt sur l'airial landais.

Sur ce site, les règles de base pour construire sans défier l'environnement naturel et paysager.
La maison écologique est expliquée, et "l'avenir, la construction bois".
Prospective - Ecologie - Architecture
Le pin des Landes.
Vasconie
Video en castelhan d'ua emission de la TV basca ETB2, sus un sit consacrat a Krutwig, qui, dens los sons libes "Vasconia", prepausèt l'idea d'ua Grana Vasconia, dab la Gasconha deguens.
Mès los sons libes que carrejan hèra d'autas ideas, hèra personaus...
Hètz-ve la vòsta opinion !
Aquera entervista no parla pas hòrt deu son prètz-hèit vasconista mès susquetot de çò qui èra a har a la fin de la soa vita.
Que parla hòrt vista e que cau vertaderament plan escotar entà compréner tot.
Qu'es clar aqueth òmi qu'èra un umanista vertadèr, cultivat mès totun un chic especiau.
Que'm brembi lo comentari d'un occitanista tolosan suu Krütwig.
Aqueth que disè Krütwig qu'èra un "nazi basco". Praube c...
Auteur : H.Lartiga
30/01/09

Réponse de Gasconha.com :
Malurosament, lo sit krutwig.org ne sembla pas balhar de texte qui nse balheré ua idea mei precisa deu(s) messatge(s) de Krutwig.
Çò qu'ei lejut de Krutwig ne m'a pas convençut.
Au contrari, quan n'avèvi pas d'eth prejutjats maishants, qu'i trobèi tròp d'afirmacions (dont ideas de superioritat de quauquas etnias sus d'autas) shens fondament, pas pro d'umilitat.
Va de còps suu terren de la ciencia, shens n'aver la metòda. Jo qu'ei sentit aquò.

S'escotatz e comprenetz un chic de çò que ditz dens l'entervista d'ETB2, i trobaratz un exemple d'afirmacion de "café deu comerci" : los italians son "cultos" (si me rapèri plan), mucho màs que los españoles (vascos incluidos, s'ei plan comprés).
Desencusatz-me de mesclar castelhan e gascon  !-)
Sus la Vasconia, que presentèt ideas "delirantas", coma de tornar instalar en Gasconha vascos d'America... N'ac ei pas inventat, cresi... mès n'ei pas la referéncia a portada de man (e soi piri que lo Krutwig ?)... cresi qu'ei dens un passatge deu son libe "La Nueva Vasconia".
Auteur : Tederic
30/01/09
Vertat aqueth òmi qu'èra un chic estranh e a bèths còps contradictòri e provocator.
Auteur : H.Lartiga
02/02/09
Adiu,

Qu'èi lejut VASCONIA, LA NUEVA VASCONIA e LA VASCONIE ET L'EUROPE NOUVELLE mès n'èi pas trobat aqueth passatge, o ne me'u brembi pas mei.
Krütwig que "peguejèva" un chic a bèths còps e los sons pleiteis que pòdenn tabé ahurbir lo dond lei aquò.
Totun, qu'avè ua vision cöerenta, utopica bilhèu, de Vasconia, quitament la soa pensada s'es a bèths còps de mau seguir.
Provocator e iconoclasta que sonn los adjectius dond m'arríbann en cap.
Tederic, s'ac vòles, que't poix prestar los líbers qui mentavi.
Auteur : H.Lartiga
02/02/09
Cau diser tanben lo coratge de Krutwig qui s'opausèt au franquisme, e causigot l'exili meilèu que la somission, quan, en viéner d'ua familha richa, auré avut ua vita confortabla en carar las soas conviccions.
Auteur : Tederic
02/02/09
Adixatz,

Se vatz sus YOU TUBE e que trúcatz Federico Krutwig, que poderatz véder ua arrecuperacion neo-nazi deu concèpte de Vasconia e deus tribalhs de Krutwig.
Qu'es har de dòu.
Com har entad empaixar aquò se haci ?
Qui sonn aqueth monde ? Arré no permet pas de'us identificar.
La tiraranha qu'es vertaderament lo lòc de tots los dangèrs.
Auteur : H.Lartiga
13/02/09
Que son ANVistas. Que m'an deishat un comentari sus ua de las meas videos Youtube : n'èi pas volut suprimí'u pr'amor qui n'aimi pas la censura, totun que'm gena un drin.
Auteur : Vincent.P
14/02/09

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
lien !
(dans l'esprit Gasconha.com)
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Thème :

Commune (si votre lien concerne spécifiquement une commune) :

Pays (par exemple Médoc, ou Chalosse) :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Titre :

Adresse du ligam (lien) :
Prepausatz ligams / Proposez des liens !
(Les images illustrant les liens doivent être envoyes sparment, par e-mail.)

Attention :
Les liens proposés doivent s'accorder avec "l'esprit" de Gasconha.com, et son domaine gographique : la grande Gascogne, entre la mar, la Garonne et les Pyrnes, et mme, au Sud des Pyrnes, le reste du domaine vascon...