VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
743 mots
134 prenoms
1122 noms
4966 lòcs
410 banèras
618 ligams
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams

mot = La
L'IBG et la signalisation bilingue
Au fait c'est quel Tederic qui trouve que l'IBG ici en Béarn fait de bonnes propositions sur la signalisation bilingue, j'avais loupé cet épisode.
Auteur : Miqueu
15/08/11

Réponse de Gasconha.com :
Miquèu, saja d'utilizar lo ligam "Votre avis ?". Que cau de còps tornar montar au prumèr gran de sau d'un hiu, end'ac trobar.
Ac avosses hèit, qu'aurem sabut a quin prepaus e volèvas pataquejar un Tederic...
Afficher L'IBG et la signalisation bilingue en particulier, et peut-être donner votre avis...
Prose de Hestiv'Òc
On rigole un coup avec nos amis occitanistes qui avec Hestiv'Òc essaient de se placer dans les pas des grandes fêtes du Sud-Ouest, notamment quant à l'attirail vestimentaire.
Alors juste un conseil, il n'est pas certain que le festayre soit sensible à cette prose :

"Un nouveau répertoire, à l'image du littoral occitan, de Marseille ou de La Ciotat, traditionnel et moderne, local et universel, nostalgique et boulégant.
Altérité et confrontation restent le passage obligé pour embrasser le réel, pour que face à la globalisation commerciale de la planète, émerge en réponse le libre et fraternel dialogue des peuples."

(à propos de Moussu T e Lei Jovents)

www.hestivoc.com
Auteur : Vincent.P
14/08/11
Afficher Prose de Hestiv'Òc en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il y a la prose avec un budget prévu de 350.000 EUROS pour que la hestejada occitana soit tot a gratis !
Mais il faut se rendre compte sur place et aller voir la façade de la mairie oriflammée du symbole devenu officiel de l'Occitanie en Béarn : les vaches de Béarn crucifiées sur la croix toulousaine ! On dirait la kommandantur de Paris sous l'Occupation !
Mais il reste la fête...

Amistats paulines.
Auteur : jmcasa
14/08/11
L'impression que j'ai de loin, c'est que la mayonnaise prend.
Et créer de toutes pièces un évènement de cette taille, bravo !
S'inspirer des "férias", c'est bien aussi, surtout si on essaye de faire mieux qu'elles !

La cantèra géante avec les trois classiques "Aqueras montanhas", "Bèth cèu de Pau" et "l'Immortela", ça me parait bien, très identitaire, et compatible avec une vision plus gasco-béarno-centrée.
Je pense que je serais ému d'y participer... Mès ne poish pas, car que soi tròp... lonh  !-)

Qu'aimeri recéber reclams de participants a la cantèra e a tot Hestiv'Oc, ende'm héser ua idea...

Le discours officiel occitaniste jacobin (qui place par exemple le Béarn et la Bigorre hors Gascogne) m'est insupportable.
L'exaltation du "Sud" me déplait également. Clichés éculés, franchouillards ! Là, c'est un côté agaçant des "férias" que HestivOc devrait éviter.
J'avais aussi été écoeuré par la bande publicitaire de l'an passé, à cause de l'accent totalement parisiano-médiatico-jeune de la "speakerine". Pour l'assoc "Accents du Sud", c'était le comble...
J'encaisse mal également le foulard jaune, que je ressens - mais on me répondra que c'est normal de chercher à se singulariser et que c'est la couleur du Béarn - comme une volonté de se dissocier des "hestes" à foulard rouge.
Je fais d'ailleurs le même reproche au "Moun" qui a choisi le bleu...

Mais comme le dit Jmcasa : "il reste la fête", et on peut y appliquer l'esprit "porteteni*" !
S'il était possible (en 2012) que je me joigne à un groupe de cantayres de rue pendant HestivOc, je ferais peut-être le voyage...

* porte te'n i se'n bòs = porte-t-en si tu en veux = auberge espagnole = apporte ta bonne humeur !
Auteur : Tederic M.
15/08/11
Adishatz a tots
Que volevi responer a JMCASA soci de l'IBG.
N'ei pas vertat e faus, que i a banèras biarnèsas dab eras vacas solas e banèras occitanas, que n'ei artèra de veder escriu mashants faus perpaus.
e eth "panuelo" qu'ei a'ras colors deu Biarn.
Mei d'aquo, au maugrat deu devis tostemps mashant de Vincent, qu'ei vadut ua grana hesta o eth pren gran plasèr a s'arcastar, manjar, e har era timpona en tota simplicitat e patz...

Adishatz, jo que serei dab eths Pagalhos ta cantar...
Miqueu
Auteur : Miqueu Arroseres
15/08/11
De plus comparer les drapeaux occitans aux drapeaux nazis sous l'occupation sont des propos inacceptables, et lamentables mais casamayou ne m'étonne pas...
Par contre Tederic au niveau de la modération des propos haineux je trouve ton laxisme décevant.
Atau dit...
a beth leu
NOTA : Casamayou n'a jamais rien fait ici en Béarn pour la défense du Gascon, je crois qu'il se fait appeler ETH baretounès sur d'autres blog mais il reste tjrs un sinistre individu, qui n'amène rien a part sa haine anti occitane nulle et ridicule.
Auteur : Miqueu
15/08/11

Réponse de Gasconha.com :
Je trouve aussi que la comparaison avec la Kommandantur est déplacée.
Fallait-il pour autant "modérer" ?
Peut-être alerter l'auteur avant validation.
Mais les auteurs des grans de sau doivent aussi assumer leur responsabilité.
Et traiter un "gasconhaute" de "sinistre individu" comme tu le fais, Miqueu, pourrait aussi être modéré.
Pour l'instant, je suis effectivement plutôt laxiste, aussi parce que chaque cas de modération ou de censure nécessite une réflexion préalable, des explications à donner à la personne "modérée" ou censurée, bref du travail.
[Tederic eth moderator]
Je n'ai rien dit de méchant, je me moque seulement de la prose empesée des organisateurs.
Je n'aurais pas pu pondre un texte pareil sans avoir peur d'être ridicule.
Auteur : Vincent.P
15/08/11
L'invocation à l' "universel" ne cacherait-elle pas l'idée que tout ce qui est local est insuffisant ? Elle sonne comme une excuse.
Est-ce la convention verbale obligée pour organiser une grande fête populaire  ?
Le "libre et fraternel dialogue des peuples", "passage obligé" vers "le réel" :
Dialogue obligé ? fraternité obligatoire ?
passage libre et obligé ? Traduit de quelle langue ?
Auteur : Lo Pec
16/08/11
Blablabla boboïsant et pseudo gauchiste totalement insupportable et dégoulinant de mièvrerie petit-bourgeoise cuculapralinesque !
Auteur : Joseph Staline
17/08/11
Ô Occitania ! Mea culpa !

Je reconnais que mes propos étaient un peu trop provocateurs, de l'humour déplacé !
Cependant, il faut aller voir sur place et constater que sur le balcon officiel de la mairie (bâtiment de la République française) il y a 5 drapeaux béarnais, 2 drapeaux toulousains, 1 drapeau français et 1 drapeau européen.
Mais que sur la façade il y a 12 étendards rouges sur lequel est fixé le drapeau du Béarn avec les vaches "crucifiées" sur la "croix occitane" !
C'est cette composition qui est choquante et scandaleuse.
Est-ce une nouvelle bergougne-vergonha qui pousse à ce nouveau symbole ?
Il ne fait pas bon d'être trop Béarnais à Pau, c'est bon pour les paysans pas pour les occitans !

Et de relire cette citation de B.Manciet(1989) dans son Enterrement à Sabres :
" Ce qu'il y a de pire maintenant - L'Occitanie vis d'Archimède à vide - ils t'auront, Gascogne abâtardie".
Quand au Béarnais R.Lapassade (1997), il parlait déjà de Drapèus arlats en dénonçant ceux qui l'avaient trompé et de vanter le seul qui ait réjoui son coeur : le carré béarnais...
Ce carràt peut facilement remplacer le mot "panuelo" pour les hestayres !

Bibe la heste !

Le sinistre individu.

jmcasa
Auteur : casamayou
17/08/11
Les statuts "facebook" de mes amis laissent entrevoir que Hestiv'Oc entame sa mue et que l'événement s'apparente désormais à un 4ème round après Mont-de-Marsan, Bayonne et Dax. Les Fêtes de Pau en somme.
Le caractère culturel du week-end leur est indifférent.

Au passage, c'est un exploit d'être parvenu à implanter une fête à Pau. Mais cela est révélateur des changements dans la sociologie paloise. Pau n'est plus une ville bourgeoise, elle est devenue plus "peuple" et mieux intégrée à son espace rural - pardon rurbain - environnant.
Ce sont les répercussions à long terme de Lacq.
J'avais épluché les résultats électoraux, même certains quartiers du centre votent à gauche désormais. C'est assez stupéfiant pour qui connait Pau.
Evidemment, pour les nostalgiques de la culture bourgeoise (la Pau anglaise, la Pau du XIXème siècle des grands parcs ou la Pau de l'Entre-deux-Guerres des maisons néo-basques), ce n'est pas idéal mais bon ...
Auteur : Vincent.P
24/08/11
Signalisation digraphique des noms de gare de Labouheyre et Ychoux
De retour de Dax (la hèsta...) vers Bordeaux, j'ai vu que les nouveaux panneaux indicateurs de noms de gare sont "bilingues" à Ychoux et Labouheyre.
En fait, nous savons, PJM nous en a parlé, qu'ils sont digraphiques (ou bigraphiques ?) et non bilingues :
ils affichent le nom (de toute façon gascon) de ces deux localités en deux graphies différentes, la graphie officielle française et la graphie occitane selon la norme d'Alibert.

Cela donne "Labouheyre / La Bohèira" et "Ychoux / Ishós"  ; sauf que sur les deux panneaux que j'ai vu à Ychoux, l'un oubliait l'accent (Ishos), ce qui a le grave inconvénient de changer l'accent tonique de syllabe, pour les saberuts qui connaissent la graphie alibertine.
Hélas, ces saberuts sont si peu nombreux que la transcription alibertine de ces noms sera le plus souvent lue respectivement, "La Boèïrà" et "Ichos".
Dans le premier cas, déplacement de l'accent tonique, dans le deuxième remplacement de "ou" par "o".

Dans le train, le contrôleur annonçait, lui, (ou elle), "Labouère" (sans le ÿ) et "Ichouks"...

Tout cela vaut une analyse approfondie.
Il faut constater d'abord la nouveauté fracassante, voire saugrenue, de ce bigraphisme, là où on l'attendait le moins, dans l'univers très normalisé des gares (songeons à l'uniformisation architecturale des gares à l'âge d'or du chemin de fer !), et dans une France qui est toujours très jacobine et uniformisatrice.
Mais la Région a quelques compétences sur le transport ferré régional...
Au moment où les derniers locuteurs natifs de Labouheyre et Ychoux abordent le 3e ou le 4e âge, s'amorce une reconnaissance officielle de leur langue (même si c'est sous le qualificatif imprécis d'"occitan"), par l'affichage d'une graphie supposée, à juste raison, plus occitane.
Le hic, c'est que 99,9% des gens (dont les locuteurs natifs qui devraient faire le relais) vont le lire d'une manière atroce.
Paradoxe apparent, "Labouheyre" et "Ychoux" ont pu être lus correctement, en préservant totalement la prononciation gasconne, par la population régionale, jusqu'au grand brassage des dernières décennies, qui a fait perdre la mémoire.

Ma position :
- La signalisation bigraphique a l'avantage de suggérer l'existence d'une langue autochtone, fait réel, même si cette langue est en voie de disparition.
- Une langue vit si elle est parlée, et avec sa prononciation propre.
- La graphie choisie pour ces panneaux bigraphiques ne résout pas, hélas, le problème de la perte de la prononciation authentique, et crée même un fort risque de prononciations aberrantes.
Elle est aussi tellement éloignée des habitudes de lecture françaises qu'elle favorise à l'extrême les erreurs lors de la fabrication des panneaux, comme le SORITDA relevé à Bayonne.
- "Labouheyre / La Boueÿre" et "Ychoux / Ichous" auraient pu redresser la dérive actuelle de la prononciation, et peut-être préparer le terrain pour une correction de la norme officielle française.

Remarques de détail :
Même dans le cadre de la graphie alibertine, on pouvait faire d'autres choix.
Le "h" de "Labouheyre" ne semble pas aspiré ni étymologique, d'après les recherches menées par BBF (Bénédicte Boyrie-Fénié).
Le verbe "bohar/bouhà" n'explique probablement pas le nom, mais a pu influencer les graphies.
Pour "Ychoux", dont la graphie officielle est aberrante (le "y" comme le "x"), on pourrait aussi proposer "Shos", "Shors", "Ishors"... Avec une prononciation induite catastrophique...
Voir le loc Ychoux [commune].

Voir aussi notre rubrique Valorisation du gascon dans l’espace public
Auteur : Tederic M.
13/08/11
Afficher Signalisation digraphique des noms de gare de Labouheyre et Ychoux en particulier, et peut-être donner votre avis...
Correction :
Pour "Labouheyre", j'aurais dû proposer "Le Boueÿre" puisque nous sommes en pays negue.
A la place de "Boueÿre", on peut aussi imaginer "Boueïre", mais le "y" a l'avantage d'être déjà dans les graphies officielles, même si c'est sans tréma.
Le tréma sert à indiquer à des lecteurs français que le "y" ou le "i" "se prononcent".
Sur le premier "e" de "Boueÿre", il faudrait aussi un accent grave, mais ce n'est peut-être pas crucial, et ça complique encore la graphie. Il est important aussi de rester simple.
Auteur : Tederic M.
14/08/11
Labouheyre ne se prononce pas Labouèyre en gascon mais Lebouhèyre, avec un H très nettement expiré.
Des générations de Bouheyrins/Bouheyrots auraient-elles tort de s'acharner à dire de la sorte ?
La Boèira, ça ne me parle pas.
Auteur : Lou Bouheyrot.
24/08/11
J'aterris dans votre dialogue avec mon esprit de l'escalier habituel !
Pour une fois, je ne suis pas trop d'accord avec Tederic :
vouloir supprimer le "h" de la transcription gasconne de Labouheyre pour des raisons étymologiques vraisemblables ("herbe fabeyre"...) revient à ne pas tenir compte de la prononciation traditionnelle, légitimée en effet par des générations nombreuses (je rappelle la scie grand landaise citée par Arnaudin à la fin de certains contes : "jo que boteri lo pèd sus ua tapoeira m'en torneri a La Boheira (lebouheyre)" en effet avec h marqué si je me souviens bien de la prononciation bouheyrote entendue dans mon adolescence.
Quant à Ishos, a part une très possible graphie "Ixos" (désolé, je ne marque pas les accents du "o" sur mon pc), je ne vois pas d'autre solution.
Ou c'est une totale remise en cause de la graphie classique avec retour "laffitien" à la graphie quasi-phonétique. Je ne crois pas à cette solution.
Amistats a tots.
Auteur : inconnu
15/09/11
Gerard (puisque je sais que c'est toi l'inconnu !), quand j'ai exprimé l'idée d'une suppression possible du "h" de "Labouheyre", je ne savais pas si les locuteurs gascons le prononçaient.
Oui, ça change tout, même si on peut imaginer que leur prononciation était fautive, due à l'attraction du verbe "bohar" (souffler).
Il me semble qu'il y a aussi, d'ailleurs, l'hypothèse "boèira" dérivé de "boèir" (laboureur).

Une remarque en passant : j'ai remarqué plusieurs fois, à la lecture d'auteurs gascons du 19e siècle par exemple, qui écrivaient dans une graphie plus ou moins patoisante (Théodore Blanc le bordelais...) qu'ils avaient souvent la pratique très irritante pour moi de rajouter un "h" là où il n'y en a pas (ex : le pronom personnel "eth" écrit "het") et à ne pas le mettre quand il doit y être (ex : "et" pour "heit").
Cela quand même plutôt dans les coins où le "h" gascon avait perdu son aspiration. Mais pourquoi le rajouter précisément quand il n'en faut pas ?
Cela manifeste l'absence totale de connaissance du fait gascon de leur part ; c'était avant Rohlfs et compagnie...

Quant à une graphie gasconne à utiliser pour "Ychoux", comme je l'ai dit ailleurs, j'aime bien personnellement "Ishós", mais ce n'est pas mon goût personnel qui compte, mais l'effet produit dans la population générale.
Or celle-ci est totalement incapable de le lire correctement.
Et justement, il faudrait guider sa lecture, parce que la graphie officielle "Ychoux" ne le fait pas !
Le débat est ouvert. "Ishós" peut manifester l'existence d'une langue un peu mystérieuse, et donc éveiller peut-être un réflexe identitaire.
Mais essayer de transmettre la prononciation menacée, c'est bien aussi sur le plan identitaire, et ça fait le lien avec la dernière génération de locuteurs.
Pour moi, la graphie alibertine peut-être gravement contre-productive dans les usages grand public, même si je la trouve bien adaptée au gascon.
Il faut absolument éviter d'en faire une obligation absolue pour ce qui est de la signalisation publique.
Auteur : Tederic M.
15/09/11
Oui Tederic, c'était bien moi.
La solution serait de suggérer aux autorités régionales à l'origine de cette heureuse initiative (n'ayons pas l'air de la regretter au risque de la décourager  !) d'ajouter entre parenthèses et en plus petits caractères une transcription quasi phonétique du type de celles que tu évoquais.
Cela répondrait aux deux impératifs de retranscription conforme à la dignité de la langue et de compréhension de celle-ci par tous.
Idem pour Baiona/Bayoune,etc...
Auteur : Gerard S-G
18/09/11
C'est aussi ce que je propose. C'est ce qui se pratique dans certains villages d'ailleurs.
Je pense cependant que les occitanistes ne sont pas capables d'accepter un tel compromis, car ils restent bloqués dans des analyses sociologiques fondées sur la supposée dignité graphique dans l'espace public, alors que ce qui compte au fond, c'est plus la forme pour une fois que le fond. Bref, du moment que ça existe ...

gasconha.com--mot=langon&tipdoc=baneras
Auteur : Vincent.P
19/09/11
La proposition de Vincent.P pour LANGON/LENGON/Lengoun, avec en plus une petite banèra me parait excellente.
Pour résoudre un problème, il faut d'abord reconnaitre que le problème existe... or, les occitanistes dominants traitent par dessus la jambe le problème de la lecture de la graphie alibertine par le grand public.
Mais le bon sens finit toujours pas s'imposer, parait-il, donc il y a de l'espoir !
Auteur : Tederic M.
19/09/11
Gascon du Bourgeais #1
Quelques dictons et formulettes collectés par Daleau dans le pays de Bourg-sur-Gironde dans la deuxième moitié du XIXe siècle.
Certains semblent empiéter sur l'est du Blayais, où semble-t-il on trouvait encore du gascon à l'époque (Bourciez).
On notera la très grande gasconnité des formes pour une région aussi mixte, y compris le "h" gascon.
Un des traits phonétiques du gascon de ce secteur semble avoir été la réduction de la diphtongue /aw/ en /w/ = "au cap" = /ou cat/ (la prononciation cap /kat/ existe ailleurs en Gascogne).
Ce que semble confirmer la toponymie locale : Cantelouzet (Canta l'Auseth).

A la pleine lune et au renoubet
A dune hore mareye aou Bet
Au plein et au renoubet
A quatre hore mareye Souchet.
Lune lioubade
Mège ma anade.
Lune au mè journ
Mège ma de retourn.

Ten rouye
Bent ou plouye.

Aouratge en eourey
Mette cubes aou greney
Aouratge en abriou,
Remplirats cubes, barriques et barils.

Gelade blanque
Aït passa l'aygue sous la planque.

Gelade blanque
L'aygue aou quiou l'y cante

Aneuy l'iragne
Deman la hagne.

Mars halous
Belle hille cacha bous.

Què seyes haoutes ou basses
En abriou es pasques
Pasques noubéou
Mey de pets dagniets que de beou.

En abriou
Ne quitte pas un hiou
En may
Quitte que te play.

Vent de bise,
Perce la camise.

Quan los mestes soun bialaouneyres,
Lous beylets soun dansadous.
Auteur : Dàvid
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #1 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #2
Seguida  :


Pre Sainte-Crou
Fot drumi tous.

Ou cat y at un bet gouyat,
La premeyre rendude l'aourat.

Quan la femme ben d'aou riou,
Mingeret soun homme tou biou.

Lou fey quan boli
Et you quan podi

Noste Dame de Montuzet
Azé mé marida si bou plet.

Lou pey
La mey
Lou derney
S'en bey

Une sardine,
Un boucin de pan
Lèbe la man.

Binagre
Tout agre,
Brejus,
Tou jus.

Cargade de prunes
De bigues
De bagues
De cornes
De crabes,
De pets d'agniets,
Croque martèt.

Sabe sabe,
Pet de crabe  :
Si tu ne bo pas saba,
Te jetterey dans la gran ma  !
Sabarrit, sabarrot,
Te couperey
La barre d’ou cot.

Sabi un counte,
Que l'aygue mounte ;
N'en sabi un aoute,
Que l'aygue saoute.

Sabi un counte,
Darnaou moun ouncle,
Que cagut dan sés bastes,
Pre que tu z'ou amasse
Auteur : Dàvid
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #2 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #3
Un homme et une femme,
Que mingien la soupe ensemble,
La femme hèra si bète,
Quelle aballut la hourquette,
L'homme hère si sot,
Qu'il m'injut la culey et lou pot.

Mouille, mouille,
Ma cagouille.
Fliou, flaou,
Sur les caillaou,
Mé pas pre nous aou.

Qui ayme Bretran
Ayme soun can.

S'il n'est pas bet au mirouart
Il est bet au tirouart

Tort et bossut
N'a jamey ré ballut.

Quan une ouille bey aou maou
Les aou y ban.

Un boun goret sort d'un part,
Per intra den l'aoute.

Courdouney
Fey toun mestey.

A gran pouin de Nadaou,
Quatre n'en ballent naou.

Quan daou diable ben l'agniet,
Aou diable s'en retourne la pet.

Il aït coume lou pot de cornecut,
Y bouille sén hut,
Il aït coume lou boï vert,
Y pète quand y se caoue.

Oun aït ce quoun pot,
Lou reste pr'un aoute cot.
Quan oun aït pas ce que loun bot
Oun aït ce que loun pot.
Qui te fey,
Fey li.

Y n'y a quet et lé aouzet pre caga en l'airt.
Auteur : inconnu
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #3 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #4
Tout flourit mé ré ne grane.

Cambes nègres

Qui se geyne ben bossut.

Qu'es habile à la gaoute,
Es habile à la paoute.

Deyche pitcha lou bestia.

Cos a sen luca lé quatre dits et lou pouce.

Petit maou,
Grande ligasse,
Si gnia prou
Que lou boun Diu n'en asse.
Maou de nigasse,
Signia pa assé
Que lou boun Diu n'en asse.

Malaou, a barre léoua.

Baou miliou lou que piaoule,
Que louque chiaoule.
Baou miliou suda,
Que trembla.

Qui bey à la noce sen coumbit
Riscle fort desta maou serbit.

Qui n'a qu'un üil se lou bouche soubèn.

L'aouzet que piaoule,
Dure mey que lou qué chiaoule.
Chaque aouzet
Troube soun nit bet.

Un pichat sen un pet
Cos un biaouloun sen archet.

La padèle qui se moque du padelon.

Pèbre nègre aït de boune soupe.

Tapissa
Fey dura.
Auteur : inconnu
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #4 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #5
Mingeurs de souri-caoudes
Et de coustelettes de rets.

As l'aygue à la pet.

Sent Miquéou me lèque l'âme.

Ana a sent Pierre
Pre densa sur la terre.

Soupe de geyces,
Lo qui n'en bot pas la laysse;

Adreit coume un singe
Adreit de sé man coume un can de sa coue
Agre coume binagre
S'amusa coume un croustet darey un croffe
Amit coume gouret
Abare coume un can
Abare coume un rat
Oyé la teste dure coume une cuge ré n'y rentre
Oyé dé man coume dé clapedeuil
Bailla coume un ustre
Bayre coume un traou
Bet coume un astre / Bet coume un désastre
Berd coume un laourey
Beste couma un ase/ayne
Biel coume Matiusalat
Biou coume un salpêtre/coume la poudre
Beoure coume un traou
Boun coume lo boun pan
Brabe coume une espade
Des brets  : coy coume les claou de Mountuzet que rintren sen martet
Canta coume une calende
Caou coume une caille
Caou coume un lapin
Cla coume lo journ
Counten coume une poule que troube un coutet
Couquin coume camalet
Counta coume une calende
Coure coume un desratat
Crida coume un sourt
Crida coume un predut
Drumir coume un souc
Dreyt coume un I
Dreyt coume un pible
Dreyt coume moun bra quan me mouqui
Escarquilla lé yuls coume un gat que cague dés aigrettes
Auteur : inconnu
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #5 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #6
Embarrassat coume la padèle lou journ daou carnabal
Maou emboucat/engulat coume un labagnat

Faou coume un jetoun
Fort coume un taoure/un béou
Frey coume lou mus d'un can
Frisat coume une candèle d'arouzine
Gloriu coume un pedouil
Goulut coume un can
Hurus coume lou peich den laygue

Jaoune coume un coudouing


Leste coume un parpilloun
Jura coume un carretey
Magre coume un pit
Magre coume un cent de claou
Magre coume un cocut
Magre coume un praoube can
Malaou coume un praoube can
Maleruc coume lés peyres

Mignoun coume un co
Mignoun coume un ardit
Mince coume un fiu de lin
Mingea coume un goullut
Mot coume une gueille
Naia coume un peich
Il aït nègre coume den un hourn
Nègre coume la chemineye / dou pèbre / un taoupat / lou quiou de la padèle

Nut coume boudic / un verme
Paouruc coume une belette
Praoube coume un rat de gleyse
Planey coume la teste d'eune treuye
Ploura coume une madeleyne
Pourrit coume humey
Pudir coume un bouc

Rare coume lou bets journ
Rouye coume lou huc / un biquey

Sadout coume une treuye
Testut coume un ase / un mulet
Timide coume un can que s'emporte un os
Trembla coume une heuille
Auteur : inconnu
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #6 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon du Bourgeais #7
Utile coume un péou sur la soupe
Ques a co qu'un candeley (can de layt)  ? Cos un petit can que tête.

Pour ceux qui demandaient des aperçus de l'ancien gascon de l'actuelle Grande Gavacherie  : voilà... Je ne peux mieux faire.
Cet échantillon est assez abondant pour qu'on puisse facilement en restituer les grands traits.
Je l'ai fait personnellement,de sorte que je suis même capable de parler le gascon blayais ! Une variante de gascon disparue, qui dit mieux ?
Auteur : Dàvid
09/08/11
Afficher Gascon du Bourgeais #7 en particulier, et peut-être donner votre avis...
Bonjour David,

Les textes de la Parabole pour le Bourgeais sont plus gascons que ceux du Libournais, je l'avais remarqué quand je les ai étudiés.
Par contre, j'ai le souvenir de ceux du Blayais qui sont très clairement gabay.
Je vous conseille très vivement la lecture de la thèse de Pierre Bonnaud, même s'il est très décrié par les occitanistes car iconoclaste en ce qui concerne tous les mythes "Sudistes".
Les cartes qu'il présente et ce qu'il écrit à propos du domaine d'oc en général et gascon en particulier vaut le détour.
C'est brillant et tout esprit scientifique ne peut pas faire l'impasse sur cette oeuvre majeure. Il est en vente chez l'auteur, à Clermont-Ferrand.

Amitiés.
Auteur : P.Lartigue
10/08/11
Oui, la lecture de Pierre Bonnaud est indispensable, une vraie remise en question du dogme de l'opposition Nord/Sud forgé par Michelet et consorts, repris à leur compte par les mistraliens au 19ème siècle, élevés à l'Ecole impériale puis républicaine.

C'est l'alliance de connaissances historiques, géographiques, linguistiques, ... Une profonde intimité avec les différents terroirs qui constituent la France contemporaine.

Pour se faire une idée, voici le lexique identitaire de l'Auvergne qui reprend les thèses de Pierre Bonnaud :
auvergnelangueciv.pagesperso-orange.fr/lexique
Auteur : Vincent.P
14/08/11

Réponse de Gasconha.com :
Merci Vincent pour tes nouveaux grans de sau, de bona qualitat (e viénen de Salias de Bearn ?) coma tostemps !
En ce creux d'été, depuis quelques jours, Gasconha.com ne recevait que des "grans d'espam"...
Plutôt de Salinas de Pamplona (Getxe en basque) pour tout dire puisque je reviens d'un petit séjour en Espagne septentrionale (Cantabrie, Asturies, Castille, Navarre, ...).
Je ferai un compte-rendu de mes impressions, notamment pour ce qui est du dynamisme identitaire, mais aussi d'autres réflexions plus ethnologiques.
Auteur : Vincent.P
14/08/11
Bisabuelo Juan Latrubesse
Hola, me llamo Guillermo, soy de Argentina, y me interesaria saber donde nacio mi bisabuelo, ya que el fue el primero en estas tierras..
Se llamaba Juan Latrubesse y nacio en el Bearn, no se el año, si que estuvo en la guerra de Crimea asi que despues vino para aca, o sea despues del año 1856 y antes del 1865 ya que mi abuelo nacio por el año 1875 mas o menos..
Desde ya les agradezco a quien tenga algun dato, tambien el significado del apellido seria lindo saber,
gracias
Auteur : Guillermo Latrubesse
05/08/11
Afficher Bisabuelo Juan Latrubesse en particulier, et peut-être donner votre avis...
"Le patronyme béarnais Latrubesse est issu du nord-ouest du Béarn dans une aire délimitée par un triangle dont les trois pointes sont Orthez, Sauveterre et Navarrenx.".
[Le nom Latrubesse sur Gasconha.com]
Auteur : Tederic M.
07/08/11
earchives.cg64.fr para hacer busquedas en los archivos de Pyrénées-Atlantiques (Béarn).
Si ud. quiere podemos escambiar nuestras direcciones mail.
Auteur : Gabrièu Balloux
12/08/11
Avez-vous entendu parler de la "República Federala Occitana " ?
J'ai lu dernièrement dans la presse hebdomadaire qu'il existait la "República Federala Occitana " avec à sa tête Cristòu Daurore.
A l'origine créée pour que le comté de Nice reprenne sa liberté en proclamant la "República de Nissa".
Bon on peut y trouver une légitimité mais là où ça parait incroyable, c'est que cette république Fédérale d'Occitanie (RFO) possède 24 ministres comme un vrai gouvernement avec des fonctions pour chacun et que leurs ambitions sont tout autre.
On peut trouver ça drôle et ne pas les prendre au sérieux mais tout est fait comme s'ils devaient gouverner demain… et ils sont prêts !... pour créer un grand état qui aurait comme limite toute l'Occitanie partant de Nice jusqu'à la Gascogne avec au nord le limousin et au Sud le Val d'Aran.
Quand le journaliste lui demande si il veut l'indépendance par rapport à la France il répond qu'il veut le même principe que pour Monaco (d'où Fédéral je suppose).
Ils ont même créé une monnaie "l'euro occitan " en service dans une ville près de Montpellier je crois. Il ajoute que c'est un début.
La seule chose qui leur manque, c'est une constitution. Ils vont prêcher "la bonne parole" dans toutes les grandes villes d'Occitanie.
Le 17 juillet, ils étaient à Limoges devenue la "Capitale d'Occitanie" d'un jour dixit un article de la Montagne.
Ils prévoient le 31 mars 2012 à Toulouse une grande manifestation nationale ! pardi
Quand je lis les réactions sur Gasconha.com de nos spécialistes de la langue gasconne mais aussi d'intervenants défenseurs de l'Occitanisme, je me demande dans tout cela si on n'a pas oublié un épisode et si on ne se fait pas avoir, quelque chose de bien ! nous pauvres gascons !
Ci-joint leur site : www.occitania-oc.com
Auteur : Tédéric D
04/08/11

Réponse de Gasconha.com :
Pas de panique, Tédéric, ce "gouvernement" existe depuis quelques années, et n'est pas à prendre vraiment au sérieux, même si eux se prennent apparemment au sérieux.
Bon estiu !
[Tederic M.]
Afficher Avez-vous entendu parler de la "República Federala Occitana " ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Mon Dieu ! Et voici les ravages provoqués par le mauvais vin (pléonasme) languedocien !
Heureusement que le ridicule ne tue pas.
Auteur : inconnu
04/08/11
on va en rire dans quelques mois ! !
Auteur : GINOU
04/08/11
Je ne suis qu'à demi rassuré Tédéric … car même si cela peut paraitre farfelu et que l'on peut en rire, toujours est il qu'ils font parler d'eux (j'ai lu dans le mois 3 articles sur eux) et cette médiatisation peut faire des émules qui pourraient rejoindre les rangs de leur mouvement.
Pour nous, il faut en rire mais pour eux c'est du sérieux.
Il est même question pour les prochaines élections qu'ils présentent un parti occitan.
L'histoire nous a appris qu'il fallait se méfier des illuminés !
Tant que cela reste au niveau de l'ancien comté de Nice où de la région PACA cela ne me dérange pas, c'est leur choix de demander leur autonomie.
Mais là où je dis non, c'est qu'ils veulent étendre la pseudo RFO sur tout le sud de la France y compris le Gascogne bien sur !
Car au-delà de l'enjeu politique, ils veulent surtout une reconnaissance culturelle et surtout linguistique et là le message passera plus facilement sur tout le territoire occitan. Ils ont rassemblé 25000 personnes en 2009 à Carcassonne.
Personnellement je ne me sens pas du tout proche du sud est de la France.
Nous n'avons que très peu de choses en commun. Je ne peux pas parler au niveau linguistique (néophyte en la matière) mais le peu que j'ai lu de nos spécialistes du gascon j'ai compris qu'il y avait des différences.
Pour l'architecture, thème que je connais bien, il n'y a aucun lien commun avec le Languedoc ni le sud-est de la France !!
Nous sommes plus proche des Basques (exclus de l'Occitanie) avec lesquels nous avons beaucoup de points communs sur l'architecture, sur la vie sociale, les rites et les mœurs, et même avons les mêmes racines de la langue à en croire Halip.
Nous marchons sans vraiment se rendre compte main dans la main !
Si il devait exister un grand mouvement de reconnaissance culturelle, du côté de notre Gascogne à l'image de la RFO ce serait uniquement avec nos cousins Basques.
Je partage entièrement l'opinion de certains sur ce sujet.
Nous devons sortir de cette volonté de reconnaissance Occitane qui nous effacera dans une uniformisation et nous recentrer sur la Vasconie vaste territoire aussi, et surtout qui est le notre !
C'est mon opinion
www.lamontagne.fr--limoges_capitale_d_un_jour_d_occitanie
Auteur : Tédéric D
05/08/11
Pour ma part, bien que fervent adepte d'un renouveau "vascon" (et qui va plus loin que le Pays Basque français actuel : il s'agit de se projeter en Aragon, dans la Rioja, en Cantabrie, cet autre pays qui "bouhe" le h), je ne pense pas qu'il faille aller jusqu'à nier les liens intimes entre Gascogne, Guyenne, Catalogne et une grande part du Languedoc, en ce que tout de même, il me semble reconnaître une culture commune que l'on peut dire du "Sud-Ouest", culture dont la culture vasconne est une composante originale.

En tout cas, je suis assez persuadé que nous avons à gagner à un renouveau parallèle de la fierté identitaire en Quercy, Périgord, Rouergue, Albigeois, ...

Le problème de l'occitanisme, c'est qu'il est insensible à la palette des diversités du Sud-Ouest.
Auteur : Vincent.P
05/08/11
vidèo dau GPÒc
http://www.youtube.com/watch?v=1BX4NDhuWBg
Auteur : Cristòu Daurore
04/07/12

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :