VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
732 mots
134 prenoms
1113 noms
4933 lòcs
409 banèras
639 ligams
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams

mot = La
Poesia
Deu som de la tor Pèir Berland
Nòsta-Dama nos guèita
Apui tot en nos regardant
Ce pensa dens sa tèsta :
On es nòsta cultura ? Nòsta lenga e sons mòts ?
Lo parlar de Verdièr, de Labòrda a Campòt ?
On es nòsta cultura ? Vesetz pas que s'escapa
Davant los esturbelhs ? Vesetz pas que s'aclapa ?
Dishant dessús sas ròinas créisher la centeneja
De la mondialisacion que pertot punteja
Lavetz, pus de biscanhas !
Dishatz de vos polhar !
Tau coma hius d'iranha
Sàbim nos assemblar
Per parlar occitan sus los bòrns de Garona
Per que totjorn damòri la cultura gascona !
Auteur : Gaby
15/07/11
Afficher Poesia en particulier, et peut-être donner votre avis...
Beròia lenga bordalesa : es rale.
Auteur : Dàvid
18/05/11
Adiu Dàvid,

Vertat n'èm pas mèi agrilhats a léger un bròi gascon girondin atau. Qui ès Gaby, un o uva ?
Gabriel o Gabrielle ?
Jo qu'èi totjamèi a l'ireiòta d'amassar los gascofilas de tota traca entà se conéixim hòra aqueth monde maravilhós de le virtualitat.
A jo que'm harta a bèth còps pleitejar dab monde de qui no vei pas le cara.
Dab le bròi' sason, que seré plan s'encontrèssim en quauque lòc entà har un chap davant quauques bonas botelhas de vin gascon.
Que'm brombi hadom aquò a Bordèu quauques anadas a, que hadè hòrt de hred !
Auteur : H.Lartiga
22/05/11
Adiu Halip, m'apèri Gabrièu Balloux, damòri a Verdelais.
Una rencontra seré una bona irèia... Au còp que ven, lavetz, dens nòsta brava region bordelesa  !!
Auteur : Gaby
25/05/11
Tè, quan legissi "bordelesa", que'm demandi perqué am prés l'abituda de díser "bordalés"...
Vertat que "Bordèu" balha "bordelés", normalament.
Auteur : Tederic M.
25/05/11
Que partatji l'avis de Halip :que seré hort simpatic de'ns encontrar aqueste estiu, si es possible, en un lòc centrau de Gasconha (Barbotan, benlèu lo centre geografic de Gasconha ?); es vertat que'vs poderi arcoelher en un vilatjot deu pais de Gossa m'es qu'es hort excentric, aquò !
Auteur : Gerard Sent Gaudens
25/05/11

Réponse de Gasconha.com :
Lo centre geografic de Gasconha qu'ei meilèu énter Nogaròu e Aira (que l'am dejà cercat un chic).
Adixatz a tots,

Vertat Nogaròu e Aira que sonn centraus.
Totun, que cau tabé véder l'aspècte agradent deu de'cò.
Lo país de Gòssa, perqué pas ? Sàbetz, que poderí tabé organisar un chap a nòste, a Biscarròssa. Cadun que porteré un petit quauqu'arré e que minjerem ací suu plèr de le mia maison, o dehentz le pluja se caid.
Que poderem anar véder los estanhs, le mar e pleitejar tota le jornada. En gascon au grand sòlide !
Tà Gaby, que serèi a Lengon aquesta dimenjada e le qui vienn.
Se vòs, que pòdem anar búver un chaupet en quauque lòc. Que vau sajar de véder se't puix contactar pramor dar numèros de trefòne ací...
Taus autes, Gérard, Tederic, M.Momas, Vicènç, Dàvid e tots los qui'm desbrombi e dond sonn interessats, lo convit qu'es hèit. Alavetz, cap a le mar !
Auteur : H.Lartiga
27/05/11
D'acòrd, Halip, end'un repeish "pòrtateni" a toa, a Biscarròssa !
Los gasconhautes deus grans de sau qu'an enqüera un tropisme oest-gascon e benlèu bordelés. Lavetz la nosta centralitat efectiva n'es benlèu pas énter Nogaròu e Aira. Cau comptar tanben damb las facilitats de transpòrt.
Lavetz qu'avèvi pensat tanben a Bordèu, tot simplament, e mei precisament a un restaurant de Beglas, sus la rota de Tolosa, qui s'apèra lo "Piccolo" e qui, a maugrat deu son nom, prepausa tanben plats deu terradèr, a un prètz competitiu e dens un cadre agradiu. Mès que pòt estar entà un aute còp !
Auteur : Tederic M.
27/05/11
Bordeu/Beglas, Biscarrossa, lo pais de Gossa tots aqueths endrets que son possibles e simpatics.
Benlèu lo loc que pot este elegit pramor de la data qui convengui a la majoritat de nosautis.
Benleu Tederic e'ns podré enviar emails a tots entà veder quand e on e's podré har l'amassada  ?
Auteur : Gerard Sent Gaudens
28/05/11
Adiu Halip, hèi dòu que n'augi vist ton invit sonqu'anuit. Es vrai que n'èi pas internet a l'ostau...
Per se contactar, benlèu que facebook es practic, qu'i pòdem trobar adreiças mail. I sui : "Gaby Balloux". A lèu !
Auteur : Gaby
30/05/11
Adjectifs français formé sur Bourdieu
Ai-je bien fait ?
Je relis pour un jeune professeur,un de mes anciens collègues, les épreuves de sa thèse de philosophie politique et je lui ai conseillé de forger l'adjectif "bourdilien" plutôt que "bourdieusien" ou "bourdivin" pour parler de Bourdieu.
Cela me paraît plus proche du gascon du nom Bourdieu, non ?
Auteur : Dominique
11/07/11

Réponse de Gasconha.com :
Vous avez raison, Dominique !
Dans "Bourdieu", le "u" final correspond à une évolution phonétique du "l" final (nommée, je crois, "palatalisation").
Ce "l" final réapparait normalement dans les dérivés, comme en témoignent par exemple nos nombreux toponymes "Bourdilot" ("bordilòt", diminutif de "bordiu").

Les adjectifs français "bourdieusien" ou "bourdivin" témoignent, eux, d'une méconnaissance totale du gascon.
Cette méconnaissance (bien qu'elle me hérisse) est excusable dans le monde actuel, mais c'est à nous, qui savons, de redresser l'erreur quand nous en avons l'occasion.
C'est d'ailleurs une bonne occasion pour rappeler l'existence du gascon.
[Tederic M.]
Afficher Adjectifs français formé sur Bourdieu en particulier, et peut-être donner votre avis...
Cher Tederic,

Il ne s'agit pas de palatalisation mais de vocalisation. Dominique, vous avez raison pour bourdilien.
Auteur : P.Lartigue
11/07/11

Réponse de Gasconha.com :
Chis !
[Tederic M.]
Lames de bois sur la façade
Bonjour,
Je souhaite poser des lames de bois sur la façade de ma maison pour donner un style comme cela se fait au Pays Basque.
Pourriez-vous me dire pour ceux qui l'ont dèja fait le type de matériel utilisé ? Merci.
Auteur : Ramuntxo Amestoy
04/07/11
Afficher Lames de bois sur la façade en particulier, et peut-être donner votre avis...
Une chapelle très landaise à Longarisse (Lacanau-Médoc)
www.sudouest.fr/2010/11/20/longarisse-au-coeur-d-un-nouveau-roman
Auteur : Tederic M.
01/07/11
Afficher Une chapelle très landaise à Longarisse (Lacanau-Médoc) en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il en existe une semblable à Pirailhan (commune de Lège) à côté du marché, très landaise également.
Auteur : gerard s - g
10/07/11
Noms de maisons d'Arancou
Adishatz a tots los gasconha-nautas !

Quelques maisons d'Arancou me sont difficiles d'analyse, et j'attend toute hypothèse.

Laraillet : l'arrai + -et ?
Sausa : romanisation d'un ancien 'Haltzaga' (Haltzaga...Haltza...Faltsa...Sausa)
Cadaillon
Condéran
Lahiranne : composé de 'Lauhire' ? cacographie de 'Laharanne' ?
Lagoubette
Auteur : P. Dibon
01/07/11
Afficher Noms de maisons d'Arancou en particulier, et peut-être donner votre avis...
Laraillet : probablement du gascon arralhet, diminutif ou collectif formé sur arralha=grosse pierre

Cadaillon : également à Pomarez (40). De nombreux Cadillon. Généralement ramené à un toponyme latin sur Catilius. Cela en ferait beaucoup tout de même ... Et s'il s'agissait seulement de dérivés de Cato, voire d'une forme masculine de Catalina (cf Catelon, prénom médiéval bayonnais).

Condéran : prénom médiéval gascon Condor suffixé en -an.

Lahiranne : probable déformation de Laharanne (cf le lieu-dit sur le site).

Lagoubette : je ne vois pas, semble gascon, peut-être lié à gobèu=gobelet.

- Sausa : Haltzaga aurait donné Aussague/Auchague. Le a final n'est de toute façon pas possible après romanisation. J'ai d'abord pensé à une trace d'occupation de la communauté juive portugaise (Sousa) mais en fait, l'IGN donne Saussa. Il ne peut alors s'agir que du gascon sauç (saule) + suffixe botanique -ar.
Auteur : Vincent.P
29/04/11
Pour "Larraillet", je penserais plutôt à un endroit ensoleillé, ("array" étant un rayon de soleil. Arralha serait pour moi plutôt la glace, un bloc de glace, qu'une grosse pierre. D'ou tenez vous cette dernière traduction, Vincent ?
Pour Conderan, l'origine est sans doute la même que pour le village maintenant intégré à Bordeaux et la rivière qui portent ce nom à peine modifié en Caudéran, mais j'en ignore le sens.
Auteur : Gerard S-G.
30/04/11
Adixatz monde,

Que pensi a dus mòts dond se sémblann hòrt : arrajar [arra'ya] e arralhar (arra'lia].
Lo purmèr que pertòca los arrais deu só e lo dusau lo hred, l'aiga quand es torada, arralhada, l'arralha qu'es le "glace" suus lagòts.
A nòste, entà díder uva "glace", tà minjar, qu'es uva arralhòta.
Alavetz, l'arrajet o l'arralhet ? Antinomics. Lo lòc ond hèi hred o lo ond hèi caud.
Auteur : Halip Lartiga
11/05/11
Bonjour à tous.

Unen maison située au quartier LASTAILLADES (las talhadas) porte le nom de BERGERATAA.

J' hésite à l'orthograhier : Vergèratan ? Vergèrataà  ?
Auteur : P. Dibon
01/07/11

Réponse de Gasconha.com :
"Vergeratar", puisqu'il doit s'agir de "vergèr" suffixé par -at puis par -ar.
Par quoi pourrait-on traduire les mots "pistoulet" et "pranor" qui suivent le nom de CHABAY et désignent deux maisons distinctes situées dans la même parcelle ?
Auteur : P. Dibon
03/07/11
Nom de lieu "Piteque"
Bonjour, nous avons acheté une maison Landaise son nom est Piteque ! mais personne ne sait nous dire ce que cela signifie, merci de votre aide.
Auteur : Sonia
30/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Nous avons déjà cherché sur ce nom, sans résultat flamboyant : gasconha.com--mot=Piteque&tipdoc=locs
Afficher Nom de lieu "Piteque" en particulier, et peut-être donner votre avis...
Ravalement d'une basque labourdine
Bonjour,
Que me conseilleriez-vous pour refaire la façade de ma vieille maison basque labourdine de 1600 dans un bourg et dont on voit encore les quadrillages de parepaings : bonne peinture ou enduit à la chaux sachant qu'il prendra de l'épaisseur par rapport à mes arrêts marseillais.
Pourrais-je rabattre encore mes nombreux volets contre ma façade ?
Peut-on faire ce procédé seulement dans les angles pour voir les belles pierres ? Je suis sur une rue passante.
Quel procédé reste blanc le plus longtemps sachant que cette maison côté isolation est principalement habitée dès les beaux jours.
Avez-vous des peintures à me conseiller ?

Je vous remercie beaucoup.
N'étant pas une experte, dois-je contacter un maçon ou un peintre, pour le "ravalement" de mes façades.
Actuellement elles sont sans enduit depuis 30 ans et la peinture a très bien tenu.
Evidemment le prix n'est pas le même aussi.
Merci beaucoup. une femme qui attend de précieux conseils.
Dominique
Auteur : D.GRAVIER
25/06/11
Afficher Ravalement d'une basque labourdine en particulier, et peut-être donner votre avis...
Avez-vous songé à un enduit à la chaux ?
Auteur : P.Lartigue
27/06/11
Le Béarn avant le Pétrole
"Qu'il était beau, ma sœur, le doux pays de notre enfance ! La «Terre de Béarn », chantée par Charles de Bordeu !
Oui, « était», car ceci est mon pays avant le Pétrole.
Maintenant, plus rien n'est et ne sera comme avant.
A mes compatriotes, lous amics, chers compagnons du merveilleux autrefois, on a offert des millions ; ils se sont laissé tenter, car en Béarn, on n'a jamais été riche.
Après avoir donné leurs terres et touché cet argent, ils ont cru un moment posséder les royaumes du monde et toute leur gloire, puis ils ont été comme s'ils avaient perdu leur âme.
Dans la plaine féconde les Etrangers se sont mis à l'œuvre : bâti des usines, domestiqué le Gave, fait de l'utile et du productif, de l'industriel.
Les beaux champs de maïs ont été saccagés.
Ces champs, un petit canal d'irrigation les traversait. Enfants, nous nous baignions dans son eau limpide et peu profonde.
Dès que s'annonçait la venue d'un adulte, nous nous cachions en hâte, entre les hautes tiges, moins par pudeur ou honte de notre totale nudité, que refus de voir un «grand» pénétrer dans notre paradis de verdure, d'eau, de soleil.
A tout prendre, c'est peut-être ce sentiment-là qui poussait Adam et Eve à se cacher dans les fourrés de l'autre paradis, avant que ne retentit l'indiscret et terrible : «Adam, où es-tu ?».
Les bois, les coteaux demeurent inchangés, et aussi la mémoire !"

[L'abbé Bilhère
Revue de l'Agenais n°4 (1964) p.325]
Auteur : Tederic M.
23/06/11
Afficher Le Béarn avant le Pétrole en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il est assez clair que "Lacq" a saccagé ce qui était la plus belle partie du Béarn, à savoir la riche vallée du Gave en aval de Pau et ses gros villages roux, le Béarn de Bordeu en effet, mais aussi celui de Jammes.
Les dégâts esthétiques sur des villes et villages comme Orthez, Lagor ou Arthez sont évidents.

Cela dit, on peut aussi apprécier la majesté du monde industriel et en empruntant les routes du bassin de Lacq sur fond de Pyrénées, il y a quelques chose d'assez grandiose qui se dégage, d'un peu soviétique.
La ville nouvelle de Mourenx est à mon sens une réussite, les tours sont élégantes, le tout est arboré, et finalement mieux conçu que la plupart des lotissements contemporains.
Et puis depuis les hauteurs d'Arthez, ça a de la gueule ce mirage blanc.

Surtout, on sent la France des Trente Glorieuses qui planifie avec rigueur, à défaut de le faire dans le respect des populations locales.
Il n'y a rien de plus enivrant que les torchères de Lacq la nuit depuis le train entre Dax et Pau.

En tout cas, je chanterais avec plus d'envie le Béarn industriel des années 60 que le Béarn contemporain qui pour le coup rehausse mécaniquement la qualité du goût d'il y a maintenant 50 ans.

NB : Par contre, le Béarn industriel a été clairement le début de la fin de l'ancien Béarn.
Avec Lacq, les idées nouvelles ont été introduites dans le vieux monde paysan béarnais, et des décennies après, on voit combien une ville comme Pau a changé.
Rien d'étonnant par ailleurs que l'occitanisme soit né dans le bassin de Lacq.
Auteur : Vincent.P
24/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Dans le même article "Charles de Bordeu et le Béarn" (qui évoque aussi Jammes), l'abbé Bilhère évoque "l'œuvre principale de Charles de Bordeu: « Terre de Béarn » :
"Mais dès que «Terre de Béarn» parut en librairie, les Béarnais s'en régalèrent!
C'était « leur» livre! Au collège, nous nous le passions de main en main, sous les pupitres, et bientôt nous le sûmes par cœur.
Le Béarn qu'il décrivait, c'était le nôtre, le mien! Nos yeux, les miens, s'étaient ouverts sur lui.
Ni roman ni épopée: simplement, à travers quelques types humains, toute une région et ses habitants dans leurs villages: joies et peines, vertus, défauts, humbles prestiges, courts mirages."
Dans le même genre de livres qui ont marqué leur génération (à savoir la complainte des Béarnais du gave face à l'industrialisation), il y a le livre de Félicien Prué "Béarn d'hier et d'aujourd'hui".
Pour un équivalent bigourdan : "Mérilheu de mon enfance" par Pierre Manse, ancien inspecteur d'Académie.
www.priceminister.com--manse-pierre-merilheu-de-mon-enfance

Tous ces livres étaient conseillés pour lecture aux jeunes instituteurs à l'Ecole Normale de Pau dans les années 70 : ça a bien changé !
Mais ce qui est certain, c'est que l'Education Nationale n'a pas été le vecteur de francisation si décrié, les instits étaient souvent du cru en tout cas en primaire, et assez versés dans la thématique régionale, ce depuis le XIXème siècle.
Par contre, au collège, c'était déjà différent, la mobilité plus grande des professeurs sur le territoire national étant aussi en cause.

D'ailleurs, incidemment, la seconde conséquence de Lacq a été l'afflux de fonctionnaires en Béarn qui, à la suite des ingénieurs ou des rapatriés d'Algérie, ont profondément altéré la sociologie politique de la contrée.
Auteur : Vincent.P
24/06/11
Bonjour,

Les mouvements migratoires, à l'intérieur du territoire français, bouleversent très profondément l'identité d'une région, la sociologie politique bien évidemment.
Quand cette immigration est trop massive, c'est le groupe humain autochtone qui disparaît culturellement.
Le littoral gascon est un exemple emblématique et je l'ai tous les jours sous les yeux.
A Biscarrosse, par exemple, une population exogène très nombreuse s'est installée avec le Centre d'Essais des Landes, dès 1962, et la commune est passée de 3000 à 13000 habitants aujourd'hui.
Les autochtones sont totalement submergés et ne représentent vraisemblablement pas plus de 30 à 35% de la population actuelle (petits sondages effectués dans mes salles de classe chaque année).
Le maire actuel est encore issu de cette population autochtone mais la majeure partie du conseil municipal ne l'est pas.
Il est possible que les futurs élus ne seront plus du tout issus d'une souche biscarrossaise, ni même landaise, ni même gasconne.
On peut s'en réjouir, on peut aussi le déplorer. Quelle que soit l'attitude qu'on a face à cela, c'est inéluctable et on ne peut que le constater.
Ce que j'observe ici est une véritable substitution de population qui a commencé depuis 50 ans et s'achèvera, à mon sens, dans les quelques décennies à venir.

Les fameux autochtones n'ont jamais manifesté une grande passion à l'égard de leur langue, de leur culture vernaculaires.
Au contraire, aidés en cela par les commentaires désobligeants des nouveaux venus, par la honte inculquée depuis bien longtemps par la France, ils ont renoncé.

Les néo-arrivants, originaires de plus en plus souvent d'autres régions, viennent avec leur culture française de plus en plus formatée.
Ils n'ont aucune sensibilité particulière à la région et cela explique peut-être les changements profonds qui sont en cours, les paysages urbains notamment.
Il viennent avec leur mentalité propre et, comme ils sont majoritaires, c'est la mentalité du pays qui change, l'esprit, l'âme.

Je suis toujours amusé, et irrité, par les anglo-saxons qui disent que la France est un beau pays et que c'est bien dommage que ce soient les Français qui la peuplent.
Ils oublient simplement de dire qu'un pays n'est pas une apparition ex-nihilo et que ce qu'ils apprécient en France, ce sont les Français qui l'ont patiemment bâti.
Je suis tenté de dire la même chose pour la Gascogne, qui disparaît sous nos yeux parce que ceux qui arrivent, et qui souvent sont venus pour la qualité de vie "made in Sud-Ouest", en sont aussi les fossoyeurs, du fait de leur nombre et de leur, déjà, suprématie dans beaucoup d'endroits.

Amicalement.
Auteur : P.Lartigue
24/06/11
Je souscris à cette analyse mais je crois que l'avenir d'un mouvement qui tiendrait de tels propos, même feutrés, n'est guère glorieux : ostracisme médiatique (accusations de racisme, fascisme, ...) et surtout échec électoral (si les populations susceptibles d'être séduites par un tel discours existent, par exemple parmi les derniers agriculteurs, elles sont également en minorité dans les urnes !).
Il n'y a guère qu'au Pays Basque qu'il est possible de tenir un tel discours parce qu'il est aussi partagé par l'immense majorité des Basques.
Moi je suis stupéfait par la sensibilisation des Basques au problème de la spéculation immobilière et des mutations démographiques.
Le prix de la terre, la question de l'urbanisme, ... sont les problématiques qui concernent les Basques.

Enfin bref, que l'on me pardonne cet excès de pessimisme, mais je crois bien qu'en Gascogne, c'est foutu.
En Béarn plus particulièrement, je pense que la substitution est très avancée si j'en crois les maigres relevés patronymiques que j'effectue via l'annuaire ou les listes d'élèves.
Les patronymes gascons d'une classe de primaire dans la grande banlieue paloise (Morlaàs, Monein, ...) doivent représenter 10% du contingent.

Il n'y a pas seulement substitution : il y a également exil des populations autochtones ailleurs en France et malthusianisme gascon.
Ces analyses sont également faites en Bretagne si j'en crois mes lectures.
Mais les esprits niais arrivent à se consoler en s'imaginant occitaniser/bretonniser des millions de personnes sans réseau scolaire, sans standard littéraire, sans argent.
"Hihi".
Auteur : Vincent.P
24/06/11
Bonjour Vincent et les autres (ça fait titre de film),

Je sais bien ce que mon analyse peut provoquer comme réactions imbéciles.
Eh bien que les imbéciles réagissent, mais pas sous couvert d'anonymat.
Que nous soyons submergés est un constat et le faire ne me semble pas être du racisme, de l'ostracisme ou du fascisme (le grand mot des gauchistes à court d'arguments, comme Bobo est celui des réacs sans imagination).
Si la Gascogne et les Gascons doivent disparaître, qu'ils disparaissent donc ! C'est le sens de l'Histoire et c'est la sélection naturelle appliquée à la sociologie des groupes humains.
Si c'est pour un autre chose qui sera mieux, alors c'est bien.
Si ça ne nous apporte rien de plus que cette uniformisation mondialiste à la noix, alors j'ai très peur.
Cette dérive de l'humanité vers l'unicolore me terrifie et je ne comprends pas les discours des ravis-de-la-crèche qui pensent que cette "world culture" en gestation est quelque chose de "fôrmidaaable !!"
J'espère que je serais mort quand tout cela sera achevé et je suis inquiet pour ma fille, qui va vivre dans ce monde aseptisé et, pour tout dire, cauchemardesque.
Auteur : P.Lartigue
24/06/11
Bonjour
Je suis stupéfaite par la multiplication des associations écologistes principalement sur le bassin impliquant une population parachutée dans les communes, je me demande le pouvoir de ces nouveaux administrés, sont-ils vraiment audibles dans leurs démarches auprès des quelques autochtones encore existant.
Auteur : GINOU
26/06/11
Bonjour Ginou,

Nous sommes voisins. Je suis de Biscarrosse et j'enseigne au collège d'Audenge.
L'explosion de la population dans les communes du Bassin est en soi un problème écologique et humain.
Eau potable, eaux usées, circulation automobile, mitage des zones forestières, motonautisme sur le Bassin et les étangs, engorgement estival, menaces sur l'ostréiculture, inflation des prix de l'immobilier et du foncier, renchérissement des taxes locales etc...
Nous vivons la même chose sur le littoral landais et à Biscarrosse en particulier.
Mais que pouvons-nous y faire ? Même les Basques sont en train de succomber. Et Dieu sait s'ils se défendent mieux que nous.
L'héliotropisme et le balnéotropisme sont un véritable rouleau compresseur de plus en plus hors de contrôle.
Je crois que les élus locaux sont dépassés par les événements et ne peuvent pas faire grand chose non plus.
Va-t-on devoir mettre un frein à l'envahissement des littoraux ? Je ne vois pas comment sans une décision, peu probable, des pouvoirs locaux, régionaux ou nationaux.
Et puis, de quel droit allons-nous empêcher les gens de venir s'installer chez nous ?
C'est un des aspects du phénomène plus large qu'est la mondialisation.
L'époque à laquelle on naissait, vivait et mourrait au même endroit est bel et bien révolue.
C'est le sens de l'Histoire et nous, Gascons, le paierons de notre disparition en tant que groupe humain.
Je suis triste mais je n'ai pas la solution à ce problème.
Quant aux associations écologistes vous avez raison, ce sont ceux-là même qui participent à la dégradation de notre environnement landais qui s'en émeuvent.
Nous, nous avons perdu la partie.
Il faut dire que nous étions propriétaires de tous ces terrains que nous avons vendus aux promoteurs, quand nous n'avons pas nous-même créé un lotissement à l'emplacement du jardin de Mamette.
Alors on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière.
Auteur : P.Lartigue
29/06/11
Il me semble qu'il ne faut pas rejeter par principe et sans plus y regarder ce que disent les associations écologiques (ou écologistes, j'hésite toujours devant ce dernier vocable qu'on a tendance à amalgamer avec une tendance politique déterminée, les "Verts" pour ne pas les nommer, alors qu'il s'agit de quelque chose de bien plus large et... profond).

Ils peuvent repérer, même ou parce qu'ils viennent de l'extérieur (un extérieur peut-être tout relatif : je rappelle l'hostilité à peine déguisée de P.Moreau, l'auteur du dictionnaire connu du gascon maritime, envers les migrants venus de la grande Lande, dont les enfants sont maintenant bien fondus dans le pays de Buch...) des dysfonctionnements graves que les autochones ne voient pas ou ne voient plus.
Ce qui peut leur manquer en pays de Buch mais plus généralement en zones rurales, c'est la considération des besoins réels du monde agricole (ou ostréicole) qui doit conserver, me semble-t-il une sorte de priorité, relative elle aussi et pas au point d'arroser les mais en plein été 24 H sur 24 alors qu'aux heures de plein soleil au moins 50% de l'eau s'évapore...

Il me semble que les deux parties ont intérêt à s'apprendre mutuellement des choses : les autochtones me paraissent devoir (ou, c'est un devoir) leur apprendre la mémoire et la connaissance des réalités locales de tous ordre, y compris les mots pour nommer ces réalités et leur éviter des conclusions hâtives (qui mieux qu'un vieil habitant connaitra la récurrence des fortes marées, des années d'assèchement et de fortes pluies, la vitesse et la direction des vents, etc... ?).
Peut-être ainsi avec le temps arrivera-t-on à transformer la partie la plus réceptive et la plus pérenne de ces nouveaux habitants, en particulier ceux qui ont une forte conscience écologique, en gascons véritables et à affirmer chez nos compatriotes qui en manquent souvent, un sens de la responsabilité écologique ...
Auteur : gerard s-g
30/06/11
J'adhère largement à l'opinion de Gérard.
Je m'oppose à l'opposition simpliste entre autochtones qui connaissent le terrain (les vrais écolos, quoi...) et écolos urbains donneurs de leçons qui ne connaissent pas le terrain et contribuent par leur seule présence à sa dégradation.
D'abord, des autochtones qui connaissent vraiment le terrain, il n'y en a plus beaucoup.
Nous sommes passés dans l'ère du pétrole.
L'énergie pas chère a permis un boum de la mécanisation qui a rendu apparemment obsolètes beaucoup de savoirs anciens.
Les écolos, en pointant du doigt l'épuisement inéluctable des énergies fossiles, renouent avec nos "biarnés" ou "bougés" (habitants de Buch) d'avant le pétrole.
J'observe aussi que l'empreinte écologique d'un écolo qui vit en accord avec ses idées est bien moindre que celle de l'habitant lambda :
déplacements à pied, à vélo, en transports en commun, (et en pinasse à voile  !-), pas de clim, chauffage modéré, jardin potager sans pesticides ou consommation de produits locaux et de saison, toilettes sèches, beaucoup moins de déchets car moins de consommation, moins de gaspillage, moins d'emballages...
Si le Pays de Buch recevait des immigrants - et des estivants - écolos au lieu d'immigrants lambda, les maux signalés par Halip seraient bien moindres.
Auteur : Tederic M.
01/07/11
Tederic et Gérard,

Comprenez-moi bien, je ne stigmatise pas les "néos", fussent-ils écologistes.
Je ne défends pas non plus les autochtones, je pense même être assez critique envers eux en ce qui concerne la disparition de la civilisation gasconne, disparition dont ils sont, pour le moins, des acteurs essentiels.
Mon questionnement est ailleurs.
Jusqu'à quand les littoraux, zones sensibles par excellence, vont-t-ils pouvoir accueillir et supporter cette immigration massive ?
Y a-t-il une limite à cette extension des zones urbaines en bord de mer ?
Je peux vous donner l'exemple du tristement célèbre wharf de la Salie, qui rejette je ne sais trop quoi dans l'océan.
Trop plein des égouts des communes du Bassin ? Rejets de la papeterie de Facture ? En tout cas ça sent très mauvais et il semble que les analyses des eaux de baignade, à Biscarrosse-Plage, font état de traces de matières fécales. C'est une rumeur insistante.
Heureusement que les touristes ne savent pas trop ça, surtout les Allemands ou les Néerlandais qui sont très sensibles à toutes ces thématiques.
Il y a même eu le projet de rejeter les boues du port d'Arcachon, après nettoyage, dans l'océan au large de Biscarrosse. Après une levée de boucliers landais, le projet a été abandonné.
En résumé, il semble que les égouts du Bassin, du fait des courants, sont envoyés vers les plages landaises, notamment celle de Biscarrosse.
Je me souviens des manifestations, au début des années 70, de Biscarrossais en colère montés à Bordeaux pour protester contre la construction du wharf.
Pot de terre contre pot de fer. Certains, dont mon pauvre père, ont même fini au poste.
En ce qui concerne la maïsiculture vous avez raison, c'est 24h/24 pendant plusieurs mois, et je crois qu'au pic de la chaleur, c'est bien plus de 50% qui s'évapore. En ces temps de sécheresse (je n'ai pas vu ça depuis bien longtemps, la végétation a son aspect de fin août), les grandes rampes d'arrosage ne molissent pas pour autant.
Si on ajoute à ça l'emploi massif d'engrais chimiques et de pesticides... Je n'ai pas besoin de beaucoup argumenter en ce qui concerne le bilan écologique catastrophique de la maïsiculture.
Gérard, pour ce qui est de la sociologie des grands céréaliers des Landes de Gascogne, vous seriez surpris de leur sociologie. Peu d'autochtones landais parmi eux.
Leur origine est très clairement expliquée dans le pavillon des Landes de Gascogne à la gare de Sabres.
Auteur : P.Lartigue
01/07/11
Il ne faut pas avancer masqué : les maïsiculteurs landais sont généralement de grands industriels du Nord de la France ou des Pieds-Noirs rapatriés à qui l'on a "donné" pour pas grand chose d'immenses terrains à cultiver, chose qui fut pour le moins prohibée aux Landais par l'Administration avant le boom agricole ("plantez du pin !").
Si on ne peut pas parler de colonisation dans ce cas précis ...
Auteur : Vincent.P
01/07/11
Vincent,

C'est exactement ce que je voulais dire mais je voulais que ce soient les gasconautes qui le découvrent en lisant sur le sujet.
Le destin des Landais, depuis le XIXe siècle, est d'être colonisés.
D'abord par les capitalistes du Second Empire, qui ont fait main basse sur les landes communes, puis les grands céréaliers auxquels on a quasiment donné les terres, tu as raison, puis par les cohortes de néos qui achèvent la colonisation.
Je n'ai pas du tout peur d'employer ce mot puisque c'est la réalité.
Auteur : P.Lartigue
01/07/11
Oui, je savais, vaguement au moins, pour les grands céréaliers "landais" et j'ai bien l'impression que nous sommes tous d'accord sur ce qui a été dit sur ce "fil".
Toute une conscience collective, un peu complexe, est à faire progresser...
Auteur : gerard s-g
02/07/11
Lo "tube" daus nadaus gascons ancians  :
Revelhatz-vos, mainadas.
Estut compausat de cap a 1720 a Bordèu prau poèta Pèir Gobain, qu'èra - per l'anecdòta - de Blaia.
Blaia èra encara gascona d'aqueste temps, e la colonizacion n'èra pas encara pro avançada.
Avem aqui un imatge dau gascon blaiés.

Rebeillats-bous mainades,
Canten Nadau ale...grement,
Lou Hillet de Marie,
Nous beau da sauvemen

En Bethléem, noble Cieutat,
Lou bon Joseph s'en es anat,
L'Emperadou l'abé mandat,
Que menesse Marie,
Qu'ere grosse d'un bet Gouyat,
Mes en toute la Bille,
Nou a lougis troubat.

Rebeillats

En l'estable de Berdoulet,
Marie agut un bet Hillet,
Tant berouyet tant rousselet,
J'ai grand pau d'une cause,
Que si Joseph lou bon homet,
Non capere l'Estable,
Que mourira de fret.

Rebeillats

Anem bede acquet Enfant,
De nostres bribas l'y portran,
Mas be nous cau garda dau can,
Quan seran à l'Estable,
Force ribanes l'y daran,
Lou Hillet de Marie,
S'en sadourera plan.

Rebeillats

Lous Hillets y bolen ana,
Un flageoulet l'y bolen da,
Per lou enseigna à dansa,
Heds criderent bihore,
A qui es lou can que nous mourdra,
Qu'es au près de la porte,
Per nous garda d'intra.

Rebeillats

Mas be se sont abenturats,
De gros tricots se son armats,
Hets portent lous esclops herrats,
Hets hazen grand tempeste,
Quand passabem per lou peyrat,
Lou can qu'ere a la porte,
De pau s'en es anat.

Rebeillats

En l'Estable s'en son intrats,
Boune Marie comme estats,
Boste Marit es tout barbat,
Aci y a praube coudine,
Boste Hillet n'a pas dinat,
Prenets de nostres miques,
Que l'y aben pourtat.

Rebeillats

L'Ayne se boute à canta,
Et lou Beu se boute à dansa,
A gambada & à sauta,
A quo ere grand cause,
De regarda lou Beu dansa,
Encare d'escouta l'Ayne,
Que tant bere bots a

Rebeillats

Jou l'y dounay mon maribot,
Fallo l'y det son mandillot,
Peyrot l'y det son pa d'esclops,
Et Deliet sa pleine sange,
L'y det à l'heure Gaussemot,
Perrin l'y det sa flute,
Et Micheu son caignot.

Rebeillats

Tres nobles Reys l'an bisitat,
De bets escuts l'y an pourtat
Dedens un coffre plan barrat,
Lou Hillet de Marie
A espiat de tout coustat,
Mas a troubat un homme
Que l'a espoubentat.

Rebeillats

Adieu Marie & Joseph,
Nourrissets plan boste Hillet,
Gardats lou plan que n'age fret,
Gardats lou plan de l'Ayne,
Que ne l'y doune un cop de pé,
Mas be seré grand cause,
Si lou Beu le mourdé.

Rebeillats

Or pregan tous acquet Hillet,
Que n'es tant bet, tant roussellet,
Tant doux & tant gratioset,
Que pusquem ha grand heste,
Et canta Nau per l'amour det,
Pregan à pleine teste,
Aquet petit Hillet.

Rebeillats
Auteur : Dàvid
20/06/11
Afficher Lo "tube" daus nadaus gascons ancians  : en particulier, et peut-être donner votre avis...
E's parlava enqüera gascon, a Blaia en 1720 ?
L'autor n'auré pas emplegat lo parlar de Bordèu ?
Auteur : Tederic M.
20/06/11
"Pictonismus incipit a flumine Vigenna in finibus Turonensium, desinit circiter fines Burgi oppidi in diœcesi Burdigalensi."

"Le poitevin s'entend à partir de la Vienne, aux confins de la Touraine, et cesse à peu près à Bourg, dans le diocèse de Bordeaux."

Scaliger
Auteur : Vincent.P
22/06/11
Atau coma Vincenç ec desmostrèt - e cadun se'n pòt avisar aisidament - la toponimia de Blaia e dau Blaiés es encara frem gascona.
La francizacion, de jo pensat, deu lavetz èster pro recènta, que los toponims gabais augussin pas lo temps de recaperar lo palhat (la couche) gascon.
Dau temps de las enquèstas Bourciez, ce me sembla, i avè encara vilatges dau Blaiés on trobèvan lo gascon, que son anuits passats a l'Oil. Pensi qu'es recent.
De mèi, cèrts elements dau parlar d'aqueste nadau (ager au lòc d'auger, pr'exèmple) amuisha que se restaca pas au gascon bordalés, mès au gascon dau nòrd-Gironda.
Auteur : Dàvid
22/06/11
Totun, que seré hòrt estobable avóssinn enqüèra parlat gascon a Blaia au sègle 18au. N'ac crei pas briga pramor qu'èra dejà la Grande Gavacherie.
Auteur : H.Lartiga
22/06/11
L'enquête de l'abbé Lalanne dans les années 50 a montré qu'il subsistait des foyers gasconophones dans des villages gavaches (Parsac, Montagne, ...), c'était fonction des familles et des alliances en fait.
Il est assez clair que la toponymie du Blayais est trop massivement et subrepticement gasconne pour envisager une disparition massive.
L'étude de la toponymie de la Petite Gavacherie montre bien que la colonisation a eu pour conséquence la quasi-disparition de l'intégralité des micro-toponymes gascons, ce n'est pas le cas en Blayais où subsistent des toponymes très caractéristiques.
Il semble en sus que Blaye n'ait jamais parlé gavache mais un français régional, ce qui accrédite l'idée que la ville est passée directement du nord-gascon au français standard.
Auteur : Vincent.P
22/06/11
Je viens de regarder la carte de l'IGN autour de Blaye...
Je confirme que la micotoponymie y est encore très gasconne :
la Pouyade, Pelegris, Hontane, Castets (apparemment "le Castel" pour Cassini, mais je suis pas sûr), Souberlaure, Mazerolle, Gradecap, le Cap de Haut, la Cassagne, Loumède, Poncla, la Palanque, Bouhou, Tastat, Cantemerle, Sesque, le Pey, la Valade (plus oc que spécifiquement gascon celui-ci), les Pouyaux, Sesque, le Pey, la Rouille, le Bayle, le Bouil, la Sègue, les Jonqueyres, la Pouyade, la Grela (l'Agrelar probablement)...
N'en jetez plus !
Les microtoponymes manifestant généralement une couche relativement récente (200-300 ans ?), il y a une présomption que la campagne autour de Blaye parlait gascon bien au delà du Moyen âge.
Nos cartes de la Gascogne lingüistique laissent cette zone hors Gascogne parce qu'elles se fondent sur des données de fin du 19e siècle.
Je suggère que nous considérions que le Blayais est gascon pour une part substantielle (et que nous n'hésitions pas à l'englober dans notre rêve de "Gasconha de doman" !).
C'est bien sûr à préciser et à consolider par une étude systématique, et comparative avec le pays gabaye qui entoure le Blayais.
La ville de Blaye, place militaire française, a pu être un foyer de francisation. Donc, on peut imaginer pendant des siècles deux mouvements contraires : une tendance à la dégasconnisation à partir de la ville, et à la regasconnisation à partir de la campagne environnante.
Tant que l'école n'a pas été généralisée, le gascon a pu tenir la corde...
Auteur : Tederic M.
23/06/11
Il faudrait compléter l'étude toponymique par trois autres études :

- Une étude dialectale du parler gabay du Blayais, en quoi celui-ci serait plus français, en quoi par ailleurs est-il dit "gabay gascon" par les dialectologues du XIXème siècle (ce que je ne comprends pas). Le parler est cependant probablement éteint.

- Une étude sociologique sur les relations entre Gabays et Gascons. Via un bon ami bordelais aux racines gavaches du Vitrezais, je peux attester de deux faits : d'abord que les Gabays du Vitrezais considéraient que les Médoquins "étaient d'une autre race" (sic), d'autre part que les Gabays du Vitrezais ne considéraient pas les gens de Blaye comme leurs semblables, déjà des "méridionaux", que même ils auraient eu un accent.

- Une étude historique basée en partie sur les relevés généalogiques et patronymiques, car si le sol parle gascon, il faudrait vérifier que les patronymes étaient restés pour partie gascons, en tout cas d'oc, ce qui est loin d'être évident, car le Blayais étant terre de petits châteaux et de grosses demeures, il est possible que la micro-toponymie se soit mieux conservée qu'en Petite Gavacherie, pour partie vaste zone de landes à reconquérir. Je me souviens avoir remarqué en Blayais une certaine proportion de patronymes limousins, ce qui me faisait penser que la colonisation gavache a aussi eu un contingent du Massif Central.
Auteur : Vincent.P
23/06/11

Réponse de Gasconha.com :
D'accord sur ce programme. Souhaitons qu'un universitaire s'en empare !
Pro que la Gasconha sia sonqu'un objècte d'estudis per passionats qui ne son pas pagats !
Lo noste amic peitevin Eric Nowak, qui viu justament en Blaiés e trabalha suu parlar "gabaye" e sus l'istòria de la populacion de la region vista a truvèrs l'evolucion de la lenga, que poderé tanben ajudar.
Pour ce qui est de la toponymie, j'ai eu l'occasion de l'écrire, la toponymie gasconne cesse au Nord d'Anglade, là où débute le marais anciennement dit de "Brau" dans les textes bordelais, autrement dit Braud-Saint-Louis.
Il doit s'agir d'une zone colonisée plus tardivement (forte proportion d'hagiotoponymes), probablement par des Saintongeais.
Il y avait auparavant donc un grand marais et une vaste forêt ("Pleine Selve").

Le fait notable est donc que la toponymie gasconne est encore importante au Nord de Blaye : à Saint-Androny on a des toponymes comme "La Mothe Taudiat" qui permettent d'ailleurs de reconstruire le gascon blayais.
Toujours à Saint-Androny : Le Ménaudat, La Pastourade, La Sègue, ... A Anglade : Les Bigorres, Berdot, Garouilla, Perdillot, Le Petit Guilhem, Fourat, La Grave, ...
A Braud, après le marais, je ne détecte aucun toponyme gascon, par exemple le suffixe -at/ade de Fourat ou Pastourade a disparu, on trouve "La Vergnée".
Le macro-toponyme "Etauliers" est déjà un indice qu'il s'agit là traditionnellement de la limite du gascon : si la zone avait parlé gascon au Nord du marais, on aurait eu "Estableys".
On n'y détecte d'ailleurs pas de toponyme gascon, alors que dans les villages du Sud (Cartelègue, Campugnan, ...), on a : Bouscade, Le Pontet, Hauquelet (?), Ricadet, Cazaumorin, Casau, Le Pouyau, Cailley, La Font de Gouas, Le Barrail Caillau...
Auteur : Vincent.P
23/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Oui Vincent, le lecteur de tes grans de sau dans les "locs" de Gasconha.com avait déjà pu noter tes observations.
Un échantillon : gasconha.com--tipdoc=locs&mot=blayais
Je devrais réviser certaines affirmations écrites au nom de Gasconha.com, et qui sous-estiment la persistance du fait gascon en Blayais.
[Tederic M.]
Bonjour !
Il ne me reste que un quart d'heure avant d'aller "embaucher" mais je ne résiste pas à mettre mon grain de sel !
D'abord commençons par une évidence qu'il faut toutefois savoir réaffirmer suffisemment fort : l'occitan a couvert autrefois des terres plus septentrionales, on a pensé jusqu'à une ligne Rochefort-Niort-Poitiers, on sait maintenant que c'était peut-être plus haut jusqu'à une ligne Talmont-Saint-Hilaire-Fontenay-le-Comte-Niort-Poitiers... Donc le Blayais fut d'oc !
Une autre évidence : le poitevin-saintongeais est descendu jusqu'au milieu du canton de Bourg au 19ème, et les anciens en ont encore le souvenir dans ce secteur...
Donc le Blayais est un peu comme le Kossovo (si j'ai compris le cas du Kossovo, ce dont je ne suis pas certain) : hier serbe, aujourd'hui albanais...
Le Blayais fut d'oc hier, aujourd'hui il est poitevin-saintongeais (sauf le sud et centre du canton de Bourg resté d'oc).
Mais ça ne vaut pas une guerre : reconnaissons cette double parenté !
Moi je suis pour un enseignement de l'occitan jusqu'à La Roche-sur-Yon !
C'est aussi une de nos racines poitevines-saintongeaises, l'occitan...
Auteur : Eric Nowak
24/06/11
Seconde intervention  :
Quel occitan était parlé en Blayais ?
Je suis pour ma part à 100 % d'accord avec Vincent, la toponymie du sud Blayais (vu de saint-Ciers-sur-Gironde le sud Blayais commence au marais de la Vergne : je devrait dire le centre Blayais) est gasconne (alors que ce secteur entre La Vergne et le centre du canton de Bourg est actuellement poitevin-saintongeais).
Je pense que ça pourrait être pareil dans le sud du nord Libournais actuellement poitevin-saintongeais.
Le reste du Blayais a pu être nord occitan de type limousin, c'est à dire identique aux parlers saintongeais et poitevins méridionaux du temps où ils étaient d'oc.
D'où ici un bémol : attention un toponyme limousin en Blayais ne signifie pas forcément une migration limousine mais peut être un substrat commun au limousin et au parler de Poitou méridional et Saintonge ancien du temps où il était d'oc...

Le gabaye gascon c'est quoi demande Vincent ? C'est un poitevin-saintongeais où "ch" n'existe pas, où on a "qu" à la place. On y dit "queun" pour "chien" et non "cheun"...
C'est l'isoglosse séparant le limousin du languedocien qui tout à coup vient couper le poitevin-saintongeais dans son extrème sud : Hé ! on la tient là la preuve (potentielle...) : c'est ici, sur cet isoglosse (ou un peu plus au nord il a pu reculer : on le trouve vers Blaye mais il a pu être vers La Vergne autrefois) que passait l'ancienne limite entre gascon et nord occitan limousin (ou poit et saint ancien) : donc come le gabaye gascon ou "gabaye que" concerne les environs de Blaye jusqu'à l'ouest de Cubnezais (d'apris Tourtoulon et Bringuier) les environs de Blaye (le centre Blayais poit-saint.) devaient donc bien être gascons.
De plus Tourtoulon et Bringuier retrouvent ce "gabaye que" vers Néac et Montagne : donc dans le sud du nord libournais poitevin-saintongeais : ce secteur (Néac et Montagne mais également éventuellement plus loin en centre libournais si l'isoglosse a reculé) devait également être gascon.
Auteur : Eric Nowak
24/06/11

Réponse de Gasconha.com :
A Eric : un grand merci pour avoir risqué d'arriver en retard au boulot !
A tous : évitez cependant l'abus des médicaments contre les maux de tête !
Merci à Eric pour ses commentaires linguistiques qui renforcent la réalité du substrat gascon en Blayais et partie du Libournais (j'avais pareillement détecté la toponymie gasconne de Montagne ou Néac), face au substrat probablement limousin du Vitrezais, du Nord-Bourgeais et des environs de Coutras (ma seule hésitation est sur les communes septentrionales : quid de Laruscade qui n'est pas limousin ? Marensin est également très gascon quant à sa distribution).
L'Isle a également probablement été frontière à un moment donné puisque sur la rive gauche on trouve Camps (qui serait Champs en limousin) et Porchères sur la rive droite (qui serait Pourqueyres en gascon).
Tout cela mériterait des cartes cumulant les isoglosses, les densités toponymiques, ...

Et en Petite Gavacherie, c'était du gabay en qu ou en ch ?
Auteur : Vincent.P
24/06/11
Bonsoir,

Merci et bravo à Eric Nowak dont j'apprécie particulièrement le travail.
Et bravo pour vos interventions sur le site "Au Rendez-vous des langues" de Cap Sciences. Avez-vous lu "Terres et Langages, peuples et régions" de Pierre Bonnaud ?
C'est un ouvrage remarquable et le second volume, avec l'atlas notamment, est une belle source d'informations.
Il fait effectivement remonter l'ancienne limite oc-oîl assez haut, Rochefort-Fontenay-Parthenay, Poitiers.
Il fait également passer l'ancienne limite entre limousin et gascon au nord de Blaye, à peu près sur la limite départementale actuelle.
Bref, si vous ne possédez pas cet ouvrage, je vous conseille vivement de l'acquérir directement chez l'auteur, à Clermont-Ferrand. C'est à lui que je l'ai acheté.

Amicalement.
Auteur : P.Lartigue
24/06/11
Suite à la remarque de V. P. : réponse : la petite gavacherie (enclave de Monségur) a un gabay en "che"... Et je n'avais jamais pensé à ça ! Alors, si mon hypothèse est bonne ("gabay que" = marque d'un substrat gascon à l'ouest ou mi languedocien mi gascon à l'est, pouvant remonter légèrement plus haut que le gabaye "que" si l'isoglosse a bougé), comme dans la petite gavacherie on a un gabaye "che" on tiendrait là la preuve qu'elle est issue d'une migration...

Pour P. Lartigue. Je suis en contact avec P. Bonnaud mais je n'ai jamais lu son ouvrage en question, m'étant pour l'instant limité à ces multiples études focalisées sur le poitevin-saintongeais. Je vais tout de suite réparer cette lacune. Je sais que P. Bonnaud s'arrête à la ligne Rochefort-Niort (et non Fontenay)- Poitiers : car c'est celle issue des Travaux de Pignon (1960), mais j'ai sur le net et dans mon avant-avant dernier bouquin (Histoire et Géographie des parlers poitevins) montré qu'il faut maintenant tenir compte des travaux de Pierre Gauthier (université de Nantes) qui a démontré au début des années 2000 (c'est tout récent voilà pourquoi on n'en tient pas compte car c'est inconnu) que la toponymie d'oc (en particulier toponymes en "ac") remonte jusqu'au tiers méridional de la Vendée à une ligne Talmont-Fontenay-puis Niort-Poitiers.
Regardez sur le site de la revue LE Picton, sommaire du dernier numéro, article parlange d'entre Loire et Gironde, vous y verrez que j'y montre la première carte publiée de ces toponymes d'oc septentrionaux.
Voilà j'arrête là car pas le temps (anniverssire du "drole") mais prochain message pour l'élément principal et initiateur de cette conversation : la chanson trouvée par David ! Mais là il me faut plus de temps...
Auteur : Eric Nowak
25/06/11
J'essaye de suivre les explications d'Eric et de Vincent.
Je comprends bien que, comme le Bourgeais, une grande partie du Blayais a parlé gascon jusqu'à une certaine époque.
Mais justement, la question initiale de ce fil de discussion, c'était la datation de cette "certaine époque" : à quel moment le Blayais a-t-il divergé du Bourgeais ? Y a-t-il eu un grignotage au fil des siècles, et de quels siècles ?
Le fait que les microtoponymes du Blayais ne soient pas nettement moins gascons que ceux du Bourgeais indiquerait que le changement de langue s'y est fait après la fixation de la plupart des microtoponymes, donc très tard, on peut le supposer.
A ce sujet, une comparaison entre la carte de l'IGN, les plans cadastraux et la carte de Cassini pourrait être intéressante.
Hélas, j'ai du mal à lire la carte de Cassini sur Géoportail.
Au passage, j'ai quand même trouvé que Cassini écrivait "Pontalher" (une forme très occitane) le "Pontaillé" de l'IGN.
Connaissant très mal le limousin, j'ai beaucoup de mal à détecter des microtoponymes limousins. S'il s'agissait uniquement d'un substrat différent gascon/limousin, on devrait trouver au nord du Blayais des microtoponymes purement limousins, puisqu'on trouve au sud et au centre des microtoponymes purement gascons...
J'en tiens quand même un, limousin, avec "la Valade"... Mais c'est dans une zone où il y a encore des microtoponymes gascons, il me semble !
Et puis je vois une modification franche de la toponymie encore quelques km plus au nord, avec les nombreux lieux "Chez Untel".
Si le Blayais est passé au gabaye, pourquoi pas des "Chez Untel" en Blayais ?
La couche gabaye en Blayais semble bien mince, ce qui suggère qu'elle s'est posée très tardivement sur le substrat gascon.
La ville de Blaye n'est-elle pas, de plus, passée directement au français, je repose la question.

Ensuite, après l'histoire, je tiens toujours à passer à la prospective :
Plus on affirme l'ancrage du Blayais en Gascogne, plus on doit l'associer aux réflexions sur l'avenir de la Gascogne. De toute façon, le Blayais est présentement dans l'aire bordelaise, donc regarde la Gascogne (enfin, théoriquement, parce que même Bordeaux la regarde relativement peu).
Dans l'hypothèse (que je caresse !) d'un éclatement du département de la Gironde entre métropole bordelaise et 4 ou 5 pays qui l'entourent, nous pourrions voir avec faveur l'association du Blayais au Bourgeais, au Cubzagais, et au Libournais, malgré la frontière gabaye/oc qui les a séparés à un moment donné...
Les doubles appartenances m'agréent.
Comme le pays bayonnais que je vois basco-gascon ou "vascon", je verrais bien le Blayais comme un pays "gasco-gabaye".
Bien entendu, cela n'a d'importance que si nous savons mettre un contenu culturel sous cette étiquette, et déjà sous l'étiquette gasconne...
Auteur : Tederic M.
25/06/11
E'ns pot diser David se la musica de "Revelhatz vos" e's pot trobar sus Youtube o endacom mei ?
Auteur : gerard sent gaudens
25/06/11
Cet échange me fait découvrir que l'idée qui était mienne d'une substitution de population massive (déjà !) et concentrée sur le seul XIVè siècle pour tout l'ensemble Poitou/Charentes (sauf la limousine, bien sûr) et incluant Grande et Petite Gavacheries était inexacte.
L'emploi de la microtoponymie est en effet très démonstratif.
Pour la partie ouest de la grande Gavacherie, je lis dans la "rubrique "locs" que la limite historique entre gascon et oil poitevin pouvait être il y a peu (quand exactement ?) la ligne Anglade-Saugon ; je confirme d'ailleurs que le Vitrezais, que j'avais bien connu dans mon adolescence, est, lui, résolument et historiquement saintongeais.
Par contre, il est frappant qu'on ait toujours prononcé le nom du chef-lieu, dans le Blayais aussi bien qu'à Bordeaux, "Blaye" à la gasconne et non Blaie comme ce devrait être le cas pour une ville d'oil.

Par ailleurs qu'en est-il des zones centrale et orientale de la Grande Gavacherie, c'est à dire les zones de Guitres et Coutras ?
Auteur : Gerard Sent Gaudens
25/06/11
En Petite Gavacherie, il y a eu substitution de population, d'ailleurs la micro-toponymie gasconne surtout vers Saint-Ferme est nulle.
Il me semble également avoir lu que le Vitrezais avait été saintongeais autrefois, ce qui pourrait coller avec le toponyme "Guirande" (du celte icoranda) de Marcillac qui figure l'ancienne frontière entre Bordeaux et Saintes.

Pour ce qui est de la région de Guîtres je suis hésitant car les données sont contradictoires.
Laruscade ne peut qu'être gascon, parce qu'en limousin, cela aurait été Laruchade (Laruchée en oïl).
Maransin est très gascon comme vocable.
D'ailleurs, le toponyme "La Guirande" de Lagorce montre bien que la frontière entre Bordeaux et Saintes était bien sur la limite actuelle entre Gironde et Charente-Maritime. Reste que Guîtres est un toponyme limousin : la forme gasconne serait Guistres.
Au Nord de Guîtres, dans la vallée de la Dronne, Chamadelle figure la palatisation de ca initial depuis (déjà en 1339).
Idem Chalaures.
Je pense que le confluent de la Dronne et de l'Isle était limousin, en tout cas la frontière passait là (cf Camps/Porchères).

NB : Le Vitrezais est un nom d'oc : c'est le pays de Vitrac, avec prononciation plutôt limousine Vitrat d'où "Lo Vitrasés" à l'intervocalique.
Auteur : Vincent.P
25/06/11
Si l'on regarde la toponymie au Nord de Guîtres en allant vers Bayas, elle est parfois plutôt gasconne : Berdot, Canday, Le Pourteau, Maugey, ...
A Maransin : Péristève, Capblanc, ...
Plus loin à Laruscade : La Bidane, La Cornade, Le Cournau, La Clouque, Garouillas, Le Grand Garrouil, Terrier de Lassalle, La Garosse, La Péguille, Le Peyrat, Les Plaçottes, Le Tricolet, Les Vergnottes, ...
Auteur : Vincent.P
25/06/11
J'ai tenté d'avoir un aperçu des noms de famille du Blayais, en passant par Geneanet et en interrogeant pour 1700-1800.
Les patronymes sont très peu gascons, ni même languedociens.
Il y a donc une discordance entre noms de lieux et noms de famille, qui est étonnante, et remet en selle l'idée d'un apport massif de population "gabache".
Très étonnant aussi : sur Saint-André de Cubzac, en principe zone gasconne jusqu'au bout, la proportion de patronymes gascons est presque aussi faible.
Là encore, je suis incapable de faire la différence entre des noms limousins et des noms poitevins (ce qui renforce la distance que j'ai par rapport à "l'occitan langue unique").
Il y a un mystère. Plusieurs phénomènes contradictoires se sont probablement confrontés en Bourgeais et Blayais : des gascons ont dû devenir "gabayes" (Blayais), et cela avant la fixation des noms de famille, et des gabayes devenir gascons (Bourgeais) sans recevoir un nom de famille gascon.
La qualité de citadelle française pour Blaye a pu jouer, alors que Bourg et Saint-André étaient des ports sur Dordogne ouverts à l'influence limousine, mais aussi bordelaise.
Auteur : Tederic M.
26/06/11
Je partage totalement ton analyse, Vincent.
Eric, tu le sais, je diverge de toi sur ce point précis : je ne pense pas qu'on puisse dire qu'un pays est poitevin-saintongeais parce qu'on peut y déceler la présence (ou les vestiges) de colonies de peuplement de parler poit-saint.
Je regarde Blaye et le Blayais comme une terre occitane gasconne de parler d'oil, non pas comme une terre d'oil.
La nuance, pour verbeuse qu'elle puisse paraître, me semble toutefois fondamentale.
Au surplus, glorifier l'identité d'une population de colons en la substituant à celle des populations antérieures me semble un jeu tendancieux, auquel je ne jouerai pas.
Je ne m'amuserai pas à revendiquer l'identité gasconne de St-Sébastien ou de Fontarabie, par exemple.
Et je concède aux Basques le droit de faire de Bayonne une ville basco-gasconne, pour tout un tas de raisons ethnologiques et historiques.
Pour ces mêmes raisons, je pense que Blaye doit avoir au moins la double identité. Virtuellement bien entendu.
Auteur : Dàvid
26/06/11
Non, Eric, le gabay gascon ce n'est pas que ça. Et ce n'est pas à toi que je vais conseiller la lecture du lexique de l'abbé Urgel !
Au vu de cet ouvrage, sur lequel je travaille en ce moment, et qui offre pas mal de mots spécifiques au Blayais, le gabay gascon est un parler d'oil dans lequel on peut trouver jusqu'à 80% de termes gascons.
L'abbé du reste en ignore souvent l'origine, ce qui le conduit à des errements etymologiques parfois très éloignés de la réalité : un mot aussi gascon que "lagàs" (tique), il ne parvient pas à en retrouver la source (pour cause, il cherche du mauvais côté) et finit par le renvoyer, au moyen d'une complexe gymnastique intelelctuelle, au latin "plaga" (plaie).
Auteur : Dàvid
26/06/11
Le gascon parlé jadis en Blayais ? J'en dispose de quelques échantillons.
J'étudie avec acharnement depuis 2009 les parlers gascons nord-girondins (Cubzadais, Bourgeais, Fronsadais...).
Auteur : Dàvid
26/06/11
A propos des patronymes : je crois qu'il n'est pas exagéré de dire que c'est l'ensemble des patronymes du Bordelais non-landais (avec le Médoc) qui est "douteux" quant à sa gasconnité : forte proportion d'anthroponymes (Bernard notamment) communs avec les pays d'oïl, parallèlement moindre présence des patronymes géographiques typiquement gascons, forte infiltration des patronymes gavaches (n'a-t-on pas montré qu'aux premiers temps de la colonisation poitevino-saintongeaise, la population nouvellement venue était majoritaire en Bordelais ?), ...
L'histoire de cette partie de Gascogne, indubitablement gasconne par sa langue, est quand même celle d'une interface avec le monde septentrional.

Néanmoins, ma petite recherche sur Cars montre pas mal de patronymes au moins d'oc :
gasconha.com--tipdoc=locs&mot=Cars+[commune]
Auteur : Vincent.P
27/06/11
Je prends la commune de Mazion : les patronymes d'oc sont assez nombreux (je dirais 50-50).
www.geneanet.org/search/ ?place=mazion

On trouve avant le XXème siècle (et les migrations vendéennes) : Baignières (?), Coustolle, Taudin, Broquaire, Jeantet, Bellacla (?), Campet, Barada, Ducasse, Pitou (?), Valette, Garderon, Tanet, ...
Auteur : Vincent.P
27/06/11
Vodri responder a Gerard Saint-Gaudens : ma sòr a la particion de "Revelhatz-vos mainadas".
Un escambi d'adreças me permetré de vos la comunicar.
Auteur : Gaby
27/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Que'vs vau balhar l'adreça de Gerard, s'ac vòu.
[Tederic M.]
Comme aurait dit Gaston Leroux :le mystère s'épaissit mais c'est passionnant, vraiment et j'attends avec impatience le résultat des recherches de David (en espérant d'ailleurs que Vincent formalise aussi les siennes).
Comme l'a écrit Tederic, ces recherches, quelles qu'en soient la [??], rétablissent pleinement le Blayais (voire l'ensemble de la Gavacherie) dans une commune histoire gasconne et dans un projet commun.

Pas cap de problema, Tederic, ta comunicar la mia adreça mèl a Gaby, que granmerceji d'abança.
Auteur : gerard s - g
28/06/11
Jo tanben, que trobi aquesta recerca passionanta !
J'ai une idée à vous soumettre :
Le fait que sur de larges territoires, les noms de familles soient non gascons alors que la microtoponymie est restée largement gasconne et que la langue repérée vers 1900 était gasconne sauf en Blayais et quelques autres zones gabayes, me parait venir d'une vague d'immigration massive de "gabaches", tellement massive qu'elle a pu devenir majoritaire dans les terres d'accueil, mais n'a pas, le plus souvent, sauf en Blayais..., entraîné de passage à la langue d'oïl, parce qu'elle s'est suffisamment étalée dans le temps pour permettre l'assimilation lingüistique des immigrants au gascon.
Me fais-je comprendre ?
Un exemple : en Argentine, il y a eu énormément d'immigrants italiens.
Peut-être même que les descendants d'italiens sont majoritaires par endroit, mais l'arrivée de ces italiens a été trop étalée dans le temps pour que se produise un basculement de la langue de la rue vers l'italien.
Auteur : Tederic M.
28/06/11
C'est également mon hypothèse :
atavisme des migrations gavaches (saisonnières ou non) en Bordelais, peut-être depuis l'Antiquité (la Guerre des Gaules a bien débuté parce qu'une population celte entendait migrer vers la côte atlantique entre Bordeaux et Saintes, sans oublier que les Bituriges fixés sur l'emporium de Lamarque étaient originaires de Bourges).
L'atavisme a perduré jusqu'aux migrations vendéennes modernes et encore aujourd'hui au fond.
Parallèlement, il faut aussi faire état des migrations limousines via la vallée de la Dordogne.
Si l'on a une vision plus générale du phénomène, on se rend compte que c'est toute la Gascogne garonnaise qui depuis les temps anciens subit ou accueille, c'est selon, une population immigrée voisine (migrations périgourdino-quercynoises en Lomagne ou Albret, ...).

Et là je vais faire bisquer David, mais je crois bien que l'on peut mettre quelque peu sur le compte de ces faits historiques la moindre gasconnité des parlers de l'endroit.
Et je me demande si le style architectural bordelais n'a pas été importé par ces populations.

Maintenant, nous nous trompons peut-être.
J'ai aussi la sensation que les historiens du XIXème siècle ont gonflé l'apport gavache parce que "national". Or ils sont les seuls à ce jour à avoir franchement traité la question.
Auteur : Vincent.P
29/06/11
Mais ça ne me fait pas bisquer, Vincent, c'est une possibilité, en effet.
Mais je verrais plutôt une influence d'oc qu'une influence d'oil sur les parlers du Bordelais, et notamment du nord : influence dus et ouest-limousine surtout, donc périgourdine.
Tu ne t'imagines pas la nombre d'entrées communes aux lexiques respectifs de Cubzadais et du Périgord vert.
Par exemple, "effondrer" se dit "agalar" en Cubzadais, qui est un terme limousin et seulement limousin.
Il y a aussi la phonétique.

En revanche, j'ai noté très peu d'influences phonétiques et lexicales d'oil, sauf en Bourgeais où elle est très forte (cf les collectages de Daleau au XIXe).
En Entre-deux-Mers, on trouvera des parlers très gascons, avec le /h/ bohat par exemple, mais à la phonétique étrange, comme ces vocalisations du pluriel : las vacas = /lèï bakeï/ ; les vôtres = /leï bosteï/. avac tonique sur la première bien sûr.
J'y vois un apport limousin, bas-limousin et nord-languedocien, pas d'oil.
N'oublie pas, Vincent, la grande et profonde altérité vécue entre Gascons du Bordelais et Gavaches, et ce jusqu'à Blaye inclus !
Pour aller de Bordeaux en Saintonge, il fallait traverser deux fleuves ou un bras de mer !
C'était vraiment un "ailleurs", ce que les médoquins appelaient l'Estrange, le pays des étrangers.
Il n'y avait pas de voies naturelles de communication entre Bordelais et Saintonge, tout le contraire du Rhône, par exemple. Garonne et Dordogne formaient bien des frontières naturelles, et les Cubzadais se sentaient - et se sentent toujours - "exposés" dans leur position géographique.
Alors présence de Gavaches en Bordelais depuis toujours, oui certes, mais toujours perçus comme étrangers, et vaguement méprisés (voir la Rebue de Mèste Jantot, de Mèste Verdièr).
Il y a même des Bretons en pays de Buch, comme tu sais.
Auteur : David
06/07/11
Un mot encore à propos du gascon du Bourgeais-Blayais tel que les relevés de Daleau nous le montrent : à des traits linguistiques d'oil (comme le pronom personnel sujet : il pense = "ol pensa" ; il pleut "o molha"), il faut noter des traits gascons et même hypergascons marqués, comme le /h/ bohat et la voyelle prosthétique avec redoublement : résine = "arrosina", oui, oui, entre Bourg et Blaye !
Le thétacisme et le rhotacisme gascons sont bien présents aussi, encore que ce dernier un peu moins...
Le noël de Gobain, dans lequel je persiste à voir une survivance ou une réminiscence du gascon jadis parlé à Blaye (pas seulement, mais conjointement sans doute avec l'oil), il nous montre bien la forme "caler", dont ce doit être, à ma connaissance, l'attestation la plus tardive en gascon du Bordelais.
Auteur : Dàvid
07/07/11
Je suis pour une extension de l'Eurocité dite basque jusqu'à Capbreton
Ne serait-ce que parce qu'historiquement, la juridiction de Bayonne s'est toujours étendue à la rive gauche de l'Adour et que donc, du temps où le fleuve se jetait au Vieux Boucau, Bayonne contrôlait le cordon dunaire.
Parce qu'économiquement et démographiquement, il est aberrant que tout projet dans lequel Bayonne s'investit ne comporte pas toute la partie landaise de son agglomération.
Parallèlement cela pose évidemment la question de la légitimité des départements, si à terme l'on pouvait ressusciter les petits pays comme le Seignanx ou le Maremne, ce serait formidable.

Du reste, l'intégration de Capbreton et sa région dans l'Eurocité pourrait être un symbole fort pour cette région des Landes dans la reconquête de son identité, tant je suis persuadé qu'à terme une appartenance administrative - ici certes lâche et transfrontalière - développe une identité.
Auteur : Vincent.P
19/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Une "eurocité" se rit des frontières administratives, ou en bâtit de nouvelles, sur une base géographique.
Les derniers projets d'élargissement de la communauté d'agglo de B.A.B au nord sont encore timides.
L'eurocité "basque" est un regroupement non administratif, ce qui peut permettre plus de largeur d'esprit.
Qu'elle inclut des terres indiscutablement gasconnes comme le Seignanx ou le Maremne confirme sa mixité basco-gasconne.
Ce serait donc clairement une eurocité vasconne !
[Tederic M.]
Afficher Je suis pour une extension de l'Eurocité dite basque jusqu'à Capbreton en particulier, et peut-être donner votre avis...
Bien sûr que Hossegor devrait en faire partie, et même tous les petits pays du sud-ouest landais, Maremne, Gosse, Orthe, Seignanx. Et pourquoi pas jusqu'à Dax ?
Auteur : P.Lartigue
20/06/11
Je ne suis pas du tout d'accord.
Fondamentalement parce que Capbreton et Hossegor sont économiquement et socialement situés sur une ligne ouest-est et non nord sud.
C'est la route Capbreton-Dax qui regroupe la zone de chalandise des artisans et PME du coin, guère une ligne nord-sud.
Historiquement, je crois qu'il en était de même : Capbreton était un port de pêche important sans aucun lien avec Bayonne, plus probabalement concurrent et rival d'ailleurs.
Quant à la sujétion administrative de cette zone à Bayonne, j'en doute assez (mais je veux bien admettre une démonsration contraire, évidemment).
Sur le plan écclésiastique, la juridiction (dont on sait qu'elle reprend de très anciennes limites de "pagi"), Capbreton a toujours relevé du diocèse de Dax et non de Bayonne.
Surtout, je suis convaincu que l'annexion de cette zone au BAB (voire au delà à la supposée "eurocité basque") aurait des conséquences sociales et écologiques désastreuses.
Sociales car la zone ainsi "annexée" servirait de réserve foncière au BAB, limité dans son développement par la densité et le niveau disssuasif des prix de l'immobilier au sud et serait destinée à constituer une grosse et informe banlieue, sans doute dortoir et vraisemblablement moins huppée que la zone "basque" type Bassusssary, Arcangues, Villefranque,etc..
A la clé, bien sûr, la disparition programmée des terres agricoles et des paysages harmonieux qui vont avec.

Ecologiquement, je rappelle l'extrême fragilité de la zone dunaire et au delà : n'oublions pas la précarité de l'équilibre entre terre et eau qui a permis plusieurs fois à l'Adour de changer de parcours et d'embouchure entre Boucau Vielh et Bocau, précarité que les changements climatiques en cours et la montée du niveau des océans ne peuvent qu'accroitre.

Tout au plus, puis-je comprendre qu'à l'image du faubourg du Saint-Esprit au XIXèsiècle (du Seignanx à l'origine), puis du Boucau, annexé au siècle dernier par le département des Basses Pyrénées et ledit BAB, une commune comme Tarnos, voisine immédiate partageant la même logique industrielle et maritime que le Boucau, puisse elle aussi se joindre à l'ensemble.

Il est clair que se pose dans ces conditions la question de la viabilité de la communauté du Seignanx.
Je pense qu'unie au petit pays de Gosse voisin (qui m'est très cher !) et qui lui est culturellement très proche, cette communauté peut s'affirmer -en maintenant une vocation dominante à la ruralité et ne pas se laisser transformer, quel qu'en soit le statut administratif, en grande banlieue de Bayonne, ce qui est le danger actuellement.
Auteur : Gerard Sent Gaudens
25/06/11
Le diocèse de Bayonne n'était qu'un découpage ultérieur du grand diocèse de Dax héritier de la cité des Tarbelles qui de Lit-et-Mixe au pays de Mixe en Basse-Navarre, possédait une certaine unité centrée sur le bassin de l'Adour (qui se jetait très haut au Nord pour couper le cordon dunaire).

Il faut ajouter également que le peuplement de Bayonne s'est effectué en provenance des pays gascons côtiers.
Conformément à cette unité, Bayonne a bien tenté d'obtenir à la Révolution un département de l'Adour comportant Dax comme sous-préfecture (le Béarn étant uni à la Bigorre).

Je ne crois pas pour ma part que l'annexion administrative de Capbreton/Hossegor changerait grand chose à la situation de facto, à savoir que la zone est déjà la réserve foncière du BAB, version cité dortoir en effet et populo.
Je crois qu'avec l'afflux des personnes sur la côte atlantique contre lequel nous ne pouvons rien, il faut au moins disposer des outils qui permettront de mieux le gérer.
La concertation entre Bayonne et les communes rurales du Seignanx ou de Gosse est nécessaire pour éviter l'étalement urbain du cas par cas et soulager les maires de communes rurales.
Bref, délimiter des zones à urbaniser plus densément pour éviter le mitage des terres.
Auteur : Vincent.P
25/06/11
Pour me faire un avis, je suis passé dans les environs de Tarnos hier.
Je remarque avec un certain plaisir que les bâtiments qui sortent de terre sont assez massivement des grands projets d'immeubles (3 étages) dans le style néo-régional (parfois landais, parfois basque).
Il est assez évident que toute cette région est la banlieue bayonnaise tant l'A63 nous fait vite basculer sur le pont Hubert-Touya de Bayonne (5 minutes).

Par contre, il y a clairement un problème avec les maisons individuelles, à savoir qu'elles semblent pousser un peu n'importe où, et surtout, dès la limite administrative factice entre Le Boucau et Tarnos franchie, sans que l'on en sache la raison, on ne respecte plus le style local.
Hallucinant. Tarnos se "méridionalise" alors qu'en toute objectivité, il n'y a aucune différence avec Le Boucau et autres quartiers septentrionaux de Bayonne.
C'est là que l'on constate combien un département est aussi un carcan parce qu'il impose aussi des réseaux (je suppose que les entrepreneurs landais auxquels les néo-Tarnosiens font appel sont sur Dax, foyer de la provençalisation, là aussi à titre purement gratuit).
Auteur : Vincent.P
27/06/11
Je converge avec Vincent dans la dénonciation du mitage et la prolifération alarmante du provençal/californien dans le coin, je ne crois pas cependant qu'on résolve la question par une "concertation entre Bayonne et les communes du Seignanx" si on entend par là leur regroupement dans une unité administrative :
ce serait sans doute la concertation entre pot de terre et pot de fer et l'extension effective et définitive de ces banlieues dortoirs, même habillées plus joliment qu'aujourd'hui, d'immeubles un peu plus denses et éventuellement inspirés de styles régionaux.

Il faut arriver à un style d'aménagement territorial évitant la massification des grandes conurbations façon XXè siècle et laisser les territoires ruraux trouver en eux-mêmes les ressources de leur développement.
Voir par exemple le remarquable travail de la communauté de communes du Gabardan.
Certes celle-ci a à lutter contre l'isolement et le dépérissement démographique alors que le défi du Seignanx est inverse mais rien ne serait pire qu'un Lille Roubaix Tourcoing façon sud-ouest !
Auteur : gerard s-g
28/06/11
Nous sommes donc, Vincent, Gerard et moi, d'accord sur le danger de l'étalement urbain.
Mais la question qui peut faire débat est celle-ci :
Est-ce que la réunion administrative des zones rurbaines avec les zones urbaines renforce la rurbanisation ou non ?

Je me pose beaucoup la question au sujet du contour à préconiser pour une éventuelle métropole de Bordeaux.
J'observe d'abord que la rurbanisation sévit déjà dans des zones qui n'appartiennent pas à la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Le cas de Saint-Selve (Communauté de communes de Montesquieu, indépendante de la CUB), et de ses nouveaux lotissements dans le pignada, a déjà été évoqué dans les "locs" de Gasconha.com.
J'ai tendance à penser qu'englober les communes à tendance rurbaine dans une communauté incluant la ville centre pourrait, paradoxalement, limiter la rurbanisation, seules des autorités métropolitaines ayant la force de s'y opposer, alors que les maires des petites communes y succombent forcément.
La direction actuelle de la CUB est capable de développer un discours, et même (c'est plutôt ça qui compte !) une politique de redensification le long des voies de transports en commun et dans les centres urbains existants, alors que les maires de communes rurbaines se limitent au discours, et même pas toujours.
Pour compléter le tableau girondin, il faut aussi parler du Département, qui, à mon avis (notamment à cause du mode de scrutin), prend le parti des petites communes et communautés rurbaines, et facilite la rurbanisation, par exemple en finançant les investissements routiers qu'elle induit.

Je rêve aussi de communautés rurales qui retrouvent le chemin de l'autonomie, mais nous n'y sommes pas du tout !
Dans le cas girondin, je rêve du démembrement du Département, qui serait divisé entre la métropole bordelaise (avec le débat évoqué plus haut sur ses contours) et des communautés de type "pays" qui seraient assez fortes pour retrouver un développement autonome.
Une Gascogne renaissant politiquement pourrait d'ailleurs fédérer ces pays, et laisser les métropoles comme Bordeaux et Toulouse, bien circonscrites territorialement, exercer un rayonnement qui dépasse de loin les pays gascons.
Auteur : Tederic M.
29/06/11
Brèç e Breç
[A perpaus d'un gran suu prenom Pèir]

Pour ma part, je crois que cette tendance à l'ouverture du "é" en "è" est une influence du français bien plus qu'une influence languedocienne.
Je me permets de faire cette remarque, empirique, car il me semble que bon nombre de néo-locuteurs en Béarn où je réside ont cette tendance "naturelle" à ouvrir les "è".
Ceux-là sont quotidiennement en contact avec le français, vous le comprendrez aisément, alors qu'ils ne côtoient pas de textes ou de locuteurs en occitan du Languedoc, mais bel et bien des primolocuteurs béarnais.
Donc sans aller chercher la source de tous nos maux du côté du Languedoc et de ses "monstromilitants".
Le maintien de la qualité d'une langue (et de la langue elle-même !), dans la situation diglossique que nous connaissons est une véritable gageure !
Peut-être que je me trompe, et je trouve l'argumentation de P. Lartigue très pertinente, mais sans doute devrions-nous, Béarnais et Gascons, nous en prendre à nous-mêmes avant que d'aller accuser le maudit occitanisme "paonccitanisant", uniformisant et dévalorisant.
Joan Breç
NB :Breç vient du germanique "bris", bigarré/pigalhat, ce qui n'a rien à voir avec le "brèç", le berceau !!
PS : com l'article èra entinoat en francés, qu'i ei repongut tanben en la mea dusua lenga.
Auteur : Jean-Brice
17/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Joan-Breç, la règla (regla ?) de respóner dens la lenga deu "gran de sau" iniciau n'ei pas imperativa ací: que's pòt respóner en gascon a un gran de sau en francés, e lo contrari dilhèu tanben :
a cadun d'estimar dens quina lenga e dèu escríver entà hà's compréner, e tanben har víver lo gascon, o tot simplament "hà's plasèr" (quin se ditz, aquò, en bon gascon ?).
[Tederic M.]
Afficher Brèç e Breç en particulier, et peut-être donner votre avis...
Bonjour Jean-Brice,

Les deux mon colonel. Influence du français à l'oral, oui. a l'écrit, c'est très clairement un choix panoccitan et donc d'influence languedocienne.
Il va sans dire que je suis farouchement opposé à toute dénaturation du gascon.
En grand-landais nous avons BREC, c'est à dire cassant, en parlant d'un trait de caractère.

Amitiés.
Auteur : P.Lartigue, intégriste vascon.
18/06/11

Réponse de Gasconha.com :
BREC ou BREÇ ?
Philippe parlait de la langue écrite (qui influence alors l'oral : il est fini le temps où nous avions d'abord des locuteurs qui parlaient la langue naturellement et cherchaient à la transcrire), à savoir la vraie tendance à mettre un peu partout des e ouverts qui ne se justifient pas.
Cas emblématique : en sud-gascon, après nasale, les voyelles se ferment, et bien les occitanistes trouvent le moyen d'écrire nèu pour "neige" comme dans Néouvielle que j'ai vu écrit "Nèuvièlha" (c'est vielha là encore).

Le français a clairement joué un rôle cela étant.
Auteur : Vincent.P
18/06/11
Amics,

Perdonatz-me, qu'es brèc, dab accent mes xentz ç. Que vòu díser "cassant", tabé entau caractère.
Auteur : Halip Lartiga
19/06/11
Quauques grans de sau dou gran cousinè Dutournier
Convié par "Sud-Ouest dimanche" (8 aout 2010) à choisir dans une liste de mots censés représenter le "Sud-ouest", voici les choix et les commentaires du grand cuisinier :
Arène
« Je peux retracer cinquante ans d'histoire sur la course landaise. Je connais tous les écarteurs, le nom des vaches, les troupeaux. Mon père m'y a emmené dès la petite enfance. Ma mère était là aussi, à Pouillon, Estibeaux. C'est beaucoup plus profond qu'on ne le pense. »
Armagnac
« Dès que j'ai été éveillé au goût des vins, j'ai commencé à mettre mon nez dans les armagnacs. Ce n'est pas un produit uniforme. J'ai été fasciné par les rencontres, les différences extraordinaires d'une ferme à l'autre. C'est pour cela que j'ai au Carré des Feuillants une carte idiote de 150 références qui n'intéresse personne et que je commente à quelques esprits éveillés. »
Feria
« Le mot est mal interprété. Ce n'est pas une fête avec ce qu'elle a d'artificiel, mais une foire, un rassemblement de gens avec des communautés de pensée, de rituel, d'acte. Dans ces endroits, je retrouve mon village et mon enfance. C'est le moment de l'année où l'on revient dans sa famille, comme les Gitans se retrouvent. »
Foie gras
« Je l'ai connu moins cher que le bœuf et toujours bien fait quand il n'y avait que du maïs naturel et pas de pesticides. C'est un produit galvaudé, mais il existe encore de vrais foies gras qu'il faut savoir choisir. Il y a des différences de goût selon les bassins, mais ils sont tous aussi bons. »
Adour
« C'est l'histoire d'un peuple. J'ai toujours rêvé que l'Adour rassemble les gens qui parlent la même langue, puisent à la même culture et mangent de la même façon. Cela devrait donner naissance à une équipe de rugby supérieure. Je ne suis pas des Landes. Je suis du Sud-Adour. »
Auteur : Tederic M.
13/06/11
Afficher Quauques grans de sau dou gran cousinè Dutournier en particulier, et peut-être donner votre avis...
Mon avis : aqueth Sud-Oèst diu se trobar entre lo Mont e Aush ;-)
Auteur : Gaby
15/06/11
Adixatz,

Qui lo Baix-Ador e la Xalòssa ne síinn pas de las Lanas, aquò qu'es la vertat sancèra.
Un gènt de Sent Sefrian, Preixac, Ostens, Lo Barp, Belin o Hoalhèrs qu'es mei landés qui no pas un de Mont Hòrt, Hagèt, Sent Sever o Gèuna.
Ua division administrativa no hèi pas un terrader e lo mesprés cap aus landés que vienè autaplan de Bordèu com de Xalòssa.
Alavetz Dutournier n'es pas landés e qu'a arrason d'ac díser. Totun, la soa concepcion deu "Sud-Ouest" qu'es pro estreta, xentz d'estar vertaderament caricaturau.
Auteur : H.Lartiga
16/06/11

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :