VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
732 mots
134 prenoms
1113 noms
4933 lòcs
409 banèras
1159 grans de sau
639 ligams =====>
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
(Aucune aire géographique ni thème recherché)
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasGrans de sau

mot = La
Langue - País
Gascogne bordelaise
La route de Latresne à Saint Macaire par le web.
Cette route touristique passe par Béguey, "Veguèir" en graphie occitane normalisée. C'est un nom gascon tot cagat, qui veut dire aussi "coq", en même temps probablement que "viguier".
Mais la "Route de François Mauriac", qui ignore la toponymie gasconne, se contente de donner l'origine latine "vicarius", plus lointaine...
Mès perqué nos cau tostemps léger los tieus messatges tan pècs ?
Auteur : Unitat dens la diversitat
10/07/05

Réponse de Gasconha.com :
E be pr'amor que i a un chic de libertat d'expression sus aqueste sit !
N'exageratz pas, totun ! Qu'aconselhi de demorar cortés !
Tederic
E poderenn estar lo medix pire, Unitat dens la diversitat e Anti Replegament Identitari.
Que'vs torni senhalar qu'a participat au murtri de Gascon Fanfaron.
Auteur : Halip Lartiga
11/09/06

Réponse de Gasconha.com :
Be'n cau parlar a la polícia !

Auta causa : lo "Mès perqué nos cau tostemps léger los tieus messatges tan pècs ?" ne se raportava pas a La "Route de François Mauriac". N'i a pas nada rason...
Qu'i deu i aver ua error d'atribucion de gran.
Pas grand chose à dire ! sinon à constater.. ! je lis... l'absence de propos vraiment étayés, par de vraies lectures ! (votre route ...est longue les petits loups).. une chose..est sure.l'oeuvre et le fond, de Mauriac, en est une autre ! je ne peux pas laisser dire n'importe quoi !
Mauriac saisissait, dans le vif argent, comme dans la pénombre des vieilles maisons.. le sens, le sentiment, comme le ressentiment, la souffrance, comme...les contradictions ..de son éducation... et l'âme , des Gascons !... je maintiens,qu'elle s'y trouve à jamais.... et sans condition..
à vos Mémoires intérieures ! pour nous contredire !..!
à mes amis, jeunes et vieux de Gascogne, et qui se reconnaitront !
au nom de tous les miens ! et ...des autres.
cordialement..
Gasconnette !
Auteur : gasconnette des pins
05/05/10
Je confirme ! Monsieur François Mauriac est bien des nôtres... tant pour ce qu'il écrivit, que pour tout le reste... de ses engagements... personnels,littéraires, poêtiques, que sais-je encore !
Je vais lire Mr Chaumeix.. attentivement, le Mauriacien contrevenant... il est tard et d'emblée, j'ai reporté à plus tard...mais Chaumeix...eix c'est Auvergnat !!!et c'est pire !
pas de blague..et.si c'est ça ! ça ne m'étonne pas !
sourire !
je vous suis Téderic !
Auteur : Liloye
05/05/10
Il semblerait que Mauriac, ne fasse pas recette... (sur place !) la culture non plus ! ça me fiche un peu la trouille ! ....au cap !...tous au cap !....
avec mes respects  !
Lilas des pins
Auteur : des pins de la lande
02/09/10
Entre "los tieus messatges tan pecs" dont on ne voit guère à qui ils s'adressent, un "Gascon fanfaron " plusieurs fois évoqué mais qui est, comme "M.Chaumeix" (qui est-ce ?) l'arlésienne de ce fil déjà ancien, on s'y perd mais la question de base, implicite, garde toute sa validité : en quoi l'oeuvre de Mauriac est-elle, entre autres clés de signification, l'expression de la gasconité des personnages, d'une culture propre, même banalisée sous le vêtement presque purement francophone ?
Réfléchissons-y, amis gascons et ...lisons ou relisons Mauriac pour trouver des éléments de réponse !
Auteur : Gérard S-G
21/11/12
Les messages de ce fil étaient plutôt délirants, et tu fais bien, Gérard, de tenter un rebond !

Ça tombe bien, j'ai relu du Mauriac récemment.
J'y trouve avec émotion de multiples évocations de ce qu'on appelle maintenant le "Sud-Gironde", les Graves, le Bazadais, les landes bordelaises :
la nature (les odeurs, la chaleur, la pluie, les mouches...) et les hommes.
Ces derniers sont souvent des bourgeois aux racines landaises, mais des figures populaires traversent la scène de temps à autre, ce qui nous vaut quelques rares paroles en gascon bordelais - Mauriac dit "patois", et on sent qu'il porte le mépris de sa classe pour la langue du peuple.
Mais il me semble qu'il sait aussi que sa classe est fraichement émoulue de ce peuple patoisant.

Les bourgeois terriens qui sont, dans les livres de Mauriac, en arrière-plan des mégères dominatrices et bigotes, sont plutôt bons vivants, chasseurs, libres penseurs parfois... Ils parlent patois à leurs domestiques...
Et je suis certain qu'ils avaient l'accent gascon !

Ces livres de Mauriac sont des photographies de la Gascogne bordelaise entre graves et landes.
Ils ne sont pas que ça, bien sûr, mais j'y vois un peu la même obsession amoureuse que chez Arnaudin, pour le pays de ses origines, de son enfance et de sa jeunesse.
Auteur : Tederic M.
21/11/12
Le roman de Mauriac qui illustre à mon sens le mieux cette obsession du pays de l'enfance qui est perdu, c'est Le Sagouin.
Ou comment le fils de l'instit, sain physiquement comme mentalement, produit des idées nouvelles de la République, l'emporte sur le fils du propriétaire terrien landais de l'ancien monde.

L'analyse de Tederic est la bonne sinon, à mon sens, et elle reproduit le schéma de la propre famille de Mauriac : des hommes bons vivants et libre penseurs, des femmes mégères et bigotes.
Est-ce qu'il n'y a pas quelque chose de gascon dans cette position centrale de la femme comme défenderesse des intérêts du clan ?
En tout cas, c'est un modèle qui dans ma propre famille, fut très répandu et qui me semble plus absent des descriptions du monde paysan d'autrefois ailleurs en France.
Auteur : Vincent P.
23/11/12
La diferença entre Mauriac e Arnaudin es que lo prumèir èra un borgés parisian que mesprisèva lo "patoàs" quòra lo segond, gascofòne, avèva de vrai la mèma cultura que los que colectèt.
Mès, solide, los personatges de Mauriac, eths, diven estar de purs Gascons !!

Auta causa :
-per vosauts, l'essenciau SEMBLA pas la lenga
-per los occitanistas de basa, la lenga es l'unic sutgèit de desbat (fau véser Jornalet.com.... quòra se parla de lenga, per questions pègas, i a detzenats de comentaris ahugats, senon i a quasi res !!)
...... I a pas moièn de trobar un compromis ?

=)
Auteur : Gaby
23/11/12

Réponse de Gasconha.com :
Aqueth compromís, Gasconha.com qu'ac cerca cada jorn !
Mauriac s'est coulé dans le moule parisien.
C'était le plus normal pour un fils de bourgeois, même enraciné dans un terroir gascon bien éloigné par la langue et tout le reste de la vie des élites parisiennes.
L'appartenance à une classe sociale favorisée ne pousse pas à la contestation de l'ordre établi (dans notre cas l'ordre français, centré à Paris), même s'il y a des exceptions.

Il aurait fallu une offre gasconne suffisamment conservatrice pour intéresser Mauriac...
Or il n'y a guère eu d'offre gasconne tout court.
Il y a eu du temps de Mauriac des tentatives de "ligue du Midi" qui n'étaient donc pas proprement gasconnes, ce qui ne les disqualifie pas forcément.
La mouvance de l'Escole Gastou Febus, avec Camelat et Simin Palay, a porté des idées conservatrices ou nostalgiques d'un ordre ancien.
Mais Mauriac ne pouvait se reconnaître dans des discours fondés sur la langue que lui méprisait, qu'il ne maîtrisait probablement pas et appelait "patois".

Arnaudin n'était peut-être pas issu d'un milieu si différent de celui de Mauriac. Moins riche quand même, et ça compte...
Arnaudin n'a pas non plus articulé ses hommages à la société landaise traditionnelle sur un patriotisme gascon ou même "d'oc".
Mais il est resté plus proche du peuple, dont, je suppose, il savait bien la langue (le gascon negue).
Il n'a pas été tenté par une carrière parisienne, ni même bordelaise.

Du coup, j'en arrive à Bernat Manciet, lui aussi issu de la bourgeoisie landaise, et qui a davantage inscrit l'amour de son pays natal dans un cadre gascon ou occitan.

La classe sociale ne détermine pas tout, en plus, il y a de grosses différences entre les différentes strates de la bourgeoisie.
L'histoire familiale, individuelle et intime joue aussi.

L'évocation de ces figures passées m'amène aussi à me demander qui sont, dans notre Gascogne d'aujourd'hui si menacée, les Mauriac, Arnaudin, Manciet... et comment on pourrait amener tout ce monde là à l'idée gasconne !-)
Auteur : Tederic M.
23/11/12
L'appartenance à une classe sociale ne signifie pas grand chose en effet de l'intérêt porté à la culture vernaculaire.

Au 18ème siècle, la bourgeoisie était en pointe de la francisation, du fait de ses intérêts commerciaux, quand la noblesse défendait les anciennes provinces et les lois d'autrefois.

A contrario, au début du 20ème siècle, ce sont des bourgeois qui se sont piqués d'écrire en "patois", quand le peuple abandonnait sa culture autochtone dans la communion morbide des tranchées de 14-18.

Tout est histoire de balancier.

Quant à Mauriac, pour un "parisien", je trouve qu'il a quand même largement insisté dans la veine régionaliste, et c'est un miracle si ses romans ne sont pas accusés d'un tel maux d'ailleurs, alors que tous mettent en scène des gens qui s'appellent Péloueyre et possèdent des pins en des lieux-dits nommés Argélouse.
Auteur : Vincent P.
23/11/12
Nous avons évoqué à différentes reprises avec Manciet, le cas Mauriac.
Il ne l'aimait pas. Jalousie d'écrivains ? C'est assez fréquent, et même presque systématique.
Toutefois ce rejet de Mauriac me semblait avoir d'autres raisons.
Mauriac gascon, aquitain ? C'est une blague ; Il était profondément parisien, et si peu bordelais. C'était si important pour sa "carrure".

Pour moi si on est sûr de sa qualité d'écrivain qui est grande, sa connaissance réelle de la "matière" de ses livres, je l'ai toujours ressenti comme une homme en villégiature dans ce pays, son Malagar à tout point de vue, une résidence secondaire.
Certes il a parfaitement démonté l'âme humaine, qui est universelle.
Son seul mérite vis à vis de notre région, est d'avoir affronté les salons parisiens en leur présentant un "décor", au risque de passer pour "régionaliste"(je crois que ça lui a été reproché).
Nous, en tous cas, ne lui accorderons pas ce titre, dans sa noblesse. Il a été un spectateur "intéressé". Au besoin il aura été un régionaliste parisien, à sa façon, comme beaucoup d'autres parisiens.
Auteur : Lo Pèir
23/11/12
En responsa au Pèir...
Mauriac a décrit le milieu qu'il connaissait de son enfance et qui donc lui était cher.
Ce n'est pas de sa faute s'il connaissait surtout sa classe bourgeoise en voie d'assimilation à la culture franco-parisienne.
S'il avait connu de l'intérieur le petit peuple de la même contrée, resté sans le vouloir plus fidèle à son héritage gascon, il l'aurait décrit, et tu lui accorderais alors le titre d'écrivain "régionaliste, dans sa noblesse" ?!
Pourtant sa démarche aurait été identique. Seuls l'objet décrit, le décor, auraient été différents.

Je n'ai pas lu tout Mauriac, mais presque tout ce que j'ai lu est ancré dans ce même décor de landes bordelaises. Ou alors c'est à Paris, mais avec Thérèse Desqueyroux...
Le seul que j'ai lu qui n'avait guère de héros gascons bordelais, se situait... dans une villégiature des Pyrénees gasconnes ! Là aussi, des autochtones chantent "en patois" (écrit Mauriac), mais je le reconnais, pour lui, c'est un détail qui semble sans importance.

Avait-il besoin de cet ancrage quasi-exclusif en Gascogne bordelaise pour faire carrière à Paris ? Je ne pense pas, et au contraire ça pouvait lui nuire.
Donc, comme toi, Pèir, je reconnais au moins ce mérite à Mauriac.
Mais ça m'empêche de le cataloguer définitivement comme "régionaliste parisien" !
Je dirai plutôt : écrivain enraciné qui a percé à Paris, pour sa qualité littéraire, quand même.
Il était ignorant de la Gascogne et du gascon, même si il en connaissait intimement des bribes, mais c'est son enracinement que nous pouvons apprécier.
Auteur : Tederic M.
23/11/12
De toute façon, cette "classe bourgeoise en voie d’assimilation à la culture franco-parisienne" n'en est pas moins gasconne parce qu'issue de familles gasconnes, parce que représentante d'une classe sociale de la société gasconne.

Je retrouve précisément dans les secteurs plus bourgeois de ma famille ces personnages des romans de Mauriac.
Oui, le français a pénétré cette classe sociale dès le 19ème siècle. Oui, ces bourgeois ont voulu s'acculturer.
Mais oui, ces gens-là représentent aussi la Gascogne, puisque nombre d'entre nous en sont issus. Il ne faut pas faire preuve d'un naturalisme exagéré : les paysans ne sont pas les seuls détenteurs de la Gascogne.
Auteur : Vincent P.
24/11/12
On peut habiter la Gascogne, et être d'origine allemande, anglaise, espagnole, portugaise, maghrébine... et de fait être gascon.
La gasconité c'est une présence physique, mais aussi intellectuelle, morale politique, économique, culturelle. Mais hélas cette présence, ou mieux cette origine ne sont en rien des garanties.
On sait très bien que l'idéologie dominante jacobine trouve complaisamment des relais dans toutes les classes sociales, mais dont les plus destructrices ont été dans la bourgeoisie, l'université, les fonctionnaires, les élus, car évidemment ils influencent la population par tous les instruments à leur disposition.
Comment se fait-il qu'il ne se soit pas trouvé dans ces "élites", depuis la défaite de Castillon quasiment de mouvement d'idée, de mouvement politique gascon capable de soutenir les intérêts politiques, matériels, lingüistique, culturel, de notre nation ? Le vilain mot ?
Sans doute par l'absence, la volonté, l'espoir d'un revendication nationaliste ? Hou là là ? Pour quel destin ?
Il est plus confortable pour les peuples dominés, et leur bourgeoisie, de courber l'échine.
Et la Gascogne est un petit peuple dominé... mais l'Euskadi...et la Catalonha aussi....
Auteur : Lo Pèir
25/11/12

Réponse de Gasconha.com :
"Sans doute par l'absence, la volonté, l'espoir d'un revendication nationaliste ?" : phrase à revoir, Pèir !-)
L'essenciau, ei la lenga, o la Gasconha ?
Que torni responer a aquò, de Gaby (http://gasconha.com/spip.php?page=ligam&id_ligam=160) :
"- per vosauts, l’essenciau SEMBLA pas la lenga
- per los occitanistas de basa, la lenga es l’unic sutgèit de desbat"

Ende jo, adara, l'essenciau qu'ei la Gasconha, e pas lo gascon.
Totun, qu'arribèi a la Gasconha pr'amor de la lenga (pr'amor e per amor !).
E soi impressionat peu pes de l'amor de "la lenga" dens los engatjaments occitanista o gasconista.

[Adara en francés, pr'amor que m'i vau escàser miélher :]
Je suis impressionné par le poids de l'amour de la langue ancestrale dans l'engagement occitaniste ou gasconiste.
Même gasconiste...
C'est même un problème pour moi :
cet engagement fondé sur la conscience d'une différence lingüistique touche, certes très fort, un nombre hélas réduit de gens, qui connaissent peu ou prou "la langue" (parfois seulement quelques lambeaux de phrases entendues d'un grand père...).
La langue, ou l'amour de langue, est un moteur sur-puissant, mais pour une petite minorité de la population, qui, de plus, n'arrive pas à diffuser sa motivation dans la population générale.
Un moteur pour aller où, d'ailleurs ?
Pour seulement sauver la langue ? Ou pour reconstruire une communauté - gasconne, pour ce qui est des gasconistes ?

Mon "mix" serait :
- accueillir et encourager ceux qui sont motivés par l'amour de la langue,
- tenter de faire déboucher leur énergie sur un projet plus large que la langue, un projet de reconstruction d'une communauté gasconne, au moins culturelle, qui d'ailleurs accroitrait les chances de sauver quelque chose de la langue,
- amener à ce même projet ceux, plus nombreux, qui n'ont pas la motivation de la langue, parce qu'ils ne la connaissent pas du tout, ou par d'autres raisons variées qui font que la langue ancestrale n'est pas un ressort chez eux.

Vous avez remarqué que la langue n'est qu'une rubrique ("lengue nouste") parmi d'autres, sur Gasconha.com.
Les autres rubriques (cuisine, architecture, histoire, jòcs, cants, peut-être chasse et pêche ou écologie demain...) sont supposées être d'autres ressorts d'une attitude pro-Gascogne.
Mais c'est la rubrique "langue" qui semble la plus forte.

Pourtant, je pense que si la langue est notre seul ressort, nous échouerons, aussi bien pour la langue que pour le reste.
Auteur : Tederic M.
04/12/12
Afficher L'essenciau, ei la lenga, o la Gasconha ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
"[Adara en francés, pr’amor que m’i vau escàser miélher  :]" ==  ! ! !

Solide que l'important n'es pas de parlar unicament DE lenga gascona. Mès ec fau hèser EN gascon  :

*se n'utilìsam pas la lenga, qui lo harà  ? ? ? Los que la saben pas ? ? ?*

Atencion, vòli pas diser que fau parlar en gascon aus que lo comprenen pas (seré briga pedagogic), mès au mens entre nosauts  ! ! !
Auteur : Gaby
05/12/12
Soi pas estonat que lo men "[Adara en francés..." e'n hasca subersautar quauques uns.

Duas responsas, Gaby :

- Sus Gasconha.com ne som pas "entre nosauts". Cau totjorn pensar a la grana majoritat, qui 'nse legissen shens jamei se manifestar, et tanben aus qui passan un còp (miats per Google, per exemple...)

- Ne soi pas sancerament gasconofòne.
M'avosse calut escríver en un gascon pro corrècte çò qu'èi escrit en francés, qu'i aurí  passat tres còps mei de temps.
Dejà, que'm caleva cercar dens lo "Tot en gascon" deu Pèir coma díser "ressort", "mix"...

Auteur : Tederic M.
05/12/12
Je suis venu à la Gascogne par patriotisme béarnais. Ce dernier s'articulait essentiellement autour de l'amour des paysages de mon enfance, de la passion pour l'architecture vernaculaire, de l'obsession des origines.

La langue n'a jamais été pour moi que le bruit de fond d'un monde qui s'évanouissait, un de ses marqueurs via la toponymie notamment.
Je suis orphelin des sonorités du gascon, assez clairement, mais je n'ai jamais séparé la déliquescence de ce dernier d'une analyse plus générale, que j'ai toujours voulu économique, sociale, sociologique.

Cette même analyse m'a conduit à faire le constat de la mort clinique du gascon, de l'inintérêt pratique d'axer une politique de reconquête régionale sur ce seul pilier bien fragile.
Pour autant, pour être en conformité avec moi-même, je connais le gascon, je ne le parle pas trop mal, j'en ai également une bonne connaissance philologique.
Pour autant, il s'agit plus là d'un jardin secret qu'autre chose, un snobisme même parfois, celui en plein Toulouse de pouvoir imiter à la perfection sur quelques phrases-types la prosodie des vieux.

Je ne pense pas que parler ou écrire le gascon donneront envie aux gens d'apprendre le gascon. Quand une offre scolaire est faite, ce sont les étrangers au pays qui en bénéficient, qui y voient comme une classe européenne de substitution.

Je suis persuadé pour ma part que donner envie de parler gascon passera par l'articulation d'un corpus idéologique gascon qui réfléchira à la gasconnité éventuelle des phénomènes socio-économiques actuels. On en parle assez ailleurs.

Si à l'échéance 50 ans, l'on parvient à ce que la jeunesse se dise "gasconne", car celle-ci cherche l'identification, face à Paris notamment, alors peut-être ce code secret consigné dans les grammaires qu'est le gascon pourra être ressuscité, comme l'hébreu des Israéliens. Mais on pourra tout aussi bien apprendre le basque ...

Dans les faits, nous serons tous français.
Auteur : Vincent P.
05/12/12
Je me suis fait rappeler à l'ordre pour avoir prononcé un mot, dont je trouve le substitut dans la prose de Vincent : Patriotisme.
Cela me convient parfaitement comme définition de ce que je pense, de ce qui me motive contre vents et marées.

Depuis dix ans la Gascogne est ENVAHIE.
Parlant à Nice avec des provençaux : Nous sommes 30% de la population, 30% de parisiens, et 30% d'origines diverses, et nous provençaux de Nice vivons entre nous.
Ici à Hossegor, nous sommes quasiment dans cette situation provençale.
J'aimerais dire que le gascon y est devenu une langue étrangère. Mais hélas c'est pire que çà, malgré "Adishatz" qui est sur place.
J'ai profondément aimé la Gascogne jusque dans ses défauts. J'ai aimé jusqu'à la moëlle de mes os notre langue. Je n'accepte pas le renoncement criminel des gascons.

Malgré tout ce qu'on nous raconte, et surtout ce que l'on nous tait, je ne trouve pas d'excuse à nos "élites", à leur abandon, pas un mot, pas une allusion à ce que nous sommes, ce que nous avons étés, à ce que nous pourrions être encore.
Abandon politique, abandon de notre histoire, abandon culturel !
Les dirigeants élus de notre "communauté" ont le devoir de nous éclairer culturellement comme économiquement. Mais ils sont tellement heureux d'être les faire valoir du jacobinisme ! Cà les pose !
Bon ? je ne sais si j'ai raison de prendre ce chemin que Halip a pris avant moi ?
Auteur : Lo Pèir
05/12/12
E'm pensi atau com Gaby que quen pòdem ecríver en gascon, que ns'ac cau har.
L'escriut qu'es ua dignitat tabé.
Après, sòlide que seràn comprés mélhe preus francòfònes sonque, mes s'espian aqueth site que vòu díser que son prèst a har l'esfòrt.

Après, cadun que s'ac hèi com vòu e lo mé importent qu'es le pertinença deus perpaus. Vertat. Mes, ací, que's cau poder legir gascon !!
Auteur : Castèths
07/12/12
País - Histoire
Gascogne bordelaise
Le Conservatoire de l'estuaire de la Gironde travaille à "promouvoir l'estuaire de la Gironde, entité culturelle, historique et touristique."
Langue
Beychac et Caillau
Gascogne bordelaise
Ecologie
Gascogne bordelaise
Un site très percutant et bien actualisé pour lutter contre le nucléaire en général et contre la centrale de Blaye en particulier.
Quand on sait qu'il n'est pas sûr qu'une centrale nucléaire résiste à une attaque d'avion comme celle de Manhattan, on a encore plus envie de soutenir Tchernoblaye !
Musique
Langoiran
Gascogne bordelaise
"Mazurka, rondeaux, bourrées, scottiches, valse, congo ... sont des danses traditionnelles animées par ce groupe. La troupe joyeuse n'hésite pas à se déplacer dans toute l'Occitanie et ailleurs pour vous faire partager cette passion dévorante."
Très bon groupe.
Auteur : inconnu
14/04/07

Réponse de Gasconha.com :
Sans doute, mais le ligam vers leur site ne fonctionne plus ce jour !
Langue
Gascogne bordelaise
Le Médoc, poste avancé de la Gascogne ?
Mais bon Dieu, pourquoi toujours vouloir affubler le gascon du ridicule épithète "occitan".
Gascon est un gros mot ou quoi ?
Une fois pour toutes, le gascon n'est pas un dialecte de l'occitan mais une langue d'oc autonome.
Auteur : Gascon fanfaron
30/04/05

Réponse de Gasconha.com :
Si nous voulons défendre la Gascogne et le gascon, nous avons en effet intérêt à présenter ce dernier comme "une langue d'oc autonome".
D'un point de vue purement scientifique, il est difficile de trancher entre langue et dialecte.
Depuis 1877, de nombreux linguistes l'ont pourtant fait. Mais ils sont absents des bibliographies, voire des bibliothèques, des "scientifiques" occitanistes.
Auteur : Gascon fanfaron
30/04/05
Même si il existe des différences dans la prononciation, le parler médocain n'en demeure pas moins du gascon.
Les bases sont les mêmes et il est nécessaire de conserver les particularités de chacun qui font le charme des régions.
Auteur : Valerie
16/09/05
Le très sérieux linguiste Jan Bec devrait prochainement sortir son futur atlas linguistique intitulé "Les langues gasconnes et béarnaises" aux éditions de l'Institut Béarnais et Gascon (avec à l'appui les travaux des très nombreux linguistes depuis 1877).
Auteur : Sébastien
16/09/05
Entà qué har tostemps pelejas dab lo Gascon e l'Occitania ?
Aquò ne hè pas avançar lo problèma qu'es : lo Gascon(o l'occitan) que va morir-se.
Que vau mièlher har publicitat tà la manifestacion deu 22 d'octobre a Carcassona e emplegar la lenga entà escriver.
Auteur : Andreu
20/09/05
Completament d'acòrd dab lo darrèr messatge :
tots a Carcassona lo 22 d'octobre qui vien !
Que'vs podetz har seguir drapèus de Gasconha se voletz...

Que n'i a hartèra d'aqueras polemicas inutiles e pègas !
Auteur : Eric Rey-Bèthbéder
12/10/05
Anar "manifestar" hòra dera terra gascona entath emplèc dera lenga deth país, aquò ua idèa deras originalas !
Que'm pausi ua question : s'eths Provençaus avèn organizat ua "manif" a Ais, e i estaretz anat vosauti ocitanistes aras granas leras ?
Auteur : Txatti
15/10/05
Que constati que i aurà Bretons, Catalans e Bascos a Carcassona lo 22/10... dilhèu monde drin ubèrts e conscients que l'unitat ei necessària...
Auteur : Eric Rey-Bèthbéder
19/10/05
Le Médocain est du gascon, donc de l'occitan spécifique de Gascogne.
C'est du gascon peut-être influencé par le passé limousin-saintongeais de la région au Moyen-Age (voir l'atlas de la Gascogne de Séguy), mais en 2005, c'est clairement du gascon.
Amistats
David
Auteur : David Escarpit
19/10/05
Mes plan segur la lenga medoquina qu'es gascona e occitana tanben !!!
N'èi pas jamei dobtat d'aquo, arrêtons un peu de chercher des poils sur les oeufs !!!!
Auteur : Emilia la medoquina estudianta bordalesa
28/12/05
Aquo es brail, le Médoc a lui même des variantes d'une commune à une autre comme tous le gascon médocain et bien évidemment de l'occitan nous faisons partie d'une grande famille gasconne-occitane.
Les plus anciens le savent bien, malheureusement il en reste de moins en moins, et naturellement qu'il faut sauvegarder du mieux possible notre particularisme.
Signé "un médocain de souche, lo Blonblon"
Auteur : GRIALLET
26/02/07
Histoire
Gascogne bordelaise
La dernière de la guerre de 100 ans.
L'Aquitaine dite "anglaise" y perd des milliers d'hommes, son autonomie et sa prospérité, devenant une partie du Royaume de France.
País - Histoire
Ambès
Gascogne bordelaise
Sur le site officiel de la Mairie d'Ambès.

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
lien !
(dans l'esprit Gasconha.com)
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Thème :

Commune (si votre lien concerne spécifiquement une commune) :

Pays (par exemple Médoc, ou Chalosse) :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Titre :

Adresse du ligam (lien) :
Prepausatz ligams / Proposez des liens !
(Les images illustrant les liens doivent être envoyes sparment, par e-mail.)

Attention :
Les liens proposés doivent s'accorder avec "l'esprit" de Gasconha.com, et son domaine gographique : la grande Gascogne, entre la mar, la Garonne et les Pyrnes, et mme, au Sud des Pyrnes, le reste du domaine vascon...