VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1687 mots
212 prenoms
2068 noms
3605 lòcs
451 banèras
962 grans de sau =====>
724 ligams
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams
Donnez le pourcentage de locuteurs !
Le grand tabou continue (sauf dans le titre) : on fait une enquête sociolinguistique mais on ne donne pas le pourcentage de locuteurs.
Donnez-le merde ! On se contrefout que le dit occitan ait une bonne image, les gens ont également une bonne image des vaches et des prairies vertes.

www.toulouse7.com/2011/06/15/1-habitant-de-midi-pyrenees-sur-2-parle-un-peu-loccitan
Auteur : Vincent.P
16/06/11
Afficher Donnez le pourcentage de locuteurs ! en particulier, et peut-être donner votre avis...
Adixatz brave monde,

Quau seré la conséquéncia màger d'aquò ? Valent a díser çò qui haré los occitanistas disóssinn la vertat ?
Assabentatz-me v'ac prègui. Pr'un còp, ne voi pas jo har de la lenga de sèrp.
Auteur : H.Lartiga
17/06/11
Quauques grans de sau dou gran cousinè Dutournier
Convié par "Sud-Ouest dimanche" (8 aout 2010) à choisir dans une liste de mots censés représenter le "Sud-ouest", voici les choix et les commentaires du grand cuisinier :
Arène
« Je peux retracer cinquante ans d'histoire sur la course landaise. Je connais tous les écarteurs, le nom des vaches, les troupeaux. Mon père m'y a emmené dès la petite enfance. Ma mère était là aussi, à Pouillon, Estibeaux. C'est beaucoup plus profond qu'on ne le pense. »
Armagnac
« Dès que j'ai été éveillé au goût des vins, j'ai commencé à mettre mon nez dans les armagnacs. Ce n'est pas un produit uniforme. J'ai été fasciné par les rencontres, les différences extraordinaires d'une ferme à l'autre. C'est pour cela que j'ai au Carré des Feuillants une carte idiote de 150 références qui n'intéresse personne et que je commente à quelques esprits éveillés. »
Feria
« Le mot est mal interprété. Ce n'est pas une fête avec ce qu'elle a d'artificiel, mais une foire, un rassemblement de gens avec des communautés de pensée, de rituel, d'acte. Dans ces endroits, je retrouve mon village et mon enfance. C'est le moment de l'année où l'on revient dans sa famille, comme les Gitans se retrouvent. »
Foie gras
« Je l'ai connu moins cher que le bœuf et toujours bien fait quand il n'y avait que du maïs naturel et pas de pesticides. C'est un produit galvaudé, mais il existe encore de vrais foies gras qu'il faut savoir choisir. Il y a des différences de goût selon les bassins, mais ils sont tous aussi bons. »
Adour
« C'est l'histoire d'un peuple. J'ai toujours rêvé que l'Adour rassemble les gens qui parlent la même langue, puisent à la même culture et mangent de la même façon. Cela devrait donner naissance à une équipe de rugby supérieure. Je ne suis pas des Landes. Je suis du Sud-Adour. »
Auteur : Tederic M.
13/06/11
Afficher Quauques grans de sau dou gran cousinè Dutournier en particulier, et peut-être donner votre avis...
Mon avis : aqueth Sud-Oèst diu se trobar entre lo Mont e Aush ;-)
Auteur : Gaby
15/06/11
Adixatz,

Qui lo Baix-Ador e la Xalòssa ne síinn pas de las Lanas, aquò qu'es la vertat sancèra.
Un gènt de Sent Sefrian, Preixac, Ostens, Lo Barp, Belin o Hoalhèrs qu'es mei landés qui no pas un de Mont Hòrt, Hagèt, Sent Sever o Gèuna.
Ua division administrativa no hèi pas un terrader e lo mesprés cap aus landés que vienè autaplan de Bordèu com de Xalòssa.
Alavetz Dutournier n'es pas landés e qu'a arrason d'ac díser. Totun, la soa concepcion deu "Sud-Ouest" qu'es pro estreta, xentz d'estar vertaderament caricaturau.
Auteur : H.Lartiga
16/06/11
Lengue de sèrp
"Les Mots d'ici" de Guy Suire, "Sud-Ouest", 04/12/10 :

"Serpe (n.f) Dans notre cher et discret argot local, ce substantif n'a rien à voir - quoique - avec l'outil à large lame qui rend encore de me nus services à la campagne. Traiter quelqu'un ou quelqu'une de serpe, c'est l'accuser de  : mauvaise langue, de colporter ragots et rumeurs, d'avoir comme disaient nos parents ... " un fisson empoisonné... ».
En référence à l'outil, c'est finalement quelqu'un qui ... « taille »."

Ce serpe "argotique" ne serait-il pas tout simplement le gascon "la sèrp" (le serpent) ?
Auteur : Tederic M.
13/06/11
Afficher Lengue de sèrp en particulier, et peut-être donner votre avis...
Aquò sembla evident !
Auteur : Gaby
15/06/11
Gascons en Argentine
Mon ami Robert Molis avait publié (en langue espagnole) "Gascones en la Pampa héroica".
Cet ouvrage avait trait aux émigrés qui partirent en Argentine, tels les Basques, peupler la région de Buenos Aires, de 1830 jusqu'à la veille de la première Guerre Mondiale.
Ces Gascons, "hispanisés" aujourd'hui sont à la recherche de leurs racines, mais méconnaissant le français, car descendants d'insoumis ayant refusé la guerre de 1914, ils n'ont plus entretenu de liens avec leurs familles en France et ont beaucoup de mal à s'exprimer.
Si vous doutez de leur présence encore importante en Argentine, vous pouvez faire un test, tous les noms de chez nous existent à Buenos Aires !
Reste à rétablir ce contact, "hispanophones" c'est à vous de tenter l'expérience !
Auteur : Guy Pierre Souverville
12/06/11
Afficher Gascons en Argentine en particulier, et peut-être donner votre avis...
"Il est un coin de France...
Où le bonheur fleurit
Où l'on connaît d'avance
Les joies du paradis
Et quand on a la chance
D'être de ce pays
On est comme en vacances
Durant toute sa vie."

Cette chanson de Luis Mariano, dont c'est le premier couplet, parle du pays basque.
Comme nous sommes vascons, elle nous concerne, quoique sa fortune soit finalement un phénomène français, voire franchouillard.
L'air est bien enlevé, mais les paroles, bien coulantes, sont niaises, et d'une légèreté indélicate pour le basque de base qui trimait toute sa vie à l'etxe...
Enfilage de clichés folkloriques, genre "Viva España"...
Et pourtant, c'est ce qu'on est amené à chanter dans nos repas festifs...
Alors, on cherche des paroles plus subtiles et justes ?
Auteur : Tederic M.
04/06/11
Afficher "Il est un coin de France... en particulier, et peut-être donner votre avis...
Guk euskaraz, zuk zergatik ez ?
Cela veut dire "Nous (on parle) basque, pourquoi pas toi ?"
Cet air "Guk euskaraz", très entrainant, est souvent joué par nos bandas gasconnes...
Auteur : Tederic M.
03/06/11
Afficher Guk euskaraz, zuk zergatik ez ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Arratsalde on deneri,

Zuek guztiek, Gaskoiek, zergatik ez ?
Musika horretaz tutik ez dakit. Ba al duzu lotura bat Tederik ?
Auteur : Filipe Lartiga
03/06/11

Réponse de Gasconha.com :
Bai, Halip :
www.youtube.com
Eskerrik asko zuri.
Auteur : Filipe Lartiga
05/06/11
Demanda d'arreviradas
Adishatz, Qui sauré revirar los mòts e expressions (Bordelés, Entre-duas-Mars) que seguissen  ?
s'abrondar
accipar
aclapit (affaissé ?)
s'afanar
s'agualhar las alas (Bazadais. S'arranger les ailes ?)
amarratge
s'arriplar
auger la garlampa
bansha
barrejalh (mélange, mêlée ?)
bojolar ?
clandinar
codena (una planta),
dardalh
defenit
destreminat
escaducat (en rapòrt damb caduc="idiot" ?),
s'esglanerar,
s'emmarganhar,
enfreidit (refroidi ? frileux ?)
(en)jabrosar (à peu près : recouvrir, joncher...)
escobalhar
“esquiris” (traduit par "anchois"... est-ce occitan ?)
fronhaduir
garrampor ? garrampós ?
grenopits,
gritar (lo pan de cada jorn)
humèc (= ahumèc = "fumeron"  ?)
longtena
(se) marronar
mau dringat
meisuit
la missardalha (les dévots ?)
monhut
una pèira gringalhuda,
moinar lo perdon,
parrac (=perrac ?),
" a patchoco"
peguilhèira
peron
dus ulhs shens perpèth
pigaunhon,
pimpanants d'olivadas
pimpiulas,
piòc (un aliment, en Bazadais)
plapa,
pochacrar
que cadun popi son mau
pòrtafotrau,
ragalat
de ralètas
au rapalh dau sorelh (à l'abri ?)
rapalhs
"dén sos rebouillats"
rejustir
retalhons (morceaux de tissu ? reliefs de nourriture ?)
rigassar (= ragassar  ?)
rogeirau (rougeoyant ?)
sarrançonar lo portau,
sudari (suaire ?),
trauca-camin (una planta)
tremolun (tremblant ?)
tròca : vòu díser "touffe" ?
tufar ?
Tanben, n'existís pas un dicò de gascon bordelés ?
Auteur : Gaby
30/05/11
Afficher Demanda d'arreviradas en particulier, et peut-être donner votre avis...
Adiu Gaby,

Gascon bordalés n'ic sèi pas, mès girondin que'n coneixi dus, lo de Moureau entau Pèis de Buc e lo de Vigneau entau Vasadés.
Ne sèi pas l'abat Caudéran se'n hadó un. Que n'i a tabé unh aut, mèi chicòi, d'un cèrt Gabriel Dubourg tà le lana girondina (Sent Sefrian, Austen, Sent Magne...).
Auteur : H.Lartiga
31/05/11
Ne i aurà lèu un. I sui a trabalhar...
Auteur : Dàvid
03/06/11
Jo tanben, David, justament, èi començat a trabalhar a un diccionari -dejà redde avançat. Podrem botar en comun nòstas recèrcas...
Pòdi t'enviar per corrièr lo document au punt on n'en sui. (per corrièl serà mens practic)
Auteur : Gaby
04/06/11
Adiu, e desolat de responder tant tardivament. Vòli plan, l'òme. Lo Tederic te pòt donar mon corric se t'interessa.
Aquestes mòts, pensi pas m'enganar en cutant qu'una brava part d'aquestes mòts venen de las òbras dau poèta Jan Maurici, de Linhan-de-Bordèu (astat Linhan-de-Craon), non ?
Fau hècis shau ad aqueste poèta, qu'inventa sovent fòrmas o abarreja mòts d'autes parlars occitans ende hargar neologismes.
Prau Vasadés, te conselhi mèitot lo lexic de Vigneau, Lexique du Gascon parlé dans le Bazadais, 1879, arre-editat per Boisgontier e Marquette aus Amics dau Vasadés, Quadèrns dau Vasadés, 1982.
Sinon, lo manescriut a la Bibliotèca Municipau de Bordèu es devath la còta Ms.2077).
Auteur : Dàvid
06/07/11
"Sur les bords de la Garonne quand vient le printemps c'est la chanson gasconne que l'on entend"
Je cherche la chanson :
"Sur les bords de la Garonne quand vient le printemps c'est la chanson gasconne que l'on entend,
tous les vieux airs pleins de charme qui font naître bien des larmes et bien des rires aussi,
emplissent les chemins sombres et l'on écoute dans l'ombre le doux refrain que voici :

refrain en Occitan
(se référant à Henri IV)
Auteur : PECHAUD
29/05/11
Afficher "Sur les bords de la Garonne quand vient le printemps c'est la chanson gasconne que l'on entend" en particulier, et peut-être donner votre avis...
Jeunes et déjà cons ... ou en tout cas sectaires (le texte commence à dater)
Admirons cela dit le surréalisme écrit dans la prose la plus maoïste du monde sur une question ... graphique.

"Lo Collectiu deus Joens Biarnés d’Occitania qu’ei un collectiu format per joens occitanistas biarnés en octobre passat. Qu’ei dab lo sentiment de que la politica lingüistica en favor de l’occitan a noste qu’èra travada qui avem creat aqueste collectiu. Que militam tà ua presa de consciéncia politica e individuau de l’importància de la lenga nosta.

A quauques dias d’ua eleccion cruciau dens lo departament deus Pirenèus Atlantics, lo Collectiu deus Joens Biarnés d’Occitania que desira brembar aus candidats de que la politica lingüistica en favor de la lenga occitana qu’a d’estar ua prioritat deu Conselh Generau dens las annadas a viéner.

Peu biais d’aqueste communicat que tienem a amuishar aus candidats de tots los costats politics la posicion deus joens biarnés. Qu’èm unanimes tà afirmar que i deu aver ua politica lingüistica de gran amplor de cap a l’occitan en Biarn (senhaletica, ensenhament, formacion, accion culturau…)

La posicion deu noste collectiu de cap a la grafia qu’ei clara. La sola grafia qui sia valedera tà escríber l’occitan (qui podem tanben aperar biarnés o gascon) qu’ei la grafia classica, reconeguda e utilisada per l’Educacion Nacionau, la sola grafia qui sia de bon compréner tau monde e notadament taus joens. Qu’ei sonque dab aquesta grafia que i pòt aver ua inter-compreneson dab los autes parçans occitans.

Au contre de çò qu’ua minoritat de personas pensa, lo Biarn ne deu pas demorar barrat sus si medish. Que partatjam dab un gran nombre de departaments la medisha lenga : l’occitan. Aqueste riquèr que deu estar un factor de communicacion e d’escambi.

Qu’esperam que la seguenta majoritat au Parlament de Navarra, quau que’n sia la color politica, que saberà responer favorablament dens las paraulas e sustot dens los actes a las nostas revendicacions, a las revendicacions de la joenessa.

LOS JOENS BIARNES D’OCCITANIA

PAU, lo 17 de Març de 2011"

losjoensbiarnesoccitania.wordpress.com
Auteur : Vincent.P
27/05/11
Afficher Jeunes et déjà cons ... ou en tout cas sectaires (le texte commence à dater) en particulier, et peut-être donner votre avis...
Dans le genre t'est pas mal non plus, les traiter de cons sans les connaître
TU EST QUI TOI VINCENT P pour te permettre ces commentaires de m....
Auteur : Miqueu Arroseres
27/05/11
ADI§ATS le jouenesse !

Ke suy un bielh de le lane ! Eskriwe en le boste grafy classike, ne-m agrade pa, mé brigue...
Ke-bs bourri respounde dap un messatge audio...
Do you have an e-mail ?
Amistats
Garlu$e de le Lëyre
Auteur : Garlu§e
28/05/11
Adjectifs malsonnants à part et sans désir d'aviver des polémiques peu productives, il faut bien admettre que ce texte sonne faux :
"Joens Biarnes d'Occitania",que vou diser aquo ? Les jeunes Béarnais "exilés aux quatre coins de l'Occitanie ?
N'est-ce pas "joens occitans deu Biarn" qu'ils voulaient dire ? (mais alors ça perdait le côté fièrement béarnais qui paye toujours un peu que donne "joens biarnes" et il a donc fallu adopter la formulation inverse qui veut dire autre chose ...
Pourquoi "joens" d'ailleurs sinon parce que le jeunisme est supposé mieux reçu que son contraire (politiquement les "vielhs biarnes " ne fait pas recette bien que les locuteurs soient plus nombreux de ce côté là  !)
Ensuite, pourquoi centrer ce rappel utile au respect de la culture locale avant une élection également locale sur la question somme toute secondaire de l'orthographe ?
Je crains bien que ce soit justement parce que cette question secondaire est essentiellement excluante ; le but vraisemblable de cette proclamation patriotique pourrait bien avoir été prosaiquement de barrer la route aux subventions départementales à l'"enstitut biarnes e gascoun"...
Tout ceci enrobé d'une phraséologie en effet digne des groupuscules gauchistes (maoistes ou autres,je pencherais plutôt pour trostkystes,mais bon  !) des facs bordelaises dans les années 70 .
Bref, pas terrible, en effet Vincent ! Espérons qu'ils feront mieux à la session suivante ...
Auteur : Gerard Sent Gaudens
28/05/11
Pour Vincent et Gerard j'espère bien que l'on va arrêter ici en Béarn de subventionner ce pseudo institut qui n'a d'institut que le nom dont il s'affuble, misérable entreprise de démolition néfaste et inutile que cela vous plaise ou non c'est en bonne voie et heureusement !!!
Miqueu Arrosères vieilh occitanista deu Biarn !!!
Auteur : Arroseres
29/05/11
Je pense malheureusement que la génération actuelle n'est pas en mesure de tuer le père, qui est pourtant l'acte fondateur de tout renouveau (les occitanistes n'ont-ils pas tué les félibres ?).
Non pas qu'il faille mépriser les ainés, loin de là, mais il faut savoir fuir les modèles paternels.
La génération occitaniste a enfanté des clones qui reproduisent par mimétisme le discours de jeunesse de papa.
C'est profondément ridicule en 2011.

Pour ce qui est du texte en lui-même, c'est digne d'une rédaction de terminale. Niaiserie politique : qui peut croire que la politique linguistique se doit d'être la priorité du département ? Cela ne peut l'être d'un simple point de vue juridique.
Toujours cet appel désespéré à l'Etat, ici un de ses démembrements, alors que le problème est celui du désintérêt de ce que l'on appelle la société civile.

Quant à la confession graphique (seule l'orthographe alibertine permet l'intercompréhension), elle révèle une grande ingénuité, presque attachante.
Grosso-modo, il faut travestir le gascon pour un bien supérieur, celui de l'intercompréhension de Bayonne à Nice. Zut alors, je croyais qu'elle était également orale.
Enfin, l'appel à l'ouverture du Béarn est puéril, je ne vois pas en quoi le Béarn des années 2010 serait fermé sur lui, lui qui accueille chaque année de plus en plus de nouveaux venus et s'ouvre aux modes du monde entier.
Nous ne sommes plus au temps de Caddetou.

NB : La langue que nous partageons avec un grand nombre de départements français, c'est le français ... même s'il est parfois difficile de reconnaître la même langue dans le sabir moderne marseillais "t'y as vu".
Auteur : Vincent.P
29/05/11
Miquèu,
je ne nourris aucune sympathie particulière pour les thèses de cet EBG (ce que j'en connais) mais utiliser une proclamation ampoulée dans ce genre pour assécher financièrement est du pur jeu politicard.
Je préfère ceux, comme vous, qui oeuvrent inlassablement dans un sens positif sans s'en prendre à leurs voisins !
Auteur : gerard s- g
29/05/11
Autant le mettre ici....
je suis tombé sur YouTube (chanson de Los de l'Ouzom) sur des commentaires un peut trop occitanistes... alors j'ai mis un message un peu provocateur (en gros, si c'est du béarnais, c'est pas de l'occitan  !!)
voilà la réponse  :

"Vos propos sont faux ! En Languedoc c'est le Languedocien et pas l'occitan , l'occitan en termes scientifique reconnu c'est ; , Famille de Langue parlées dans les pays d'oc , donc le Gascon , le Languedocien et etc sont bel est bien de l'occitan , il suffit de se renseigner et arrêter de croire à des idées rétrogrades et faussées par une éducation impérialiste.

Maintenant si vous n'avez pas d'arguments autre que vôtre seule parole je vous invite à vous renseigner.

Bien à vous."
Auteur : Christophe L.
27/07/11
Après la défaite de Paco Boya aux élections aranaises, l'axe occitano-catalan exulte
Voici la lettre envoyée par le président du CAOC : une fois de plus, leçon de surréalisme.

"Cars amics occitans,

Ièr i aguèt un càmbiament fòrça important a la Val d'Aran en l'escasença de las eleccions municipalas e del Conselh Generau. Ara lo novèl Sindic es Carles Barrera.

Amb Paco Boya s'acaba la demagogia, la megalomania e lo secessionisme e las malas relacions entre lo Conselh Generau e la Generalitat e las pus marridas relacions entre lo Conselh Generau e lo CAOC.

L'obstruccionisme e la tergiversacion de la Lei de l'Occitan s'es acabat.

Ara comença una novèla etapa de relacions occitano-catalanas de la Generalitat, del CAOC e del Conselh Generau d'Aran amb una tòca mai clara de trabalhar per l'unitat de la lenga e la cultura occitana, que pels catalans fa partida fòrça importanta del nòstre patrimòni cultural e lingüistic.

Tot çò qu'èra arrestat, ara se metrà en marcha, e sonque pòt s'alentir per la crisi o per la manca de sòus, mas lo procès a començat e degun l'arrestarà.

Lo CAOC es fòrça content perqué lo trabalh da 40 ans a estat pas en de badas e ara trabalharà amb mai de mejans oficials.

Coralament,
Enric Garriga Trullols
President CAOC"
Auteur : Vincent.P
27/05/11
Afficher Après la défaite de Paco Boya aux élections aranaises, l'axe occitano-catalan exulte en particulier, et peut-être donner votre avis...
Ne sei pas trop qui es aqueth CAOC mes qu'u podem endeviar hort de barlocs (cahots,se disem en francès) suu camin : que dubti qu'us agradi briga aus Aranès cambiar de lenga atau, deu gascon montanhou a l'occitan "centrau" !
Auteur : gerard s-g
28/05/11
A qué atz paur, brave monde ?
Los occitanistas n'ann pas jamèi volut d'ua lenga unica impausada. Maixantas lengas !!
Lo sénher Garriga Trullols qu'escriut en aranés blos, n'ic védetz pas ?
Aquò que'm hèi arríder pramor los Aranés que s'ann hicat lo lop a le bòrda e adara que vann pagar.
Que's sonn virats d'esquia a le soa identitat gascona, mei anar mei, en parlant d'occitan de tot bòrd. E occitan per 'cí, e occitan per'quí.
E bè adara qu'i sonn, que vann caler parlar l'occitan "vertadièr", lo solet, l'unic, lo nòble. Logic...
Auteur : H.Lartiga
02/06/11
Comment réagir face à une telle nouvelle ?
Alors, il est clair que le porc n'est pas de provenance locale, qu'il faut respecter les habitudes alimentaires de tous, mais tout de même, il y a quelque chose d'assez triste quand on sait l'importance du porc dans la culture bigourdane.

www.lasemainedespyrenees.fr
Auteur : Vincent.P
25/05/11
Afficher Comment réagir face à une telle nouvelle ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
C'est troublant cette histoire !!
Je doute fort qu'une communauté mulsumanne soit aussi importante à Séméac que certains départements de la banlieue parisienne.
Quand bien même, les populations autochtones mangent du porc. La Gascogne est traditionnellement "cochonaille", c'est un comble !! de ne pas respecter notre culture.
Auteur : GINOU
25/05/11
Moi ce qui m'amuse, c'est que cette minorité religieuse qui a l'air de vouloir nous imposer ses façons de vivre en supprimant de nos plats une viande qu'ils ne doivent pas manger vont eux-mêmes manger des produits avec de la gélatine alimentaire réalisée à partir de la couenne de porc ! Drôle non ?
La religion est bien une belle connerie quand elle impose ses pratiques sur une autre communauté.
C'est pourquoi la laïcité est la plus belle invention démocratique pour que les peuples puissent vivre ensemble en toute intelligence.
Auteur : Tédéric D.
26/05/11
L'application du principe de laïcité conduirait à ne faire cas d'aucune religion pour les repas de cantine, non ?
Sans doute que, comme tout principe, celui-ci doit être accommodé à la réalité...
La décision de la maire de Séméac est sans doute maladroite puisqu'elle laisse croire qu'une minorité religieuse et ethnique impose sa loi.
Mais nous sommes sur Gasconha.com, et c'est surtout la prise en compte des traditions locales ou régionales dans les menus de cantine qui doit nous occuper.
La tradition du porc est à conserver, à accommoder, à actualiser.

Ma préconisation personnelle serait, pour des raisons environnementales et sanitaires, de diminuer la consommation de viande dans les repas ordinaires, donc de l'inscrire surtout dans les repas de "hèste".
Nos aïeux devaient plus ou moins faire ainsi, par contrainte économique.
Concrètement, cela signifierait que la plupart des repas de cantine seraient végétariens.
Les repas de fête servis à l'école offriraient de la viande, en Gascogne du porc.
Pour un repas de fête (2 ou 3 fois par an), on pourrait prévoir un accommodement pour les communautés qui interdisent de manger du porc.
Auteur : Tederic M.
27/05/11
La laïcitat aquò diu pas èster "estigmatisar las religions que son pas originariament dau lòc", ni "interdiser totas las religions", aquò diu permèter a tots los cresents de practicar lur religion, e que caduna èsti l'egala de l'auta.
Triste monde on i a tant de gents intolerantas. Signat : un non-practicant.
Auteur : Gaby
06/12/11
La dialectique laïcarde cache bien évidemment (mal) une certaine aigreur muette envers les musulmans.
Comme d'habitude, par peur des musulmans, par méconnaissance, et surtout par peur de se découvrir raciste auprès de la gens abreuvés de politiquement correct (le korrect thinking des néo-marxistes de l'école de Francfort en réalité), on ne s'impose pas culturellement pour intégrer autrui (à quoi ? au vide flamboyant de la laïcité et de la modernité, religion non révélée mais tout aussi dogmatique et kafkayenne qu'une autre ?) alors on préfère se désintégrer.
Au lieu d'installer une solution (même précaire) on se coupe une jambe en espérant par ce sacrifice prouver à la doxa son zhumanisme éclairé de fils de la révolution droidelhommiste de gôche.
Seulement du côté des musulmans on est perplexe ("rrrho les idiots !") et méfiant ("nous zaiment pas ces gens"), solide et en complète renaissance culturelle, et on est sur ses deux jambes.
Un pays colonisé (ne serait-ce que par la connerie comme là) est un pays colonisable.
Auteur : mica
05/01/12
Du temps de mes grands-parents ils n'auraient pas eu l'occasion de demander autre chose que le porc et n'auraient même pas eu le loisir d'y penser, comme ce temps étaient aussi celui de leurs grands-parents (aux musulmans) et bien, en bons musulmans en terre impie ils auraient développé une solution en interne, sans bruit, sans pleurniche communautariste, dans la discrétion et l'humilité toute musulmane qu'ont perdu tous les néo-muz à l'anglo-séoudienne d'aujourd'hui qui fuient leur pays et les terres musulmanes pour mieux en chanter les louanges de loin.
Le problème n'est pas qu'ils soient musulmans, c'est qu'ils ne le sont plus et c'est ça qui n'est pas compris ici.
Auteur : mica
05/01/12
Un sous-préfet communautariste ?
L'été dernier à Vendays (Médoc), de jeunes saisonniers trouvaient commode de loger sur l'aire des Gens du voyage, croyant que la possession d'un "livret de circulation" et le fait de ne pas avoir de domicile fixe leur en donnait le droit...
Pas du tout, selon le sous-préfet de Lesparre : "les gens du voyage sont [eux] organisés en réseaux, affiliés à des associations" [bref, ils forment une communauté !].
[source : "Sud-Ouest"]

Les jeunes saisonniers ont-ils pensé à invoquer la Constitution qui "s'oppose à ce que soient reconnus des droits collectifs", prétexte invoqué plusieurs fois par le Conseil d'Etat ou le Conseil constitutionnel pour refuser des droits à l'emploi des langues "régionales", de même (sauf erreur) que pour censurer la notion de "peuple corse" ?

C'est bien de reconnaître une communauté des "Gens du voyage"*, qui existe bel et bien, mais alors il faut cesser de faire de l'anti-communautarisme un dogme d'Etat !

* Le fait que cette communauté soit soumise à des obligations particulières éventuellement injustifiées est une autre question.
Auteur : Tederic M.
24/05/11
Afficher Un sous-préfet communautariste ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Interdiction de la langue des signes à l'usage des sourds, à partir du congrès de Milan de 1880. Extraits de fr.wikipedia.org--Histoire_sourde#Le_congr.C3.A8s_de_Milan  :
« Même si quelques voix se font entendre pour défendre le maintien de la langue des signes, la grande majorité des congressistes conclut à la nécessité de promouvoir la méthode orale proscrivant la langue des signes.
En France cette méthode est appliquée dès la rentrée d'octobre 1880 car le ministère de l'Intérieur (qui gère les écoles pour sourds) a déjà en projet de généraliser la méthode orale à tout le territoire dès 1879.
En définitive, les conclusions du congrès coïncident donc avec une volonté politique ; il faut préciser que le congrès de Milan n'a aucune valeur exécutive ni en France ni dans les autres pays. »
« Durant un siècle, jusque dans les années 1980, la langue des signes est interdite, méprisée, et marginalisée aux seules associations de sourds. Dans les établissements les moins stricts, elle est permise aux cours de récréation.
Ceci explique les difficultés pour les sourds les plus âgés de tenir une conversation en langue des signes devant des entendants sans avoir un peu honte.
Cependant, durant les années 1980 se produit ce que les sourds appellent le « réveil sourd » . »
Quand aura-t-on une laïcité non intégriste (= fermée sur une unique doctrine), donnant une intégration ouverte (qui ajoute une culture commune sans retrancher la culture initiale) ?
Ma réponse : Quand on n’aura plus peur de ce qui est différent de nous, et de ce qu’on ne connait pas (langues, cultures, religions).
Auteur : l'aurador
06/03/12

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :