VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1677 mots
211 prenoms
2043 noms
3581 lòcs
450 banèras
930 grans de sau
719 ligams =====>
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
(Aucune aire géographique ni thème recherché)
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasGrans de sau
Jòcs, hest@s, heir@s
Gascogne bordelaise
"Permet de descubri tout lou petit mounde aoutourn dou Ciroun :
dempuy les lagües de Lubboun, en passan per les lanes, lous doucs, lous paloumeys, lous castets de Cazeneuve, Villandraout, Saouternes, Boumes é Pujos, dinca Barsac, ses bignes é la Garoune.
Tout aco dab broyes fotos é une fine prose que baille embéje de pédala den lous pins.
Ey assajat...Ey adouptat...
Adichats"
[Bernat]
Boumes ou Bomes alors ?
Auteur : Vincent.P
10/11/08

Réponse de Gasconha.com :
Un partout !-)
"la" pignada sur la page d'accueil, ça fait quand même mauvais genre.

Cela dit, la page GOUALADE-ST MICHEL DE CASTELNAU montre de belles photos, avec la bergerie circulaire de Goualade.
Auteur : Tederic M.
14/12/11
Toulouse
Gascogne toulousaine
"60 associacions qui oeuvre pour la langue et la culture occitane, lieu d'exposition, centre culturel occitan, enseignement.

Dubertura de las 10 del matin fins a las 6 oras del ser."
C'est n'importe quoi !
Tellement les occitans n'ont aucune indentité historique, ils se servent de celle des Gascons antiques de César !! pfff...
Ne cau pas har aquo... Ne cau pas, n'ei pas plan... grrr
Auteur : Bin'
06/11/08

Réponse de Gasconha.com :
Plait-il ?-)
Ce qu'il y a de dommage c'est qu'à terme ce nom remplacera celui des Hôtels de Boysson et de Cheverry.
Quant au faux-populisme Occitània, il me semble pédant par honte du caractère savant du terme Occitania, comme si une prononciation populaire reconstituée pouvait cacher le caractère éminemment intellectuel du concept d'Occitanie.
Auteur : Vincent.P
06/11/08
Bin, tu as changé l'adresse de ton blog ? je ne le trouve plus ????
Auteur : Joan.Peiroton
06/11/08

Réponse de Gasconha.com :
Bin, débordant d'imagination, a créé un nouveau site, qui sera bientôt en ligam sur Gasconha.com.
Comment dit-on en gascon "donner le tournis" ?-)
Aqueste Bin' be'ns amorreix dab tots los sons blògs !
Auteur : Hlo
07/11/08
Prospective
Gascogne médiane
[2014 : ligam mort] Ce réseau, qui regroupait Agen, Bergerac, Périgueux, Villeneuve-sur-Lot, Libourne, Marmande, Nérac, semble en sommeil  à moins qu'il fonctionne dans la plus grande discrétion, mais ce ne serait guère conforme à son ambition :
"Compte tenu de ses atouts et de ses potentialités, la Guyenne a vocation dans le sud ouest, et même à l'échelle nationale, à promouvoir une personnalité reposant sur le développement durable, c'est à dire sur le qualitatif, sur l'environnement, sur la nouvelle économie rurale, sur des nouveaux produits touristiques."

C'est une bonne idée de promouvoir une nouvelle Guyenne en misant sur le qualitatif, et des alliances locales.
Gasconha.com verrait bien la Gascogne faire pareil.
Mais pour une action durable en commun, les participants ne doivent pas être trop hétérogènes : entre Libourne et Nérac, quel est le rapport ? Agen et Périgueux sont des chef-lieux de départements : autre taille, autre économie...

Il faut rappeler aussi que dans cette liste, et suivant le critère historico-lingüistique, Nérac est clairement gasconne, Marmande est plutôt gasconne, Libourne l'est encore un peu, Agen aussi par son rayonnement sur le Brulhois (Brulhés). Les autres non.

Logiquement, Gasconha.com suggère de nommer "Guyenne" les pays où on parlait le languedocien guyennais, et pas ceux où on parlait gascon.
De ce point de vue, plutôt que d'empiéter sur la Gascogne, le réseau "Nouvelle Guyenne" aurait dû regarder vers le Quercy, guyennais lui aussi, comme le Rouergue* (alors qu'un autre réseau de villes, de Montauban à Brive, s'appelle "Villes d'Oc et du Quercy").

*Selon Wikipedia, "la Guyenne linguistique fédère :
- l'Agenais (47)
- le Bergeracois et le Périgord noir (Sarladais) (24)
- le Quercy (46 & 82)
- le Rouergue (12)"

La langue commune dit une histoire commune. Une nouvelle conscience collective guyennaise peut-elle naître ?
Gasconha.com le souhaite. Aux guyennais de répondre ! Si la Guyenne renait, tous les espoirs sont permis pour la Gascogne, qui n'est pas tombée tout-à-fait aussi bas...
Et elle se relève, elle se relève !
Auteur : Gascoun
03/11/08
Guyenne, ce n'est qu'une déformation du mot Aquitaine, qui, selon moi, vient lui-même Auscitania, le pays des Auscii, c'est à dire des Vascons (et non pas Aquitania, pays des eaux).
Les deux termes "Aquitaine" et "Guyenne" sont donc des doublons, mieux encore ! Si on admet que le terme Vasconia se base sur la même racine, désignant le même peuple pré-romain, alors "Guyenne" et ... "Gascogne" sont des doublons !
Un peu de sérieux : les trois mots "Aquitaine", "Guyenne" et "Gascogne" désignent originellement la même idée.
C'est tardivement qu'une distinction géographique entre ces trois termes (l'Aquitania romaine), la Gascogne d'Ancien Régime) a vu le jour.
Le secteur dont vous parlez est la zone nord-languedocienne. On y parle un languedocien tempéré et influencé par des éléments nord-occitans.
Auteur : David
13/11/08
Langue - Jòcs, hest@s, heir@s - Musique
Biscarrosse
Landes-Adour-Chalosse
Au moins y a écrit "Gascon".
Auteur : Ben
26/01/08

Réponse de Gasconha.com :
Oui, et logiquement, c'est un emblème gascon qui devrait figurer ici. Que'ns demora trabalh, qu'ac sabem.
Qu'ei notat tanben, dens lo contengut de la loa paja "cant", que n'an pas integrat que lo biarnés es lingüisticament gascon : "chants traditionnels d'Occitanie en français, gascon, béarnais".
Mès l'associacion qu'es hòrt simpatica.
Bah... aqueth imadge que'm hè hasti...
Auteur : Flo
27/01/08
Aquera Flo que deveré començar de plan escríver lo gascon abans de n'estar la eròia natra e blosa !
Aqueth hasti dont parla e seré l'auta cara de l'òdi qui randoleja dens lo son cap quauque drin trebolat ?
O dilhèu aqueth òrra nacionalisme gascon qui ei autan plan sordeish que lo nacionalisme occitan.
Vivant de doblevant, essajatz de v'estar aunèste dauna o damisèla.
Auteur : Reyna-Valenti Manuel
07/06/08

Réponse de Gasconha.com :
Duas arremarcas :
- "Flò" qu'ei un mossur.
- Se pòt deféner lo gascon shens n'aver ua coneishença perfèita, e urosament, pr'amor que sinon lo gascon e mancaré lèu de defensors, e ne n'auré pas bric dens la joena generacion...
Que'm podetz díser dauna o damisèla, mes qu'aimi mes mossur !
Ta commençar, desolat d'aver provocat ua polemica dab aqueth vielh messadge un drin mauadret, qu'ei vertat.
Merci a (Mossur ?) Reyna-Velenti Manuel d'aver pres quauques minutas enta m'arrespóner.
Que l'arresponi de que sòi tostem deu medix avís, mes oei qu'emplegarí ua frasa mes doça, com per exemple, "n'aimi pas tròp aqueste (qu'ei mes corrècte aquerò, pensi) imadge".

No judgi pas l'associacion era medixa, que hèn segurament un tribalh deus bons ta sauvar lo Gascon.
Ta çò qui tòca a la mia coneixença deu gascon, eh bé, qué poix arrespóner... ?

Hètz beròi
Auteur : Flo, Flò, o encoèra Hlo
21/10/08
Suus "òrras" nacionalismes gascon o occitan :
Ne son pas piris que lo nacionalisme francés, e n'an pas dinc adara pleat los cemeteris ni cobert los monuments aus mòrts com aqueth darrèr (guerra de 14-18...).
Auteur : Tederic
08/06/08
Adixatz,

Que coneixi hòrt plan aquera associacion de Biscarròssa e los sons caps.
Vertat qu'ann causit ua simbolica occitana. Totun, que'vs poix assolidir de que's dísenn tostem gascons e pas jamèi occitans.
Los cors de gascon qu'amàssann 45 escolans, que hènn tiatre pertot capvath lo despartiment ond apreséntann las soas creacions, escrivudas per monde de l'associacion.
Que hènn un talhèr de cantas, sortidas, animacions...
La soa lenga qu'es un gascon pro blos e naturau, un gascon negue deu Bòrn.
Dissabte qui vienn, que serann en Aunessa e Laharí ond joguerann la soa creacion tiatrau "Mòrt o viu", e que soi assolidit la sala que sera plea, com de costuma.
Aquera associacion GASCONA, mau sii l'iconografia occitana, qu'es uei la mei vitèca deu despartiment de las Lanas, dab mei d'un centenat de membres.
Auteur : Halip Lartiga
20/10/08
Podem laudar los "Biscarròsses" peu tribalh mager, extraordinari, que hèn.
Qu'es sonque de dòu har qu'un blason de Gasconha sia escarnit peu blason lengadocian, hòrt beròi solide, mès totauments a-istorica ací !!!
Auteur : Lo Pèir de Laharí
24/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Lo drapèu (drapèth ?) damb la crotz occitana e l'estela que vòu representar l'Occitània en generau, e pas solament lo Lengadòc.
Doncas, n'es pas incoërent qu'ua associacion occitanista l'utilize.
Totun, que seré mei eficaç, pensi, de botar en davant simbèus (symboles) mei locaus, mei "biscarrossians".
Medish si n's agrada totjorn ua reférencia a la Gasconha, ne n'i a benlèu pas besonh ací : que i es dejà, damb lo mot "GASCONS".
[Tederic]
L'estela a sèt barrancas qu'arrepresenta las sèt provicias occitanas, que Gasconha n'ei ua.
Ont ei lo problemi ? Non vesi pas de negacion deu particularisme gascon, mes l'integracion dens ua dynamica generala.
Auteur : David
28/10/08
Langue - Histoire
(Arrevirat de cap au gascon per Halip Lartiga, en partint deu tèxte castilhan - document "Word")

Ua dissertacion sus l'identitat gascona, per Gabriel Artigue, arrèr-hilh de gascons emigrats en America deu Sud.
Las soas observacion deu present e coneishença istorica que son bonas, la soa pensada pro rigorosa.
Los qui poderan legir aquera arrevirada en gascon deus mei gascons, probable que son dejà guanhats a la gasconitat (ua gasconitat causida), mès qu'i trobaran un encoratjament.

Endeus autes, que caleré un "résumé" mei aisit, e benlèu en francés.
Landes-Adour-Chalosse
[2014 : nada activitat !] "Merci de relayer notre action."

Voilà qui est fait !-)
Mais ne nous confisquez pas la Daüne !
La Chalosse indépendante et réduite à ses frontières historiques, autrement dit sans le pays de Rivière-Luy (Amou, Arsague, ...) se devra de rétrocéder Monget à la Vicomté de Béarn, injustement attribué au département des Landes et opprimé depuis plus de 200 ans par ces néo-lanusquets de Chalossais.
Auteur : Vincent.P
09/10/08
Absolument débile.
Auteur : inconnu
10/10/08
Mouvement de libération de GIBRET et de BOUHE-CUL.
Auteur : Nhanhon de Pernaut
10/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Boudïou, que i a lou huec, en Chalosse ! (en supausar que Gibret e Boha-cuu son en Shalòssa !)
Ne sont pas en Chalosse et sont frontaliers d'elle dans le sens inverse des aiguilles d'une montre :

Pays d'Auribat : Lourquen

Agués (Pays de Dax) : Gamarde, Hinx (la bien nommée), Sort (dit abusivement en Chalosse)

Gert et Pouillon : Poyartin Mouscardès

Rivière-Gave : Tilh

Rivière-Luy : Arzague, Amou, Nassiet

Béarn : Poudenx

Tursan : Arboucave, Samadet, Coudures, Montgaillard.

Voici la Chalosse ainsi ceinturée.
Hormis le Tursan, tous ces micro-pays se sont évanouis.
Auteur : Vincent.P
10/10/08
Rajouter à la liste pour compléter le tour :
Marsan : Saint Pé du Mont, Saint Perdon, Oeyreluy
Auteur : Vincent.P
10/10/08
Visca Sent Sever, cap de Gasconha !
Auteur : Gerard dit Joan o Joan-Ge
14/10/08
Y a des fous partout !
Auteur : Lou Bin'
15/10/08
Qué cau ha attention !!
Mounyet biarnès qué bertat aquo ?
Ayant passé une grande partie de ma jeunesse à Montagut, village confinant à Monget mais en Bearn, j'ai aussi entendu dire que ce dernier etait autrefois partie integrante de la Chalosse. Qué cau saber adare ou commence une contrée et ou finit l'autre !
Si vous suivez les limites departementales actuelles, cela relève du jeu de piste.
Selon vous, où commence alors le Bearn à Monget ?
Auteur : Bouilhet
20/10/08
Montagut a toujours été en Béarn, aussi bien au spirituel qu'au temporel.
Son nom indique très bien qu'il s'inscrit dans une toponymie de frontière. Le village figure dans le recensement de 1385.

Monget n'était pas dans le même cas puisqu'il ne relevait de Lescar que sur le plan religieux.
La frontière entre Béarn (au sens de cité romaine de Beneharnum) et Chalosse (en fait Chalosse aturine, cité d'Atura) passait entre Mant et Monget.
Auteur : Vincent.P
08/12/08
Langue - Vasconie - Architecture
Hossegor
Landes-Adour-Chalosse
Je vous soumets un nom de villa d'Hossegor d'origine basque qui ne figure pas dans votre liste : Ene Sehasca, mon berceau.
Voila c'est tout, bravo pour votre site.
Auteur : Guillaume Fabre
30/04/05

Réponse de Gasconha.com :
Merci ! Ene Sehasca a été rajoutée à la liste.
Interessant, captivant, mais regardez aussi le site de www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr ; faites une recherche avec le nom "Soorts-Hossegor".
Une énorme base de données du ministère de la culture avec photos et texte.
Merci
Auteur : Patrick FUMA
30/04/05

Réponse de Gasconha.com :
Très intéressant ! Merci.
Quelques suggestions :
induzkian est sans doute iguzkian (=au soleil) ; iriño bat = un sourire ; margaita etxea = maison Marguerite (le prénom)  ; Ohat Zea est probablement ohantzea = le nid
Auteur : Eukalduna
04/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Milesker, ces indications seront intégrées au tableau des noms de villas.
Suggestions intégrées au tableau !
Auteur : Tederic
07/10/08
ametza = chene tauzin !!!!

ce n'est pas plutot "le reve" ?

independentzia, gure ametza = l'independance, notre reve
Auteur : Julian
18/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Si si...
ametza = quercus pyrenaicus (c'est bien une sorte de chêne, je ne sais pas si c'est le tauzin, mais puisque Gasconha.com le dit !-))
ametsa = le rêve
[3000 Hiztegia]
En principe, le "z" et le "s" ne se prononcent pas pareil en basque : le "z" siffle et le "s" chuinte !
Dans la réalité des parlers basques, il semble qu'il y ait des passages entre les deux.
(Tederic]
Que cresi que lo "tausin" era "amestoya".
Benleu...
Auteur : Julian
19/10/08

Réponse de Gasconha.com :
3000 Hiztegia que balha :
ameztoi, amezti : (Bot.) quejigal, marojal o bosque de carvallos*
Tot aquò vira autorn de la cassoèda, cassanha, tausièda...

*bosque de carvallos = bois de rouvres

Le suffixe basque "toi/doi/toy" veut dire "bois planté de..." (sauf erreur... seré miélher qu'un bascofòne digosse tot aquò !).
Ex : sagardoi = pommeraie (cresi...)
[Tederic]
Superbe proprietes.
Auteur : inconnu
23/05/10
Langue - Histoire - Vasconie
Un degré de gasconnité est calculé pour une liste de localités.
Aragnouet et Barrancouéu (département des Hautes-Pyrénées) sortent premiers, avec un degré de gasconnité de 100% !
Le coeur de Gascogne n'est pas exactement où on aurait pu le penser...
Pour rassurer les infortunés ressortissants des zones périphériques les plus claires, celles entre 50 et 69% de gasconité :
Un coeur sincèrement gascon en fait des Gascons à 100% ; et des coeurs gascons, il y en a à sept mille kilomètres, à dix-mille kilomètres d'Aragnouet ou de Sainte-Anne. Ils ne parlent plus gascon. Ils ne parlent même plus français.
Auteur : Arnulf
27/07/08

Réponse de Gasconha.com :
Bien sûr ! un ressortissant d'une zone à gasconité faible a autant de valeur qu'un habitant d'Aragnouet et Barrancouéu.
Cette étude du degré de gasconité a pour but de comprendre notre histoire, pas de hiérarchiser les hommes selon leurs origines.

Cependant, si un ressortissant d'Aragnouet passe par ici, on peut lui dire que le hasard a fait de lui l'héritier de traits culturels ou lingüistiques résiduels et devenus rares. Un peu comme pour les basques, ou les indiens d'Amérique !
Mais il peut arriver que les héritages soient gaspillés ou réduits à néant, ou qu'on ne trouve plus d'héritier, et que l'héritage soit transmis à une communauté plus large...
[Tederic]
En 769 (ou à peu de chose près) Charlemagne confirme au duc Loup II le gouvernement du duché de Gascogne.
Ce duché correspondait à l'ensemble de la Novempopulanie.
Au sein de ce duché, les historiens reconnaissent un comté dit "comté particulier des gascons". Ce comté comprenait, d'après de Marca, le Béarn, Oloron, Acqs,Aire, et Labour ou Bayonne.
Sa comparaison, 1239 ans après, avec ce qui en a survêcu dans la carte de la gasconnité ne manque pas d'intérêt.
Amistats.
Auteur : Philippe Raufaste
22/08/08
Je trouve ce classement plutôt stupide et de nature à blesser ceux qui combattent pour rendre à la Gascogne sa véritable dimension linguistique, historique et culturelle.
Il n'y a pas une mais des Gascogne.
Le Cap-Ferret et Rabastens-de-Bigorre, sont deux extrêmes, deux vrais visages de la Gascogne, pleinement gascons l'un comme l'autre AU MÊME POURCENTAGE !
Quelle stupidité que ce classement aux relents eugénistes, pour ne pas dire bien pire.
On vam atau  ? Quina Gasconha volem har ?
Si les données utilisées pour cette peguessa sont celles de l'Atlas Linguistique de Séguy, je tiens en outre à souligner qu'il est lardement dépassé, erroné et approximatif.
Une étude sérieuse sur le terrain le contredit bien souvent.
N'entrons pas dans ce genre de débats stupides (soi mei gascon que tu  !) ou nous serons nombreux à nous en aller pour ne plus revenir.
Auteur : David en colèrassa
03/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Plusieurs réactions comme la tienne, David, montrent que cette présentation peut être mal interprétée.
Elle comporte en effet le danger de hiérarchiser les individus selon le degré de gasconité de leur parçan.

Il faut voir dans ce degré de gasconité une information lingüistique et historique.
Il n'est pas scandaleux, par exemple, de dire que Sent-Lis a un parler plus gascon que celui de Toulouse et moins gascon que celui de Lannemezan ou de Peyrehorade. (voir L'OCCITAN GASCON TOLOSAN DE SENT LIS).
Ce n'est pas scandaleux de le dire, et c'est très intéressant, parce que ça dit quelque chose sur l'histoire de Sent-Lis.

Quant on bâtit la Gascogne sur le critère lingüistique, et c'est le choix que je fais pour Gasconha.com, on ne peut pas ignorer les isoglosses, et donc les degrés de gasconité.
On peut bien sûr contester le tracé des isoglosses, c'est une autre question.

De plus, un gascon n'étant en rien supérieur à un non-gascon ("gasconité de 0% !"), quelqu'un qui vient d'un parçan à "gasconité de 80%" n'est pas supérieur à quelqu'un qui vient d'un d'un parçan à "gasconité de 20%".

Que la carte de la gasconité puisse être interprétée dans un sens raciste doit nous inciter à la prudence, mais ne peut pas nous empêcher d'étudier et de dire l'histoire de la Gascogne et de sa langue.

[Tederic]
Continuons !
Continuons à proner cette vision normée et réductrice de la Gascogne !
Quelle ignorance ! Quel mépris du merveilleux et si particulier parler médoquin ou des passionnants isoglosses du Libournais ou du Cubzagais (mêlés d'influences françaises, languedociennes et limousines).
Quelle richesse pour le gascon, et quelle misère que cet apartheid de la gasconnité pure !
VERGONHA  !
VERGONHA !
VERGONHA  !
Auteur : Dàvid de mai en mai en colerassa
03/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Dire que le medoquin est moins gascon que l'armagnacais ou le bigourdan n'est pas offenser le Médoc.
C'est le résultat d'une analyse lingüistique solide, à partir d'une liste de traits caractéristiques du gascon clairement identifiés par les lingüistes.
Tout parler humain est d'égale valeur. Et tout parler est le résultat d'un mélange, même le basque !
[Tederic]
C'est à dire que le Médoc a toujours été à la jonction de sphères d'influence diverses, notamment via un tropisme septentrional qui préexiste à l'oïlisation de la Saintonge, autrefois limousine, ce qui explique les caractéristiques du parler médoquin.
Bec comparait le Médoc à l'ensemble Comminges-Couserans, ce dernier dans l'orbite languedocienne.
La toponymie en Médoc y est également plus celte qu'ailleurs.
Maintenant, par bien des traits, le médoquin s'inscrit dans l'ouest-gascon qui, opposé à l'est-gascon, peut constituer également une vision pertinente de l'espace ethno-linguistique gascon.
Auteur : Vincent.P
04/10/08
La colerassa qu'ei passada, quitament que l'opposicion, non !
Je maintiens que ce classement est maladroit, car il catégorise des pays définis par leurs parlers et que derrière les pays et les parlers, il y a les gens.
Pour moi, on est de là où on a fait quelque chose ! La devise d'Entau Pais, "Que seram çò que bastiram" ne dit pas autre-chose.
Elle est ma devise. Un Gascon est peut-être davantage quelqu'un qui se bat pour la Gascogne, qui est fier et heureux d'en être, fût-il né à Hanoï.
Un natif d'Arragnouet ou de Mirande qui a peur et honte d'être gascon l'est moins que celui qui se bat dans des coins difficiles comme le nord-Gironde ou Bordeaux rive droite.
Permettez-moi de citer Alain Rault, de Libourne. D'origine poitevine, cet irréductible danseur et fédérateur d'actions et d'idées se boulègue depuis des années pour réveiller la gasconnité endormie d'un canton pourtant très désoccitanisé.
Et il y arrive : bals trad, cours pour adultes, ateliers...
Vaqui un Gascon deus beths !
C'est ça, pour moi, être de quelque-part !
Et Libourne étant en Gascogne, peut-être à moins de 50%, mais Gascogne tout de même, comment ose-t-on dire à la face de ce Monsieur que son coin a moitié moins le droit de se dire gascon que Rabastens-de-Bigorre !
Auteur : David
04/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Content de véser la colerassa apatzà's chic a chic...
Je le répète, l'étude sur le degré de gasconité concerne l'histoire de la Gascogne : les zones où ce degré est faible sont celles qui ont été moins longtemps partie de la Gascogne, ou qui ont subi une influence extra-gasconne (Toulouse...).
Maintenant, il y a aussi (en tout cas, c'est le but de Gasconha.com) une Gascogne de projet, et là, les isoglosses du gascon n'ont plus une si grande importance, surtout que maintenant on parle surtout français, qu'on soit à Aragnouet ou à Libourne !
[Tederic]
Pour répondre à ta dernière réaction, Tédéric, NON LE MEDOQUIN N'EST PAS MOINS GASCON QUE LE BIGOURDAN, IL EST GASCON AUTREMENT !
Auteur : David
04/10/08
Le tropisme paléo-occitan en provenance des pays poitevins-saintongeais en un temps où ceux-ci étaient effectivement compris dans l'espace occitan est fortement combattu par plusieurs spécialistes du médoquin, dont Alain Viaut, qui n'est pas des moindres !
J'avais moi aussi cru constater des éléments qui me semblaient trahir une influence nord-occitane dans le parler du nord du Médoc (comme par exemple le son [dz] pou [j]).
Mais il semble que ce phénomène ne porte pas sur les mêmes mots que les parlers nord-occitans.
Pour ce que j'en ai étudié, le parler du Bas-Médoc se rattache davantage à un ensemble ouest-gascon (type "landais") que le Bordelais stricto-sensu, par exemple.
J'ajoute que pour avoir pas mal lu de documents rédigés dans différents parlers gascons hyper-septentrionaux (libournais, cubzagais, sud-blayais, loubésien), ils présentent aussi des caractéristiques rappelant le nord-occitan et particulièrement le limousin.
En revanche, le degré de francisation de ces parlers frontaliers semble étonnament faible. Ils sont très "occitans".
Auteur : David
05/10/08
Los isoglòssis que deven conservar ua importança, totun. Que son la richessa de la lenga.
Auteur : David
05/10/08
En quoi les isoglosses du gascon peuvent peser sur la "Gasconha de doman" ?
Question qui fera rire par son ésotérisme le gascon de base, et pourtant, débat théorique fondamental, à continuer sur Gascogne débat (partie forum de l'article sur le degré de gasconité).
Dans les grans de sau, le "hiu de discussioun" a atteint sa taille maximale !
Suite de ce gran de sau dans Gascogne-débat
Auteur : Tederic
06/10/08
Le comique de cette carte, c'est que les zones à moins de 50% de "gasconnité" devraient par conséquent être considérées comme Languedociennes, puisque de "languedociannité" supérieure à 50% !
Auteur : inconnu
09/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Remarque astucieuse...
Voir cependant l'exemple du parlar sentlisian, nettement dans la zone à moins de 50% :
"Le parlar sentlisian a 7 trèits comuns ambe le lengadocian estandard suus 18 d’aqueth tablèu mentre que n’a 11 ambe le gascon estandard. Podèm díser que le parlar de Sent Lis es mès gascon que lengadocian."
Toute présence de trait gascon est le témoignage d'un passé gascon puisque le sens de l'Histoire est allé vers la languedocianisation constante.
Suite de ce gran de sau dans Gascogne-débat
Auteur : Vincent.P
10/10/08
D'ailleurs, le languedocien n'existe pas : il n'est toujours défini que par opposition à des parlers bien définis. Le fuxéen et le quercinois n'ont pas vraiment grand chose à voir.
Suite de ce gran de sau dans Gascogne-débat
Auteur : Vincent.P
10/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Cette discussion est fondamentale pour la Gascogne. Le sujet est complexe.
Pour une raison de mise en page, je suis obligé dans la mesure du possible (par pour celui-ci) de transformer les grans de sau de ce hiu de discussion en messages de forum de Gascogne-débat.
Suivre le lien ci-dessus "Suite de ce gran de sau dans Gascogne-débat".
[Tederic]
Bonjour David,

Que vous soyez en désaccord avec l'ALG est votre droit le plus strict et il ne tient qu'à vous de faire une contre enquête pour prouver que ce dernier n'est qu'un tissus d'inepties. Par contre, il faut un peu vous calmer
Suite de ce gran de sau dans Gascogne-débat
Auteur : Philippe Lartigue
10/10/08
J'aimerais juste savoir si cette carte est actuelle, ou sinon, de quelle époque ??
Auteur : Peïo Dibon
03/01/09

Réponse de Gasconha.com :
Cette carte est établie sur la base de données collectées pour l'ALG (Atlas lingüistique de Gascogne), dans le courant du 20e siècle, avec ce qui pourrait être, hélas, dans la plupart des points de collecte, la dernière génération de locuteurs du gascon.
Pour plus de précisions, vous pouvez consulter un message de Jean-Louis Massoure, auteur du livre "Le gascon, « lengatge estranh »" qui rend compte de ses travaux, qui se fondent sur le même matériau.
La carte des gradients, qui fait débat et c'est tant mieux, est intéressante et instructive, mais risque d'être mal interprétée.
Un commentaire brut, que ne souhaitent certainement pas ses auteurs, ferait juger de la nature d'un peuplement suivant la vitesse d'usure de certains parlers, alors qu'il y a un conservatisme des aires mieux protégées.
Il est très difficile de rendre compte des actions de substrats, même là où la situation est bien documentée (de même avec les adstrats).
Le risque majeur d'une interprétation abrupte est de désespérer la Basse-Guyenne girondine, Baixa-Guiana pourtant, et les Confins déjà entamés par la région "Midi-Pyrénées".
On n'empêchera pas hélas les comparaisons dépréciatives, et cela nuira au travail de terrain de tous ceux qui portent l'idée gasconne, alors que la francisation est partout si massive, avec son corollaire l'occitanisation rampante. Pourquoi ne pas parler plutôt de "zones refuges" ?
De plus, les implications normatives dans la création d'une langue gasconne "moyenne", qui sera de plus en plus nécessaire vu le nombre des locuteurs natifs, ne sont pas évidentes : faut-il se fonder sur des parlers extrêmes ? cela ne facilitera pas la diffusion.
Mieux vaudrait se fonder sur un parler central en indiquant les grands types dialectaux environnants. Il est vrai qu'enseigner une langue dialectalisée pose des problèmes qu'ont eu à résoudre tous les peuples émancipés ou en voie de reconquête, comme les Flamands jusque vers 1950, les Gallois encore vers 1980, les Italiens, les Basques, les Provençaux...
Un gascon commun ne serait-il pas à rechercher entre Orthez et Auch, Pau et Hagetmau ?
La qestion de la norme, y compris de l'orthoépie, se posera un jour, et elle se pose déjà. Si on ne veut pas la résoudre par l'artificieux occitan, il faut y penser maintenant, et ce n'est pour sûr pas facile (c'est même terrible quand on pense à l'agonie des parlers, de nos patois).
À cet égard, H. Lartiga a courageusement relevé le défi graphique et posé avec quelques autres la question de l'occitanité.
Pour la carte, peut-être faudrait-il utiliser un autre système de représentation qu'un dégradé, qui traduit, ou reflète implicitement, un moindre être.
En Pays Gascons, l'identité est à la fois forte et fragile, et il faut la comprendre en la ménageant, redonner confiance d'abord, fierté ensuite. Là est la question.
L'âme gasconne est parfois plus vivante dans une HLM des faubourgs de Bordeaux où un pavillon banlieusard de Benauge que dans telle belle demeure de la côte ou ferme gersoise typique-restaurée.
On vit où on le peut, mais on aime son pays partout.
Attention aussi au tropisme basque, qui ne doit pas devenir une identité de substitution (modèle attraction / répulsion) et ne fournit pas une clef politique.
Ne pas oublier que L'ENTITE HUMAINE VECUE, C'EST POUR TOUS D'ABORD LE "SUD-OUEST", et c'est là qu'il faut transformer l'essai, en GENERALISANT L'EQUATION "SUD-OUEST = GASCOGNE".

Tous ces thèmes sont si sensibles, bien que la plupart des gens ne s'y passionnent guère, qu'on ne peut pas contenter tout le monde et son frère.

N.-B. : D'après de savantes études et expériences, la langue moyenne serait à rechercher à Arzacq, du côté de la Vieille Auberge à l'heure de l'apéritif et vers le Café des Sports à l'heure de la garbure de Gaby. Confirmez-vous ?
Auteur : P. -J. Momas
15/03/11
Comme tout cela sonne vrai  !
A Lourdes, on a fait un cimetière extérieur sur la route du Lac, du côté gauche. Là se trouve un carré très modeste, en retrait derrière sa haie de cyprès  : des croix de bois avec des étiquettes, peu de pierres, tout de guingois mais bien entretenu, pour le repos des plus humbles, des peu connus. Mais devant, en pleine face, les montagnes font ligne, le Pibeste au milieu, rien que pour eux dirait-on. Qu'ont-ils eu d'autre que cela  ?
La patrie, c'est là où sont les morts, plus vivants que certains vivants.

P. J.-M.
Auteur : P. J.-M.
15/03/11

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
lien !
(dans l'esprit Gasconha.com)
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Thème :

Commune (si votre lien concerne spécifiquement une commune) :

Pays (par exemple Médoc, ou Chalosse) :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Titre :

Adresse du ligam (lien) :
Prepausatz ligams / Proposez des liens !
(Les images illustrant les liens doivent être envoyes sparment, par e-mail.)

Attention :
Les liens proposés doivent s'accorder avec "l'esprit" de Gasconha.com, et son domaine gographique : la grande Gascogne, entre la mar, la Garonne et les Pyrnes, et mme, au Sud des Pyrnes, le reste du domaine vascon...