VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
749 mots
134 prenoms
1135 noms
4981 lòcs
412 banèras
626 ligams
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams

mot = La
Quilhas de 7 a l'Alaudeta
Dens l'esperit de la carta daus frontons en Gasconha, una informacion : lo club esportiu de Pessac Alouette (Alaudeta) a obert una seccion quilhas de 7. Lo retorn d'un jòc gascon daus mei emblematics dens lo monde esportiu.
Auteur : Dàvid
21/01/11

Réponse de Gasconha.com :
Òc, aquò que hè plasèr !
Afficher Quilhas de 7 a l'Alaudeta en particulier, et peut-être donner votre avis...
Merci Dàvid de me tendre la perche sur le jeu de quilles.
Mon oncle par alliance, faisant parti du club de quilles de six à Saint Sever, participe avec son club à des séances de découverte et d'initiation dans les écoles de la commune.
Saluons leur initiative ainsi que celle de la commune de St Sever car c'est ainsi en touchant les plus jeunes, que l'on pourra assurer la pérennité des ces jeux gascons qui auraient tendance rapidement à disparaitre.
Avis aux maires et associations de Gascogne…
Auteur : Tédéric D.
24/01/11
Vous trouverez un beau quillier et un restaurant sympathique à La Cajunte.

P.J. M.
Auteur : inconnu
02/03/11
Nom gascon pour petite maison en bois
Je cherche un nom gascon (landes du sud) pour ma petite maison en bois, qui a juste un an...
Merci
Auteur : Eliane Bareit
16/01/11
Afficher Nom gascon pour petite maison en bois en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il me semble qu'un dérivé de "cabane" convient, non ? "Lou Cabanot" par exemple.
Sinon, une formation sur "palanque" (planche) : "La Palanquère", "La Palanque", "Lou Palancot", "Lou Palanca", ...

NB : Attention ! Si vous êtes en zone de parler noir, l'article féminin "la" devint "le".
Auteur : Vincent.P
16/01/11
Merci, Tédéric pour ta réponse et merci aussi à Vincent pour ses propositions ; j'avais effectivement pensé à "lou cabanot", et je me l'étais mis sous le coude, mais je peux peut-être préciser que mon cabanot se trouve au milieu des prés, face à un bois, que les chevreuils viennent souvent me voir, ainsi que les chardonnerets, les mésanges et les pinsons, que de nombreux chats vivent dans ce secteur (j'en ai moi-même 3), voilà qui peut peut-être donner d'autres idées, mes connaissances en Gascon se bornent à de vagues souvenirs liés à mes grands-parents, et j'ai de grosses lacunes....
Encore merci
Auteur : Eliane Bareit
20/01/11

Réponse de Gasconha.com :
La réponse est de Vincent.P, mais je la partage.
Nous avons en toponymie gasconne le mot "caban*" avec ses dérivés, et "cabanòt" est simple et enraciné.
Compte tenu des précisions sur la vie de ce "cabanòt" données par Eliane, me vient à l'esprit de compléter : "lou cabanot encantat"
[Tederic]
(cardinats, parrinclas, pinçans et gats vam pas està trop amics).
Pourrèis assaya "le palomère" mès qu'ei dangeros.
Assaye "au gat hardit".
Se n'aimes pas l'originalitat qu'as tostem "a noste" e "le lane".
S'is urose dens le to meison !
Auteur : Didier L.
21/01/11
E perqué pas "au bèth miei" ?
Au beau milieu. Atau que vòu díder un hèish de causas au còp.
Comme ça, cela veut dire plein de choses en un coup.
Auteur : Renaud
21/01/11
Merci, Tederic, Didier, Renaud et Vincent pour vos bonnes idées, il ne me reste plus qu'à choisir..
Amistats
Auteur : Eliane B.
22/01/11
Goun ?
Je trouve un lieu-dit 'les grands gouns' dans la commune de 40 Lit et Mixe (43.99383, -1.31639).
rapport possible puisqu'en pleins bois, mais je n'y suis pas allé !
Auteur : François BONNENFANT
06/01/11

Réponse de Gasconha.com :
Pour ma part, je ne vois pas de mot gascon correspondant, mais il y en a peut-être un. Pas "gringon", à mon avis.
[Tederic]
Afficher Goun ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Même mot que le "boum" = lac pyrénéen ?
La carte IGN semble indiquer des dépressions avec des étendues d'eau temporaires.
Auteur : l'aurador
06/03/12
Un état juif a failli naître sur le Bassin d'Arcachon
Merci pour les autochtones ...
Décidément, la République n'aime pas ses Gascons.

Un état juif a failli naître sur le Bassin d'Arcachon"
Auteur : Vincent.P
05/01/11
Afficher Un état juif a failli naître sur le Bassin d'Arcachon en particulier, et peut-être donner votre avis...
Je dis la République, c'est aussi la Royauté finissante, l'Empire, c'est tout un cheminement intellectuel.
La constante reste quand même le mépris dans lequel sont tenus les Landais, les Landes sont une Algérie intérieure à civiliser.
Et finalement, la prophétie se réalise aujourd'hui ...
Auteur : Vincent.P
06/01/11
Aujourd'hui, le peuple landais est mort.
Sur le littoral, par exemple, la substitution quasi totale de population est en voie d'achèvement.
Pour ce qui est du XIXe siècle, il suffit de relire les écrits du temps pour s'apercevoir que les nègres, comme on disait à l'époque (je fais cette précision pour les imbéciles qui ne comprendraient pas l'emploi du mot "nègre"), étaient mieux considérés que les Landais.
Auteur : P.Lartigue
06/01/11
Pour ce qui est de la substitution de la population, je peux également apporter mon témoignage concernant le Bassin d'Arcachon où j'ai passé une partie de mon enfance et où je suis revenu chaque année pendant plus de 20 ans.
Les villages (surtout du côté est) peuplés de familles d'ostréiculteurs sont devenus des communes de la banlieue de Bordeaux, le foncier y est hors de prix (et donc hors de portée des locaux).
Qui plus est, cela s'est accompagnée d'une pression foncière démentielle.
A tel point que dans les vastes étendues forestières que j'ai connues enfant, il ne reste plus aucun arbre debout.
En revanche les lotissements concentrationnaires et bitumés ont poussé comme des champignons...
Auteur : Guy Cap2
19/02/11
Asterix n'est pas mon grand-père.
Je suis gascon et si j'ai des Gaulois dans mes ancêtres, ou des Ibères, ou des Basques, ou des Wisigoths, ou des Arabes, ou des Juifs, c'est que nous autres Gascons, sommes la plus pure race de bâtards qui ait jamais existé.
(Robert Escarpit)
Auteur : Fébus
01/01/11
Afficher Asterix n'est pas mon grand-père. en particulier, et peut-être donner votre avis...
BÂTARDS !!!
Choisissez un autre mot ! je suis Gasconne mais certainement pas BÂTARDE qui pour moi signifie tout autre chose.
Je ne vous salue pas Monsieur FEBUS LE BÂTARD.
Auteur : Ginou
02/01/11
Adishatz
Ne m'agrada pas. E podetz parlar un drin mei planensenhat.
Per tan intelligenta qu'es aqueste Dauna n'a pas comprès eth tèxte.
Qu'ei de dou har per era.
Auteur : Fébus
03/01/11
Ua petita Lisberòia
La mia hilha, vaduda i a drin mes d'un an, que s'apèra oficialament Lisberòia Artigue.
Planmercés per lo suggeriment.
Auteur : G. Artigue
01/01/11

Réponse de Gasconha.com :
Bona sòrta ad era !
Véder lo navèth prenom gascon Lisberòia.
Afficher Ua petita Lisberòia en particulier, et peut-être donner votre avis...
Adiu Gabriel,

Que't desiri hòrt ua bona anada 2011, i a la toa familhòta tabé. Lo líber de qui hadós tu l'arrevirada castelhana qu'acaba de paréixer en çò de Per Noste. Que't volerí mandar un exemplari, dab la carta au grand solide.
E'm pòdes dar la toa adreça navèra qui m'èi esbarrida.

Amistats e dinc'a bèth-lèu.
Auteur : H.Lartiga
09/01/11

Réponse de Gasconha.com :
N'es pas segur que legisca aquestes grans de sau.
Qu'u caleré contactar per un aute canau, pensi.
Bona anada a tu, Halip, e felicitacions per aqueste navèth libe. Que m'agrada dejà per la soa cobertura...
[Tederic]
Quiò, que vau sajar autement.
Qu'espèri lo contienut que'vs agraderà tabé a tots, agrilhats a Gasconha.com.
En bèth cercant suu siti de "Per Noste", que soi cadut sus dus comentaris d'un siti nomentat "soc-cult-occitan".
Un gènt hèit "Bestio del Giboudan" e unh aute xafrat "J'observe, J'encaisse, je dis rien mais je retiens". Anatz-i entà léger aquò. (Aprofitatz-ne un chic entà léger çò de mei, que'n seratz escopitats.
Bon, a jo que'm hè arríder e qu'es normau i agi arreaccions atau.
Que las cau acceptar e que se las cau chucar.
Se no vòlenn pas estar atacats, ne cau pas publicar e que cau damorar estujat darrèr un xafre.
Mes totun, davant lo líber sii venut e lejut ! Lo prumèr que'm sembla estar un felibre e lo dusau un occitanista de bona tusca.
Praube felibritge e praube occitanisme !
Amics com peròtas aqueth mondòt.
Quauques dias a, que'vs disí aquò n'agraderé pas briga ni aus felibres, ni mei tapauc aus occitanistas ahuecats...
Aquí que l'atz, que'vs disí felibritge e occitanisme qu'èrann, a la hèita fin, atau parièrs.
Los uns que saunéjann d'ua "Occitània granda" a la sauça lengadociana e los autes que'n sonn enqüèra au parlar de Maillane tau com estandard entaus país d'ò.
E çò qui va estar, lo líber quand sii en çò deus libièrs ? Jàsus praube !
Auteur : H.Lartiga
11/01/11
Bleu de Gascogne
Sans jouer à l'ultra-identitaire (la Gasconité devant s'étendre impérativement aux animaux  !!!), je signale le site du "bleu de Gascogne"(c'est un chien, assorti d'ailleurs de son frérot le "petit bleu de Gascogne" : voir le site clubbleugascogne.free.fr

Amis chasseurs, amis des animaux, à vos marques e siatz hardits !
Auteur : Gérard Sent-Gaudens
29/12/10
Afficher Bleu de Gascogne en particulier, et peut-être donner votre avis...
L'Arreuillé
L'Arreuillé de la Lagune de Taller désigne la partie amont du ruisseau de Magescq (carte IGN en 43.84431 N, 1.09560 W.
Quelle est l'origine de Arreuillé ?
Auteur : François BONNENFANT
24/12/10
Afficher L'Arreuillé en particulier, et peut-être donner votre avis...
J'incline pour un mot générique signifiant "ruisseau".
En cherchant dans les noms propres qui ressemblent, je trouve (Geneanet) "LAROUILLÉ 1764 - 1764 Arancou-Pyrénées Atlantiques" qui pourrait s'analyser comme "l'arrolhèr", dérivé de "arrolha" (prononcer "arrouille").
Auquel cas, il n'y aurait que la voyelle centrale qui serait modifiée dans "l'Arreuillé".
Je trouve aussi dans les "locs" de l'IGN "LAREILLE [MAIRIE DE GOUTS - 40] et LARREILLE [CANDRESSE - 40]" qui correspondraient exactement s'il y avait l'accent aigu à la fin.
Parfois un accent peut passer à la trappe, mais je n'ai aucun indice ici.
Gaouyous Nadaou e boun cap d'an, François !
Auteur : Tederic M.
24/12/10
Tiens, je trouve aussi un "Rieulhès" à Saint Pé de Bigorre...
Normalement, on peut supposer un ancien "Arrieulhès" qui pourrait transcrire un "Arriulhèrs"... Je ne sais pas si ça peut se rattacher à "arrolha".
Auteur : Tederic M.
27/12/10
Je butte sur Rieulhès (petit hameau de Saint-Pé sur la route du Béarn en venant de Lourdes) depuis un moment surtout que Louis-Antoine Lejosne indique une occurrence "Larriu Tailhes" en 1281.
Auteur : Vincent.P
29/12/10
Je trouve à l'IGN ARRIOULERES [HIS - 31].
Il ne manquerait que la mouillure du "l" pour être proche de "(Ar)reulhèrs".
L'IGN donne aussi ARRIOULES DE CHOURINE [CAMPISTROUS - 65] et ETS ARRIOULETS [SERS - 65].
Ici aussi, il manque la mouillure, bien que le sens soit probablement lié à "ruisseau" !
Auteur : Tederic M.
29/12/10
Je vois maintenant un lieu IGN Arrihouilh à moins de 2 km au sud-est de Rieulhès (et sur le ruisseau de Rieulhès) !
J'y vois "Arriolh" (mélange de "arriu" et de "arrolha" ?) ; Rieulhès serait alors "Arriolhèrs" ?
Auteur : Tederic M.
29/12/10
Bonjour,

Sur la commune de Biscarrosse, faisant plus ou moins limite avec Sanguinet, nous avons un canal de l'Arreillet, prononcé "l'Arreuilloet", le premier E étant atone et le second tonique, prononcé comme dans "boeuf", "oeuf" ou "peur" selon la phonétique noire, comme de bien entendu.
Carte IGN 1339 ET série bleue.
Ledit canal prend sa source dans les landes de la Lucatère et du Bouluc, à l'Est de la commune de Biscarrosse, et se jette dans l'étang Nord, au Sud-Ouest du quartier de Méoule, commune de Sanguinet.
Je crois savoir que Larreillet est un patronyme, porté entre autres par le maître des forges de Brocas. A vérifier.
Auteur : P.Lartigue
30/12/10

Réponse de Gasconha.com :
Cela confirme l'existence d'un mot "arrelha" pour désigner certains cours d'eau.
Est-ce une forme du mot "arrolha", bien connu, lui (qui donne en français régional des landes girondines "la rouille", "une rouille", le "a" prosthétique étant confondu avec le "a" de l'article défini) ?
AMOU
D'où vient le nom d'AMOU (commune de chalosse) ?
Auteur : Bernard Castaignet
23/12/10

Réponse de Gasconha.com :
Bénédicte Boyrie-Fénié doit traiter cette question dans son Dictionnaire toponymique des communes du département des Landes.
En tout cas, ce n'est sans doute pas le mot "amour"...
Afficher AMOU en particulier, et peut-être donner votre avis...
Sauf erreur, les armes d'Amou représentent un arc tendu d'une flêche avec la devise "Amou que soy" (Amor que soi), allusion transparente à une étymologie...amoureuse.
Mais ce n'est qu'un indice car les armes parlantes rafolaient de ces rapprochements et jeux de mots sans prétendre à l'exactitude historique et étymologique !
Auteur : Gerard Sent Gaudens
15/02/11
En visitant le musée de Brassempouy j'ai lu cette explication : Amou, c'est l'amour des romains.
Labienus, lieutenant de César, fut parait-il séduit par le site d'Amou et le baptisa "pays d'amour".
C'est textuellement ce qu'il est écrit dans ce musée.
Auteur : J.P.Depeyris
15/03/11

Réponse de Gasconha.com :
Hum... cela ressemble à une étymologie fantaisiste. Le musée de Brassempouy n'a-t-il pas manqué de prudence en acceptant cette explication ?
Mot [tioulin]
Bonjour,
Je cherche la signification et l'orthographe du mot [tioulin].
Pouvez-vous me renseigner ?
Merci
Auteur : BJ
20/12/10
Afficher Mot [tioulin] en particulier, et peut-être donner votre avis...
D'où tenez-vous ce mot ?
Auteur : Tederic M.
29/12/10
Lorsque j'étais petite, mon grand-père m'appelait ainsi, parfois même :"tioulin-tioulin".
J'imagine qu'il s'agissait d'une appellation diminutive et affectueuse, mais j'aimerais savoir si l'orthographe est bonne et si ce mot est véritablement gascon, sachant que dans le Bas-Adour, il était fréquemment utilisé.(je suis originaire de Bayonne et Boucau)
Merci pour votre aide
Eliane
Auteur : Eliane Bareit
16/01/11
Je pense, Eliane, que ce "tioulin-tioulin" est bien gascon, et fait même probablement partie du coeur de la langue. Je le sens comme ça, sans savoir exactement la signification.
C'est peut être simplement une manière d'appeler affectueusement une petite créature.
Et je pense qu'il y a au début du mot ce son "t mouillé" très gascon qu'on retrouve par exemple dans "un tchic" (un peu)... Pour répondre à BJ sur l'orthographe :
La notation de ce son "t mouillé" par les différentes écoles graphiques ne me satisfait pas bien. Elles notent "ch", ce qui ferait "cholin" ou "choulin".
Moi je verrais bien "tholin". Mais "tyoulin" voire même "tyoulïn" me parait un choix possible et lisible par tous, que j'appellerai "franco-phonétique".
Auteur : Tederic M.
17/01/11
PAQUETA à Arcachon
Bonjour,
Je viens d’acheter sur Arcachon une maison de style basco-landais qui s’appelle PAQUETA. Auriez vous une idée sur l’origine de ce nom ??
Auteur : FF
20/12/10
Afficher PAQUETA à Arcachon en particulier, et peut-être donner votre avis...
Une origine gasconne est douteuse.
Le dictionnaire de l'abbé Foix donne le sens de "grosse dondon" au mot masculin "paquet" (en faisant sonner le "t" final) mais votre maison ne mérite sûrement pas cette appellation péjorative.
Du côté de l'espagnol, on pense immédiatement à une faute de frappe pour le diminutif féminin Paquita (pour Françoise).
Il y aurait bien aussi le sens dérivé et populaire du masculin, espagnol encore, "paquete", un paquet au sens propre et une ...engueulade au sens dérivé mais là encore, espérons qu'il n'en est rien  !
A moins que, peut-être, du côté du basque, puisque votre maison est basco-landaise ?
Auteur : gerard saint gaudens
09/02/11
Les Landes son drapeau, la Gironde le sien
Bjr a tous, vous proposez de beaux drapeaux ext...mais moi j'ai un souci, je me voie mal avoir le mème drapeau que la gironde tout landais que je suis.
La langue gasconne est differente dans le 40 ! dans l'histoire la Gironde n'est pas gasconne, je dispose d'une carte et un livre qui montre bien cela !
Apliquons le mème truc que l'armée ils ont tous des bagnières qui les representent mais servent sous uneseule, les Landes son drapeau la Gironde le sien.
Auteur : Chris
17/12/10

Réponse de Gasconha.com :
La création des départements des Landes et de la Gironde date de la Révolution française. C'est donc une histoire relativement récente (215 ans) par rapport à la formation de la Gascogne qui s'est faite il y a plus de 1000 ans.

Gasconha.com prône un retour aux sources et considère que la frontière entre "Landes" et "Gironde" doit disparaître.
Si on doit défendre un drapeau landais, c'est celui des Landes de Gascogne, qui vont d'Anglet à la Pointe de Grave, et de Mimizan à Ambrus !
La métropole bordelaise elle-même est géographiquement aussi landaise que Dax : Pessac, Cestas, Léognan... ont été taillés dans la lande.
Afficher Les Landes son drapeau, la Gironde le sien en particulier, et peut-être donner votre avis...
Je serais curieux de savoir en quoi la culture vernaculaire des Landes "landaises" se différencie de la culture vernaculaire des Landes "girondines" ...
Moi bien au contraire, je ne peux imaginer les Landes sans le Bassin d'Arcachon, Soulac, la cathédrale de Bazas ou la banlieue bordelaise et ses ambiances de pignada. Quand on a vécu en Gironde, on sait que la lande commence sur les boulevards. Et s'il y a des Landais qui ne sont pas landais, ce sont les Chalossais et les gens du Tursan, certainement pas les habitants de Villandraut ou de Salaunes.
Voilà ce qu'il est advenu des "Lannes de Bordeaux" du fait de la départementalisation ...
Au passage, faut-il rendre à la Gironde le Pays de Born ?
Auteur : Vincent.P
17/12/10
Vous vous trompez de combat Mr Chris, il serait plus judicieux de combattre cette urbanisation sauvage, politico-parisienne qui consiste à anéantir la culture Gasconne où aujourd'hui vous ne faites pas un pas sans entendre de plus en plus l'accent parigot plutôt que l'accent gascon.
Pour moi, être landais ou girondin, c'est avoir la même sensibilité culturelle pour se comprendre.
Auteur : Ginou
18/12/10
La question que pose Chris est celle du caractère "sauvable" de la Gironde en matière de culture vernaculaire. C'est vrai qu'on peut douter parfois.
J'y vois cependant là un avatar d'un certain manque de vision de la part des Landais à savoir que la culture gasconne y est assez vite ramenée à une beuverie estivale.
Je crois surtout que les Landais n'ont pas conscience des changements à l'oeuvre dans les Landes à savoir que pays de faible densité démographique, l'afflux de populations nouvelles attirées par l'Atlantique est autrement plus dangereux dans les Landes d'un simple point de vue numérique.
Les Landais ne se rendent pas compte que leur département est probablement l'un des plus dégasconnisés, et ce à vitesse très rapide.
Il me semble qu'il reste infiniment plus de caractère régional du côté de Bazas que n'importe où dans la lande.
Je fais exception des pays non-landais des Landes comme la Chalosse qui restent un peu épargnés.
Auteur : Vincent.P
18/12/10
Ben effectivement, il faut le dire "hort é clar", la creation des departements a été un beau bordel !!
Un exemple : vous prenez Parlebosq dans les "landes" et d'autres autour étaient à l'origine gersois ; pour de basses questions d'imposition fonciere les gros propriétaires ruraux de l'époque ont demandé à passer dans les landes où le pays etant plus pauvre à cause des lanes et des marais, l'impot etait plus doux !
Un cousin à mon grand-pere etait natif de Creon d'Armagnac, nous de Cazaubon ;
quand ce dernier voulait le foutre en rogne, il lui disait "ho tu lou lanusquet..." et le cousin pétait un cable. il disait (en gueulant) qu'il n'était pas landais mais Armagnacais ! et il avait raison, comme beaucoup de vieux de là-bas qui le pensent encore.

Je suis aussi d'accord pour dire que Bordeaux n'a rien d'une ville gasconne (j'y suis né) mis a part l'enorme apport dû aux gens de chez nous qui y ont émigré.
Bazas n'a rien a faire en Gironde, le mode de vie d'il y a quelques années tient a 70% de la lande, meme chose pour Captieux, Cudos, Beaulac etc...
Un "vrai" habitant de Giscos n'a rien de commun avec un de Pauillac ou de Blaye.
Maintenant que les habitants du departement des"Landes" se rassurent :
la degasconisation est generale en Gascogne !
Cela est dû, je pense, à une arrivée tres massive ces 15 dernieres années de gens du nord de la France, d'anglais, d'allemands et autres qui revent de soleil et s'imaginent que c'est tout les jours chez nous la "fete a neuneu".
Gens qui, je l'ai VECU, nous regardent comme des arriérés et ne se privent pas de le dire, se croient indispensables à la vie des communes ; que feraient les Gascons ou les Bearnais sans eux !
Pensi, aquets praoubes pecs incapables de se diriger... faut les aider !
Il y en a meme un un jour, un parigot, qui m'a dit qu'il ne comprenait pas pourquoi on interdisait pas carrement le "patois", et que c'était tres grossier de parler devant lui qui ne comprenait pas !
Une autre fois, et je vous jure que ces deux faits sont reels, j'en ai empeché un de faire des photos d'une messe a Cazaubon (par une petite porte) en lui demandant s'il nous prenait pour des singes ou des bétes de foire. il a qu'à le faire en Euskadi histoire de voir si nos cousins basques vont lui tenir le flash !
Mais on continue à demolir les vieilles maisons et à batir des trucs insipides qui n'ont rien à voir dans le paysage pour plaire à ces gens là.
La Gascogne, c'est le sud pas trop cher mais sans la mer passer Capbreton.
Alors si on y rajoute un olivier qui va vegeter toute sa triste vie et des arcades "provençales", c'est l'orgasme assuré pour eux !
Maintenant on est Basque au bout de trois mois de vie à Biarritz et on se pend un laburu au cou meme si on s'apelle Durand ou Desjumeaux.
C'est tendance, ça fait bien.
Un basque, il s'apelle Etcheberry ou Aguerre, un gascon Lalanne ou Dupouy Despujos, un gascon bearnais Bordenave ou Cauhapé mais certainement pas Dupond ou Malardeau. Je suis tres mechant mais c'est comme ça.
Pour finir, faudrait pas que nos "protecteurs" oublient que notre race a donné un tres grand roi a la France ; une famille regnante en Suede, de grands marins et une foule de grands hommes, exemples au hasard d'Artagnan ou André Courreges, et j'en passe et des meilleurs...
Bon voila je sais que je vais me faire incendier et traiter d'esprit obtu et de sectarisme, mais j'ai un pays la Gascogne, une langue et une culture propres aux gens de ce pays et j'y tiens.
C'est l'heritage de mes anciens et celui là on pourra pas me le prendre et j'en ai un peu ras lou bonnet de le voir se foutre le camp et etre agressé.

Adishats a touts et shats toustem hardits lous Gascouns !
Auteur : Bouilhet
27/12/10

Réponse de Gasconha.com :
Merci pour votre témoignage-coup de gueule, qui appelle bien sûr une discussion !
Plusieurs points à débattre en effet :

- Sur Bordeaux, il est clair que si l'on résume le fait gascon au seul fait rural, par définition même Bordeaux ne saurait être gasconne. Mais dès que l'on a une vision plus large de l'identité gasconne, on se rend alors compte que Bordeaux ne peut se comprendre sans tenir compte de la ribambelle de ports garonnais : Bordeaux, c'est Portets, Langon, La Réole, Marmande. Reste la Bordeaux moderne mais dans ce cas-là, je ne crois pas que Rennes ait grand chose de breton, pas plus que Marseille n'est vraiment provençale. Quant à Bazas, la ville porte sur elle les "stigmates" de son caractère bordelais : son architecture, ses couleurs, son ambiance. C'est la lande bordelaise. Je ne l'ai jamais trouvé moins gasconne qu'une autre.
Dans la force de l'imaginaire, la lande bordelaise dès Pessac gasconne plus que la Gascogne toulousaine qui, qu'on le veuille ou non, fait "toulousaine" avant d'être gasconne (le caractère gascon est un peu caché).

- La question du Gabardan est complexe. Franchement, la frontière n'est pas artificielle en cet endroit, du moins seulement en partie : le Gabardan a longtemps été uni au Marsan, bien qu'il fût une dépendance du diocèse d'Auch (ou de Condom selon les époques).
En tout cas, ce n'est pas l'Armagnac et le département des Landes en cet endroit respecte une frontière ancienne (on trouve le lieu-dit "La Guironde" à Parlebosq juste à la frontière avec Castelnau d'Auzan : c'est de la famille du celte icoranda pour limite).
Une étude des anciennes cités aquitaines puis diocèses aquitains montre par ailleurs qu'il n'y a jamais eu d'espace landais autonome : la lande est le terrain de jeux des habitants des coteaux adjacents.

- La question des photos est délicate. C'est pénible cette sensation de zoo à ciel ouvert. Mais il faut quand même témoigner des derniers résidus de ce monde. Je ne sais pas comment m'y prendre. Parfois je demande. Parfois je me cache. C'est délicat, on est un croque-mort.

- Il faudra discuter ailleurs de qui est gascon, qui est basque. C'est un débat trop vaste. Je viens de lire dans un ouvrage qui vient de paraître consacré essentiellement au Gers (donc sous le titre de Gascogne ...) qu'être gascon était une affaire de volonté, d'identification personnelle. Tout le reste du bouquin fait au contraire l'éloge de la langue, des patronymes, des gueules du pays !
Il y a quand même contradiction entre un idéal et la réalité ethnographique.
Il va sans dire que l'avenir ne peut plus être fondé sur l'ancien monde, mais cela ne doit pas empêcher de vouloir en sauver des bribes.
Auteur : Vincent.P
29/12/10
Je réponds sur Gascogne-débat à une partie des grans de sau ci-dessus.
J'ai même fait de ma réponse un article de fond, "Faut-il être paloumayre pour être gascon ?", que je résume ainsi :
il n'y a plus de culture gasconne, mais on peut se faire une identité gasconne forte, et il en naitra peut-être un nouvel espace gascon qui créera une nouvelle culture gasconne.
Auteur : Tederic M.
09/01/11
Il y a quand meme encore de "vrais" gascons en Gascogne.
Des gens qui culturellement suivent encore une mode de vie qui bien qu'ayant enormement evolué et s'etant profondement degradé, reagissent encore à certains "codes" propres à notre culture :
- la preseance du voisinage quand il est "fixe" par rapport à l'eloignement de la famille dans certaines occasions,
- la fidelité des amitiés et des alliances entre familles,
- une certaine entraide vis a vis de l'emigration vers Bordeaux ou Toulouse quand on vit sur place etc.

Je vais me faire ici le porte-parole d'une jeunesse qui souffre un peu, certains me l'on dit, de voir leur culture et sa codification allegrement bafouée et etre la risée de gens qui n'ayons pas peur des mots, sont implantés de fraiche date et ne comprennent pas pourquoi ils vivent comme ça.
Vous evoquer les chasseurs de palombes... dites vous bien qu'une bonne partie de ces gens là revent de la voir interdite !
A force de tout, petit à petit le reveil risque un jour d'etre tres brutal, surtout vis a vis de l'Etat "jacobite" français !
Ca n'interpelle personne de voir lors d'un concert de Nadau à Pau ou ailleurs des spectateurs brandir des "drapeaux" bearnais ou occitans ou gascons-gersois ?
Des jeunes qui se maquillent le visage en rouge et blanc et entonnent le "sé canti" ?
Il y a 20 ou 25 ans de ça, ce type de "comportements" etait reservé à une certaine inteligensia gasconne qui etait regardée comme des "illuminués" et certainement pas comme des prophetes ! Bien que je pense que eux avaient compris avant les autres le "probleme".

L'Etat français n'a JAMAIS rien fait pour essayer d'aider à sauvegarder une culture ; voir les derniers propos tenus pour les langues regionnales et a bien au contraire fortement aidé à faire mourir cette culture.
Peut etre par peur d'un certain raprochement envers nos voisins basques ou occitans plus vers le sud.
Imaginez vous un peu la"batsare" si tous ces pequenots s'unissent et exigent non pas l'independance mais une petite autonomie vis a vis de certains trucs...

Beaucoup de jeunes maintenant ne veulent plus quitter le pays alors qu'avant tout le monde foutait le camp ; mais ils sont confrontés à un grave probleme : l'augmentation prohibitive des prix de l'immobilier due en grande partie a cet afflux de nouvelles population.
Et vous voudriez qu'ils applaudissent ?
Qu'est que vous voulez repondre quand un cousin ou un proche vous explique qu'il a du mal a trouver logement et travail alors que x et w arrivants fraichement de Paris ou ailleurs a été muté ou autre, et lui n'a aucun soucis.
Que la maison de famille va etre vendue parçe que lui ne peut pas payer la part des autres vu la cherté de l'estimation et que des requins de l'immobilier sont deja sur le coup avec des acheteurs "etrangers" ! Ca ça se vit regulierement.
C'est pas des elucubrations de bouilhet !!
On est pas contre "l'etranger" mais on voudrait simplement qu'il nous respecte comme nous sommes.
L'ancien monde est en grande partie mort mais nous dioubiban on est encore là pour quelques uns et on est pas forcement passeistes.
Et oui on s'amuse avec des vaches ou des taureaux ou des palombes et on "pite" un peu, mais ça fait des siecles que l'on le fait, alors foutez nous un peu la paix.

Pour finir par rapport aux photos qu'une personne pleine de bons sens et de pudeur a du mal a faire ; qu'il se rassure : qu'il imagine un peu l'heritage de la lande sans le genial Arnaudin !
Tiens, que les promoteurs s'inspirent un peu de son oeuvre, ce serait pas sympa, des abris de jardins style four à pain ou petite borde ? ou une maison avec un joli emban sans baies vitrées monumentales ?
En bois des Landes bien sur pas en bois de Suede !!

Adichats a touts, dinc o rebede !
Auteur : Bouilhet
11/01/11
Je pense que nous devrions continuer le débat sur Gasconha Debat.
Du reste, je suis également convaincu que la jeunesse autochtone a un certain amour du pays natal qu'elle exprime par des manifestations auxquelles les snobs répugnent mais aussi parfois qu'il faut condamner (la bêtise des beuveries).
Ce qui manque à cette jeunesse qui sur facebook adhère à des groupes comme "ici on a l'accent béarnais", c'est une articulation intellectuelle qui viendra fournir les "oripeaux" de fierté.
Il faut un "messie" (je rigole).
Sur la liste G(V)asconha Doman, Tederic s'interrogeait sur la capacité qu'un Arana Goiri gascon aurait à rencontrer un peuple.
Je crois que ce peuple est là (mais évanescent), il faut seulement lui donner un discours à la fois simple et qui corresponde à un vécu.
C'est à ce titre que le combat occitan est une chimère loufoque dont je pense qu'elle doit être détruite parce que l'Occitanie n'est pas une échelle pertinente.
Une fois l'occitanisme disparu, un boulevard s'ouvre, une autoroute même sur laquelle il en sera fini des querelles de graphie, des excommunications des hérétiques, des croix toulousaines, de la languedocianisation, bref de la médiocrité théorique.
On pourra parler des Gascons, de nos paysages, de nos maisons, de notre économie.
Auteur : Vincent.P
11/01/11

Réponse de Gasconha.com :
Oui oui oui (quiò !), le débat sur cette question doit continuer dans ce forum de Gascogne-débat.
Les grans de sau ne sont pas prévus pour de longs fils de discussion.
Je vous mâche le travail : vous avez un joli formulaire pour continuer le débat, avec lequel vous pouvez même souligner des mots, en mettre en gras, e tout aquò...

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :