VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1676 mots
211 prenoms
2043 noms =====>
3580 lòcs
450 banèras
930 grans de sau
719 ligams
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsLòcsBanèrasGrans de sauLigams
Artenucen graphie occitane normalisée :
Artenuc
Comme "uc" est un suffixe gascon, reste à expliquer un nom de personne ancien, gascon, qui serait "Arten".
En regardant ce qui peut s'apparenter à ça, je vois des lieux Artenac ou Artenay ici et là en France d'oc ou d'oïl, ce qui suggère une racine "Arten" (nom de personne latin ou gallo-romain ?).
Je vois aussi "Artagnan", et enfin constate qu'il y a des lieux "Ardenne" aussi en Gascogne.
[Tederic]
 

Votre avis sur le nom "Artenuc" ?
Artiaque (Quelques attestations anciennes à Laruns. Existe comme lieu-dit à Denguin (Béarn).)en graphie occitane normalisée :
Artiaca
Parenté avec le basque Arteaga, qu'on dit avoir une parenté antique avec Artigue ?
 

Votre avis sur le nom "Artiaca" ?
Artiga (Si le nom "Artiga" vient d'Espagne (du Val d'Aran, par exemple, qui est de langue occitane gasconne), sa forme normalisée est "Artiga". ),
Artigue
en graphie occitane normalisée :
Artiga
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?

Votre avis sur le nom "Artiga" ?
Artiguebèreen graphie occitane normalisée :
Artigabèra
artiga bèra = belle, grande "artigue"
 
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?
oc. gascon : bèth
français : beau
belle : bèra (prononcer entre "bère" et "bèro")
dérivés :
beròi ("beau" ; prononcer "béroÿ" - parfois abrégé en "broÿ") beròia ("belle" ; prononcer entre "béroye" et "beroyo")
beror (prononcer "bérou") : beauté
beutat (prononcer "béoutat") est un francisme assez ancien.
 
On peut aussi dire bèth/bèra de quelqu'un de gros.
Auteur : Philippe Lartigue
30/04/05
J'habite au lieu dit "Le Beth" à Cudos, Sud Gironde.
Auteur : Stefan Rooy
30/04/05

Réponse de Gasconha.com :
Bèth nom !-)
èrm : desèrt ; landa / calm.

Bèl Èrm : Nom de lòc que lo francés a mudat bèstiament en « Bel air ». in DICCIONARI GENERAL OCCITAN
Auteur : Pèir
26/11/06

Votre avis sur "bèth" ?

Votre avis sur le nom "Artigabèra" ?
Artigalaen graphie occitane normalisée :
Artigalar
Dérivé de "artigau", lui même dérivé de "artiga".
 
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?

Votre avis sur le nom "Artigalar" ?
Artigalas (On pourrait aussi imaginer "Artigalàs" augmentatif de "Artigau". Le diminutif "Artigalet" existe bien en nom de lieu...
D'ailleurs, peut-être que l'Artigalas du Marmandais n'est pas l'Artigalas de Bigorre.
Le nom de lieu "Artigala" (Artigalar ?) étant très localisé en Bigorre, il se peut que l'Artigalas bigourdan soit "Artigalars" et que l'Artigalas marmandais soit "Artigalàs".

Pour l'Artigalas bigourdan, Geneanet donne curieusement "ARTIGALAS ou ARTIGALA", ce qui renforcerait l'hypothèse "Artigalars" pour la Bigorre.
)
en graphie occitane normalisée :
Artigalars
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?

Votre avis sur le nom "Artigalars" ?
Artiguelongueen graphie occitane normalisée :
Artigalonga
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?

Votre avis sur le nom "Artigalonga" ?
Artiguenave,
Artiganave
en graphie occitane normalisée :
Artiganava
oc. gascon : artiga
français : friche
Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
 
Il existe d'autres formes de ce mot artiga/artigau : artix, artic, artuco, traduits, selon les cas, en bout, sommet, extrémité ou terrain en friches.
Auteur : Cazalet
09/07/06
ARTIGA [ARTIGUE:ARTIGO] est vraisemblablement un mot du vieux du fonds pré indo-européen.
Sa racine est peut-être dans le basque actuel ARTE, variété de chêne, avec un toponyme ARTEAGA (ARTE + suffixe collectif AGA) en Biscaye ou Guipuzcoa.
Sous la forme de microtoponymes, on trouve des ARTIGUE/ARTIGE en Languedoc et Limousin, peut-être même ailleurs...
Quant à l'intensité des anthroponymes et des toponymes ARTIGUE et dérivés, l'intensité maximum est bel et bien en Gascogne.
Comme c'est mon patronyme, j'ai étudié ça sur l'annuaire, la répartition est très Claire, la quasi totalité est en Gascogne.
Donc, on peut supposer que le mot est plutôt vasco-aquitain ou paleo-basque.
ARTIGA serait alors une adaptation gasconne de ARTEAGA.
L'extension du champ sémantique et le passage du latin en a peut être fait un EX-ARTICARE > (e)ichartigar (en rapport aver ESSARTER?)
Quant on sait que, dans notre région, c'est souvent le chêne qui repeuple spontanément les friches...
Bref, quelques pistes à méditer.
Auteur : Philippe Lartigue
19/01/07

Votre avis sur "artiga" ?
oc. gascon : nau
français : neuf
prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle.
 
Effectivement, dans le nord des Landes et en Gironde on a "nèu" et "nèva" vs "nau", on a en effet distingué les successeurs de NOVUM et NOVEM.
Auteur : Philippe Lartigue
30/04/05
Les successeurs de NOVU(M) et NOVA(M) ont donné [nèw] et ['nèbë] à Marmande, [nèw] et ['nèbo] à Tonneins.
Ces formes septentrionales se retrouvent en languedocien occidental d'où elles ont peut-être essaimé en Nord-Gascogne.
En graphie classique on peut les écrire de deux façons : "nèu, nèva" qui reflètent la prononciation locale et "nuèu, nuèva" qui sont des graphies plus englobantes.
Auteur : Daniel Séré
24/02/08


Escotatz / Ecoutez !

Votre avis sur "nau" ?

Votre avis sur le nom "Artiganava" ?

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
nom !
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

nom de famille gascon :