VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
mot : La
Résultats par types de document :
743 mots
134 prenoms
1121 noms
4966 lòcs
410 banèras
617 ligams
Annuler la sélection
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams

mot = La
Grégoire en gascon
Serait-il possible d'avoir la traduction de Grégoire (mon prénom donc !!) en Gascon ??
Merci, adishatz !
Auteur : Grégoire
08/08/08

Réponse de Gasconha.com :
Il n'est pas certain que ce prénom ait été courant en Gascogne.
Les noms de lieu ou de famille sont maintenant un bon moyen de trouver des attestations d'anciens prénoms utilisés en Gascogne.

Ces prénoms étaient parfois des "noms individuels", avant que le système nom-prénom s'instaure.

Une recherche dans les noms de lieux de l'IGN donne deux "Grégory" en Gascogne, à Saint-Paul-les-Dax et et Ygos-Saint-Saturnin (40).
Comme nom de famille, Grégory existe plutôt en Guyenne qu'en Gascogne.
Donc, nous avons une petite trace, à confirmer, d'un prénom "Gregòri" gascon.

Sinon, son existence en Guyenne, donc dans le même ensemble occitan auquel appartient la Gascogne, vous autorise à l'utiliser comme prénom gascon.

Notez la graphie "Gregòri" suivant la norme occitane alibertine :
Le "y" final n'a pas d'utilité, il est une habitude issue du français.
L'accent grave sur le "o" est très important puisqu'il indique que l'accent tonique est sur "go", prononciation impossible en français.

Adishatz, Gregòri !
Afficher Grégoire en gascon en particulier, et peut-être donner votre avis...
Gascon ou pas ?
Je suis belge et fait des recherches généalogiques qui m'ont ammené jusque dans la région du Midi-Pyr. et l'Aquitaine.
J'aimerais savoir si les villages suivants font partie de la Gascogne ?
- Bardigues,
- Saint-Aignan,
- Castelmayran,
- Clermont-Soubiran.
Merci pour votre aide !
Auteur : Nicolas
24/07/08

Réponse de Gasconha.com :
Clermont-Soubiran semble clairement hors Gascogne.
Les trois autres, d'après la page ORIGINE ET LIMITES DE LA LANGUE GASCONNE de Philippe LARTIGUE, sont dans des cantons qui appartiennent à l'aire gasconne, juste sur ses limites.
On peut supposer que la gasconnité (au sens lingüistique) y est très atténuée.
Afficher Gascon ou pas ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Les lieux-dits de Clermont-Soubiran sont en effet d'allure très languedocienne : Sellières, Cornissou, Coujetou, Segaillé, Calpré, Labro, La Ferrière, Pouysan, Fouillade, Malaure, Brissou.

Sont indéfinis car possibles dans les deux langues : Labuze, Téraudet, Las Traverses, Jouanroux, Mestrebernat, Roustit.

C'est amusant parce qu'à Lasparrières, hameau de Lamagistère soit à quelques mètres de Clermont, on trouve les toponymes suivants  : Carrère Torte, Mesplès, Bordevieille qui sont plutôt gascons à la fois dans leur phonétique comme dans leur fréquence.
Clermont est une avancée du Pays de Serres alors que Lamagistère est déjà dans la plaine, en transition avec la Gascogne.
A vérifier avec des enquêtes linguistiques, on ne tire pas grand chose de lieux-dits.
Auteur : Vincent.P
24/07/08
Particion de l'Immortèla
Iò cerça per mas pitas filhas, la musica (particion) de "l'immortèla" - podem m'ajudar a la trobar ? òc !
si se una femna t'es balha un poto, si se un òme, t'es balha res del tot
grand merçès e adiu-siatz
Auteur : TEILHET Andriu
23/07/08
Afficher Particion de l'Immortèla en particulier, et peut-être donner votre avis...
Extrait de l'ouvrage d'A.Hourcade :
flickr.com
Pas besoin de remercier, vous serez assez puni quand vos petites filles brailleront à tue-tête cet air qui personnellement, ne m'a jamais plu ;)
Auteur : Vincent.P
24/07/08
Goûts et couleurs ne se disputent pas, disait toujours ma grand-mère gasconne...

A jo, las paraulas coma la melodia de "l'Immortèla" que m'agradan.
La melodia qu'ei hòrt dinamica.

Las paraulas ne son pas briga pègas : que parlan de la recerca de l'ideau, fin finau, que parlan de çò de mei pregon dens la vita !
Auteur : Tederic
08/08/08
Plus que la chanson en elle-même, je pense que c'est la lassitude de n'entendre qu'elle en alternance avec Se Canti qui explique mon désamour.
Auteur : Vincent.P
10/08/08
Pitou
Mon père m'appelait Pitou. Qu'est-ce que cela veut dire ?
Auteur : Jacques
10/07/08
Afficher Pitou en particulier, et peut-être donner votre avis...
Etait-ce son nom de famille ? Auquel cas ce n'est pas gascon.
Si c'était un surnom amical, peut-être un hypocoristique de Halip ?
Halip + it + on
Auteur : Vincent.P
11/07/08

Réponse de Gasconha.com :
Mais Halip (version gasconne de Philippe) n'est plus guère utilisé depuis longtemps !
J'ai aussi entendu "Pilou". Et Titou, etc.
Et "Nanou" (pour une femme)...
J'avais pensé les répertorier.
La terminaison "ou" me semble être le suffixe diminutif affectueux qu'on note "on" en graphie normalisée, et qui existe aussi en Occitanie non gasconne, non ?
Auteur : Tederic
11/07/08
le dictionnaire de Simin Palay donne comme définition de pitou : "chevreau", et pitote "chevrette", ce qui pourrait être un terme affectueux pour un "pitchoun" (enfant).
Auteur : Jean-Pierre
17/07/08
Vidalón
Mi apellido es Vidalón, y mi ancestro llegó en 1792 al Perú desde los Pirineos.
Quisiera preguntarles si mi apellido se escribiría por esos años con "V" o "B" y si era diminutivo de "Vidal" o "Vidau".
Auteur : Fernando Vidalon
05/07/08

Réponse de Gasconha.com :
Parece que era "Vidalon", segun Geneanet y Geopatronyme.
Para los Vidalon de los Pirineos, buscar "Midi-Pyrénées" o "Hautes-Pyrénées...
Afficher Vidalón en particulier, et peut-être donner votre avis...
Réédition de La Daüne, de Serge Barranx
Serge Barranx est un auteur chalossais oublié (né à Montfort-en-Chalosse, école et collège y portent son nom).
La maison d'édition capbretonnaise YAGO a réédité ce très beau roman, la Daüne, sur la vie d'une jeune veuve d'un riche propriétaire terrien de Poyartin de la fin du 19ème à l'après-Grande Guerre, dans cette Chalosse rurale d'alors, remplie de préjugés de classes, de métayers, de foires, tout un monde un peu disparu de nos jours.
C'est vraiment à lire et à redécouvrir.
Auteur : Christophe
27/06/08
Afficher Réédition de La Daüne, de Serge Barranx en particulier, et peut-être donner votre avis...
montfort-robot.net/canton-montfort

Que pouvait bien signifier Barranx nom donné à sa famille de Bedous ? Barranx est un patronyme basque.

Pour ma part, je trouve que l'entre-deux-guerre fut le summum d'une Gascogne idéalisée, notamment en art.
Auteur : Vincent.P
30/06/08
Redonner aux Landes leur aspect antérieur...
La Gascogne peut s'enorgueillir d'une des plus grandes forêts d'Europe :
j'aimerais autant qu'elle soit fière de ses étendues plates à perte de vue faites de bruyères et de sable.
Ma question est ainsi simple :
le Parc Naturel Régional n'a-t'il jamais songé sur une partie de la Haute-Lande à redonner aux Landes leur aspect antérieur (sur les parties communales boisées par exemple) ?

Nous avons perdu un paysage original et inédit au profit de coton-tiges plantés régulièrement.

Il ne s'agit pas de remettre en cause le pignada, partie intégrante de la lande, mais son excessive présence.
On ne peut que regretter ces témoignages de pâtres qui voient au petit matin s'élever à l'horizon les Pyrénées de Perpignan à Fontarabie dans des odeurs qui nous sont aujourd'hui inconnues.
Auteur : Vincent.P
25/06/08
Afficher Redonner aux Landes leur aspect antérieur... en particulier, et peut-être donner votre avis...
Il y a une tendance à l'abattage du pinhadar pour faire de la grande culture de maïs, légumes ou autres.

Cela pourrait déjà redonner vision sur la mountagne, mais reste dans le système de la monoculture...

Le "Parc", lui, ne peut pas refabriquer à grande échelle un paysage perdu.

Par contre, on peut imaginer qu'il fasse travailler des chercheurs sur de nouveaux modèles économiques pour la lande.

C'est l'économie qui façonne le paysage, et les pouvoirs publics ne peuvent guère façonner l'économie, juste l'influencer.

Il est bien difficile d'imaginer les Landes de Gascogne dans 30 ou 40 ans, alors qu'on ne sait pas du tout ce qu'il adviendra de la crise énergétique et climatique.

Ce devrait être un sujet majeur de Gasconha.com, parce que le massif landais, c'est plus du tiers de la Gascogne, en surface.
Auteur : Tederic
25/06/08
C'est sûr, il y a trop d'arbres sur Terre et pas assez de déforestation.
Il y également trop de chlorophylle dans notre monde.
Et puis, un pays privé de malaria et de paludisme, sans ressources agricoles et sans industries (non-polluantes) ce serait tellement mieux.
Les plus pauvres pourraient également vivre dans des huttes de torchis ou de pisé, se chauffant au feu de bouse et allant chercher l'eau à la hont la plus proche.
Il faudrait dégoudronner les routes, pas assez proches du modèle landais authentique, et envisager le rétablissement du droit féodal.
Auteur : David
29/09/08

Réponse de Gasconha.com :
Prenetz guarda, totun, de ne pas tròp caricaturar...
Digun ne prepausa de tornar a l'endarrèr, mès l'istòria que's hè de rupturas, puish de reaccions a las rupturas...
La mythologie du pin...
Il a surtout fait la richesse des bailleurs installés à Bordeaux.
De toute façon, il ne s'agissait que d'une réflexion paysagère dans le cadre du Parc : ne pourrait-on pas ménager des endroits où recréer l'aspect antérieur ?
C'est tout, c'est tout aussi rétrograde que de regretter la disparition des quais de Langon.
Auteur : Vincent.P
29/09/08
Pour ma part, je ne suis pas du tout réfractaire au pin, je trouve qu'il n'y a rien de plus beau qu'un pignada.
Mais ce qui fait sa beauté, c'est son côté clairsemé assurément ou alors la présence d'un sous-bois.

flickr.com-2900634620_b2bb595c66.jpg

flickr.com-2899789029_81836762f1.jpg
Auteur : Vincent.P
30/09/08
Ma réaction était épidermique et j'espère n'avoir froissé personne.

Je pense que nous vivons dans un monde au sein duquel un arbre va bientôt devenir une denrée rare et un écosystème naturel une curiosité qu'on montrera dans des écomusées.

En outre, oui, il y a une mythologie du pin.
Rien n'est plus beau que les lignes du pinhadar sous le ciel, en novembre.

Mais ce n'est pas la raison.
Les Landes avant le pin étaient un désert stérile et insalubre. On y rencontrait un taux de mortalité galopante et de nombreuses pathologies à peu près éradiquées.
Oui, ces grandes étendues désolées, ces dunes à peine ombrées d'un couvert d'épineux, oui, ça devait dégager une magie assez grandiose. Mais à quel prix !
Quant aux quais de Langon... Je ne trouve pas que ce soit comparable.
C'est un saccage qui n'a même pas la grandeur d'une action préméditée : seule l'ignorence en est la cause !
Ei traversat nau lanas.... !
Auteur : David
30/09/08
Cette histoire d'insalubrité me rappelle le discours colonial des grands maïsculteurs qui se vantent d'avoir enrichi et assaini la région.
En fait, ce qu'ils ont enrichi, c'est avant tout leur porte feuille (demandez à ceux qui bossent pour eux).
Et dire qu'ils ont assaini, c'est une énorme escroquerie :
assécher n'est pas assainir, imbiber profondément la terre de produits toxiques, abaisser sérieusement les nappes, forer de plus en plus, de plus en plus profond, et ensabler les rivières, ce n'est pas assainir (rendre sain), c'est dégrader abondament pour le profit de quelques-uns !
Auteur : Christophe
01/10/08
En ce qui concerne le pin, il ne pousse pas bien partout.
Est-il raisonnable d'assécher les zones humides avec des fossés de plus en plus profond pour que quelques-uns puissent gagner un peu plus ?
Est-il raisonnable de faire la guerre à la végétation naturelle de sous-bois (de plus en plus de débroussaillages "à la terre") ?
Est-il raisonnable de détruire la couche d'alios sur d'immense surfaces, modifiant ainsi de façon irréversible un sol et un sous-sol qui ont mis des milliers d'années à se former ?
Quel va être l'impact sur la végétation et les micro-organismes qui s'étaient adaptés à ce milieux ?
Au lieu de jouer les aprentis-sorcier en essayant d'adapter le sol au nouvelles variétés de pins sélectionnées pour rapporter plus et plus vite, ne vaudrait-il pas mieux sélectionner des pins adaptés au milieu existant, et accepter que sur certaines parcelles les pins poussent moins vite ?
Dans quelques années on se rendra peut-être compte de la nocivité des sous-solage, ce sera alors trop tard pour revenir en arrière, on ne réparera pas la couche d'alios.
Peut-être que quelques-uns en auront tiré profit, ils iront sans regret placer leur argent ailleurs... (comme les hollandais qui après avoir pourris les terres chez eux arrivent ici pour cultiver des bulbes)
Auteur : Christophe
01/10/08
D'accord sur la majorité du message.
Pas d'accord quand on remet en cause le fait que les Landes, dans leur état antérieur, étaient aussi insalubres que pouvaient l'être les marais Pontins en Italie.
Quant au biotope landais, je suis à 200% d'accord pour sa préservation à tout prix.
Mais que nous mélange-t-on là avec le maïs ?
Ce n'est un secret pour personne que cette culture massive du maïs est profondément polluante et destructrice et ne sert qu'à enrichir quelques groupes (dont l'infâme Monsanto).
Ce n'était pas de ça dont il était question au départ.
Auteur : David
02/10/08
Je ne pensais pas être exaucé si vite ...
Auteur : Vincent.P
25/01/09
Merci Lothar, merci Hortense, merci Klaus, le grande asperge est au sol.
Auteur : Félix Arnaudin
21/05/10
Diu y a comme qui dirait un problème …
Vincent envoie un post le 21 mai 2010 et les réponses datent d'il y a deux ans
Ne compreni pas !!! aquò rai, je voulais répondre à Vincent que son idée est excellente et que le Parc des Landes et de Gascogne a déjà pensé à garder un espace (un peu plus restreint que ne le voulait Vincent) à plus petite échelle constitué de landes et de lagunes tel que cela put exister il y a plusieurs siècles.
Cela se trouve au nord de saint Magne autour des lagunes du "Gat Mort".


Voila ce que l'on peut lire dans les livres de randonnée :
"Plus loin, la route longe les Lagunes du Gat Mort, où l’arrêt pique-nique est tout à fait indiqué. Ce site doit son nom au petit ruisseau qui le traverse, dont l’origine gasconne gua, le gué, indiquerait l’endroit où le courant est le plus faible (mort)  ; une autre hypothèse rapprocherait Gat-Mort de Calemort (ou supplice de la cale) utilisé dans la région et consistant à plonger les « condamnés, souvent les femmes de mauvaise vie dans une cage jusqu’à l’issue fatale ».
Maintenant propriété du conseil général de la Gironde, cet espace naturel sensible veille à préserver les paysages proches de ceux qui constituaient la « Grande Lande» aux siècles passés. Cette réserve de nature est gérée avec attention pour favoriser le maintien ou le retour d’une faune et d’une flore spécifiques de ces milieux rares. Par souci d’éviter tout dérangement, elle se visite à pied uniquement par un sentier très agréable qui serpente en bordure de la lande humide et mène jusqu’à un observatoire qui domine les lagunes et la lande humide."
Pour ceux qui s'intéressent aux zones humides de la lande :
www.parc-landes-de-gascogne.fr

Je trouve rageant que l'on puisse oublier si vite que la foret de pins fut plantée de la main de l'homme et que par ce fait il a détruit une économie agraire qui fonctionnait depuis des millénaires.
Sure qu'elle est belle notre forêt et pleine de poésie, d'odeurs avec cette lumière unique, mais il ne faut pas non plus oublier que la lande a elle aussi son charme et son intérêt botanique.
Je préférerai voir une lande sauvage à la place de ces immensités de maïs qui polluent le sol. Ce qui me fait le plus peur concernant toutes ces parcelles privées après ces tempêtes désastreuses et la chute du prix du bois, c'est de voir une nouvelle sorte de champs : des champs de panneaux solaires ou d'éoliennes.
Je ne sais pas si vous avez déjà vu un champ de panneaux solaires c'est une catastrophe. Je suis pour le développement durable et pour les énergies propres mais pas à l'échelle industrielle.
L'homme ne sait faire que dans la démesure… rien à son échelle.
Auteur : Tédéric D.
27/05/10

Réponse de Gasconha.com :
Bravo Tédéric pour ton observation sur l'incohérence des dates !
J'avais fait une manipulation inappropriée. J'ai perdu la date d'origine, et je rétablis une date cohérente (et très proche de la réalité) en choisissant celle de la première réponse qu'avait reçu ce gran de sau.
[Tederic]
David,

Vos réactions sont trop souvent épidermiques. Vous verrez, avec l'âge une douce torpeur vous gagnera, on appelle ça la sagesse.
Auteur : Sophie
04/06/10
Banitz
Bonjour, c'est un peu un SOS que je lance.
En fait mon nom est Banitz, or il me semble qu'il y a un nom en basque qui lui corresponde, en gascon je trouve le plus approchant BANEY - par contre une banne est grand panier d'osier ; j'aimerai bien comprendre de que signifie mon nom et le génitif "itz" ???
italien, américain, allemand ou bien français ?
Merci de votre aide. Cordialement.
Auteur : Banitz
25/06/08
Afficher Banitz en particulier, et peut-être donner votre avis...
Nom allemand porté en Alsace.
geopatronyme.com
geneanet.org

La signification doit être "originaire d'un lieu-dit Banitz/Bahnitz" probablement formé sur "ban"=territoire de la commune.
En général, les toponymes allemands qui s'achèvent en -itz sont d'origine slave. Mais bon, on a également des équivalences Maurice-Moritz.
N'ayant jamais fait d'allemand, je ne peux pas en dire plus, mais aucun rapport possible avec le suffixe locatif basque à sifflante -itz, ni probablement avec les toponymes gascons comme Banos/Baney qui restent mystérieux (anthroponyme Bannius ?).
Auteur : Vincent.P
27/06/08
Prénoms
Jean ou Laurens Augé Joan Miqueu est un nom de la région Gascogne ou non ? Merci pour votre réponse.
Auteur : QUERO
24/06/08

Réponse de Gasconha.com :
Oui, tout ça est très gascon, sauf "Jean" qui est la forme française de "Joan".
Afficher Prénoms en particulier, et peut-être donner votre avis...
Hil de P...
Je suis née en Algérie, mon père m'a raconté que mon grand-père disait "hil de P...".
Je souhaiterais savoir dans quel coin exactement on utilise cette expression.
Auteur : QUERO
18/06/08

Réponse de Gasconha.com :
A priori dans toute la Gascogne.
Mais peut-être y avait-il des exceptions.
Pour les novices, "hilh de put@" veut dire "fils de putain" et est un juron.
Afficher Hil de P... en particulier, et peut-être donner votre avis...
Le sens de cette expression en occitan n'est pas très fort, c'est comme le "con" ailleurs en occitanie. Expression de la surprise, étonnement...
Auteur : Macarèl
02/07/08
Biarnés ?
- Ya !Ya ! Cap é tout !
Biarnés é Gascoun ?
- Ay ! Ay  ! Oh, hilh de p...
Béarnais et Gascon et Occitan ?
-Aïe ! Aïe ! Aïe ! Oh, putain-con !
Auteur : Garluche
24/07/08
Professor d'occitan gascon cercat a Blancahòrt
Adishatz Monde !
Aci ua anoncia tà trobar quauqu'un tà balhar cors d'occitan (varianta gascona) a Blancahòrt (Gironda) per la rentrada qui vien.
Los cors que son destinats ad adultes dab un nivèu eterogène, qu'èi assegurat dab un gran plaser aquestes cors pendent 4 annadas mes adara qui soi vaduda professora dens l'educacion nacionau, me cau deishar la plaça.
Si ètz interessatz mercés de'v har conéisher suu siti.
Coraument
Auteur : Emilia occitana ET gascona
16/06/08

Réponse de Gasconha.com :
Òsca Emilia !
Coma ? Ei compatible d'estar gascona e occitana ?*

*Que pegueji...
[Tederic]
Afficher Professor d'occitan gascon cercat a Blancahòrt en particulier, et peut-être donner votre avis...
Rius - Rieux-Volvestre - émigration vers Catalogne
Je suis à la recherche d'information de la part de personnes que son nom est Rius, pour une étude généalogique de l'information et de l'émigration Gascona également à la quinzième siècle Catalunya
De préférence personnes de Rieux-Volvestre ou à proximité de ces villes.
Auteur : Rius-Gascó
10/06/08
Afficher Rius - Rieux-Volvestre - émigration vers Catalogne en particulier, et peut-être donner votre avis...
¿Qué indicios le permiten pensar que los "Rius" de Cataluña procedan de Rieux-Volvestre ?
A mi parecer, Rius es un apellido catalán bien atestado en Cataluña (en Cataluña francesa también) que sencillamente significa Ríos.
En gascón, sería Arrious/Arrius (¿existe la a prostética en Volvestre ? Probablemente que no) pero no existen tales apellidos.

De verdad, se puede localizar a familias llamadas Rius en Boussens (Comminges) pero se tratará más bien de una inmigración catalana.
Auteur : Vincent.P
10/06/08
NB : Le patronyme Arrius existe en composition.
Cf le fameux chanteur ossalois Pierre Arrius-Mesplé.
www.marilisorionaa.com
Auteur : Vincent.P
11/06/08
S'il s'agit d'émigrants de Rieux-Volvestre vers la Catalogne, au 15e sicèle, ne peut-on imaginer que, même si leur nom avait déjà été francisé en "Rieux", il était toujours prononcé "Rius" par leur porteur, et à plus forte raison quand ils arrivaient en Catalogne, où ce nom est courant, et prononcé de la même manière ?
Auteur : Tederic
11/06/08
Evidemment mais je pense que notre ami catalan, dans la recherche de ses origines, probablement bloqué à un quelconque stage de son arbre généalogique, suppose que ses Rius sont venus de Gascogne (d'autant plus que son second patronyme est Gascó) alors qu'il est vraiment plus probable qu'il s'agisse d'une famille autochtone.
idapadron.ine.es
Auteur : Vincent.P
11/06/08
De Rius-gascó
Para Vincent.P
Cuanto sabe ! He quedado anonadado, hombre más seriadad
Auteur : Rius - Gascó
11/06/08

Réponse de Gasconha.com :
???

Si comprengui plan, Vincent qu'a essajat d'ajudar a quauqu'un qui ne s'ac ameritava pas...
[Tederic]
De nombreux RIUS sont recencés dans la région de TREMP.
Mes ancètres sont venus de PESSONNADA en 1875 dans le Gers, les personnes faisaient régulièrement le trajet aller retour.
Si vous avez des informations je suis interessé.
Auteur : Pierre RIUS
09/04/10

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :