VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1681 mots
212 prenoms
2050 noms
3588 lòcs
450 banèras
940 grans de sau =====>
716 ligams
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams
"des vieux briscards" en médocain
Bonjour, je cherche la traduction en patois médocain de "des vieux briscards", si vous pouviez m'aider svp.
MERCI,
Sébastien.
Auteur : Sébastien BOURA
18/11/08
Afficher "des vieux briscards" en médocain en particulier, et peut-être donner votre avis...
Des vieux Ricards ?
Auteur : Jean-Pierre Pernot
21/05/10
Traduction de menu de mariage
Bonjour,
J'ai une demande un peu spéciale.
Voilà, je suis originaire de Saint Pierre du Mont, mais ma connaissance du Gascon est assez pauvre...
Je me marie bientôt et souhaiterais traduire notre menu en Gascon.
Quelqu'un pourrait-il m'aider ?
Merci d'avance.
Auteur : PENICAUT
07/11/08
Afficher Traduction de menu de mariage en particulier, et peut-être donner votre avis...
Lancez cet appel sur la liste Gasconha Doman, vous y serez en contact avec les plus fins connaisseurs du gascon qui seront capables de localiser précisément les termes de Saint Pierre du Mont.
Je vous conseille de faire une demande de traduction en graphie phonétique pour le gascon.

groups.yahoo.com/group/gasconha-doman
Auteur : Vincent.P
08/11/08

Réponse de Gasconha.com :
Bonne suggestion.
De plus, il serait plus facile d'obtenir des aides en fournissant le texte français du menu, et de préférence un début de traduction (en demandant les noms de certains mets à des vieux...) pour que les "fins connaisseurs du gascon" aient un stimulus de départ, et n'aient pas l'impression qu'on leur demande du tout mâché.
Mais pour poster à la liste G-doman, il faut en être membre (ce qui est très facile...).
Après, on peut poster en cliquant sur "Envoyer", à l'adresse web indiquée ci-dessus.

La nécessité d'être membre est justifiée principalement par l'arrivée de spams à l'adresse de la liste. Ils sont ainsi refusés d'office, ce qui évite de donner du travail au modérateur.
Auteur : Tederic
08/11/08
Ne vous mariez pas !!!
Auteur : Desperate housewife
21/05/10
Hourmagerie
Sur le cadastre (merci geoportail) et sur la commune d'Aragnouet (65), je lis le lieu-dit "Hourmagerie".
Doit-on en conclure qu'on faisait là du fromage ?
Pour ceux qui s'interessent aux bergers :
amusoire.net/Bergers en Aure
Auteur : Filou
23/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Pour la fromagerie, oui, sans doute !
Voir hormatge.
Afficher Hourmagerie en particulier, et peut-être donner votre avis...
Ce serait donc une francisation de "hormatge" ?
Comment ont été "normalisés" les toponymes figurant sur les cartes IGN ?
Merci
Auteur : Filou
23/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Comme francisation, il y a pire...
Une francisation radicale serait "Fromagerie".
Les toponymes gascons (et occitans en général) dans leur forme IGN ne sont pas normalisés, dans le sens où aucune démarche réfléchie générale de transcription tenant compte de l'appartenance gasconne ou occitane n'a été appliquée.
Les toponymes gascons de l'IGN sont un mélange de représentation de la phonétique gasconne par l'orthographe française, de représentation (parfois erronée) d'étymologie, de résidus de graphies anciennes, de francisation partielle ou (rarement) totale*.

Il m'est revenu que la question de la normalisation des toponymes en langue régionale a été étudiée par l'IGN.
Elle s'applique, semble-t-il, déjà, aux noms catalans.
Je n'ai pas vu que les toponymes basques de l'IGN avaient été normalisés graphiquement.
Pour les toponymes occitans, je subodore que la question de la graphie à leur appliquer est un obstacle majeur :
Ex : ce serait "Hormatgeria" en graphie alibertine, et peut-être "Hourmadgerio" dans une autre graphie, plus proche du code français.

*Une francisation totale est une traduction pure et simple, possible quand le sens gascon a été compris.
Ex :
Un cas probable de francisation totale : "Métairie neuve", en Marmandais, probablement pour remplacer le gascon "Bòrda nèva" (prononcé à peu près "Bordo nébo")
[Tederic]
L'IGN est une mine d'or car les toponymes sont un mélange décapant entre traditions écrites (toponymes béarnais en écriture béarnaise, francisations plus ou moins intenses selon les régions) et prononciation locale.

Les transcrire ferait perdre la grande diversité en les homogénéisant, d'autant plus que cette transcription serait une fois sur deux arbitraire dans l'incapacité d'en connaître l'étymon (et comme l'écriture alibertine est étymologique ...).
De plus, qui aurait encore aujourd'hui la vision d'ensemble de la Gascogne pour normaliser ?

Sachant de toute manière que nombre de toponymes ont été changés entre le cadastre napoléonien et les cartes actuelles, il me semble que les Catalans ont fait une erreur, et se contentent la plupart du temps de transcrire les dénominations transparentes, ce qui n'amène franchement rien identitairement parlant.
A savoir aussi si les Catalans chargés de la normalisation des lieux-dits respectent les caractéristiques du roussillonnais, à mi-chemin entre catalan proprement dit et languedocien : je crois que non malheureusement. Le jacobinisme n'est pas toujours où l'on croit...
Auteur : Vincent.P
23/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Les toponymes sont une trace majeure de notre histoire.
Dans une Gascogne qui se respecterait, il devrait y avoir un travail intense sur les toponymes (explication, normalisation graphique...).
Ce travail se ferait avec le souci d'être pédagogique pour le grand public.

Normaliser veut dire aussi simplifier, mettre en évidence un mot ou une racine communs, parfois cachés par une multiplicité de graphies dont certaines sont erronées (voir les nombreuses "hont" (fontaine ou source) transformées en "fond").

Une part assez grande des toponymes gascons sont transparents... pour nous qui connaissons un peu le gascon.
C'est un devoir de les expliquer à la population générale
qui ne les comprend plus.
L'IGN serait le lieu où faire ce travail. Les contribuables gascons le financent par l'impôt comme les autres contribuables français...
L'Agence gasconne que j'appelle de mes voeux devrait l'aiguillonner et l'aider.
[Tederic]
Pour préciser le travail qu'il faudrait faire, déjà quelques exemples dans le domaine des corrections :
- Les noms en -eaux, ou même en -aux (Cazeaux...) : cette terminaison est une francisation ; aucun intérêt à la garder  ; au contraire, le rétablissement de "Casaus" permet de retrouver le "Casaous" qui est le même nom en graphie "franco-phonétique".
- les faux "Jean" (Courréjean, Méjean...) : Courréjan, Méjan, sont corrects et sobres.
- les mauvaises coupures (L'Abeyrie pour Labeyrie, La Rouquet pour L'Arrouquet, "Au Gé" pour "Augé"...).
Auteur : Tederic
25/10/08
Ne manquez pas la première de "LAS SASONS"
Un film de Pamela Varela (France, 90', 2008)
Film présenté en langue occitane sous-titré français, en présence de la réalisatrice

jeudi 23 octobre à 20h au cinéma Jean Eustache à Pessac

Résumé : Une femme arpente à la manière des anciens troubadours les routes verdoyantes du Périgord.
Rêve, mythe ou simple réalité, elle fait la rencontre d'autres femmes qui se racontent.
Un périple propice à l'errance, à la liberté ; cette transhumance devient un moyen d'aborder une certaine vision de l'identité, touchant les questions liées à sa perte et à une certaine forme d'oubli.
Auteur : Esther
09/10/08
Afficher Ne manquez pas la première de "LAS SASONS" en particulier, et peut-être donner votre avis...
"poulailler" en patois landais
Bonjour,
Je suis a le recherche du mot poulailler en patois landais !
merci d'avance et bravo pour votre site ! merci
Auteur : Franck
03/10/08
Afficher "poulailler" en patois landais en particulier, et peut-être donner votre avis...
pourè/pourailhè chez Vincent Foix.
Auteur : Vincent.P
04/10/08

Réponse de Gasconha.com :
Donc "porèr" ou "poralhèr" en graphie alibertine.
Carte n°432 de l'ALG :

Tursan-Chalosse : porèr, poralhèra (féminin)
Haute-Lande : porèr, poralhèr
Gabardan : joquèr, joquèra (féminin)
Seignanx, Maransin : porèr, volièra
Lande girondine : porèir, poralhèir
Albret : poralhèir/poralhèr, joquèr
Auteur : Vincent.P
04/10/08
Pratviel
Mon pronom c´est Pratviel (origin).
Auteur : Graciela
02/10/08

Réponse de Gasconha.com :
On reconnait dans "Pratviel" "prat viel", donc "pré vieux".
Ce nom est languedocien.
Il ne semble pas exister en Gascogne, même sous une autre forme.
Afficher Pratviel en particulier, et peut-être donner votre avis...
Un lieu-dit existe en vallée de Luchon :
Pratvielh qui a été rattaché à la commune de Cier de Luchon d'un côté et à Salles de l'autre.
Inutile de préciser que nous sommes en plein pays "gascon".
Auteur : Txatti
19/12/08
Conférence (discussion vocale à plusieurs) en gascon
Mei de detalhs
Auteur : Tederic
30/09/08
Afficher Conférence (discussion vocale à plusieurs) en gascon en particulier, et peut-être donner votre avis...
Baylac
Cerqui l'origina de mon nom Baylac.
Qu'avevi legit qu'un baylac èra ua grana "gaule" tà hèr caiger las notz.
Qu'en pensatz ?
D'autes m'avevan ditz que venguèva du vailet.
Jo  ? ! ?
Auteur : Baylac Thierry
30/09/08
Afficher Baylac en particulier, et peut-être donner votre avis...
De nombreux lieux-dits de ce nom : probablement des exploitations agricoles romaines formées sur baiulus qui a donné bayle/bailli qui a pu être un cognomen latin, et le suffixe -acum. Domaine de Baiulus.

Ce peut également être la déformation de Bayloc (=beau lieu).
Auteur : Vincent.P
30/09/08
Deux remarques  :

1 Dans le Gers et en Comminges, des lieux-dits "Le Baylac" laisseraient entendre que Baylac est un nom commun. Je pense plutôt qu'il s'agit de l'habitude de noter sur le cadastre le + nom d'habitant (le Saint-Agne à côté de le Baylac à Saint-Michel).

2 Le Baylac de Bugnein ainsi que le Baïlac de Saint-Pé-de-Léren, villages à quelques kilomètres du Pays Basque, où les domaines en -ac sont quasi inexistants, sont problématiques et pourraient relever du basque avec réduction du suffixe -aga, tout comme le voisin Bendeyac qu'on retrouve à Pouillon et Lescun.
Auteur : Vincent.P
30/09/08
Le Bendéjac de Bugnein peut s'expliquer avec les Bentéjac gascons, autrement dit avec le cognomen Ventidius (Ventidiacu), à ceci près que pour les béarno-landais, il faut mettre en avant l'ancienne phonétique gasconne qui sonorisait t après nasale.

Cela donnerait évidemment du crédit gallo-romain au Baylac voisin. Mais le Hourracq voisin également ne peut s'expliquer que par le basque Urraga(=coudraie).
C'est le contexte toponymique qui fait que je doute de la possibilité d'un domaine antique.
Ou alors c'est un patronyme mais P.Raymond laisse entendre en mentionnant la ferme Baylac de Bugnein que celle-ci est de toute ancienneté.
Auteur : Vincent.P
01/10/08
Reportage espagnol : "Gascuña"
youtube.com
Auteur : Hlo
19/09/08
Afficher Reportage espagnol : "Gascuña" en particulier, et peut-être donner votre avis...
Très clichés dartagnanesques et "petite Gascogne-Gers".
Auteur : Tederic
20/09/08
C'est exactement ce que je me suis dit quand je l'ai vu. Mais bon, ils disaient "Gascuña"... J'ai pas pu résister ! :)
Auteur : Hlo
20/09/08

Réponse de Gasconha.com :
C'est de la veine des Offices du tourisme...
"Escaladieu" = Escale à Dieu ?
A propos d'un article sur Amusoire.net :
Tous ces noms en "Dieu" sont trompeurs !
Escaladieu, Mercadieu (où on nous dit après-coup que Dieu y protégeait les marchands !), Ribadieu...
Je connais même le nom de famille Ladieu !
Pas de Dieu dans tout ça, la Gascogne ou l'Occitanie ne sont pas si dévotes.
Mais seulement une terminaison -adiu (prononcée "adïou") qu'on trouve aussi, par exemple, dans "agradiu" (agréable).
Auteur : Tederic
13/09/08
Afficher "Escaladieu" = Escale à Dieu ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Un conseil : ne vous fiez pas à l'étymologie de l'amusoire, elle est tres fantaisiste :-)
Auteur : Philippe
13/09/08

Réponse de Gasconha.com :
On s'en doutait !-)
Mais l'Escaladieu, c'est tout de même une abbaye : c'est bien la Scala Dei. L'Echelle-Dieu existe en français.

L'Escaladieu est désormais sur le territoire communal de Bonnemazon : maison religieuse ? En tout cas, c'est un territoire très quadrillé par la puissance publique médiévale : Mauvezin, Castillon et Bourg sont dans les environs immédiats (trois formations en gascon médiéval).

C'est Er'Escaladiu selon Grosclaude en gascon du lieu, Lescaldieu en français de 1790.
Auteur : Vincent.P
13/09/08
Très bien, je retire l'Escaladiu de ma liste.
Mais j'y rajoute Larrayadieu (Bosdarros) !
Et Parladieu (Boulogne-sur-Gesse (31)) ?

Je me suis laissé emporter par ma haine de Dieu  !-)
Qu'Il me pardonne  !
Auteur : Tederic
13/09/08
Et il dit ça alors que Lourdes la gasconne accueille notre très cher Saint-Père. Mécréant !
Auteur : Vincent.P
13/09/08
"Que soy era Immaculada Councepciou"...
Auteur : Tederic
13/09/08
Larrayadieu, ce doit être un composé de arrajat, participe passé de arrajar=rayonner plus suffixe qualitatif -iu,iva.

Chez Lespy : "las bitz a l'arrayadiu" (les vignes exposées eu soleil)

Je suppose donc que tous ces noms gascons non-divins sont issus d'un t final suffixé en -iu.
Marcadieu, c'est situé sur le marcat.
Ribadieu c'est près du rivat.
Parladieu est plus énigmatique : un adjectif formé sur parlar pour désigner un bavard ?
Auteur : Vincent.P
13/09/08
La Gascogne s'arrête-t-elle entre le bourg et le Leclerc ?
J'habite à ROQUES SUR GARONNE (entre Leclerc & le centre du village) ; pourriez-vous me dire si je suis gascogne ?
merci pour votre réponse
Auteur : Stringaro Jeanne
30/08/08

Réponse de Gasconha.com :
Posée comme çà, la question est presque humoristique.
Pour les limites ancestrales, voyez la page ORIGINE ET LIMITES DE LA LANGUE GASCONNE de Philippe LARTIGUE.
Afficher La Gascogne s'arrête-t-elle entre le bourg et le Leclerc ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Pinsaguel est encore en Gascogne (Pinsaguèth dans la langue locale) donc Roques a fortiori.
La Gascogne s'achève avec le confluent de l'Ariège, là où commence le Lauragais.
Auteur : Vincent.P
30/08/08
Les lieux-dits de Roques sont plutôt d'allure gasconne : les Affious, Borde Blanche, Bonafous, Bourrouil, Bramofam, les Caminoles, les Carreaux, la Come, les Cujalas, les Echars, Fraixinet (sic), les Gravettes, les Grougnes, Lagrange, Regue Longue, Pasquerie, Revirou, Saubiole, la Saudrune, Vie Torte, Verdaix.

Idem Pinsaguel : le Blanquet, les Boulbènes, la Carrerrasse, Cazaulon, la Claou, Cornis, Coulon, les Douines, Jordanis, la Levrere, Malassang, la Massonnie, les Moles, la Mouraca, les Peyres, las Queounes, le Rau, la Taillade, les Vignettes.

Selon Bec, le parler gascon de Roques et Pinsaguel connaît :

Phonétique
nd devient n
ll devient r et t en finale
f devient h (pas dans les lieux-dits il semble)
v intervocalique w (également à Venerque sporadiquement)
l final vocalisé
arium latin donne èr

Morphologie
Existence de entà
Réduction gasconne des infinitifs "proparoxytoniques" (escríver pour escriure)
Subjonctif dans les subordonnées de temps
Possessifs myew/tyew/syew

En fait, dans ces villages, il y a hésitation entre les formes mais il est remarquable que si près de Toulouse (dont la langue n'est cependant pas le languedocien le plus pur) ces traits se soient maintenus depuis 1500 ans.
Auteur : Vincent.P
31/08/08

Réponse de Gasconha.com :
Le point du "f" ou "ff" dans les noms de lieux dit est à creuser.
Sur "Boulbènes" (bolbena) : la forme gasconne est "bobea".
Là encore, le nom actuel est-il le résultat d'une dégasconnisation d'un ancien "Bobea", et dans ce cas, pourquoi et quand a-t-elle eu lieu ?
Je rappelle la carte tirée d'Allières sans que j'en sache la légende :
imageshack.us

Le parler de Roques y est plus gascon que celui de Saubens  !
Auteur : Vincent.P
31/08/08
Merci, pour votre réponse "un peu railleuse".
Mais,ce n'est pas tjrs évident !
Plusieurs personnes etaient, aussi, dans le flou.
Je rectifie donc je suis "GASCONNE".
En plus, etant née ds le Gers, mon père avait raison de me dire qu'après mon séjour à Agen, j'étais revenue en Gascogne.
Je me suis rendue à l'obelisque,à la sortie de Roques, qui délimite : la Gascogne,la Languedocienne et la Guyenne.
Sauf erreur de ma part ?
Merci encore. Et BRAVO pour votre site !
Auteur : Stringaro
02/09/08

Réponse de Gasconha.com :
C'est surtout Vincent.P, spécialiste des limites toulousaines de la Gascogne, qu'il faut remercier !-)
Il est compréhensible qu'on soit dans le flou à ce sujet, puisque les limites elles-mêmes sont souvent floues.
Gasconha.com considère que la Gascogne est partout où on a parlé gascon, mais la transition entre parlers gascons et languedociens ou guyennais, étudiée par les lingüistes, est progressive.

Nous serions heureux d'avoir une photo de cette obélisque. J'en avais entendu parler, mais ne savais pas qu'elle était à Roques.
Je suppose qu'elle correspond aux limites administratives à une date précise. Laquelle, et pourquoi avait-on jugée nécessaire de la poser ?

[Tederic]
La région Aquitaine communique en languedocien
Il est dommageable que dans sa communication officielle, la région Aquitaine n'emploie que le seul languedocien référentiel, qui n'est pas plus la langue de la Gascogne que du Périgord limousin et même de l'entre-deux languedocien agenais.

Comment peut-on commettre de telles maladresses ?
Auteur : Vincent.P
26/08/08

Réponse de Gasconha.com :
La région Aquitaine, quand elle se lance (ce qui est rare) dans la communication en langue régionale, communique parfois en gascon, et un grand ADISHATZ est arboré par le hall d'accueil du Conseil régional d'Aquitaine.
D'après les populations respectives, elle devrait communiquer surtout en gascon, un peu moins en guyennais, et encore un peu moins en limousin.

Le basque est aussi une langue de la région, et la force de l'identité basque et la vitalité de sa pratique font que le basque est à égalité avec le total occitan (gascon+languedocien+limousin).

Il serait intéressant d'apprécier la spécificité lingüistique guyennaise.
Si celle-ci était suffisamment forte par rapport à l'ensemble languedocien, on pourrait affirmer une identité guyennaise clairement délimitée, qui ferait pendant à la Gascogne.
Afficher La région Aquitaine communique en languedocien en particulier, et peut-être donner votre avis...
J'ai vu l'article en question, et j'avoue que ça m'a surpris...
Auteur : Hlo
29/08/08

Réponse de Gasconha.com :
Pourrions-nous avoir un lien vers cet article, ou des précisions sur son contexte, pour nous rendre compte ?
Mea culpa, ce semble être du limousin périgourdin (vocalisation de l, c devient ch) mais on comprend mal la présence de que énonciatif et les formes festa (on dit fèita/fèta) ou trabalh (on dit trabai) à moins qu'il ne s'agisse d'une de ces intransigeances des occitanistes qui refusent d'appliquer correctement la graphie à la langue parlée.
Par exemple, ils arrivent quand même à noter "parlan" pour la troisième personne du pluriel ce qui est prononcé 'parlén avec nasalisation alors qu'au singulier "parla" se prononce 'parlo.
Auteur : Vincent.P
30/08/08

Réponse de Gasconha.com :
Oui, c'est du limousin ("chap" pour "cap").
La moindre des choses serait de l'étiqueter comme "occitan limousin", pour que les gascons, et même les guyennais, comprennent de quoi il s'agit.
Et préciser que le texte est en graphie normalisée, qui ne rend pas compte de la prononciation limousine.
Mais on touche là à deux dogmes occitanistes :
1) Chaque "dialecte" de l'occitan représente "la langue occitane" dans son ensemble, et peut donc être nommé "occitan" sans précision.
2) La norme graphique alibertine doit être appliquée systématiquement, sans précaution par rapport à la capacité des lecteurs de la lire.

Résultat : une confusion maximale, le découragement de ceux qui connaissent un parler occitan mais ne le reconnaissent pas dans les écrits qu'on leur propose...
Le lien :
journal.aquitaine.fr
Auteur : inconnu
30/08/08
Le guyennais est un fantasme linguistique (Bonnaud, etc.).
L'appellation la plus courante est languedocien (Alibert) ou languedocien-guyennais (Ronjat).
Auteur : JF Blanc
03/09/08
Ce manque de précision est dommageable et fruit d'un localisme qui porte atteinte à l'unité indo-européenne, il vaudrait mieux parler d'Indo - européen - Italique - Roman - Occidental - Gallo - Roman - Occitan - Languedocien - Guyennais.
Merveilleuse thérapie pour les fantasmes.

Ce qu'en disait Alibert :
occitania.online.fr
Auteur : Vincent.P
09/09/08
La phrase d'introduction d'Alibert est édifiante, elle suffit à elle-même ; je la retranscris en gascon (entre parenthèses un ? pour les mots que je ne comprends pas)  :
< Qu'ei atau qu'ANEXAM ath nòste domèni : Agenés, Carcin, Roèrgue, Orlhagués e país de Foix, e que'n trasèm (?) Velai, Vivarés e país de Nimes e d'Usès*.

* Que convieneré d'ajustà-i encara es parlars deth Peirigòrd meridionau (Brageirac e Sarlat) que presentan es caractèrs distinctius deth lengadocian.>>
Imaginez ce que la Gascogne deviendrait avec un tel raisonnement : Gascogne telle que nous la définissons traditionnellement d'après les parlers gascons avec les Pays du Bas Adour jusqu'à Hendaye + la Guyenne + le Pays de Foix + le Haut Pallars + la ville de Toulouse + etc ?

Si jamais qui que ce soit aujourd'hui osait publier une telle énormité, il se ferait traité de facho, irrédentiste, casseur d'unité occitane, utopiste, j'en passe et des meilleures...
Et dire qu'encore aujourd'hui les occitanistes de tous les pays considèrent les textes d'Alibert comme fondateurs, et qui plus est scientifiques, ça fait froid dans le dos.
Pour moins que cela, certains militants basques, corses ou bretons sont ou ont été en prison.
Auteur : Txatti
24/02/09

Réponse de Gasconha.com :
Gasconha.com qu'aplica lo rasonament d'Alibert a la Gasconha : La Gasconha que's compausa deus país qui an parlat gascon, dinc a la francizacion generau deu segle vintau.
Aprèps, que pòt i aver discussion sus las limitas exactas d'aqueste domeni.

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :