VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1683 mots
212 prenoms
2058 noms
3591 lòcs
450 banèras
948 grans de sau =====>
719 ligams
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lana de Bordèu
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasLigams
Pourquoi ?
Je ne suis pas basque, j'ai des racines gasconnes.
Même si je ne le parle pas, j'arrive à le comprendre.
Ma condition est celle d'un parisien, dont toute sa famille vient de là-bas.
La question que je me pose, pourquoi est-ce que quand j'y retourne, ai-je l'impression que tout est mort ? {{Pourquoi est-ce que mes voisins basques arrivent à "imposer" leur langue et leur culture dans les limites du folklorique, alors que mon pays lui est bel et bien mort, alors qu'il a énormément donné à la France ?}}
Je vous pose cette question.
Adishatz
Auteur : inconnu
12/10/14
Afficher Pourquoi ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Torné-Celer
C'est plus un domonyne qu'un patronyme . pourtant , dans Torné-Celer : quel sens donner à Celer ? Cordialement
Auteur : Torné-Sarte
11/10/14

Réponse de Gasconha.com :

"Celer" n'étant pas, semble-t-il, un nom de famille du domaine gascon, Gasconha.com ne sera pas compétent pour l'expliquer, sauf si le "Celer" qui apparait dans Torné-Celer est un homonyme du premier.
Il faudrait au moins savoir la commune d'appartenance de ce Torné-Celer.
Les seuls noms approchants donnés par l'IGN sont "Céleré" à Castillon en Couserans, donc en domaine gascon, et "Le Séleret" un peu à l'est de Pamiers, donc en domaine languedocien.
[Tederic M.]
Afficher Torné-Celer en particulier, et peut-être donner votre avis...
LA TINDA : la sonnaille?
La monnaie locale complémentaire choisie par les Occitanistes en Béarn porte le nom de : "TINDA".
Il parait que c’est le nom d’une sonnaille pour le bétail. {{Connaissez-vous ce nom ?}} Introuvable dans les dictionnaires consultés, version papier ou en ligne... un néologisme ?
Auteur : jmcasa
09/10/14

Réponse de Gasconha.com :

[JM, j'ai transformé votre proposition de mot gascon en "gran de sau" : nous ne savons pas encore si "la tinda" est digne de figurer dans les mots gascons de Gasconha.com...
Tederic, webmèste]
Afficher LA TINDA : la sonnaille? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Viatjòt en provençau
Lavetz, m'auratz comprés, gasconhautes ? N'ei pas tant diferent qu'aquò, lo provençau deu gascon, sustot quan es lejut per un gascon !
Auteur : Tederic M.
06/10/14
Afficher Viatjòt en provençau en particulier, et peut-être donner votre avis...
Peillic
Nom d'un quartier donnant le nom des maisons qui sont bâties dessus. Notamment "Peillic du Levant" et "Peillic du couchant", par rapport à leur situation géographique. {{Pouvez -vous trouver l'origine du nom Peillic}}, svp, sachant que peil n'est pas une orthographe courante landaise par rapport à pey ou pouy, mais il existe également "péille" (robe) ou "péilloc) (vêtement).
Auteur : Bouniort
30/09/14
Afficher Peillic en particulier, et peut-être donner votre avis...
Laas : Andorre, Monaco ou Groland ?
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/05/03/et-si-la-petite-commune-de-laas-devenait-une-principaute,1192232.php Préparé dans l’ombre depuis 2011 ce projet assez ahurissant fait depuis quelques semaines la page intérieure de plusieurs médias, en commençant par « La République » (voir ci-dessus) et « Sud Ouest » et en continuant son chemin via l’ « Express » et le « petit Journal » de Canal + . Il illustre, de façon pathétique, tout ce que nous commentons ici, les uns et les autres, mois après mois : {{le désespoir des petites communes rurales}}, leur désir de se raccrocher à toute branche à leur portée, {{la perte de conscience historique}} et l’impact du monde formaté véhiculé par les media. Laas, 111 habitants mais tout de même si l’on en croit le Petit Journal, une fabrique de bérets (pas florissante, on l’imagine), une entreprise de taille de pierres et un ébéniste d’art. Celui-ci, peut-être d’installation récente d’après l’accent, est actuellement occupé à la construction d’une cabane de douane, curieux pour une municipalité qui se verrait bien au contraire en zone franche mais bon… Peu importe d’ailleurs puisque en fait, tout dans ce projet est dans la pure apparence, dans les signes qui ne renvoient à rien et en particulier à aucune réalité historique (ce serait Bidache, on pourrait discuter mais pas là !). Le maire (M.Pedehontaa) a toutefois conçu un drapeau (probablement pas issu du blason de la commune d’après son allure) qui fait la part des vaches du Béarn (significatif que cette évocation ait fait s’esclaffer le public du Petit Journal, évidemment peu au fait de ce genre de réalités). Ce projet n’a bien sûr aucune chance de voir le jour, même de forme atténuée, et le maire, en fin béarnais, a sans doute surtout envie d’accroitre la notoriété de sa commune et d’attirer un flot de touristes mais qui sait si une part de lui-même n’espère pas davantage ? Reste que {{tout cela sonne faux et creux}} malgré un comité de patronage de l’association « principauté de Laas en Béarn » qui se veut prestigieux et malgré le travail préparatoire (se sont-ils fait payer et combien ?) de deux jeunes « spécialistes » en développement touristique, tous deux parfaitement extérieurs au pays, naturellement et sans doute peu connaisseurs de ses diverses particularités . Curieux d’ailleurs que ne soit à peu près jamais mentionné dans les contributions médiatiques (et peut-être aussi dans la savante étude des deux spécialistes du tourisme) {{le seul attrait touristique majeur de Laas : le château du XVIIè siècle}} légué il y a une quarantaine d’années au Touring club de France par ses derniers propriétaires, alors très connus en Béarn ; ces généreux collectionneurs et mécènes avaient ainsi légué un ensemble considéré comme remarquable par les historiens de l’art. Le Touring Club ayant disparu, je ne sais qui est maintenant propriétaire du château mais il est toujours là et c’est sans doute sur lui que devrait s’appuyer une volonté de création de valeur à base touristique (avec la pêche dans le gave d’Oloron en association avec Navarrenx tout proche sans doute aussi). Avec bien sûr une utilisation intelligente de l’identité béarnaise et de la culture gasconne sous-jacente. Celle-ci n’est jamais mentionnée ou sollicitée dans cette artificielle construction et le Béarn l’est à travers la très chauvine appellation (déposée également à l’INP !) de « Béarn centre du monde » sans doute vaguement inspirée de Salvador Dali : étonnant que cette revendication-là n’ait pas été reprise par l’IBG !
Auteur : Gérard Saint-Gaudens
30/09/14
Afficher Laas : Andorre, Monaco ou Groland ? en particulier, et peut-être donner votre avis...
Porteurs de patronymes gascons dans les médias
La présentatrice météo née à Hossegor qui parle de Gascogne ça me fait penser: je tique quand j'entends dans les médias (j'écoute surtout la radio) un nom du pays ou qui me sonne tel.

J'aimerais lancer un fil de discussion pour recenser ces hommes et ces femmes qui apparaissent dans les médias nationaux et qui semblent avoir un lien avec l'objet de ce site...

Je démarre avec l'ancienne patronne des patrons, Laurence P. à l'insu de laquelle j'ai eu quelques bonnes secouées de rire en me demandant si elle n'était pas parente avec Parisot (roulez le r et faîtes péter le t), berger de ma connaissance. Bon, je reconnais qu'il m'en faut peu mais écouter parler de compétitivité des entreprises avec quelques brebis en fond et un pébroc bleu qui dépasse... je ne résiste pas !
Ceci dit au début avant de l'avoir vu écrit, vu comme ils prononcent, j'avais imaginé quelque chose come "Parizeaux", pas vous?

Moins marrant, il y a le premier flic de France, Cazeneuve, qui est élu... dans la Manche (!), parle un français parfaitement plat et pas franchement populaire (écoutez un de ses discours, il vous faudra peut-être sortir le dictionnaire).

Je me demande, ces deux-là sont-ils des descendants de gascons émigrés à Paris et alentours durant le XXe siècle, nés ainsi très francisés, ou simplement les produits d'un parcours au sein de l'élite parisienne (économique ou politique) qui les a "lissé"?

Plus largement pensez vous qu'il y ait un enjeu, pour une identité gasconne en réaffirmation, autour de ces personnalités médiatiques et de la conscience, voire de la fierté qu'elles ont ou pourraient avoir de leur ascendance au pays du béret?

Malgré un long parcours au sein des rédactions parisiennes, la voix de Jean Michel Apathie reste incontestablement Souletine, celle d'un Pierre Albaladéjo me manque, et je trouve qu'elle faisait un bel ambassadeur sonore.
Auteur : Artiaque
29/09/14
Afficher Porteurs de patronymes gascons dans les médias en particulier, et peut-être donner votre avis...
La Gascogne mentionnée à la télé dans bulletin météo
C'est quelqu'un qui regarde peu la télé qui vous écrit. Mais hier soir j'ai vu à la télé un bulletin météo par Tania Young. {{Accent ultra standard-média, élocution fluide et aisance svelte... mais elle mentionne la Gascogne}}. Est-ce rare de mentionner la Gascogne dans ce genre de bulletin météo ? je ne suis pas sûr, j'aurais tendance à croire que oui, "Gascogne" étant supplantée par "Sud-ouest" ou "Aquitaine", non ? Ou suis-je "parano" ? Ou alors désignait-elle la petite Gascogne ("le Gers") ? Sabi pas... aous gascounhaoutes d'at dise ! Du coup, qui est cette jolie Tania Young au nom qui sonne aussi "global" ? Je vois sur Wikipedia et sur Gala que cette "star montante du petit écran" est née à Hossegor, et que "elle se produit occa­sion­nel­le­ment avec son groupe « Peau de bête » qui a vu le jour dans sa ville natale". Diable ! en plus elle chanterait dans un groupe d'Hossegor* qui ne porte pas un nom anglais ?{{ Ue jouene pepite gascoune ?}} {{Patatras}}, le premier lien youtube vers elle et son groupe nous la montre chantant en anglais une chanson que je ressens comme "variété internationale"... aux "Francofolies de la Rochelle 2010"... je croyais naïvement qu'aux "Francofolies" on chantait en français... Non, et apparemment le jeune public adhère... Ataou que brinquebale le Gascougne... * Pour les profanes, Hossegor est en Gascogne.
Auteur : Tederic M.
28/09/14
Afficher La Gascogne mentionnée à la télé dans bulletin météo en particulier, et peut-être donner votre avis...
Peyrelevade "girondin"
[Jean Peyrelevade aujourd'hui aux "Carnets de l'économie" à France Culture->http://www.franceculture.fr/emission-les-carnets-de-l-economie-jean-peyrelevade-44-l%E2%80%99affaire-credit-lyonnais-un-symptome-du-mal-]. "Il y a beaucoup plus de tentatives de corruption dans un Etat centralisé et souverain que dans Etat décentralisé dans lequel il y a des contrepouvoirs." "Montesquieu, il est vrai aussi en économie, la séparation des pouvoirs... Si j'avais vécu sous la Révolution, j'aurais été girondin, donc on m'aurait coupé la tête..." Mon contentement aurait été plus grand si le journaliste avait prononcé "Peÿrelevade" et non "Pèrlevade", mais {rai}, faut pas trop rêver ! Cela dit, ce nom est apparemment limousin plus que gascon (il aurait pu être gascon), et je ne sais pas comment on prononce en limousin.
Auteur : Tederic M.
18/09/14
Afficher Peyrelevade "girondin" en particulier, et peut-être donner votre avis...
Aquitaine-Midi Pyrénées dans le changement à grande vitesse
http://www.lesechos.fr/politique-societe/dossiers/regions-Aquitaine-Midi-Pyrenees-2014/index.php Le quotidien économique parisien nous ramène à nos discussions acharnées de juillet dernier autour de la réforme territoriale concoctée par l’Elysée et objet d’un projet de loi voté à l’étourdi par l’Assemblée nationale en juillet et que le Sénat doit examiner à la rentrée d’automne. Bien loin d’emboiter le pas au schéma Aquitaine +Limousin + Poitou Charentes retenu, le quotidien examine {{le couple Aquitaine +Midi Pyrénées, seul évident au plan économique tout en s’appuyant sur une forte parenté culturelle où l’ossature gasconne, au cœur de l’ensemble, a toute sa place}} : -* une industrie aéronautique en plein boom, appuyée sur deux métropoles à qui elle a commencé à faire oublier leur stupide rivalité traditionnelle, comme le souligne François Chollet, adjoint au maire de Toulouse, -* nécessaire prise en charge conjointe des richesses et aussi des problèmes des bassins hydrographiques Garonne /Adour, -* complémentarités en audiovisuel ainsi que des filières universitaires. Intéressante à cet égard la double opinion du Président de l’Université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, reconnaissant une plus grande « puissance internationale » (le terme serait à définir exactement) à une collaboration Bordeaux - Toulouse plutôt qu’à un rayonnement inégal (« en étoile ») de Bordeaux sur Pau, Poitiers, Limoges et La Rochelle potentiellement porté par la méga-région (l’ « Arregionassa » ALPCh) mais aussi l’aveu que dans le cadre de compétences métropolitaines accrues, une université s’éloignant de la stratégie régionale poserait problème » (NB :remplaçons « université » par « Métropole » et cette remarque de bon sens prendrait une signification décuplée !). Un bémol :{{le sens critique des journalistes enquêteurs des Echos n’a pas été jusqu’à s’attaquer au tabou LGV}} ; du reste la relance des deux enquêtes d’utilité publique Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse ( presse du 16 septembre) n’est sans doute pas étrangère au titre de l’enquête. Certes Toulouse aurait davantage droit à plaider au « désenclavement » que Bordeaux ou demain Bayonne dans cette affaire mais l’effet TGV sur les installations d’entreprises dans la métropole aquitaine ne durera peut-être pas si Toulouse rejoint le club, {{les entreprises actuelles étant aussi promptes à repartir qu’à s’installer}}… et Pierre Delfaud, ancien président de la cellule prospective du CESER reconnaissait que « Bordeaux va continuer à gagner des habitants, moins à cause de la vitesse que de son attractivité » … A ce sujet, la question des conséquences de la péri-urbanisation massive des deux métropoles est évacuée un peu vite par Robert Marconis, géographe et professeur émérite toulousain pour qui « dans le périurbain, il y a aussi des solidarités qui se créent, des villages qui reprennent vie » Peut-être, mais en face de quels dégâts, peut-être plus profonds et durables ? Une perle gasconne dans ce numéro spécial, l’article consacré au groupe Lesgourgues qui « rayonne dans le monde grâce à l’armagnac » : « {{à l’étranger, dit M.Lesgourgues, Midi-Pyrénées ou Aquitaine n’évoquent pas grand-chose. Nous nous revendiquons d’abord Gascons, du pays de d’Artagnan. C’est ce qui parle aux gens}} ». On ne saurait mieux dire !
Auteur : Gérard Saint-Gaudens
18/09/14
Afficher Aquitaine-Midi Pyrénées dans le changement à grande vitesse en particulier, et peut-être donner votre avis...
Appel à la traduction pour quelques phrases d'une pièce de théatre
"Avec un groupe d'amateurs, nous répétons une pièce de théâtre dont je suis auteur et metteur en scène. Le sujet est une comédie "landaise" située en 1913. Le valet parle parfois patois, au grand dam de sa patronne, vicomtesse. Je voudrais quelques traductions de phrases, avec la phonétique, pouvez-vous m'aider ? {{La pièce se déroule dans un village à coté de Cazères sur Adour en 1913.}}" {{Oui nous pouvons vous aider !}} Chers gasconhautes, traduisez ce que vous voulez dans le formulaire {gran de sau} ci-dessous. Je mettrai en graphie franco-phonétique si nécessaire. L'auteur nous signale aussi que sa pièce est libre de droits et que son seul plaisir est de la voir jouée. "donc si vous connaissez des troupes en recherche de textes!!!!" {{{Voici les "petites réparties" du valet à lui faire dire en "patois" :}}} **ce balai, il fait que gigoter ** des jurons si possible sans le nom de « dieu », genre : saperlipopette, morbleu, jarnicoton.. **je vais marcher au pas **une brosse à cheveux **bon noël **je suis amoureux d’elle **qu’est ce qu’elle est belle ! ** ça fait treize ! **j’en peux plus ! **ah ! Je mélange tout ! **arrêtez de me taper dessus **Je l’aime, elle m’aime, marions-nous ! ** donne-moi un baiser **quelque chose de très beau ! **quelle poisse ! Partir trois ans ! **ça, j’aime pas ! ** des amuse-gueule : des amusa balots ??? **Laissez-moi passer, sale chouette ! **c’est un malicieux (escarniou ?) **mettre un chapeau à une vache **misère de misère ! je crois que je vais me trouver mal ! **t’es vraiment une brave
Auteur : Tederic M.
17/09/14
Afficher Appel à la traduction pour quelques phrases d'une pièce de théatre en particulier, et peut-être donner votre avis...
Pastorala basca d'Alienor d'Aquitania
Qu’avi mencionat dens un aut hiu l’aute jorn (« dialogue avec Otxoa ») la pastorala d’Ossès en Baixa Navarra sus la vita de la nosta famosa duquesa –reina deu segle XIIau. {{Que i anèi l’aute dimenge (31 d’agost) e qu’esto ua esperiença de las beras}} : espectacle plan héit ,dab l’ajuda de tot un vilatge, etc… Mes tabé qu’estoi hòrt – e agradablament - estonat d’entener au beth mièi d’aqueth tecste (dab cantas) de tres oras, tot en basco soletin, la canta biarnesa de « dus pastors a l’ombreta » plan cantada en gascon durant las nòças d’Alienor dab l’Enric II Plantagenet … Anacrònisme, plan segur (la canta qu’es hòrt mèi recenta) mes qui non gasto pas lo plaser !
Un chic mès tard qu’audim tabé un poema deu trobador Bertran de Bòrn, arrevirat en gascon per l’entrada oficiau deu rèi e de la sua hemna a Londres ;
{{Que noti peu dusau còp que pastorals bascas hén plaça a la nòsta lenga ; non sèi pas si es aquò mès o menx tradicionau mes qu’es de notar dab simpatia.}}
Ua question sus las pastoralas ençò noste :au menx en Biarn e Bigòrra qu’en i avo.La Pastorala de Fondeville qu’es coneguda. Que parlan sus internet d’ua « pastorale de Nay » (benlèu en francès,la lenga n’es pas indicada) jogada en 2009 e 2010. Benlèu quauques gasconhautes e’ns en poderan diser mèi ?
Auteur : GSG
07/09/14
Afficher Pastorala basca d'Alienor d'Aquitania en particulier, et peut-être donner votre avis...

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :