VIELH
NAVÈTH
Tonneins / Tonens
Bordeaux / Bordèu
Pays de BuchLang-Baz*
*Langonnais-Bazadais
pour les intimes
(Aucun mot recherché)
Résultats par types de document :
1677 mots
211 prenoms
2043 noms
3581 lòcs
450 banèras
930 grans de sau
719 ligams =====>
Cercatz ! Cherchez !
Tapez un mot (ou un tròç de mot) :
Recherche par Google

dans Gasconha.com
dans Internet
Cherchez par aire géographique ou par thème dans les ligams :
aire géo :
Toutes !
Angoumois
Gascogne bordelaise
Gascogne médiane
Gascogne toulousaine
Lande-Adour-Chalosse
Landes-Adour-Chalosse
Pays Basque
Pyrénées
thème :
Tous !
Langue
Cuisine
Jòcs, hest@s, heir@s
Musique
Architecture
Histoire
Vasconie
Ecologie
País
Technique de bâtiment
Prospective
(Aucune aire géographique ni thème recherché)
Pour recevoir les navèras (nouvelles) de Gasconha.com : courrier
Cliquez ici pour vous inscrire à G(V)asconha-doman
Cliquez sur le logo pour vous inscrire
à G(V)asconha-doman
(forum par e-mail sur la Gascogne d'hier à demain)
Écrivez-nous !
Code HTML pour les webmestres :
Lo blòg deu Joan
Au centre de la gascosfèra.
LEXILOGOS
LEXILOGOS
mots & merveilles des langues d'ici et d'ailleurs

MotsPrenomsNomsLòcsBanèrasGrans de sau
Gascogne - Gasconha : histoire, langue, écologie, architecture, cuisine...
Musique
Pau
Pyrénées
"Hestejada occitana" en agost, festival en août.
Musica, cants, danças...
J'adore le "estivôôc fête ses 5 ans" prononcé à la parisienne par la même voix que les GPS Garmin ou la lessive je sais pas quoi...
Belle preuve de vitalité de l'accent ôôccitan...
Auteur : Renaud
18/08/09
Moi aussi, j'ai été choqué par l'accent résolument "franco-parisien" de la bande annonce (pour sa partie francophone).
Apparemment, l'accent béarnais, ou "l'accent du midi", n'a pas été jugé digne d'annoncer ce Hestivòc pourtant organisé par l'Association Accents du Sud !
Moi qui croyais que cette "vergonha" était l'apanage des radios locales commerciales, où l'accent local est banni des messages publicitaires, et atténué autant que possible dans les infos locales...
Auteur : Tederic
18/08/09
C'est un problème avant tout d'organisation économique : il ne doit pas y avoir de boite locale spécialisée dans la pub et dans tous les cas, pas de "speakerines" formées à l'accent béarnais.

Je pense que le problème est plus grave que ça de toute manière : c'est simplement que les nouvelles générations n'ont même plus l'accent. En toute ingénuité. Il suffit de se promener dans Pau : j'y entends plus souvent l'accent chti ou l'accent parisien que l'accent gascon.
Et quand les rares personnes intéressées s'essayent à ce dernier, elles le contrefont.
Sans parler de ce qu'il faut bien appeler l'"accent médian occitan" (parce que l'accent béarnais a disparu) qui est celui d'un média comme Radio Païs : un phrasé tâtonnant, lent, monocorde, des r à peine roulés, des h silencieux.
La redécouverte des enregistrements de l'ALG peut peut-être infléchir tout cela.

Donc ce n'est pas une question de vergonha car il n'y a même plus d'accent à propos duquel avoir honte.

Et puis abordons tranquillement des sujets un peu sensibles car il faut avoir une analyse complète de la situation et que nous vivons une époque charnière dont nous pouvons témoigner après tout (en gardant à l'esprit que nous ne pouvons lutter contre le sens de l'Histoire) : que voulez-vous que les habitants d'une ville comme Pau dont grosso-modo à peine un dixième a des attaches en Béarn (au vu des patronyme de l'annuaire) se reconnaissent dans un accent méridional par trop exagéré (il n'est pas le leur) ?

Je crois que nous avons perdu le combat régionaliste : Pau regarde vers Paris, la francisation est achevée.
Pau est la ville de Total et des Pyrénées océanes, elle n'est plus capitale du Béarn depuis 1789, en droit comme dans les têtes.
L'occitanisme et son refus du patriotisme et des fiertés locales n'ont rien arrangé (on a quand même fait chanter Se Canti en languedocien Place Royale à Pau) et ce qui aurait pu être la fête du Béarn est un événement snob de plus. On peut lui préférer la ferveur populaire de Dax ou Bayonne.
Le salut ne viendra pas du Béarn.
Auteur : Vincent.P
18/08/09
Si on veut jouer au puriste, le gascon en toute fin d'annonce n'est pas exempt de tout reproche : n final de Biarn prononcé, accent tonique porté sur ça dans ça-vietz, hestejar accentué sur la première syllabe (!!) et sans h aspiré (!!).
C'est vraiment l'accent Radio Pais : on a languedocianisé le gascon dans la prosodie.
Ca ne claque plus sur la fin de phrase, ça n'a plus la vigueur du gascon.
Auteur : Vincent.P
18/08/09
Et puis quand même, s'ils ont pu trouver un speaker gasconophone, même pour dire cinq mots à la fin de l'annonce, ils pouvaient bien en trouver (ou une) francophone avec l'accent gascon.
Je connais une béarnaise de Bordeaux qui aurait bien fait l'affaire...
Je crois qu'ils n'ont pas voulu, ou qu'ils s'en foutent.
Il y a aussi l'idée que l'accent n'est pas important, que ce qui importe, c'est de mettre "l'occitan" en valeur. Sans se rendre compte que l'expression "sud" (comme ils disent) ne vit plus guère dans la langue occitane, mais qu'elle vit encore dans l'accent occitan (ou gascon...) qui en est le dernier vestige.
Auteur : Tederic
18/08/09
Bonjour,

Je pense que le problème n'est pas celui de l'accent. Si le seul marqueur identitaire est l'accent, c'est bien triste, c'est du folklore.
Comme les autocollants au cul des voitures.
Je préfère largement quelqu'un qui parle correctement le gascon et qui a un accent neutre en français à quelqu'un qui surjoue une espèce d'accent méridional sans connaître le premier mot de langue vernaculaire.
Quant à l'occitanisation (languedocianisation) du gascon, elle est patente tant la langue parlée se délite.
C'est un peu normal, la plupart des référents ont une mauvaise connaissance du gascon et c'est donc une langue appauvrie qu'ils transmettent à leurs élèves, lesquels n'ont plus de point de repère en dehors de l'école ou de l'université.
Quant au gascon écrit, c'est peut-être encore pire. Suis-je paranoiaque ou bien cela cache une volonté de promouvoir une langue castrée, vidée de sa substance gasconne et prélude à cette nov-langue gascoccitane/panoccitane, fabriquée à partir d'un standard languedocien, souvent par des non gascons.
Je pense, plus simplement, que les gens qui sont aujourd'hui chargés de ce qui reste de transmission n'ont aucune maitrise réelle de la langue.
C'est vrai, il suffit d'écouter les enregistrements de l'ALG pour se rendre compte de cet appauvrissment.
Mais qu'ont fait les locuteurs compétents ? Rien !
Alors je pense qu'il est parfois un peu commode de taper sur les occitanistes, un peu comme les Gascons de Bayonne qui ont laissé leur langue et leur identité crever et qui reprochent tout aux Basques, lesquels ont des c...
Les occitanistes sont sans doute de mauvais gasconophones mais les locuteurs compétents n'ont pas fait leur boulot, et c'est aujourd'hui trop tard. Balayons devant notre porte. Et pourtant, vous savez combien l'occitanisme m'exaspère.
Auteur : P.Lartigue
20/08/09
Oc, Halip, qu'es triste, mès l'accent qu'es çò qui demora de la nosta lenga.

N'es pas briga folklòre, pr'amor qu'es INVOLONTARI, TRANSMES NATURALAMENT PER LA FAMILHA E L'ENVIRONAMENT PROISHE, A MAUGRAT DE LA PRESSION SOCIAU FRANCESA.
Pr'amor d'aquò, qu'es esmavent e preciós.
L'afirmacion identitari volontari, coma botar pegasolets au cuu de la veitura, qu'es completament auta causa, preciosa tanben.

Ne voi pas escriver mei dens aquestes grans de sau suu ligam de Hestivòc, pr'amor que harè longàs.
Lavetz que vau escriver dens los jorns qui vengan un article sus l'accent dens Gascogne-débat.
Auteur : Tederic
21/08/09
On parle de cela sur soc.culture.occitan (où Vincent.P signe "Un.Gascon")... l'avis qui diverge est que ce que vous appelez accent parisien est une "diction publicitaire".
J'en sais trop rien, mes fournisseurs d'accès me filtrant l'accès aux sites de vidéo (youtube, dailim... etc.)
Auteur : Joan Francés Blanc
30/08/09

Réponse de Gasconha.com :
On pourrait aussi parler d'accent "médiatique". Mais cela revient presque à "parisien", puisqu'en France, les médias sont massivement centrés à Paris.
Ce n'est pas du tout, bien sûr, l'accent du peuple parisien d'il y a 50 ou 100 ans.
Pour revenir sur le message de Vincent P. un peu plus haut qui disait que Pau regardait vers Paris :
j'ai toujours été choqué qu'il n'y ait aucune volonté politique de se rapprocher de nos voisins du sud, alors que Pau est à à peine 50km de la frontière espagnole, on met quasiment autant de temps à aller à Canfranc qu'à Paris !!!!
Il n'y a qu'à voir l'image sur le site de l'aéroport de Pau, très parlante :
On ne voit même pas l'Espagne sur cette carte !!!
Je suis sûr qu'on aurait beaucoup plus à gagner à se rapprocher de Saragosse, Saint Sébastien, Bilbao, Lleida voire même Barcelone que de Bristol, Charleroi ou Amsterdam...
On pourrait toujours rêver d'une liaison ferroviaire Pau-Saragosse par le Somport !
Mais on connaît les promesses des tòca-manetas, surtout que la ligne Pau-Oloron a été déselectrifiée.
Auteur : Hlo
24/08/09

Réponse de Gasconha.com :
Gasconha.com et moi (!) sommes très attentifs à cette aliénation par Paris dont les politiciens palois semblent souvent victimes.
Il n'y a qu'à voir leur attitude par rapport au raccordement LGV. Seul semble compter le temps du voyage vers Bordeaux et surtout Paris !
Jamais n'est posée la question de rééquilibrer vers l'est, l'ouest et le sud !

A ce sujet, on lit des contributions intéressantes sur le forum des patous palois.
Ex : "Peut-être que le drame du Sud-Ouest c'est qu'il est partagé entre 2 Régions, que les 2 régions sont conçues pour régler des flux Nord-Sud, c'est manifeste pour les 3 régions,Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon qui sont Nord-Sud. C'est un reste des "guerres cathares" et des visions Napoléoniennes. Divisons pour contrôler. La vrai région est au Sud de l'axe Bordeaux - Toulouse - Narbonne - Perpignan. Mais c'est illusoire. Cela conduirait dans moins d'un siècle, à une revendication de type "TIBET" !"
[Tederic]
Une manifestation sympa mais sans saveur ni authenticité !
Auteur : el kaazam
06/09/09
Chez les patous palois, on parle aussi de Hestivòc : forum.lespatouspalois.fr-Hestivòc

Les avis y sont variés. Je relève notamment "Tu as bien résumé ce qui fait l'attrait Hestiv'oc ! Un état d'esprit, principalement autour de produits locaux  : chants, musique, bonne assiette et bonne bouteille."
Si c'est ça, c'est déjà pas mal, je trouve.

Etant extérieur au Béarn et n'ayant pas participé au "Hestivòc", je ne peux guère donner d'avis sur la fête elle-même.
Mais sur le discours qui l'accompagne, oui !
Recouvrir le Béarn par l'étiquette occitane m'énerve. C'est le grand tort qu'a maintenant l'occitanisme béarnais, je pense.
Il imite mécaniquement le mouvement basque : voyant que les basques du "64" s'affirment basques, avec un certain succès, et sans insister (encore que...) sur leurs appartenances soulétine, labourdine ou navarraise, certains béarnais ont décidé symétriquement de se fondre dans le grand ensemble occitan.
Mais l'Occitanie, contrairement à Euskal Herria, est immense et comporte des régions qui n'ont pas grand chose à voir avec le Béarn (sauf un peu la langue), comme l'Auvergne...
Le choix de la couleur jaune pour les foulards marque bien cette orientation occitaniste, et son inconvénient : par la couleur rouge, Pau se serait alliée avec ses voisines Bayonne, Dax... (pas Mont de Marsan, qui a choisi le bleu !). Eh bien non, Hestivòc préfère l'alliance avec Toulouse, Carcassonne, Mont pellier...
Je ne suis pas étonné que certains béarnais ne s'y retrouvent pas... Ni le Béarn ni la Gascogne ne s'y retrouvent. C'est une impasse pour Pau et le Béarn, qui se coupent de leur environnement naturel à l'ouest, au sud et au nord, gascon ou vascon.
Et c'est logiquement insoutenable: si le Béarn est occitan parce qu'il parlait occitan, il est illogique de ne pas le dire gascon, alors qu'il parlait précisément occitan gascon...
Auteur : Tederic
06/09/09
Febus aban !

Biarn, pèys de Gascougne !

Biciat per la brouche ouccitane,

Desbélhe toûs felìbres e pastous !

Las dues baques clarinades
Qu'an bestit la croutz poumelade !

La croudzade qu'éy lançade,

Biarnés qu'èm lous nabèths Catares !

Coum Gastoû, eretè de Mouncade,

Defendém la noùste loéngue mayrane !

jmc
Auteur : casamayou
09/09/09
Petit exemple de ce que remarquait Philippe : Néouvielle (vieille neige) est écrit Nèu Vièlha par France 3 Toulouse dans le dernier VAP. Une recherche dans l'ALG montre bien que neige en gascon, c'est majoritairement neu, en particulier en Bigorre. Il y a vraiment une tendance à entendre des e ouverts : voilà une francisation (ou languedocianisation) plus dangereuse que des francismes bien intégrés. Neuvielha donc.
Auteur : Vincent.P
19/09/09
Il y a un vrai problème à traiter d'urgence, c'est au moins celui des symboles.
De l'aveu même de certains sympathisants occitanistes, la croix du Languedoc est une impasse en matière de communication. Elle a été adoptée dans le contexte d'exaltation des années 70, beaucoup s'accordent à dire que cela n'a plus grand sens et que c'est bien trop contre-productif.
Quand Nadau monte sur Paris, ne voir que des drapeaux occitans ne sert à rien : sensation d'étrangeté, base territoriale démesurée (que représente Nadau en Limousin ?).
Le problème vient du fait qu'une bonne partie des jeunes pousses occitanes ne se reconnaissent plus que dans ce symbole.
Je suis effrayé de voir qu'il ne va pas de soi que le drapeau béarnais flotte sur la ville de Pau mais que l'on fait une grande place au drapeau occitan.
Et à la vérité, il faut savoir mettre les interlocuteurs en face de leurs contradictions : qui a honte du drapeau avec les vaches ? Pourquoi cette idée que le Béarn est bouseux ?
On a nos nouveaux franchimands, au sens strict du terme, des gens du pays qui singent les manières civilisées de la ville !

Illustration d'un phénomène anodin  : vendre du fromage Ossau-Iraty sous la bannière occitane. Cela fait une belle jambe aux Niçois et aux Clermontois.

pui-fro-bearn.jpg
Auteur : Vincent.P
20/09/09
les patois de chez nous
Parlons tous nos propres patois,
avec des fichiers MP3.

les djihadistes orientaux veulent imposer leur drapeau
et tuer nos souvenirs.
ils nous pourrissent la vie en voulant nous la sauver.
vive la liberté !
parlons tous nos propres patois,
avec des fichiers MP3
les djihadistes béarnais, ouvrent à tous les "Yocs Flouraus" avec une graphie normalisée.
ils nous pourrissent la vie en voulant nous la sauver:
Bésite à l'escole (L'ECLAIR du 16 juin 2014)
Texte primé aux jeux Floraux en 2013:
... Aquét matî de horte tourade qu'arribè à l'escole tout blu de rét e que tremoulabe à ha p?u. (il manque un accent grave sur le o de "pou", impossible de le trouver sur mon ordinateur). Pas trace, non plus -enta lous esckiwans de L'ECLAIR- d'aket "e" dap un kagalhot estacat a'ou kuu de le letre "e"...
...Que-s demourabe p'ou bourdalat e qu'abè ûe loungue camade enta bién?, quoan bienè ! N'ère pas bestit de trop lou pràub? chin e, en méy, qu fenibe las pélhes dous ganéts, qu'ère lou darré...
ils nous pourrissent la vie, envoulant nous la sauver !
Parlons tous nos propres patois, avec des fichiers MP3.
Adi§ats
garlu§e
Auteur : garluche
20/08/14
Ecologie
"Une longue, coûteuse et indigeste couleuvre de bitume..."
Page de la SEPANSO.
Commentaire de Gasconha.com : une des motivations de cette autoroute est de faciliter la liaison Pau-Bordeaux pour contrer l'influence de Toulouse sur Pau.
La Gasconha ne doit pas subir les nuisances de la concurrence entre les deux régions administratives qui se la partagent !

Mise à jour de septembre 2007 :
Hélas, cette autoroute a été déclarée d'utilité publique.
"Sud-ouest" du 26/09/07 nous annonce que "Le tracé de la future autoroute entre Langon et Pau fera disparaître 215 palombières".
En favorisant le tout automobile et camions, et la délocalisation de toutes les activités*, les décideurs de "l'autoroute de Gascogne" continuent de saccager la Gascogne.

*Un des arguments pour l'autoroute est de faciliter l'accès des bordelais et des "picto-charentais" aux stations de sport d'hiver ouest-pyrénéennes.
Je ne suis pas très au fait du dossier (honte sur moi) aussi mes propos pourront-il paraître déplacés.
Il me semble qu'il conviendrait ici d'être un peu plus mesuré.

Ce projet n'apporterait-il vraiment que des inconvénients ?
Peut-être est-ce la moins bonne des solutions pour désenclaver une Gascogne depuis trop longtemps réduite à l'état de province rurale.
En outre, elle est une réponse au malaise dû au fait qu'en France, tous les chemins (terrestres et aériens) convergent vers Paris.

Mais d'autres alternatives existent-elles ?
Je ne cherche pas à défendre ici un point de vue, on l'aura remarqué, mais à glaner des informations objectives sur ce dossier qui semble ne laisser personne indifférent.
Auteur : David Escarpit
24/11/05
Cela fait plaisir de savoir que Toulouse et Bordeaux se battent pour nous Palois et Béarnais : c'est très valorisant.
Cela dit, si l'on pouvait nous laisser nous battre pour nous-mêmes, ce serait aussi bien.
Pau est une ville relativement éloignée des deux grosses capitales gasconnes :
avec ses voisines et amies Tarbes, Bayonne et Dax, elle peut faire de grandes choses.
Je pense notamment à l'université commune, aux institutions délocalisées, ...

Plutôt que de nous forcer à consacrer bêtement cette ère de l'homme mobile, et qui donc ne prend le temps pour rien, donnez-nous la possibilité de développer une vie locale riche et complète.
De jolies routes sécurisées bordées de platanes et des trains plus réguliers, seront bien suffisants pour aller faire du tourisme dans le port de la Lune ou dans la ville rose.
Auteur : Vincent.P
25/11/05
Cette autoroute est en projet depuis les années 70, et perso, faisant régulièrement la liaison Paris-Pau, cela ne serait pas du luxe.
Et Pau restera gasconne même si l'influence de Bordeaux s'accroit.
Auteur : Beltof
25/11/05
Je ne vois pas en quoi l'influence de Bordeaux risquerait d'altérer la "gasconnité" de Pau.
Bordeaux n'est pas dans les Highlands, que je sache.
Auteur : David Escarpit
25/11/05
A propos de "désenclavement" :
C'est le maître mot des aménageurs depuis plus de 40 ans...
Or, la population est plus insatisfaite, plus désorientée et inquiète que jamais...
Auteur : Tederic
27/09/07
Au lieu de découper le massif forestier landais par de multiples itinéraires, pourquoi ne pas doubler la nationale Bordeaux-Pau en la laissant gratuite et limitée à 110km/h (bienfait écologique) ?
Auteur : Jean-Philippe
30/09/07

Réponse de Gasconha.com :
C'est en gros ce que proposent les opposants au choix de l'autoroute dans un sillon nouveau.
La refonte de la nationale était évidemment la solution, tant pis.
Maintenant, il faut voir l'avenir :
Il n'y aura pas de Somport-Oloron-Pau.
Dès lors, l'A65 va devenir une simple autoroute de desserte locale.
Dans un lointain futur, il n'est pas déraisonnable de penser qu'elle aura perdu tous ses attributs d'autoroute au sens du trafic et que dès lors, elle sera une nationale Pau-Bordeaux plus sûre et non pas le couloir à camions que nous redoutons tous.
Ce qui m'attriste essentiellement, c'est la naïveté des élus locaux qui pensent réellement qu'une autoroute amène des emplois :
Le manque total de vision des maires en France, parce que pas formés, parce que professionnels en dehors des activités de maire, me laisse penser que le modèle français, qui confie des pouvoirs importants aux mairies, dont l'urbanisme, est une aberration.
Une commune s'inscrit dans un contexte plus vaste, il faut retrouver l'échelle des anciens pays.

Sinon, l'A65 est dite "L'Autoroute de Gascogne". Jolie consolation, non  ?
Auteur : Vincent.P
21/10/08
Après mûre réflexion, je me rangerai du côté des adversaires (battus d'avance) de cette autoroute.
Qu'en est-il de ce beau discours sur l'évolution vers le ferroutage, la diminution des flux de poids-lourds, etc. ?
Je partage assez les propositions de Vincent.P
Auteur : David
28/10/08
Certains justifient l'autoroute par un gain en sécurité.
Mais le rail est bien plus sûr.
Sur la liaison Pau-Bordeaux, il faudrait donc investir sur le rail. La ligne existe déjà, mais pour l'avoir utilisée, je sais que les dessertes sont très insuffisantes : le manque de choix dans l'horaire conduit le plus souvent à préférer la voiture.
En soirée, il n'y a plus guère de TER.
Dès qu'on a une correspondance, par exemple à Bordeaux, il faut démarrer la première partie du voyage quasiment en milieu d'après-midi. Sinon, on n'aura pas la correspondance...
C'est donc sur l'ensemble des lignes régionales qu'il faut mieux répartir les dessertes dans la journée, et surtout les augmenter le soir.
Auteur : Tederic
01/11/08
Adishatz a tots !
Je me permets de relancer le débat sur l'autoroute : bordelais vivant à Pau depuis 8 ans, je suis réculièrement amené à réaliser le trajet Pau-Bordeaux.
Pour des raisons économiques et pratiques, je suis contraint de prendre la voiture. En prenant des petites routes et en ne respectant pas les limitations de vitesse, j'arrive péniblement à un 2h15-2h30 de trajet.
L'autoroute est pour moi, gascon de Gascogne, un vrai soulagement car il ne me faudra plus qu'1h30 pour réaliser ce trajet.
Le vrai problème pour moi est le prix exorbitant annoncé, entre 15 et 20€ de péage pour un Pau-Langon !!!
Plus généralement, l'essor économique de la Gascogne passe par une liaison rapide entre les 2 plus gros bassins d'emplois aquitains, et évite aux palois de se tourner constamment vers toulouse !
Auteur : Bastoulante
04/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Adiu Bastou ! Content de recéber de las toas navèras, e que l'autorota de Gasconha e't facilite la vita...
[Tederic]
Juste une question à Bastou  : pourquoi vouloir que les Palois se détournent de Toulouse  ?
Ne serait-ce pas un atout supplémentaire pour Pau, le BAB, Dax, Tarbes, si le choix pouvait être double, si l'alternative était réelle ? Tout le monde aurait tout à y gagner, non ?
Auteur : Txatti
07/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Tout à fait d'accord : c'est un avantage pour Pau et les autres de pouvoir choisir entre Bordeaux et Toulouse, dès qu'il s'agit de trouver des services que seule une métropole régionale peut offrir.

Mais c'est exactement l'idée de Bastou quand il dit que l'autoroute de Gascogne peut "éviter aux palois de se tourner constamment vers Toulouse". Il veut que les palois aient vraiment le choix entre Bordeaux et Toulouse. Pas vrai, Bastou ?
Il est exact que je vois difficilement pour quelle raison les Palois, voire les Béarnais, auraient à choisir entre les deux capitales régionales.
In fine, cela pose le problème de la complémentarité Bordeaux-Toulouse, question qui ne semble pas vraiment à l'ordre du jour alors que la Garonne est tout de même un axe bien plus naturel qu'une hypothétique grande façade atlantique, raffarinade grotesque.
Auteur : Vincent.P
07/03/09

Réponse de Gasconha.com :
Oui à la coopération entre Toulouse et Bordeaux, qui sont deux métropoles pour la Gascogne !
Sur la proposition de Raffarin et Bussereau, voir Fusion Aquitaine et Poitou-Charentes ?
J'ai emprunté la déviation d'Aire : si celle-ci est un avant-goût conforme de ce que sera l'autoroute, alors il faut être de bonne composition. C'est une très belle route "naturalisée" en grande partie avec une intégration sans reproche au paysage et ce que je suppose être la conservation des maisons des habitants expropriés.
En tout état de cause, après avoir traversé la Beauce dans cette même journée, le contraste est saisissant et outre que la Gascogne est un splendide pays (ne serait-ce que dans la transition entre Saintonge et Bordelais), ses autoroutes ne sont pas de sordides saignées dans le paysage (car la Bayonne-Tarbes est également très agréable).
Auteur : Vincent.P
20/07/09
Cuisine - Langue
Bélus
Landes-Adour-Chalosse
Une ferme consacrée au porc gascon. Visites, dégustations et achats possibles sur place et par le web !
Je croyais que le porc Gascon était rose et noir.
Là il est tout noir. Ce serait pas une ferme africaine ?
Auteur : Pèir
02/09/07
Gascogne médiane
C'est sur www.pierreseche.com, "{{Site du Centre d'Études et de Recherches sur l'Architecture Vernaculaire créé et entretenu par Christian Lassure}}", site d'une richesse impressionnante. Gasconha.com avait déjà [plusieurs ligams ou liens vers des pages de ce site->http://www.gasconha.com/spip.php?page=recherche&recherche=http%3A%2F%2Fwww.pierreseche.com]. Ce qui nous intéresse spécialement, c'est bien sûr la Métairie à nef et bas-côtés, que Gasconha.com appelle "[borde vasconne->http://www.gasconha.com/spip.php?mot18]". Or, Christian Lassure s'est intéressé spécialement à elle ! Le présent {ligam} le montre. Suggestion : aller au bas des pages de www.pierreseche.com, et suivre des liens qui peuvent conduire à des sommaires partiels de ce site foisonnant. On trouvera par exemple [une page sur l'architecture du Béarn et de la Bigorre->http://www.pierreseche.com/bearn-bigorre_fr.htm], et d'autres qui nous intéressent mais... Gasconha.com ne peut pas tout mettre en {ligam}.

Proposez-nous un(e)
grain de sel !
Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Votre nom :
Proposez-nous un(e)
lien !
(dans l'esprit Gasconha.com)
Attention, pour chercher, ce n'est pas ici ! Utilisez la case "Cercatz" quelque part ailleurs sur l'écran !-)
Thème :

Commune (si votre lien concerne spécifiquement une commune) :

Pays (par exemple Médoc, ou Chalosse) :

Commentaire :

Votre adresse e-mail (ne sera pas publiée) :

Titre :

Adresse du ligam (lien) :
Prepausatz ligams / Proposez des liens !
(Les images illustrant les liens doivent être envoyes sparment, par e-mail.)

Attention :
Les liens proposés doivent s'accorder avec "l'esprit" de Gasconha.com, et son domaine gographique : la grande Gascogne, entre la mar, la Garonne et les Pyrnes, et mme, au Sud des Pyrnes, le reste du domaine vascon...
 
Carte de Gascogne
La Gascogne et quelques uns de ses pays.

 
Participatz !
Inscrivez-vous au groupe Yahoo (forum par e-mail)
G(V)asconha-doman
  • Consultez les messages du forum G(V)asconha doman - Yahoogroupes.
  • Consultez les archives de feu le forum Oest-Gasconha - Yahoogroupes.
  • Envoyez-nous informations et commentaires Mail - courrier


  •  
    Que m'apèri Gasconha.com*
    En 2003, Oest-Gasconha a changé de nom, pour devenir Gasconha.com, qui est de plus en plus le site des noms gascons.

    L'identitat es d'abòrd lo nom.

    Noms reçus, noms choisis

    Notre nom de famille, notre prénom, nous ne les avons pas choisis. Ils portent une histoire, parfois oubliée, dont nous sommes un petit maillon.

    Par contre, quand nous choisissons le prénom de nos enfants, nous tentons de leur donner une identité que nous aimons.

    De méme quand nous nommons notre maison. Nos aïeux le faisaient plus que nous : "Dache dise", "Chic a chic"...
    Une habitude à retrouver ?

    Nos élus nomment les espaces publics. Au lieu de remettre en valeur notre patrimoine toponymique gascon, ils ignorent souvent notre histoire, jusqu'à remplacer des appellations historiques séculaires par des appellations à courte vue.
    Voir l'exemple du "Pays de Buch".

    Les associations, les entreprises, choisissent aussi un nom, qui est la première accroche pour le public.
    Ce nom peut figurer sur un logo, que Gasconha appelle "banèra"...

    Nos "ajòus" gascons ont donné des noms aux choses.
    Ils ne disaient pas "tue-cochon", mais "tuaille du porc", "pèle-porc" ou "pélère"...

    Pour retrouver la mémoire, Gasconha.com développe des bases de données, que vous pouvez consulter et alimenter :

    - noms de famille
    - prénoms
    - "noms de lòc"
    - banèras
    - mots (lexique gascon)

    Adishatz !

    * Pour celles/ceux qui ne savent pas encore le gascon :
    Que m'apèri = Je m'appelle
    Crear doman a la lutz de gèr
    Créer demain à la lumière d'hier