Benauge Entre-deux-Mers

Sainte-Croix-du-Mont / Senta Crotz deu Mont


 
en graphie alibertine :

(lo) Mont
Prononcer "(lou) Moun".

mont / mont

Prononcer "moun", avec un "n" final qui se prononce diversement à travers la (...)

Senta Crotz
Prononcer "Sénto Crouts", "Sénte Crouts"...

crotz / croix

Prononcer "crouts".

 

 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Sainte-Croix-du-Mont / Senta Crotz deu Mont :


 

 

 

Grans de sau

  • Senta Crotz deu Mont.

    On voit bien sur le cadastre du XIXe s. : "quartier dous Quins" (devenu Dousquins), "quartier dous Bas", "quartier dous Prats" (devenu Dousprats), "Dousaribats / quartier dous Aribats".

    [Rectifié. Tederic, webmèste]

  •  Pour “lous quins” Le FEW indique “les bords” sans pouvoir l’expliquer. Vocalisme local pour los cants ?
    Mais le Gaffiot donne, à propos de la via quintana :
    quīntāna, æ, f. (quintus), voie quintane [une rue transversale du camp romain, derrière le prætorium, dans laquelle se tenait le marché : P. Fest. 256] : Liv. 41, 2, 11 || [d’où] marché : Suet. Nero 26.
    Cf. FEW vol. 2 CQK - p. 1482-1483 II. 1. a. Ala kintana “ruelle”, etc.
    Nom très ancien, de sens oublié, à transcrire los *Quints ?
     “Lous Bas” = los Basts, terres incultes, relativement fréquent en microtoponymie.

  • Merci Tederic.

     Dousquins : j’avais noté la mention "Quints de Vaures" (= lieu-dit Baure à cheval sur Verdelais et Ste-Croix) au XVIIIe s. Ca peut désigner une notion fiscale médiévale, paraît-il, si j’ai bien compris quand un vassal vendait un fief il devait payer 1/5e au seigneur. Mais plus généralement je pense que ça peut désigner un secteur égal à 1/5 d’une propriété plus grande et qui en aurait été détaché pour être vendu. Le mot quin pour "bord", il faudrait voir quelle est sa localisation précise.

     Dousbas : los *Vasts plutôt, non ? Puisque ça vient du latin vastus. Mais je suis dubitatif là-dessus : en gascon ça donne gast- et pas vast-. Et je n’ai jamais entendu parler de ce mot en gascon pour une terre inculte. Basta pour une lande, oui ; d’ailleurs à Ste-Croix il y a un lieu-dit Bastey. Là, le "quartier Dousbas", je pense que c’est simplement le "quartier des bas (terrains en bas)".

  • Oui, j’hésite toujours entre bast et vast pour ce mot et ses dérivés… va pour los Vasts !
    Pour quins, Wartburg indique simplement Gask. quin m. „bord“ LF. (vol.23 p. 236)
    Lo gat qu’ei magre…

  • Et comme nous sommes entre zététiciens, en l’absence d’autres éléments, choissons l’option la plus simple : bas ! Pourquoi vast ? Dans le FEW, en pays d’oc, je n’ai vu que gast(a)... et en Provence ! En gascon nous avons le choix : èrm, lana, peloa, bosiga, ?gresa, ...

    Idem pour quint. Certes, ce mystérieux quin est gascon, mais il est mystérieux. Et pas forcément bordelais.

  • En fait, vérification faite, le mot quint est présent dans la langue médiévale en gascon girondin comme en français. Je remontais bien trop loin avec le cam romain ; le moyen-âge suffisait. Le sens littéral est bien “cinquième” (lat. quintum), même si nous ne savons pas 1/5e de quoi au juste (d’une vente, a priori, cf. le droit de quint). Il semble bien pouvoir s’appliquer à des terres.
    Cf. Lévy - Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, t.VI p. 625 :

    Tot so qu’et… aver deu… per totz locs, sian terras, vinnas, quartz, quintz, ters, meytats, cens, exporles.
    Arch. hist. Gironde 10. 93 Z. 10 v. ii.

    Cf. aussi Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis - t.III p. 260-261.
    On ne sait donc pas exactement à quel statut ce *quint fait référence, mais pour moi la forme du mot fait peu de doute, sans aller chercher des (hrem, hum ! shens anar cercar cauç escandinaus)…


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document