Bésaume Haut Entre-deux-Mers Entre-deux-Mers

Caplong


 
en graphie alibertine :

(lo) Cap Long
Prononcer "(lou) Cap Lou(ng)".

cap / tête, bout

Aussi bout ou extrémité de quelque chose. Ex : cap deu bòs = bout (fin ou (...)

Faut-il restituer Camplong, qui est le nom d’origine si l’on en croit les attestations médiévales latines "Campo Longuo" ?

La commune se situe dans une zone de l’Entre-Deux-Mers dont les cartes anciennes tendent à montrer qu’elle dépendait de l’Agenais, encore que lesdites cartes sont fluctuantes sur certains villages.

Il faut savoir en effet qu’une bande de terre prolongeant Duras amenait l’Agenais jusqu’à la Dordogne avec Sainte-Foy-la-Grande.

Qu’en est-il de la langue des lieux ? Je suppose qu’il n’en reste plus grand chose aujourd’hui. La langue devait être de toute façon très dégradée dans son dernier état, du fait de la proximité de la Gavacherie, dont je pense qu’elle a joué un rôle, notamment dans la prononciation des consonnes finales, très lâche.

La parabole de l’enfant prodigue telle que relevée à Loubès-Bernac, en Lot-et-Garonne, est peut-être proche de la langue de Caplong :

http://cocoon.tge-adonis.fr/exist/crdo/meta/crdo-47-LOUBES-BERNAC_SOUND

La toponymie ne permet pas de juger véritablement du caractère gascon de l’ancienne langue des lieux. Par exemple, Beyssade tendrait à prouver que le groupe -ÿss- s’est conservé est n’est pas devenu -ch- comme classiquement en gascon (on aurait Béchade).

Un lieu-dit comme "A la Castaignère" ne dit pas grand chose sur le suffixe -arium : -ère ou -ière, cela donnerait la même chose avec la mouillure dans castanh.

Le reste des lieux-dits a une saveur gavache au sens large (oïl ou limousine) : Aux Eymeries, Aux Genins, Aux Pavaries, Aux Savariaux, ... D’autres lieux-dits sont d’oc sans plus de précisions : Le Matha, La Mauberte, Roubeyrac, A la Roque, Aux Sablouses, ...

[L’ensemble Saint-Avit-de-Soulège, Saint-Quentin-de-Caplong et Caplong est inclus, mais en situation frontalière, dans l’espace gascon selon le critère linguistique (enquêtes réalisées vers 1900).
ORIGINE ET LIMITES DE LA LANGUE GASCONNE

Ces communes n’appartenaient pas au diocèse de Bazas (critère de gasconnité), mais, avec d’autres communes du pays foyen rive gauche de Dordogne, au diocèse d’Agen, archidiaconé de Bésaume.
La toponymie n’y est pas clairement gasconne.]

Heurèir 2018 : Je classe Caplong en Haut Entre-deux-Mers, ce qui selon la logique présente de la hiérarchie de pays de Gasconha.com, le rattache quand même au Grand Bazadais : c’est par lui que la gasconitat a dû atteindre Saint Avit dans un passé lointain.
Mais la double appartenance - qui convient bien à une zone frontière - à l’Agenais guyennais est conservée.
Tederic M.


 

 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Caplong :


 

 

 

Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document