bargat

français : fatigué

Au moins en gascon tonneinquais.


 

Grans de sau

  • "bargat" qu’es tanben aquò :
    il m’a tout bargué le jardin, cet astiaou : il a détruit, démoli, bousillé le jardin.
    bargué= abimé.
    Qu’i a plan de mots tonenqués, que vau essajar d’en recensiar quauquns.

    Réponse de Gasconha.com :
    E be damb plasèr !

  • A noste que diden estadit (fatigué), "barga" qu’ère l’accioun de coupa lous pès de cambe enta desepara les fibres dou reste de le plante.

    Réponse de Gasconha.com :
    Òc, lo verbe "bargar" qu’es çò que disetz.
    Pour les profanes, "cambe" = chanvre.
    Jo que coneishi "estarit" enta "très fatigué", "épuisé".
    [Tederic]

  • "Bargar" est un verbe bien garonnais.
    A Marmande, par exemple, on disait "soi bargat" pour dire qu’on était moulu, éreinté. Quand on s’était abîmé les mains à faire un travail dur, on disait "me soi bargat les mans".
    A l’origine "bargar" signifiait "teiller, broyer les tiges de chanvre ou de lin pour les débarrasser de leur écorce et en faire de la filasse.

  • Tabé : bargar quauqu’un de trucs, o simplament bargar quauqu’un : rouer de coups (en garonés).


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document