Lou Higuè / Lo Higuèr

- Tederic Merger

MP3 - 1.7 Mo
Lou Higuè (Lo Higuèr)
Poésie d’Isidore Salles figurant dans "Langue et chansons
en pays
de Gascogne" d’Hubert DUTECH, aux Editions CPE.
Lue par Tederic Merger. Chis a Halip Lartiga peus sons avís !

higa

Dou bielh tems penude à le tite,
En Gosse, à le porte, en entran,
Toute maysoun, grane ou petite,
A soun higué, petit ou gran.

A sa bertut cadun ques’hide ;
Yen de tout renc, de tout estat,
Auta ten le maysoun bastide,
Auta ten lou higué plantat.

D’hore en hore à le peyre blanque
Puye l’oumpre dou coumpanhoun
betleu, le peyre e le branque
Ainsi baysen [1] au bord dou pinhoun.

Si diu balhe gaspe à le binhe,
Indoun au camp, leyt au bragué.
Dous besins l’embeye que hingle :
« Bius higues [2] qu’a lou higué ! »

Badut bielh e quent lou cap plegue,
Que herèn un pecat mourtau
De pourta le hapche ou le sègue,
Sus l’anyou gardien de l’oustau.

Hounte à l’homi de quis’pot dise :
« Chens pitat dou pay naurigué,
Au loc de bene la camise,
Qu’a dechat bène lou higué ! »

Quen le male hore [3] es le mé horte,
Que lou so broun debat lous pas,
Destacam lous gouns de le porte.
Mes au higué ne toquim pas !

Lou co tabey que porte higue,
E diu aydan, hurous [4] ou nou,
Yamès lou sort n’y desarrigue,
Lou higué qui s’apère : haunou !

MP3 - 1.5 Mo
Enregistrement de "Lou Higuè" par Garluche

Notes

[1on a supposé que c’est l’"ainsi" français et "baishan" (ils baissent)... Garluche propose "baisent", pas au sens le plus sexuel cependant...

[2qui comprend ce "bius" ?

[3traduit dans le livre par "mâle heure"... ce doit etre plutôt "mauvaise heure, malheur"

[4dans le texte imprimé, il y a "hurons" mais ça doit être une coquille

Grans de sau

  • Hère beroy tribalh !!!

    Amistats !

    jmcasa

    • Lous compliments qu’ajuden a countunhà.

    • Bèth-lai Tederic ! Que ce me l’as hòrt bienn lejut aqueth poèma de l’Isidore Salles. Que t’ameritas adara de vàder néguer !
      Jo, que vorrí bienn enregistrar lo mon tèxte, "Les quate vitas", mès ne sèi pas com har. Bè saps com sui pachòc dab aquiras amaniclas informaticas.

    • Of... qu’avèvi lo "trac" !
      Sabi que la prononciacion exacta d’un natiu ne’s pòt pas imitar a 100%.
      Lo men soet es que los natius (o non) e’m envien enregistraments a difusir sus Gasconha.com. Pas tròp longs pr’amor que l’espaci web de Gasconha.com es limitat.

      Cresi que t’ac avèvi dit dejà, jo qu’utilizi lo logiciau Audacity. Pas tròp complicat a utilizar, e gratuit (descargable deu web - mès i a ua petite complicacion a l’instalacion : "lame", un complement de logiciau gratuit tanben, que cau hornir a la bona plaça).

  • "Bius", aquò diu èster "vivas" (benlèu)

    • [2] qui comprend ce "bius" ?
      Dans le receuil des poèmes gascons d’Isidore Salles, par Georges Hondelatte (de Gosse)
      On peut lire, page 186 le texte original gascon :
      Si Diu balhe gaspe à le bigne,
      Indoun àu cam, leyt àu bragué,
      Dous besins l’embeye que higne
      Les bères higues dou higué !
      [4] dans le texte imprimé, il y a "hurons" mais ça doit être une coquille
      Lou cô tabey, que porte higue
      E Diu ayudan, urous ou nou,
      Yamès lou sort ne desarrigue
      Lou higué qui s’apère àunou !
      ************
      et page 187 la traduction symétrique :
      Si Dieu donne grappe à la vigne,
      Maïs au champ, à la vache du lait,
      Des voisins avec envie guignent,
      Les belles figues du figuier !

      Notre coeur aussi porte ses figues ;
      Avec l’aide de Dieu, triste ou heureux,
      Jamais le sort n’y déracine
      Ce figuier qu’on appelle honneur !

      Boune anade 2012...
      Garlu§e

    • Il y a donc peut-être une coquille qui transforme "leus" ("las" en negue) en "bius" ?

      Et ce verbe "higna" (hinhar ?) qui voudrait dire "guigner" ?

      "guigner les figues" est cohérent.

  • Adishatz monde,

    [1] "Ainsi baysen au bord dou pinhoun" que hè 9 sillabas, quan la rèsta deu poèma ei en octosillabes. Isidore Salles que mestregèva perfèitament la versificacion classica e ne hasè pas vèrs faus.
    Que poirem léger
    "S’i baysen au bord dou pinhoun".
    Mes l’edicion de las Poésies gasconnes (1930, Société de Borda) que da
    "Que’s baysen au bord dou pinhoun"
    Be cau donc léger que’s baisan / baysen : cap trabuc.

    [2] La medisha edicion que da :
    "Beres higues qu’a lo higué !"
    Qu’ac poirem tanben corregir bius = bibes (vius = vivas).
    B’ei possible qu’agi escriut "bibes" en ua edicion anteriora, mes pas guaire "bius". Salles n’auré pas emplegat un adjectiu epicèn ("bius" au femenin), arcaïsme preciós : que rimèva en ua lenga populara plan assumida, e de mei "bius" (1 sillaba) que hasè, un còp mei, un vèrs faus de 7 sillabas.
    (E qu’ei tanben "l’embeye que higne", pas "que hingle" (qu’empleguèva rimas, aquí dab "bigne", non pas assonàncias).

    [3] mala òra / malòra, solide. Ed. 1930 :
    "Quen le malore es le mé horte"

    [4] urós. Ed. 1930 :
    "E Diu aydan, urous ou nou,"

    Aute vèrs faus qui tròbam aquí :
    "Bet leu le peyre e le branque" (7 sillabas). Ed. 1930 :
    "E bet leu le peyre e le branque)"

    (Tot aquò que pòt semblar de chica importança, mes tau poèta qui seguiva la versificacion, la rima e la metrica b’èran un ahar seriós. De mei, en ns’i avisar, que ns’ajuda a resòlver petits mistèris d’aqueths…)

    Mercés pr’aquesta bèra publicacion.

  • [2] Totun, tà çò qui ei deu sens, que’m sembla lhèu mei hidabla la version de Garlu§e :
    Dous besins l’embeye que higne
    Les bères higues dou higué !

    (Efectivament, higna / hinhar = guigner.)

    Amistats !

  • Cela dit, belle lecture et bel accent neugue — bien meilleur que le mien ! Et non moins belle est la version de Garlu§e. Merci à tous les deux de nous rappeler que le gascon (comme la poésie) est fait aussi pour le bonheur des oreilles.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique