Alfabet d’embarrament

- Gerard Saint-Gaudens

A com « avegèr » ? A la vila benlèu e mèi d’un còp xens dobte mes aqui au campèstre,pas jamèi ,qu’am tròp de coentas avitadas per l’explosion de la natura a la prima .Lavetz non, A com auseths mèilèu puix que’s hen mèi qu’abans mestes deus terrens, jardins,casaus,bòscs e camins , que diseren dialògues cantats enter eths.
B com biscar :çò qui hèm quan vedem que non poderam pas anàr a la partida de rugbi Dacs contre Tiròssa o au concert de Vox Bigerri anonciat despuix mièja annada .
C com…Coronà, tèn pardi !
D com distanciacion,un mot naveth qui lo Palai n’aveva pas enregistrat puixque los enarques ‘n’avevan pas tanpòc inventat lo mot francès equivalent ( e que n’eran quitament pas enquera inventats eths medix !) .
E com experiéncia : aqueth embarrament que’en es ua de las majas :digun n’aveva pas avut avant ( lhevats los presoers e los naufragats), l’experiéncia de dus mes de soletat o de coexistencia familiau permanenta o enquera de las ruas vuèitas ,com nosautes a la prima de 2020.
F com…com que ? Lo gascon que’s hè tan reticent,chic arcuelhiu a ‘ d aquera letra,reservada tan vau a mots estrangèrs au nòste domeni, com mantienuts en quarantea dinc estossin amechats. Lavetz un mot plan gascon totun : flaunhaquejar, çò qu’aurà hèit mantun mainatge content de non pas deixudà’s d’òra tà l’òra de l’escòla e quauques adultes taben, solide !
G com gahar : « e l’a gahat lo virus ? » qu’es la question qui pausam adara quan aprenem qu’ua persona es malauta (responsa esperada : « non qu’es ua bronchiti »)
H com :aqui qu’am de que causir dab aquera letra tan vesiada de la nòsta lenga : horras que’ m vièn a l’esperit, las granas absentas d’aquestas mesadas siin en las granas vilas siin en garas, hestas e estadis.
I com ideias,las qui’ns vienen decap en aqueths moments de soletat, geniècas o escuras segon la nòsta umor cambiadissa, adara qu’am lo temps de pensar e perpensar tan qui’ns vaga, abrigats deu brut deu monde.
J com jorns, au plurau puixqu’e’s semblan tots, lo de gèir com lo de doman donc au punt que, com los vielhs arrepepiaires, no’us sabem a beths còps pas mèi destriar los uns deus auts.
K com kloròquina, qu’ac sèi ,n’es pas atau benlèu que’s deuré escriver mes que i a tan chic de mots gascons dab K, a pena qu’existeix, qu’es ua letra espudida deus linguistas occitans (benlèu qu’aniré mielher dan los ibégistas ? ) que ‘m cau prener quauca libertat,non ? E la kloròquina ,com la letra K, es segur qu’existeix de vertat ?

E seguira dab las letras L a Z ? Benlèu

Grans de sau

  • C coma...cosina au lòc de coronà ! M’agrada mèi !
    F e G coma fragas e guindolhs que coménçan a madurar
    L coma lentor, que som estats oblijats de tornar apréner a préner lo temps
    M coma musica, utila per se cambiar les irèias
    N coma normalitat qu’espèram qu’i vam tornar
    O coma obligacions o pulèu interdiccions
    P coma perrinclas que me vènen a la frièsta de tenelha
    Q coma quilomètres autorisats o pas
    R coma rondejar totjorn aus mèmes endrets
    S coma sahuc en flors, o solituda per certens
    T coma talhadís ont vau m’esbarrir
    ...

  • V coma vòl peu camin deu corbaish (vol d’oiseau, segon lo diccionari de Per Noste), ja que pòdem volar, shens demandar l’autorizacion, 100 km autorn de casa, a partir de la prumèra fasa de desembarrament, diluns qui vien.

  • D com departament, ressuscitat tà’s har la nosta navèra referéncia de mobilitat.

  • Bona ideia,los tres, de partatjar lo jòc !
    Quan èi vist lo pòst de Gaby qu’èi pensat qu’era com las enigmas deu temps passat e que cada purmera letra qu’ ajudava a crear un mot sancer.Mes non,CFGLMNOP...n’a pas nat sentit en gascon .Qui mèi segueix lo jòc adara ?

  • Que contunhi l’alfabet,fin finala :

    L com libertat, qui nes aurà hèit hrèita e qui no’ns es pas enquera tornada totalament.
    M com mascas (autament aperats caretas) .Pendant los dus mes d’embarrament qu’eston a beths còps de non pas trobar o considerats com curiosetat, mes adara que començam un desembarrament prudent,cadun qu’en cerca un , a mac de s’i estofar.
    N com natura:que l’am arretrobada e que la tornim pas perder !
    O com orquèstra ,orquèstras muds de salas d’espectacle vuèitas o orquèstras e cantèras virtuaus ,inventats pendant l’embarrament,
    P com paisatges ,qu’avem pas jamèi mirat com engoan ,jorn arron jorn .
    Q com :Qloroquina qu’auré plan convienut mes qu’ac èi déjà emplegat per K mes com non sabem pas tròp çò qu’es,dus noms que son benlèu mèi prudent qu’un solet.
    R com residéncia :embarrats en la nòsta donc a gèir e de uèi avant a menx de cent kilomètras d’aquera residéncia com estacats a un pau : e coneixetz l’istòria de la craba de Monsur Seguin ? Que s’acaba mau,hòu !
    S com soviers remembrats ,tirats de pièlas de dossièrs, de fotòs ancianas o de cartas postaus acumuladas que la gent auràn triadas e a beths còps getadas pendant dus mes.
    T com transpòrts : autorisats, defenuts suprimits, publics, privats ? Complicat com es ditz adara tà non pas diser mauaisit !
    U com urgéncias ,l’indret on digun non voleré anar mes qui serén desirats dab arsec se la santat s’esboniva
    V com vacanças d’estiu : un tèma pro desagradiu a l’òra d’ara
    W com walhalla ,lo paradis de la mitologia escandinau( tà plaser a l’especialista Monsur Supery),un deus 5 ou 6 mots dab w reconeixuts preu diccionari Per Noste : estossi pagan, que diseré qu’esperi los defunts de l’epidemia anin tots de cap a d ’aqueth lòc d’arregaudida.
    X com « xens »(benedita letra lafitiana ! ) :l’embarrament que’ns aurà (e es acabat ?) hèit viver « xens « , xens activitat,contact sociau,compania…aribèssi adara lo temps deu « dab » !
    Y com ? Non,vertat,n’ac sèi pas :viahòra ,ajuda !
    Z com zigazaga,d’après Palai e’s pòt diser per extension d’un brut « agaçant par sa monotonie et sa durée » ;l’embarrament,tèn !

  • A l’escasença deu navèth embarrament*, que prepausi :
    J com jacobinisme.

    Podèvam totun esperar ua amelhoracion progressiva :
    Jacobin pour confiner, Girondin pour déconfiner
    Mès benlèu pas tant qu’acò :
    Mesures COVID : Marseille versus Paris, Girondins contre Jacobins ?

    Tanben, qu’èi entenut que decisions nacionalas unifòrmas, anonçadas peu President, avèn mei de pes que decisions locaus meme presas peus/per las prefet(a) : fin finala, la populacion ne soetaré pas de decentralizacion, e mema pas de deconcentracion ; que seré tròp complicat, pas legible... e pensi que i a l’idea que la mema... punicion ? non, precaucion ! be’s dèu aplicar pertot, mema si l’intensitat de l’epidemia n’es pas parièra pertot.

    Aprèps, vesi anèit que lo Bousquet-Cassagne (CR47) proclama "Je suis chasseur, paysan et gascon" e encoratja los caçaires e palomaires a ne pas se deishar embarrar (o sonqu’a la palomèra !)... E seré girondin, aqueth ?

    *embarrament = enfermement, plus clair que "confinement" !

  • Nos voisins (et cousins ?) de Navarre espagnole sont jusqu’à présent plus touchés par le coronavirus que nous en Gascogne.
    Des mesures de restriction de mobilité y ont été prises.
    Pourtant, ce ne sont pas du tout les mêmes que celles imposées sans adaptation locale à tout le territoire français, dans la logique jacobine que j’évoque dans mon gran de sau précédent.
    Les navarrais espagnols ont le droit, eux, de sortir en excursion, en famille ou entre amis ; ils en profitent pour découvrir les paysages de la Communauté forale :

    Ir a pasear al monte o andar en bici han sido las actividades más escogidas por los navarros estos fines de semana marcados por las restricciones de movilidad, sin poder salir de la Comunidad foral, y el cierre de la hostelería

    Hacía buen tiempo y hemos decidido venir porque aquí sí podemos estar con los abuelos. Podemos disfrutar de ellos al aire libre y con distancias, pero por lo menos podemos hacerlo”, cuenta Nerea Acebedo. Decidió pasar el domingo por la mañana en Eugi con su familia. Al igual que Nerea, han sido muchos los navarros que durante estos fines de semana de restricciones han decidido salir a disfrutar del monte y de los paisajes de la Comunidad foral.

    La naturaleza, la mejor alternativa para los navarros

  • Oui, mes amis de Pampelune, avec lesquels je suis en contact, m’ont expliqué qu’ils pouvaient circuler partout en Navarre mais ne peuvent pas sortir de la province.
    Nous n’avons pas cette chance. Nous sommes soumis aux ordres de la technostructure et des hauts fonctionnaires qui nous dirigent de manière très autoritaire, pour employer une litote. Comment allons-nous faire pour les mettre hors d’état de nous nuire ?
    Je trouve cette situation très inquiétante, et je ne parle pas du covid.

  • Bonsoir Philippe/Halip,
    La question que tu poses est celle de beaucoup de gens aujourd’hui, quelles que soient leurs autres options d’ailleurs.
    La seule différence est entre ceux qui ont déjà une position très arrêtée (toi même apparemment et plus encore ceux qui en face -et moi même parfois quand ils m’agacent trop- les appellent les "complotistes" :ça fleurit en ce moment) et ceux qui en sont aux questions (insistantes), comme moi :
     où commence et finit l’impératif de protection de la santé des personnes et des populations ? Corollaire : où commence celui de la protection des décideurs contre de futures plaintes en justice type sang contaminé il y a quelques décennies (de celles qui ont coûté à Fabius et quelques autres leur carrière politique si prometteuse) ?
     où commence et finit le droits aux libertés fondamentales : liberté de culte quand on interdit les messes publiques, liberté de réunion quand elles ne sont plus possibles, voire à l’extrême liberté d’opinion quand certaines sont exclues d’office de la scène publique (et cela, pas seulement au regard des questions sanitaires actuelles) ?
     où commence et finit le droit des politiques de laisser filer l’économie et la société vers la ruine individuelle et collective, fût-ce avec la contrepartie d’un relâchement indéfini des déficits que finance un endettement public peu visible mais bien réel, semaine après semaine et qui restera au dessus de nous telle une épée de Damoclès ?
     et bien sûr, si important pour nous, la question du jacobinisme soulevée par Tederic et par toi, qui apparait dans cette affaire si vain et si contre-productif (mais un peu nuancé quand même par rapport au premier confinement) alors que sa dénonciation n’empêche pas la quête acharnée de subventions étatiques ?

  • Je me félicite toutefois que le confinement que nous connaissons n’ait pas donné lieu à une interdiction de déplacement au-delà des régions administratives : nous aurions connu une consécration symbolique que les régions de la loi NOTRe seraient des bassins de vie, et cela aurait été terrible, à tout le moins sur mon moral personnel, déjà bien bas !

  • La question essentielle est de savoir si on va cesser de vivre, rester enfermés chez nous, tremblants, terrorisés par les chaînes d’information continue qui déversent de l’angoisse H24 et J7 depuis mars, confinés quatre mois par an ad vitam aeternam, masqués jusqu’à la fin de nos jours, parce qu’un virus tue des gens en fin de vie et d’autres très fragilisés par des pathologies lourdes préexistantes ?
    On détruit la société, l’économie, la joie et la vie car, pour nos sociétés occidentales très riches, la norme est de mourir dans son lit à l’âge de 95 ans. Nous sommes décidément, nous les riches de la planète, en état de grande faiblesse civilisationnelle.
    En ce qui me concerne, et je le dis très calmement en ayant parfaitement réfléchi au sens de ces mots, je préfère mourir que de vivre dans un monde comme ça. J’ai une fille de 26 ans et je suis effrayé par cette non-vie qu’on semble lui promettre.

  • J’ajouterai aussi que cette gestion de la crise a réveillé les pires réflexes chez certains de nos concitoyens qui, comme aux grandes heures de l’occupation, téléphonent aux gendarmes pour dénoncer leurs voisins. J’ai plusieurs exemples ici, à Biscarrosse, de gens qui voient débarquer les gendarmes chez eux après délation. J’en ai la nausée tellement cela m’écoeure. Nous vivons des heures bien démoralisantes.

  • Pour ce qui est du qualificatif complotiste, c’est un argument tellement faible de la part de ceux qui l’énoncent que ça ne mérite même pas de réponse. C’est le degré zéro de l’argumentation.
    Le simple fait de poser une question, de douter, est aujourd’hui devenu un signe de complotisme, le rayon paralysant en vogue.
    Triste époque !

  • D’habitude je n’interviens pas dans les discussions sur le covid, mais là, vu que les notifications de messages m’arrivent dans la boîte mail, je me permets de mettre mon grain de sel de gauchiste de base.

    Evidemment que le virus tue principalement des gens âgés ou affaiblis par une maladie. Mais bordel de merde (pardon), ce n’est pas difficile de comprendre que, s’il ne tue quasiment pas les jeunes en bonne santé, il transite par eux pour se propager et finir par atteindre des personnes âgées... ou des malades qui s’ignorent (du genre diabète sous-jacent, asthme « stabilisé » etc).

    C’est trop marxiste pour vous deux, la notion de solidarité collective ? Il faut faire passer la liberté à tout prix ? Si vous ne voulez pas être contraints et uniquement vous faire plaisir, n’allez pas au boulot, abandonnez vos familles, etc.

    En plus, ce n’est pas si terrible que ça (en dehors des grandes agglos, je te le concède Gérard).

    Moi-même, je suis le premier à prendre des libertés avec les règles : je sors au fin fond de la campagne de Benauge avec un motif de « déplacement professionnel », en réalité c’est un travail bénévole que je fais (études scientifiques sur la biodiversité) et ça me permet de passer du temps dehors. Mais c’est parce que j’y vais seul et que je n’y fais pas de rencontres que j’y vais ! Ceux qui ont la chance d’être à la campagne ou dans des petites villes, il y a certes plein de cas particuliers, mais globalement il n’y a pas à se plaindre trop.

    Bien entendu, je suis tout aussi écoeuré par cette histoire de délation. Ici à Verdelais, les seuls gendarmes qu’on a vus... c’était pour surveiller l’entrée de l’église lors des messes de la Toussaint.

    Je rebondis sur les messes pour arriver à mon second point : les messes en plein air. J’ai vu cette vidéo de messe en plein air qui m’ a choqué. Alors que la droite dure/conservatrice/néolibérale chère à Gérard réprime les mouvements sociaux et veut détruire la fonction publique (merci la droite, ça fait plus de 3 ans que je galère pour trouver un poste dans la FPT avec vos restrictions budgétaires), c’est liberté totale pour ces centaines de catho-tradi qui portaient le masque sous le menton (désolé de vous servir ce discours-bateau communiste) . Comme si on ne pouvait pas trouver d’autre moyen de célébrer le culte.

    Voilà.

  • Pendant que j’écrivais sur la bodega des Esbouhats, le débat s’est soudainement envenimé ici.
    Je suggère de recentrer sur la Gascogne, ou sur la manière dont elle subit des décisions venues de Paris (je suppose que le problème serait le même en Bretagne ou en Provence, mais nous, nous observons la Gascogne).

    Un exemple, sur la chasse et la pêche : j’ai lu aujourd’hui que même la tolérance de ces deux activités dans le cadre de l’exercice quotidien d’une heure à moins d’un km de chez soi était exclue (par le préfet des Pyrénées atlantiques, il me semble).
    Même si je vois mal comment on peut chasser ou pêcher maximum une heure et à 1 km de chez soi, pourquoi s’acharner ainsi contre des activités qui ne contribuent pas en soi à propager le virus ?

    Il y a bien un problème de proportionnalité des mesures, et même de rationalité.
    Idem pour l’interdiction des plages atlantiques, ou du quai de Garonne à Tonneins, pendant le premier confinement... On interdit aveuglément, en appliquant le même raisonnement aux quais de la Seine à Paris, et aux quais de Garonne à Tonneins...

    Autre exemple : la fermeture des magasins "non essentiels".
    J’ai vu jeudi dernier à Nérac les affiches des commerçants "Laissez-nous travailler !"
    Comment peut-on traiter ces commerces du vieux coeur de ville, souvent vides de clients, comme s’ils étaient des lieux dangereux de contamination ? Dans le même temps, la chaîne GIFI peut rester ouverte...

    Je ne vois pas de complot derrière tout ça, mais une logique qui s’élabore ailleurs, sans connaitre notre terrain, sans mesurer le coût financier ou moral qu’on lui fait supporter, ni la colère qui risque d’y monter...

  • Tederic a raison : l’échange vient de s’emballer un peu trop à partir de la situation que nous vivons.
    Mais bien sûr on ne peut s’empêcher d’être traversés par des questions pénibles comme Halip l’a montré, chacun avec son tempérament et son vécu ancien ou actuel. On ne peut faire comme si la Gascogne était une oasis préservée de tout cela
    Donc je ne souhaite pas alimenter de polémique mais quand même revenir brièvement sur deux points :
    Halip : le simple questionnement n’est pas assimilable à du complotisme sinon je serais moi-même complotiste. Tu n’en as sans doute pas vu des exemples radicaux sur certains forums ou tribunes de journaux et je ne te suggère pas d’aller voir : des affirmations totalement parano, assénées sans nuance ni respect pour une opinion dissidente, fût-ce à peine
    Gaby : ta description de mes opinions supposées tombe à côté : je ne suis pas néo ou ultra-libéral, même pas libéral du tout probablement, ne serait-ce que parce que pour moi la solidarité est en effet une valeur forte : pas besoin d’être marxiste ou gauchiste pour ça ! Et je ne souhaite ni réprimer les mouvements sociaux ni supprimer la fonction publique, évidemment.
    Il vaut mieux ne pas plaquer ses propres schémas sur les autres, ça ne colle souvent pas.
    Quant à ta messe en plein air, je ne sais ce que c’est : celles auxquelles j’ai participé ces derniers mois (pas en plein air) supposaient un respect total des distanciations parfois jusqu’à l’excès et le port du masque, et aucune église catholique n’a été un foyer de covid (ne confond pas avec les évangéliques de Mulhouse). En plein air, je ne sais mais a priori le plein air est préférable à un volume confiné !
    Allez, bona nuèit a tots !

  • Pardon Gérard je me suis emporté, et bien content que la solidarité te soit importante . Juste un peu étonné que tu ne sois pas libéral puisque j’avais cru comprendre que tu étais dans la banque mais il faut dire que la politique n’est pas non plus ma spécialité. D’où mes considérations de marxiste de base mais enfin c’est ma sensibilité qui me fait réagir ainsi. Ça pourrait être pire, je pourrais être en plus occitaniste de base. Allez bona nuit (ou nèit pour être moins hyperlocal) !

  • Il règne dans ce pays un climat délétère et la fracture entre les citoyens est de plus en plus profonde, y compris la fracture générationnelle. Une jeunesse qu’on sacrifie et dont on hypothèque l’avenir. En tant que père, je suis extrêmement en colère. Ce que nous condamnons ici sans cesse, le jacobinisme et la technostructure, est à l’oeuvre en ce moment et nous allons voir les dommages collatéraux de ces mesures pendant des mois et des années. Et ces dégâts seront bien pire que le covid, à un niveau que nous n’imaginons même pas.
    Cela me fait penser à un chirurgien qui vient annoncer le décès d’un patient à une famille éplorée et qui, satisfait, rajoute qu’il est mort guéri.
    Gaby, tu parles des personnes fragiles. Nous sommes d’accord. Il faut les protéger mais il faut aussi leur demander d’être beaucoup plus vigilantes au lieu de punir l’ensemble de la population. As-tu vu le nombre de personnes âgées qui se précipitent dans les grandes surfaces alors qu’ils pourraient faire autrement ? Moi oui, je vois ça tous les jours. C’est tout de même pour eux que le pays est mis sous cloche. Quelle est leur sens de la solidarité à eux ? On peut se demander.
    C’est ce que que nous faisons, mes frères et moi, avec ma mère âgée de 78 ans et elle le comprend très bien.

  • Excuses accceptées,ami Gaby.Bona jornada !

  • =) 10
    Je profite de voir le bout du nas de Vincent P dans cette discussion pour lui demander s’il a constaté un changement dans son profil de 23andme suite à la dernière mise à jour ?

    J Chris

  • un chic de venin mei :
    vedi pas lo rapòrt entre ladita "solidaritat" d’acceptar las privacions de libertat e lo marxisme.

    me sembla que la vertadèira solidaritat seré d’apitar un servici public decent ende los vielhs, pas los crebadueirs privats ont embarram los nòstes grands.
    que la vertadèira solidaritat seré de daubrir espitaus o au mensh d’escotar las revendicacions que pòrtan los espitalèirs dempuish detzenas d’annadas.
    que la vertadèira solidaritat seré d’estancar aqueth productivisme comerciau de grandas susfàcias, de vendors per correspondéncia e de hilats pseudosociaus : los unics qu’aprofitan d’aquera crisis.

    pas aquera solidaritat de farlabica que los comunicants dau conselh de medecins (dens quau s’i tròba pas un filosòf tanpauc un sociològ end’avaluar un pauc la gravetat de las mesuras presas shens consultar lo puple). pas aquera solidaritat que s’empressa de denonciar e d’insultar los que refusan las privacions de libertat pendent 8 mes.

    perdonaratz lo venin complotiste :)

  • Ouaiii ! Aniram au patac ! Bon, tot aquò per díser que sui mèi que mèi ad ua dab lo Halip e lo Gilós (s’es aquò lo shafre). Gaby, pr’un còp, ne partatgi pas goaire tas vistas ! E bon, cadun sas credenças (quiòc Gérard, qu’ac pensi atau !)...
    Le question que’m pausi e francament, n’i puish pas respóner qu’es "perqué" ? Perqué s’estiman mèi de fóter le societat en a joelhs que de har com le Suèda ?
    Entà, com ac as dit Gérard, se virar de plentas ?
    Entà ne li arrecastin pas tròp d’aver desbartanit l’espitau ?
    N’ac sèi pas, tè...

  • Jo tabé sui d’acòrd demb Gilós (AKA Gilós Pietadós AKA pjm AKA Pèir-Joan Masdiset, ex-regent de calandreta a Barçac, autor de "Los Camins per Baish" —un bon libre escrivut dens una lenga de pertot e d’enlòc—, romegaire sus Jornalet, caçaire d’onanistas-culturo-mas-colhas, occitanista-anti-occitanista).

    Lo cas de la Suèda - per tant que nos alunhi de Gasconha -, vèni d’ec gueitar, ’quò’s interessant mès pòdi pas lugir l’artigle dens Le Monde tot empenat. Aquò dit, me sembla que la cultura suedesa es dejà pro desparièira de les culturas latinas, son acostumats a la distanciacion dens la via de cada jorn, ce cresi. Afar a seguir.

    P.S. Per vìver demb una mair economicament liberala e socialament conservatriça, sui acostumat ad estar pas d’acòrd de tengut ah ah :D

  • mercés per aquera presentacion meilèu flatosa, gaby.

    pasmens serí grat aus administrators (gaby que n’es, ce’m sembla) de plan voler editar lo messatge de 21h34 e tirar lo men nom de familha ; pas qu’assumèssi pas las mias paraulas, au contrari. mès si signi damb un chafre es precisament pr’amor vòli pas que google e los internets gardin lo men nom en memòria per l’eternitat. lo mensh possible, en tot càs. d’avança mercés de respectar aquera decision !

    [Hèit]

  • Qu’il règne un climat délétère dans notre société, c’est une évidence qu’on ne peut que partager avec toi, Philippe. J’ajouterais que ce n’est pas d’aujourd’hui mais que ce cadeau de nos "amis" chinois qu’est le covid en a rajouté une couche. Quant aux responsables de la propagation de cette saloperie, les vieux ne sont pas les seuls coupables. Beaucoup de jeunes y ont lourdement contribué cet été. Comme si "faire la fête" était devenu de nos jours une nécessité vitale ainsi qu’une obligation, au mépris de la moindre distanciation sociale qui s’impose durant cette épidémie durable. Encore aujourd’hui je lis dans le journal qu’un groupe d’internes a organisé une "fête" clandestine avec tous les risques sanitaires que cela comporte. Des internes, donc, en théorie des futurs médecins ! Les responsabilités sont donc multiples, de haut en bas de la société indépendamment des clivages jeunes-vieux, pauvres-riches, blancs-pas blancs, cons-pas cons, etc. Quant au marxisme auquel Gaby a fait allusion, je ne vois pas ce qu’en quoi cette idéologie pour le moins discutable qui tient lieu de religion a certains pourrait nous éclairer un tant soit peu sur ce grand marasme qui se renforce d’année en année depuis un bon demi-siècle et qui se renforce de nos jours. Et notre "latinité" indisciplinée et jamais contente d’elle et surtout des autres n’est pas pour arranger les choses. Quant au sans-frontiérisme forcené érigé en dogme et accompagné d’un "vivre-ensemble" qui n’est qu’une caricature, mieux vaut ne pas en parler. Si la génération censée prendre la relève ne se réveille pas des brumes dans lesquelles leurs prédécesseurs les ont plongés, alors il y a énormément de soucis à se faire, Gascons ou pas, Occitans ou pas, Français ou pas, Européens ou pas, Occidentaux ou pas... "marxistes" ou pas (petit clin d’oeil amical à Gaby).

  • Nous qui sommes sur la transmission du patrimoine - notamment immatériel - gascon, nous devons être particulièrement protecteurs pour nos ainés, qui le détiennent, souvent, comme Moussu Jourdan, sans en être conscient ; un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ; et comme le dit Halip plus haut, les enjoindre aussi de se protéger !

    Moi-même, qui entre résolument dans le troisième âge, je voudrais éviter d’être terrassé par le nouveau Coronavirus, aussi parce que le chantier Lòcs est loin d’être terminé.
    J’ai encore ajouté hier quelques milliers de lòcs de Lomagne dans la base de Gasconha.com.
    Ils sont dans un premier temps au statut "non validé", c’est-à-dire qu’ils n’apparaissent que dans la souillarde.
    Je les traite et valide ensuite par petites fournées*, et l’embarrament est au moins propice à cette activité ; ce qui fait que le virus, à la fois menace notre activité patrimoniale, et la favorise !

    * dernier validé : un délicieux doublet gascon/languedocien Hagoutè/Fagoutiè assaisonné de (H)ayotte !
    Hagouté


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique