La vraie histoire de la Torèle Texte de "Capbreton- Histoire et Patrimoine"

Capbreton - La Torele / La Halhe de Nadau
Capbreton- Histoire et Patrimoine (groupe Facebook)

Contrairement à une légende relativement récente et sans aucun fondement historique, la Torèle n’a strictement rien à voir avec les Vikings (et pour cause, au temps des Vikings, Capbreton n’existait pas…). La Torèle est l’héritière des rites païens de feu et de lumière liés au solstice d’hiver. Et ce n’est pas un hasard si dans la tradition chrétienne, la venue de l’enfant sauveur de l’humanité “Soleil de Justice et Lumière du monde”, a été fixée au 25 décembre.
Ces feux de joie de Noël, appelés en gascon “Halhes de Nadau”, ne revêtent pas partout la même forme. Celui de Capbreton, dressé entre la mairie et l’église, a une forme bien particulière, celle d’une petite tour, qui lui a donné son nom gascon de “torèle”.
La première mention écrite de cette tradition remonte à 1722 où l’on lit dans les archives municipales que le 21 décembre ont été commandées 35 livres de poudre à canon “pour servir à l’occasion du feu de joye que nous devons faire dimanche prochain”.
Il faut attendre 1872 pour voir apparaître dans un document public (une délibération municipale) le mot de “torèle”. La tradition veut que les troncs de pin qui servent à son élaboration soient des troncs de pins morts provenant des pinhadars communaux.

Pour plus d’informations, voir dans les “Cahiers du Sud Landais” n° 6 “La Torèle de Noël” par Marie-Claire Duviella.

Voir en ligne : Capbreton - Histoire et Patrimoine (Facebook)

Grans de sau

  • "torèle" mot gascon ? ça ne me sonnait guère gascon, mais Lespy donne bien « TOURÈLE, Torrèle : tourelle ».
    Multidiccionari francés-occitan

    Pour moi, c’est l’emprunt pur et simple du mot français !
    Le gascon n’a pas exactement le suffixe èle ou elle : le correspondant gascon du suffixe français elle (féminin de eau) serait ère (èra en graphie alibertine), comme avec navèth, navèra pour nouveau, nouvelle.
    Donc, si on calquait tourelle en gascon selon ce modèle, on aurait tourère/torèra !
    Mais il semble qu’on ait plutôt dit touréte/toreta, donc en utilisant un autre suffixe diminutif.
    Quant à "torèle" et non "tourèle", je ne m’explique pas bien cette forme graphique, parce que le second serait plus normal en gascon.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • [Se connecter]
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs