- Vincent P.

Eauzan / Eusan Gabardan Gascogne médiane

Cazaubon

Moutiques


Le lieu-dit est seulement "Moutiques" sur les cartes anciennes, ce n’est que récemment que l’appellation un poil laudative de "château" a fait surface.

Une énigme toponymique, ou plutôt, une indécision :

 Soit il s’agit d’un dérivé du prénom Guilhem avec aphérèse avec le suffixe double -ot - ic : (Guilhe)motic. Le seul hic, c’est que l’on trouve dans les attestations anciennes des Berdotic et des Peyrotic mais pas de dérivé de la sorte sur Guilhem.

Autre problème : la forme semble bel et bien Moutiques, au féminin pluriel, pas Moutic, qui est un lieu-dit fréquent en Gascogne.

 Soit il s’agit d’un diminutif de mòta, mota "motte", quelque chose comme "les petites mottes". On retrouve un lieu-dit Moutique à Montoussin (31), qui doit s’expliquer de la même façon.

Reste à avoir la confirmation que le terme gascon de "motte" a été suffixé ainsi, or l’on ne trouve pas dans les dictionnaire de référence une telle forme.


 

Grans de sau

  • ou peut-être "boutiques" avec glissement en "m" du "b" initial ce qui arrive régulièrement...

  • Belèu "mochica" (moutchique ou moutyique) ?

    Mais je ne sais pas plus ce que cela voudrait dire ! Quand à "Boutiques", bon... ça m’étonnerait...

  • Motic (Moutic) est un nom de lieu et de personne déjà répertorié sur Gasconha.com avec l’hypothèse d’un rapprochement avec Mochic (Moutchic) qui serait un terrain mou (dérivé de moth). Voir la discussion sur ce lòc.

    Motic
    Voir les lieux Moutic et Moutchic.

  • L’hypothèse (Guilhe)motic avancée plus haut par Vincent, si elle n’a pas de confirmation décisive, tient la route pour les raisons suivantes :

     Il y a un lieu Guillemouton à Saint Justin, donc pas loin, qui parait formé de la même façon, sauf que c’est avec le suffixe -on et non -ic : (Guilhe)m-ot-on ; ces deux suffixes ont d’ailleurs à peu près le même sens de diminutif plutôt caressant.
    L’IGN donne aussi Guillemoton à Tarnos, et Guilhemouton à Lavit en Lomagne, donc beaucoup plus loin.
    Les Mouton qu’on trouve en toponymie gasconne peuvent très bien venir d’un Guilhemouton (et non de l’animal auquel on pense) ; alors pourquoi pas un "Moutic" venant de Guilhemoutic ?

     Le suffixe -ic est connu aussi dans le coin : par exemple, Poutic, 40240 Créon-d’Armagnac - je vois que c’est plutôt "Le Poutic" mais bon - qui offre, en passant, chambres et tables d’hôtes grâce à un Tederic ami de la Gascogne (pas moi, un autre !)

     Dans les attestations anciennes de Moutiques, il n’y a pas toujours un s : "Moutique" chez Cassini... Le cadastre napoléonien met cependant le s ; mais il indique "à Moutiques" donc "Moutiques" sans article, contrairement au lieu voisin pour lequel il met "au Gavarra".
    Moins il y a d’article dans les attestations, plus il y a de chance que le nom de lieu vienne d’un nom propre, et non d’un nom commun.

     Assez loin mais en Gascogne quand même, à Hastingues, il y a un lieu Periques pour lequel on pourrait formuler l’hypothèse correspondante Peric (dérivé de Pèr/Pierre), sachant qu’il y a par exemple un lieu Pericq à Serre-Gaston.
    Périques


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document