- Tederic Merger

Bordeaux / Bordèu

Bègles

L’Estey de Franc

en graphie alibertine :

L'Estèir

estèir / estey

Prononcer "estèÿ".
Affluent de la Garonne, de la Gironde, et du bassin d’Arcachon (?), qui généralement grossit à marée haute.
Même racine latine que les mots français "étier" ou "étiage".


L’Eau bourde - l’Aiga borda / l’Aygue bourde
L’Estey de Franc, bras de l’Eau Bourde, rejoignait bien Garonne à hauteur du Château de Franc (1), dont il tient son nom, jusqu’à ce que ce dernier soit martyrisé par la construction de la rocade et d’un échangeur, qui l’ont privé de son accès au fleuve.
L’estey de Franc a donc été détourné vers l’estey du Coucut, là où "Port Garonne" a été créé récemment.
Lou Coucut

IGN et Cadastre napoléonien : Franc
Cassini : Frans (aussi bien pour le château que pour la localité du Libournais)

A partir du Pont de la Maye et de la division de l’Eau bourde qui lui donne naissance, l’estey de Franc traverse une zone maintenant aménagée pour la promenade. Son lit est sableux, rappelant que l’Eau Bourde vient des Landes de Bordeaux (Cestas).
Et l’Estey de Franc trouve maintenant une fonction d’agrément, surtout dans le parc de Mussonville :

L’estey de Franc après le Pont de la Grave, quand il se confond avec l’estey du Coucut :

Ce panneau explicatif, au port du Coucut, donne un bon résumé, sauf qu’en gascon, estey ne veut pas dire exactement ruisseau (qui se dit arriu) ; mais la suite du texte l’explique :

(1) Le passage suivant de la fiche Wikipédia du Château de Francs nous donne justement une idée de l’importance qu’avait jadis cet accès au fleuve :
« Le 9 avril 1565, ce château de Francs reçut la visite royale de Charles IX et de sa cour : après avoir séjourné et dîné au château, le roi embarqua sur la Garonne, en compagnie de sa mère, Catherine de Médicis, de Jeanne d’Albret, de son fils, le jeune roi de Navarre (futur Henri IV) ainsi que de nombreux grands seigneurs pour une entrée solennelle à Bordeaux, tous invités par le maire et les jurats. »

Wikipédia nous apprend aussi que "Francs" est devenu le nom de ce château quand il est devenu propriété de « la noble famille de Francs, originaire de Puynormand, du Libournais ».
La commune de Francs existe toujours en Libournais, pour nous une commune limitrophe du domaine de la langue gasconne, avant le domaine limousin.


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document