Rive droite gasconne Gascogne médiane Tonneinquais

Nicole

- Tederic Merger


 

Pech de Bère / Pèi de Bèra / Peÿ de Bèro


La photo ne montre pas le beau panorama qu’on a sur les vallées du Lot et de la Garonne depuis le Pech de Bère, mais un détail du petit plateau qui est au sommet, et s’appelle Lasbousigues (Las Bosigas).

Dans des documents anciens, on a trouvé "Bère", qui semble plus fondé que l’orthographe "Berre".
Il est possible que ce soit l’adjectif "bèra" (belle).

Quant à "Pech", comment l’écrire en graphie alibertine ? "pech" se lirait "petch". Il semble que, comme dans "puch" (qui est d’ailleurs le même mot), le "ch" transcrit la voyelle "i" transformée en consonne.
Même problème que pour "Buch" (Pays de Buch).


 

Grans de sau

  • A mon humble avis, je pense que "bère" signifierait davantage "vue" et dans ce cas, il y aurait eu déformation de "beze" en "Berre" orthographié actuellement.
    Littéralement : vue du sommet

  • Berre ou Bère ne vient pas du gascon mais d’une vieille racine bar/ber qui signifie "hauteur, sommet".
    Le Pech de Berre est le "sommet du sommet" une forme tautologique que l’on retrouve souvent en toponymie (le "col du port", le "lac de gaube", etc.

    Réponse de Gasconha.com :
    C’est possible, comme il se peut que la racine bar/ber ait été transformée en "Bère", quand la population locale n’a plus compris le mot initial, par l’attraction de l’adjectif gascon "bère" qui s’applique facilement à cette colline d’où on a une "bèro bisto" (bèra vista).
    Il serait intéressant de savoir si la prononciation locale, en gascon, était "Bèro".

  • Avec suffixe aquitain -os/-osse, on trouve pas mal de dérivés de Bar(r)/Ber(r)- : Berros, Barros, Beros, Baros,... la plupart situés justement en hauteur, ce que l’on peut vérifier sur geoportail.com.
    A mettre en relation avec la racine Bur(r)-, très prolixe en Gascogne également ?

  • Il faut donc admettre qu’une explication double puisse exister : l’origine réelle du toponyme et celle que les gens lui ont donnée ensuite.

  • Non loin de ce "Cap dou mounde"* bucolique (mais au goût d’abandon), on peut tomber sur ceci :

    JPEG - 331.3 ko
    "Méga-bourrier" ou décharge de déchets ménagers...
    ... comme notre société de consommation sait en produire...
    C’est à Nicole près du Pech de Bère, dans un lieu d’exception qui domine les vallées de Garonne et du Lot.
    C’est par là aussi que les protestants célébraient leur religion pendant la persécution ("le Désert").



    *"Cap dou mounde" est écrit dans le sol d’une petite halle récente non loin de la croix du Pech de Berre, là où viennent de nombreux promeneurs du dimanche.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document