Médoc Landes de Gascogne Mar e còsta gascona / Ma é coste gascoune

Hourtin

- Tederic Merger


 

Le Gaoule / Lo Gaule ? / Lou Gàwle ?

en graphie alibertine :

(lo) Gaule

gaule, gaure / jable, canal ou flaque d'eau stagnante

« Rainure creusée aux extrémités des douves d’un tonneau pour y encastrer les fonds »
https://www.cnrtl.fr/definition/jable
https://fr.wiktionary.org/wiki/jable

Une occurrence dans un texte du Bazadais :
LA GRANDE BUGADE

Lou gran bugadèy én boy dé bioule, coudrat coum lés barriques, dap un tràouc àou déssus dou gàoule é boussat dap une caillioue, ère plégnat d’àygue é dichat toute une nèyt pér bien l’éncoumboua.

Le grand cuvier de bois de peuplier, cerclé comme les barriques, avec un trou au-dessus du cercle du bas bouché par une cheville, était rempli d’eau et laissé toute la nuit pour bien le faire gonfler.

« gàure (G.) sm. – Saillie des douves de la barrique ; jable. Cf. gargalét. [Palay] »
Multidiccionari francés-occitan

Mais aussi un sens nettement différent (mais il n’est pas donné en gascon) :
« GAURE : Canal où l’eau est devenue stagnante, en Querci R. gaule ou vabre. » [Tresor dóu Felibrige]
« GAULE, GAURE (querc.), s. m. Mare, flague d’eau, bourbier, en Dauphiné » [Tresor dóu Felibrige]

Ce dernier sens se rapproche de gaula (presque le même mot, mais féminin).gaula = bras (mort, secondaire ?) de rivière

JPEG - 1.1 Mo

Cliquer sur l’imagette ci-dessus pour agrandir la photo, et voir la discussion ci-dessous.

L’emplacement est tracé par Jean-François Soors, qui a porté ce "gawle" à notre connaissance, dans le cercle ci-dessous :

« Ci-joint la position exacte du gaulo sur la carte IGN actuelle. La carte est trompeuse car cette "lagune" n’est reliée au lac que par un petit chenal très visible en période de sécheresse [voir la première photo]. En période de hautes eaux, on ne fait pas la différence entre le lac et le gaulo.
Je pense que cet endroit est l’ancien lit du ruisseau (profondeur maxi d’environ 1.50m) qui s’est ennoyé à cause des bancs de sable qui barrent son embouchure sur le lac.
C’est un endroit très particulier, difficile d’accès l’hiver à cause de l’eau, le royaume des hérons. »


 

Grans de sau

  • Bonjour

    Entre le lac d’Hourtin et la berle de Lupian qui se jette dans le lac, il y a une zone inondée que les anciens nomment "gaulou" ou "gaulo"
    En français, je ne sais pas comment nommer cette zone intermédiaire entre le lac et le ruisseau.
    Comment traduiriez vous le mot "gaulo" ?

    Merci pour votre aide.

    • Jolie photo, qui mérite d’être agrandie en cliquant sur l’imagette ci-dessous !

      JPEG - 551.9 ko

      Je comprends que les anciens prononcent entre "gàwlou" ou "gàwlo" avec l’accent tonique sur gàw.

      J’y vois exactement le mot gaula que, jusqu’à présent, nous avons sur Gasconha.com avec le sens de "bras mort" de rivière ou de fleuve, et plutôt en Gascogne garonnaise entre Aiguillon et Caudrot.
      Je ne l’ai guère trouvé en Médoc.

  • Merci pour cette réponse ultra rapide.

    Je n’avais pas du tout pensé à cette signification. La photo jointe montre que le gaulo est effectivement un bras mort lors des assecs d’été car il ne communique quasiment plus avec le lac.
    Il n’en est pas de même en hiver.

    Bonne journée

    • Dans votre gran de sau suivant, vous signalez "le Gaouléou", nom sur lequel j’ai "séché" dans mon traitement des lòcs de Hourtin.
      Oui, il est probable qu’il y ait dans "gaouléou" la même racine que dans le "gaulo" ou "gaulou" que vous avez entendu, à moins que ce soit carrément le même mot, altéré je ne sais pas comment.
      Mais justement, je reviens sur ce dernier : j’aimerais avoir exactement la prononciation que vous avez entendue ; l’accent tonique est déterminant : est-ce que c’est quelque chose comme "gawle" ou est-ce que l’accent est sur la deuxième syllabe ? Est-ce un masculin ou un féminin (vous écrivez "le gaulo") ?
      Vous pouvez m’appeler au 06 77 85 38 29 pour me le dire, parce que rien ne vaut l’oral pour ces questions...

  • Cela me fait penser à un autre lieu qui doit avoir la même origine : l’anse du Gaouleou à Piqueyrot. C’est aussi une espèce de lagune peut être indépendante du lac. Sur les photos aériennes, on dirait qu’elle a été creusée par l’homme car ses contours sont très rectilignes, et son apparition sur les anciennes cartes est soudaine. Elle n’existe pas sur le cadastre napoléonien en 1840, mais on la voit sur les cartes à partir de 1880 (anse des Bahines)

  • Rebondissement : je découvre à la fois le mot gaule (ou gaure) en gascon et le mot jable qui en est la traduction en français.
    Comme terme de tonnellerie, je vois mal le rapport avec le toponyme ci-dessus, mais le mot peut avoir (mais les dictionnaires donnent ce sens plutôt hors Gascogne, par exemple en Quercy) un sens de canal à l’eau stagnante proche du mot gaula (bras mort). gaule, gaure = jable, canal ou flaque d'eau stagnantegaula = bras (mort, secondaire ?) de rivière


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document