- Gaby

Créonnais Entre-deux-Mers

Arveyres

Moulin du Réau

Cela ne peut pas être un patronyme Réau, puisqu’au XVIIIe s. cela s’appelait le Rau. Il devrait donc s’agir de rau "roseau". Certes, cela se prononce "raw", mais cela tend vers "ròw", et puis la cristallisation des toponymes à l’écrit a figé une déformation. Et de Reau à Réau, il n’y a qu’un pas.

En Bordelais et dans les Landes, dans les palus ou dans la lande humide, on trouve çà et là des toponymes issus de (ar)rau(c) avec plus ou moins de certitude, et plus ou moins déformés : Moulin du Réau (donc), Robacan (qui viendrait de rau vacant, paraît-il...), le Pont de la Rose, Laroza, Larroza, la Raouza, la Raouqueyre, la Raouze, la Raouse, Araou, les Arraoucs...


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document