Lòcs (toponymie, paysage...) de Arbanats

Graves & Cernès

Arbanats

Le Bérot

en graphie alibertine :

(lo) Beròt
Prononcer "(lou) Béròt" en faisant entendre le t final. J. Tosti : "Le nom (...)

bèth, bèra / beau

belle : bèra (prononcer entre "bère" et "bèro")
dérivés :
beròi ("beau" ; prononcer "béroÿ" - parfois abrégé en "broÿ")
beròia ("belle" ; prononcer entre "béroye" et "beroyo")
beror (prononcer "bérou") : beauté
beutat (prononcer "béoutat") est un francisme assez ancien.

JPEG - 191.3 ko
Arbanats - fin du chemin du Bérot au Puy de Choyne

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Néovasconne à Bel Air

Même de derrière, elle a belle prestance, bel air.
Ce nom Bel Air, déjà présent chez Cassini, signifiait-il dès l’origine une apparence distinguée, ou une situation aérée qui est aussi le cas ici ?
Bel Air

Les bastisses de Bel Air n’étaient pas exactement ici sur les vieilles cartes, mais cette maison peut assurer la succession. Peut-être a-t-elle été construite sur la même propriété.
Entourée de vignes, sur la route de la Madelon, anciennement route de Saint Michel (de Rieufret) à Carros, à la limite de la commune de Portets, elle est proche également de Tourteau (Château Tourteau-Cholet) et de la Madelon.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Place du Haure
Plaça dau Haure / Place daou Haoure

en graphie alibertine :

(lo) Haure
Prononcer "(lou) Hàwre". Forgeron. Correspond au languedocien Faure. (...)

haur / forgeron

Attention, le "r" final ne se prononce pas en général en graphie occitane normalisée.
Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.

hauressa (prononcer "hoouresso") : hauresse, femme de forgeron [Fauché, dialecte gascon de Tonneins] ?
En toponymie, on peut envisager des confusions entre hauresse, fauresse et (a)horest (forêt...). ahorest = forêt

Peut-être un plaçòt à mettre en valeur !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Le Basque
Lo Basco / Lou Bàscou

en graphie alibertine :

Lo Basque
Prononcer "Lou Bàsqué" (accent tonique sur Bàs).

(lo) Basco
Prononcer "(lou) Bàscou", avec l’accent tonique sur "bas".


Domaine viticole. Ferme principale du Château de Virelade.
Tout es barrat !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Puy de Choyne


La maison me semble assez représentative de l’habitat ancien dans ce coin des Graves ; celle-ci n’est d’ailleurs peut-être pas très ancienne : elle ne figure pas sur le cadastre napoléonien.

Le nom donné par l’IGN, Puy de Choyne, est énigmatique. A cet endroit, le cadastre napoléonien donne Peychin, et Cassini donne Pechin.
On pourrait à la rigueur déceler une parenté entre Puy de Choyne et Peychin.

Choyne, Chouyné, Chouyney... existent en toponymie gasconne ou d’oc.
Le Chouyney

L’explication de Palay « choyne sf. – Choine, pain-choine. Petit pain ; pain blanc et délicat que l’on mange habituellement frais. » ne semble pas recevable ici.

JPEG - 191.3 ko
Arbanats - fin du chemin du Bérot au Puy de Choyne
prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Néo-régionale rue de Larrieste

en graphie alibertine :

Larriesta + (la) Hrièsta
Prononcer "(la) Rièsto, Rièste"...

hriesta, frinèsta / fenêtre

Prononcer entre "frinèste" et "frinèsto".
Aussau a hrièsta ou ahrièsta, qui sont des formes bien présentes en toponymie dans une large part de la Gascogne.
Elles sont au stade ultime d’évolution gasconne de "frinèsta", avec remplacement du "f" par le "h" et arrivée du "a" d’appui.
On retrouve cette forme dans arristoun :
« L’arristoun (ou ristoun) est un terme gascon (ahriston ou hriston) désignant une petite ouverture permettant jadis de nourrir les deux bœufs de la maison depuis la grande cuisine (séjour). » [https://fr.wikipedia.org/wiki/Arristoun]

Voir aussi le nom Larrieste, et aussi une discussion sur les toponymes "Arieste" etc. insérée dans le loc "Un des deux ponts jumeaux de Sanche".

Dans la toponymie, ce mot serait utilisé pour "désigner un endroit ouvert, en pays de montagne" ; "il a été donné à des cols ayant vue sur les deux versants." [Morlet, Dictionnaire étymologique des Noms de famille, p. 404. - citation trouvée dans un message du yahoogroupe Aragon_Historia_Genealogia_Culturas]

MP3 - 80.5 ko
çò que balhan aus praubes per la pòrta...
torna entrar per la frinesta.

crosea (prononcer "crouséo") existe en Albret armagnacais, et est une gasconnisation du français "croisée".
"L’Antologia de Labrit" de Dardy donne aussi bien "frièsta" que "frinesta".

Dans le quartier de la Rieste.
Quand c’était encore dégagé :

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

La Hontière
La Hontièra, La Hontèira ? / La Hountière, La Hounteÿre ?

en graphie alibertine :

La Hontèira
Prononcer "La Hounteÿre"...

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot.

MP3 - 63.8 ko
Cau pas diser de nada hont "n’aurei pas besonh de çò de ton" !
Il ne faut dire de nulle fontaine "je n’aurai pas besoin de ce qui est tien" !


Ou fontaine-lavoir.
Pour éviter un pléonasme, pas de "Fontaine de la Hontière" !
La terminaison -ière est inattendue en Gascogne bordelaise : on attendrait -eyre ; à moins que quelque chose nous échappe...

A propos des sources et fontaines :
Il semble qu’on y fasse maintenant attention, comme à un élément du petit patrimoine. On pourrait peut-être faire encore mieux, par exemple en confiant aux écoliers des missions de veille (qualité de l’eau, débit...) en même temps que le bénévolat (ou pas) continuerait à soigner l’esthétique de ces lieux...
A nous bien sûr de souligner leurs noms gascons !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Graves & Cernès

Arbanats

avenue, clos des Araires


 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Cadroy

en graphie alibertine :

Cadròi
Véder l’explicacion Capdèth > Capderòi > Cadròi a prepaus deu de Preignac (au (...)


 

 
Graves & Cernès

Arbanats

Le Mathet

en graphie alibertine :

(lo) Matet
Prononcer "(lou) Matétt".

mata / matte

En Médoc, sorte de polder protégé de la Gironde par une digue.
En moyenne vallée de Garonne, semble être le terrain artificiel qui protège de l’inondation les "bordes" de l’"arribère".

dérivé :
matar (écrit en français "mata" ou "matha", apparait dans la toponymie)

Un autre sens :
« matàs sm. – Hallier épais, gros buisson »
« matarâ sm. – Hallier. Augm. mataràs. N. de l. et de p. Matharan »
[Palay]
matada : taillis [Gaby]