Lòcs (toponymie, paysage...) de Balizac

Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Mouliey

en graphie alibertine :

Lo Molièir
Prononcer "Lou Moulieÿ". Le meunier.

molin / moulin

prononcer plutôt "mouli".
dérivés :
molièir (prononcer "moulièï) ou molièr (meunier)
molia (prononcer "moulïe", "moulïo"...) : forme féminine de molin  ?
moliar, molinar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...))


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Maouroun

en graphie alibertine :

Mauron
Prononcer "Màwroun".

Maurin prenom mascle

Courant en Gascogne, mais aussi ailleurs en Occitanie et Catalogne.
Prononcer entre "Maouri" et "Maouring".
Selon J.Tosti, sur son site des noms :
"Plus qu’aux Maures, il faut ici penser à un nom de baptême. Issu du latin Maurinus, dérivé de Maurus. Saint Maurin fut un martyr du VIe siècle."


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Goua du Pigail

en graphie alibertine :

(lo) Guà
Prononcer "(lou) Gwa".

guà, guat, gat, vuà ?, vuat ? / gué

La forme guat a aussi existé, il en existe des traces dans la toponymie (ex : Le Moulin du Gouat à Habas (40) sur l’Arrigan).
[Vincent.P]

La rivière du Gat mort porte aussi le "t" final, mais a perdu le "u".
[Tederic]

"« goua », comme « gué » vient de ‘vadum’ ;
phonétiquement, à la française :
wadum > wadu > wad > gwad > gwat > gwa ; en français, … gwat > gat > gué
comme pratum […] prat > pré.
Mais le français a aussi le toponyme « Gois » dans le « passage du Gois » entre le continent et l’ile de Noirmoutier.
Le -d final se maintient en dérivation ; on a le patronyme Gouazé, où le -d- intervocalique passe à -z-
comme dans videre > védë > vésë etc. [...]
Mais en finale absolue, le -d devient muet, comme dans pedem > pè. Mais pas partout, car de même qu’en Aspe on dit « lou pèt » pour "le pied", Palay atteste des formes « ga, goà, goàt, goàu et goè ». Je ne saurais les localiser et l’ALG n’a pas de carte "gué’."
[Dr Y. Lafitte]

"pourrait provenir du francique wad qui a une signification moins spécialisée que vadum, car il peut désigner des cours d’eau, des mares.
Le mot wad est conservé en néerlandais.
Le francique wat e le latin vadum se ressemblent, et ont évidemment une étymologie indo-européenne commune."
[Gérard Loison]

dérivé :
guadet (prononcer "gwadétt")


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Cardayre

en graphie alibertine :

(lo) Cardaire
Prononcer "(lou) Cardaÿre".

cardaire / cardeur de matelas

Prononcer "cardaïre".

Explication trouvée sur les Nouvelles de la Vallée du Ciron :
"Métier de naguère : lo cardayre"
Parallèlement au développement de l’élevage, le matelas de laine s’était substitué à la paillasse, dans la plupart des familles, au cours du XIX° siècle.
Au bout de quelques années d’usage, la laine lavée et cardée se tassait et s’agglomérait dans les zones de la couche les moins utilisées.
Le matelas devenait alors inconfortable, bosselé et dur. De plus, il perdait de son pouvoir isolant.
On avait beau le tourner régulièrement, il ne retrouvait pas ses qualités.

On se résolvait alors à faire venir le matelassier cardeur de laine qui refaisait le matelas à domicile.
Cet artisan itinérant faisait un travail des plus pénibles et dangereux.
En effet, le matelas décousu, il passait plus d’une journée par matelas à peigner la laine, dans une poussière étouffante, poussant avec énergie la balance de la cardeuse pourvue de crocs acérés qui n’excusaient aucune maladresse.

Le mobilier et ses matériaux ayant rapidement évolué au cours du demi-siècle écoulé, "los cardayres" ont pratiquement disparu et avec eux, un des derniers artisans itinérants du textile."


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Cap de la Gourgue

en graphie alibertine :

Lagorga + La Gorga

gorga / trou d'eau

Prononcer entre "gourgue" et "gourgo".
gorg (prononcer "gourc") : gouffre, trou plein d’eau, en particulier sous une cascade.
En général, un "gorg" a de l’eau claire et une "gorga" un fond vaseux tel que mare ou bourbier profond.
En Bazadais, bassin d’un moulin ou réservoir d’eau pour l’alimentation d’une usine.
[A. Champ]

Palay, Lespy et le TdF donnent toute une série de dérivés, notamment avec le préfixe en :

engourgà-s, s’embourber, se mouiller les pieds
engourgadé sm. – Lieu où l’on s’embourbe.

Lo Cap
Prononcer "Lou Cap".

cap / tête, bout

Aussi bout ou extrémité de quelque chose.
Ex : cap deu bòs = bout (fin ou commencement) du bois.
dérivé : acabar (terminer)


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Bouchoun de la Bits

en graphie alibertine :

(lo) Boishon
Prononcer "(lou) Bouchou(ng)".

boishon / buisson

Prononcer "bouchou" ou "bouchoung".
Peut apparaître dans les noms de lieux sous la forme "bouchon". Aucun rapport avec le bouchon d’une bouteille !


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Buc

en graphie alibertine :

(lo) Buc

buc / ruche, cavité...

Palay donne "buc" en "N.-E. du G. et Save". Cela recoupe assez bien la diffusion des "Dubuc" gascons.
Viendrait d’un mot franc buk (ventre, cavité, tronc...).
Voir ce qu’en dit le site Etymologie occitane.


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Gouil

en graphie alibertine :

(lo) Golh
Prononcer "(lou) Gouilh".

golh / gouffre

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« goulh sm. – Gouffre (Gr.L.). »


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Courreau

en graphie alibertine :

(lo) Corrau
Prononcer "(lou) Courràw". "corrau" (avec deux r) semble apparenté au (...)

corrau / basse-cour, parc ou parcours à bestiaux, bercail

Prononcer "courràw" sans oublier de rouler le double r pour distinguer de corau.
"espace de parcours" (ce qui englobe les sentiers et les espaces ouverts devant les maisons) [Gaby]
Voir le mot espagnol corral.


 

 
Graves & Cernès Landes de Gascogne

Balizac

Le Bouchoc

en graphie alibertine :

(lo) Boishòc
Prononcer "(lou) Bouchoc".

boishòc / touffe

Prononcer "bouchoc".