Lòcs (toponymie, paysage...) de Bassercles

Chalosse-Tursan

Bassercles

Chicoy

en graphie alibertine :

Chicòi
Prononcer "Tchicoÿ", "Tyicoÿ"...

chicòi / petit

Cela ne va pas du tout cette grande pelère des enduits qui sévit en Tursan et Chalosse ...

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Costedoat
Còstadoat / Costedouat

en graphie alibertine :

Còstadoat
Prononcer "Costedouat". L’explication "còsta" + nom de personne "Doat" reste (...)

còsta / côte

dérivés ou variantes :
costalat : côteau

On aurait pu penser que le mot còs, qui explique le nom de famille Ducos, et des noms de lieu comme Cos d’Estournel, soit un còst dont on ne prononce pas le "t" final. còs = tertre, côteau, monticule
Mais il viendrait plutôt d’une racine prélatine "kos" (colline) qui aurait survécu en gascon.

"còsta" pourrait être le mot pour traduire le français "colline", même si "tuc", "turon", et d’autres, peuvent dire des types particuliers de colline ou de relief.

Doat prenom mascle

Donné.
Prononcer "Douat".
Du verbe gascon "donar" (prononcer "dounà"), qui a pu prendre la forme "doar", le gascon ayant une forte tendance à supprimer un "n" entre des voyelles.


Maison de facture récente, qui plus est avec nom gascon inscrit en façade, seul exemple de la sorte à Bassercles, où l’on fait n’importe quoi.
Dans l’idéal, une maison vasconne moins labourdine serait une bonne idée, mais enfin, contentons-nous de ce qu’il y a !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Baylet

en graphie alibertine :

(lo) Vailet
Prononcer "(lou) Baÿlét".

vailet / valet

Prononcer "baÿlét".


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Ces


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Chicoy

en graphie alibertine :

Chicòi
Prononcer "Tchicoÿ", "Tyicoÿ"...

chicòi / petit


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Haou

en graphie alibertine :

(lo) Haur
Prononcer "(lou) Hàw".

haur / forgeron

Attention, le "r" final ne se prononce pas en général en graphie occitane normalisée.
Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.

hauressa (prononcer "hoouresso") : hauresse, femme de forgeron [Fauché, dialecte gascon de Tonneins] ?
En toponymie, on peut envisager des confusions entre hauresse, fauresse et (a)horest (forêt...). ahorest = forêt

(lo) Hau(r) ?
Prononcer "(lou) Hàw".

haur / forgeron

Attention, le "r" final ne se prononce pas en général en graphie occitane normalisée.
Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.

hauressa (prononcer "hoouresso") : hauresse, femme de forgeron [Fauché, dialecte gascon de Tonneins] ?
En toponymie, on peut envisager des confusions entre hauresse, fauresse et (a)horest (forêt...). ahorest = forêt

hau, hai, hac / hêtre, forêt destinée à l'affouage

Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.
Autres formes gasconnes :
hai (prononcer "haÿ")
hac (moins répandu ; écrit éventuellement "hag", notamment en graphie fébusienne ; plus proche de la racine latine fagusprononcer "hac" ; )
havoth, havora (prononcer "habouth, haboure" - le premier est masculin, l’autre féminin)
"haboure sf. Hêtre (fagus sylvatica). V. habout. Syn. hag, hau, hay." [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

havoret (prononcer "habourét")
diminutif (mais surtout collectif : bois de hêtres) : haget et aussi haveda (prononcer "hawéde", "hawédo"...) : Bois planté de hêtre
"Se trouve dans les Pyrénées (forêt d’Iraty...), quelques localités reliques en Chalosse, Lot et Garonne…
Arbre pouvant atteindre 40 à 50 m, et vivre jusqu’à 500 ans.
Fruit : la faine, appréciée par les porcs ; on en tirait également de l’huile alimentaire.
Distillé à sec, le bois fournit la créosote.
Bois d’œuvre recherché (menuiserie, chaises…)"
[Gilles Granereau]

Le hau/hai a été important dans la Gascogne d’hier, si on en juge par le nombre des noms de lieu (et donc de personne) qui contiennent ce mot.


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Labarrere

en graphie alibertine :

Labarrèra + (la) Barrèra
Prononcer "Labarrère", "Labarrèro"...

barrèra, barrèira / barrière

Prononcer respectivement "barrère", "barrèÿre"...
barrèra est la forme gasconne majoritaire.


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Larrouy

en graphie alibertine :

Larroi + L'Arroi
Prononcer "Larrouÿ". L’explication "Lerouge" parait simple et bonne. Mais Le (...)

arrolha, arrulha, arrelha / rouille, ruisseau

Le mot "rouille" est une mauvaise francisation, semble-t-il. Peut-être que la couleur rouille de certains ruisseaux landais a facilité l’erreur ?
Le "a" de début de "arrolha" a aussi été confondu avec le "a" de "la" rouille...
"arrolha" viendrait du bas-latin "arrogium" (Nicolaï) ou du latin "arrugia" (Fenié).
On peut penser que le mot castillan arroyo est de la même origine.
Et probablement aussi le basque arroila.

Il semble que le masculin "arrolh" (prononcer "arrouil") existe aussi, avec le même sens de rigole, ruisseau, fossé.

LA PALABRA DEL DÍA (www.elcastellano.org) donne la préférence à une origine prélatine :
"arroyo
Es uno de los pocos vocablos hispánicos prerromanos, que sobrevivieron a la latinización de la Península Ibérica.
En su origen, se refería a un ’canal artificial para el paso del agua’ y más tarde las ’largas galerías de las minas’, generalmente túneles muy estrechos por los que apenas podían pasar los mineros y con esa denotación fue acogido por los romanos y empleado por Plinio.

La palabra castellana se extendió al portugués arroio y se mantuvo en el vasco arroil (foso, desfiladero entre montes).
En varios dialectos italianos aparecen formas como ruga, roggia, con el sentido de ’acequia’ o ’canal’.

Sin embargo, Covarrubias supone en su diccionario (1611) que la palabra está formada por el artículo árabe al antepuesto a la voz latina rivus, o a su diminutivo rivulus o, tal vez, el griego ryo (yo fluyo). Esta hipótesis se descarta actualmente."

Le bas-latin a pu adopter et diffuser ce mot pré-latin, hispanique. Pour le mot espagnol arroyo, l’explication donnée plus haut suggère son entrée directe dans le lexique, à partir du mot pré-latin.
Pour ce qui concerne l’espace aquitain, nous n’avons aucun élément pour affirmer que cette racine existait avant la latinisation, et donc le gascon l’aurait reçu par ricochet.

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« arroulhe sf. Rigole ; ornière ; fossé ; canal ; l’outil appelé arroulh. Syn. arrélhe. »
Remarque : la forme arrélhe a un homonyme, soc (pièce de charrue) qui, justement, sert à creuser un sillon !

Lespy :
« ARROULHE, Arrolhe, Arrulhe rigole, ornière profonde, fossé, canal »
Les exemples donnés par Lespy utilisent beaucoup la forme arrulhe.
Lespy signale aussi une extension du sens à un terrain limité par des arrulhes, par exemple "un verger conquis sur le marais".

PNG - 864.9 ko
arrolha, arrulha, arrelha à partir de arrugula

arroi, arroja / rouge

Prononcer "arrouÿ".
La forme "roi" (prononcer "rouÿ") existe aussi.
Féminin : arroja ("arrouÿe", "arrouÿo"...)


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Larrouze

en graphie alibertine :

Larrosèr + L'Arrosèr
Prononcer "Larrouzè".

arròsa / rose, églantier ?

Prononcer entre "arrose" et "arroso".
Variante sans le "ar" prosthétique : ròsa
dérivés :
rosèir (nord-gascon, prononcer "rouzèÿ"), arrosèr (prononcer "arrouzè") : rosier, églantier, lieu où poussent des églantiers ?


 

 
Chalosse-Tursan

Bassercles

Picard

en graphie alibertine :

Picard
Picard est très présent en toponyme gasconne, guyennaise, languedocienne... (...)