Lòcs (toponymie, paysage...) de Agen

Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

place Poids de la Ville
plaça Pes de la Vila / plaça Pés dé la Bilo

JPEG - 135.5 ko
prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Boulevard de la République
Baloard de la Republica / Balouart de la Républico

Le boulevard de la République a une partie principale hausmannienne, qui a troué le vieil Agen.

"Muy mucho", une touche espagnole qui change agréablement par rapport à l’english-american touch !
S’agit-il d’une de ces "enseignes locomotives", ou "premium" que les élus agenais voudraient implanter dans le centre-ville d’Agen ?

Le boulevard a aussi une partie non hausmannienne.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

rue Molinier
carrèra dels Molinèrs ? / carrèro dels Moulinès ?

Attention cette photo qui montre une rue vide a été prise tôt le matin, avant l’ouverture des commerces.

Si cette rue tient son nom du passage des meuniers autrefois*, pourquoi pas rue des Moliniers en français régional et carrèra dels Molinèrs en guyennais agenais ?

*plaque explicative de la place du Poids de la ville :
« La rue Molinier est dénommée ainsi dès le XIVe siècle car c’est par là que les meuniers faisaient entrer la farine dans la ville. »

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Place Jasmin
Plaça Jansemin

en graphie alibertine :

Lo Jansemin
Prononcer "Lou Jansémïn(g)".

Je n’avais jamais fait attention ; cette fois j’ai remarqué que la place Jasmin, d’un côté, est faite de deux quarts de cercle. Sur cette photo, on voit un quart.
Il y avait donc un dessin architectural.
Une des toitures casse l’effet, et les façades ont été négligées.
C’est un peu ce que j’ai dit à une dame qui avait esquissé un sourire en me voyant photographier.
 Oui, il faudrait faire apparaitre les pierres, a-t-elle répondu.
 Oui, les pierres et les briques, ai-je répondu en montrant un bâtiment refait en face.

C’était un samedi matin vers 9h, Agen s’animait tranquillement ; des terrasses de café s’ouvraient pour le café du matin ; la dame allait peut-être au marché du Gravier.
Une impression d’amabilité, de convivialité...

E Jansemin, dén tout acò ?

Jou qu’èy bis reluzi tout aqués murs tan bièls
Aquelos boltos tan poulidos ;
Cent colònos en fèt flamban ;
Un carrat à cinq rens de fennos enluzidos
Apèy, entre de flous, apilats al mitan,
Tres cents moussus que muziquàbon,
E quand sounàbon touts al cot,
Jusqu’as anges nous ennartàbon,
Et fazion tramboula lous mounges dins lou clot !
 
Jou qu’èy bis tout acòs, jou, fremissen enquero
D’un councèr qu’ès l’aounou de nostre bél païs,
Cridi d’uno boués forto et d’amb’uno amo fièro :
« Çò qu’ès bèl, çò qu’ès grand, n’ès pas tout à Paris ! »

[Extrait de "AS MOUCHAGUÉS*, lou sero del gran Councer" - Las Papillotos]

* Je suppose que MOUCHAGUÉS veut dire MOISSACAIS, donc que le concert évoqué avec enthousiasme par Jasmin était à Moissac. Jasmin écrit d’ailleurs "bostre famus couben" (votre fameux couvent) dans le début du poème, et l’extrait ci-dessus l’évoque aussi (le cloître roman de Moissac).
Je me demande aussi si le "Jou qu’èy bis" comporte l’usage du que énonciatif gascon ; finalement non, ça doit vouloir dire "moi qui ai vu" et pas "moi j’ai vu".

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

rue Roger Banabéra

en graphie alibertine :

Banaverar
Prononcer "Banabérà", "Banaouérà"... FANTOIR : 32199 Lasserade AUX BANAOUERAS (...)

Croise la rue des Cornières.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Pitaya aux Cornières

J’ai connu l’existence de la chaîne Pitaya par Vincent P., alors que ce dernier souriait de l’enthousiasme des jeunes palois pour l’arrivée de cette chaîne dans leur ville, alors qu’elle faisait depuis longtemps partie de l’offre bordelaise.
Depuis, j’ai vu Pitaya à Toulouse, en plein centre du côté du Capitole : normal, si Pitaya est à Bordeaux...
Mais voici que j’ai découvert Pitaya à Agen, rue des Cornières !
Bon, je précise que ces découvertes sont celles d’un passant qui scrute les habitudes de consommation et l’urbanisme commercial, et non d’un consommateur : je ne suis pas très "chaîne", sauf peut-être si il y avait une chaîne gasconne, mais là il s’agit de nourriture thaï, formatée mondial, il m’a semblé.

Mais Pitaya aux Cornières d’Agen, ça veut au moins dire que cette rue typique du vieil Agen intéresse les investisseurs de la restauration qui s’adressent à la clientèle jeune.
Cette rue emblématique qui a été jadis une artère commerciale généraliste se spécialiserait maintenant dans le bar-restaurant.
Rue des Cornières

Il m’a semblé que, plus largement, c’est tout le coeur historique d’Agen qui tend à battre maintenant au rythme des "commerces de bouche", bars, restaurants, et aussi marché couvert (les Halles), et autres marchés (j’ai vu celui du samedi près du Gravier, en allant vers Garonne).
Je fais le rapprochement avec la remarque concernant le Casco viejo de Pamplona, que j’ai relayée ailleurs : « La gente se va de potes al casco viejo » : les gens vont boire un pot (à Pamplona, "des pots", si j’ai bien compris) dans la vieille ville, qui reste donc un lieu de convivialité tout en perdant une bonne partie de l’activité commerciale qu’elle avait autrefois.

Et le gros de l’activité commerciale, et économique, où s’en va-t-il ? Dans les zones ad-hoc, hors le casco viejo... A Agen, surtout sur la rive gauche :

Le maire d’Agen, Dionis du Séjour, continue à faire passer le développement de la ville rive gauche, donc côté (ex-)gascon - apparemment parce que c’est plus plat, il y avait des champs, il y a l’autoroute, et il y aura - peut-être - la LGV !
La plupart des activités supposées motrices y sont situées, avec la zone existante "Agropole" et la nouvelle "Technopole Agen Garonne" entre Brax et Sainte Colombe.

<forum104483>

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

L’Hermitage

Vu depuis la gare.
Nous sommes sur les franges de la Gascogne. L’inspiration des bastisses est mesclade !-) mais la façade sous pignon, donc un élément du type vascon, est bien représentée.
La belle néo-basque qui a fait l’objet d’une tentative de noircissement controversée serait à droite du cadrage de la photo.
Belle néo-basque en cours de noircissement

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Maison à pans de bois

Un grand classique d’Agen, place des Laitiers, qui n’est pas une place originellement, mais est constituée du dégagement de maisons médiévales dans les Trente Glorieuses, apparemment.

Cette maison, de fait, devait se trouver, je suppose, dans une petite rue très étroite : la construction du parking aura complètement dégagé les perspectives, un peu comme des parvis furent aménagés devant les cathédrales au XIXème siècle.

De toute évidence, cette maison se situe dans le style que nous appelons "vascon", mais attention, c’est toute une large partie de l’Europe médiévale qui a connu ce style architectural. Disons qu’il semble s’être maintenu avec plus de force dans un grand Sud-Ouest français, dont en Gascogne.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Parking brutaliste

Pourquoi proposer une telle photo ?

Certes, Agen n’est pas stricto sensu en Gascogne linguistique, mais ce n’est pas le souci, cela fait plusieurs années que nous nous intéressons à l’Agenais guyennais.

C’est surtout qu’en me promenant à Agen, l’autre soir, j’ai déploré la rareté du patrimoine : il est présent, indéniablement, mais bien souvent mal mis en valeur, et à vrai dire, éventré par les trouées du XIXème siècle.

Au final, et c’est une réflexion que je me fais depuis un certain temps, ces villes comme Agen ou Tarbes, a priori faiblardes en matière de beautés à offrir, ont eu la chance d’être des champs d’expérimentation du béton dans les Trente Glorieuses.

Certes, les formes "brutalistes" d’Agen se retrouvent un peu partout, mais avec la destruction de plus en plus massive des constructions des années 50, les villes qui sauront les conserver constitueront le patrimoine "de dans 100 ans".

Sinon, à part ça, sur le net, récemment, il y a eu agitation : comment dire parking en oc, donc en gascon également ? Je suis très peu partisan de l’anglicisme parking, mais c’est peut-être du snobisme.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Agenais guyennais Anneau gascon Gascogne médiane

Agen

Agen, la Gascogne centrale et les Pyrénées ... depuis l’avion

C’était à l’aller d’un vol pour la Sardaigne, beau et passionnant pays, mais ce n’est pas le lieu (encore que ... la toponymie de la Barbagia, d’apparence bascoïde, est fascinante et touche aussi à l’origine des Gascons).

J’étais assez fier de moi, je reconnaissais les villes de Garonne : La Réole, Marmande puis Agen ! En s’enfonçant vers la Guyenne, le moutonnement caractéristique des pays gascons s’est effacé au profit de la basse montagne, et puis le golfe du Lion s’est dessiné, nous sommes déjà loin du pays.

Nous savions déjà sur Gasconha.com que l’on peut voir les Pyrénées depuis Agen, du reste ! Depuis la colline de l’Hermitage, plus précisément.

prepausat per Vincent P. ;