Lòcs (toponymie, paysage...) de Saint-Caprais

Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Montadet

en graphie alibertine :

Montadèth
Prononcer "Mountadèth". Le choix de la transcription alibertine "Montadèth" (...)

Montadet est un lieu-dit de Saint Caprais (Cad. napo. - Section C feuille 1 : Le Buc) devenu quartier pavillonnaire.
Mon parti-pris est de présenter ici une des maisons néo-gasconnes de ce nouveau quartier, bien qu’elles y soient très minoritaires.

Ci-dessous, la porte d’entrée du "Montadet", apparemment un café, fermé à ce moment là, qui n’est pas dans le Montadet historique, mais dans Loustallaut d’après le même plan du Cadastre napoléonien, et actuellement avenue de Loustallaut (il est très pénible d’écrire ainsi notre Loustalòt !).
Mon image d’explorateur à vélo y apparait en filigrane. L’effet est volontaire, mais discret, comme un filigrane.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Peille pélude
Pelha peluda

en graphie alibertine :

Pelha peluda

pelut / poilu

féminin : peluda (prononcer entre "pélude" et "péludo")

pelha / vêtement

Prononcer "pélye", "pélyo"... avec l’accent tonique sur pé.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Maison à touche régionale avenue de Loustallaut (L’Oustalot)

en graphie alibertine :

Lostalòt + L'Ostalòt
Prononcer "Loustalòt".

ostau / maison

Se rencontre souvent dans les noms de lieu, écrit à la française : Loustau, Loustaou...
diminutifs : ostalòt, ostalet...

IGN 1950 : l’Oustalot
FANTOIR : Loustallaut


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

chemin de Lartigue

en graphie alibertine :

Lartiga + (l')Artiga

artiga / friche

Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
Le toponyme "artigue" et les défrichements médiévaux

C’est quasiment la seule maison sur le chemin de Lartigue ; marquée Vidon par la carte d’état major du 19e siècle.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Le Buc

en graphie alibertine :

(lo) Buc

buc / ruche, cavité...

Palay donne "buc" en "N.-E. du G. et Save". Cela recoupe assez bien la diffusion des "Dubuc" gascons.
Viendrait d’un mot franc buk (ventre, cavité, tronc...).
Voir ce qu’en dit le site Etymologie occitane.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Les Cabiraux

en graphie alibertine :

Los Cabiròus

cabiròu / chevreuil

Prononcer "cabiròw".
dérivés :
cabiròla : biche (femelle du chevreuil)
formes languedociennes : cabiròl ou cabròl

Ne sei pas estonat si i a cabiròus ! A costat, i a un bòsc.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Limanset, Limancet

FANTOIR : Limanset, Limancet
Pour le cours d’eau homonyme vers le Bouscat, j’ai fait l’hypothèse d’une dérivation depuis Climens.
ruisseaux du Climenet (Climencet) et du Limancet


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Mercade
Mercadèr ?

en graphie alibertine :

(lo) Mercadèr
Prononcer "(lou) Mercadè".

mercat, marcat / marché

variante : marcat

(la) Mercada
Prononcer "(la) Mercade"... La Marquée ? Sens exact ?

"Mercade", sans accent aigu, apparait bien sur le Cad. napo. (Section C feuille 1 : Le Buc) avec une bastisse.
Mais Mercadèr n’est pas une forme normale en nord-gascon, ce devrait être Mercadèir/ Mercadey. Nom propre ? Enquête à poursuivre...


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Mouynet


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Saint-Caprais

Gourgues

en graphie alibertine :

Lasgorgas + (las) Gorgas

gorga / trou d'eau

Prononcer entre "gourgue" et "gourgo".
gorg (prononcer "gourc") : gouffre, trou plein d’eau, en particulier sous une cascade.
En général, un "gorg" a de l’eau claire et une "gorga" un fond vaseux tel que mare ou bourbier profond.
En Bazadais, bassin d’un moulin ou réservoir d’eau pour l’alimentation d’une usine.
[A. Champ]

Palay, Lespy et le TdF donnent toute une série de dérivés, notamment avec le préfixe en :

engourgà-s, s’embourber, se mouiller les pieds
engourgadé sm. – Lieu où l’on s’embourbe.

FANTOIR : Courgues