hau, hai, hac

français : hêtre, forêt destinée à l'affouage

Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.
Autres formes gasconnes :
hai (prononcer "haÿ")
hac (moins répandu ; écrit éventuellement "hag", notamment en graphie fébusienne ; plus proche de la racine latine fagusprononcer "hac" ; )
havoth, havora (prononcer "habouth, haboure" - le premier est masculin, l’autre féminin)
"haboure sf. Hêtre (fagus sylvatica). V. habout. Syn. hag, hau, hay." [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

havoret (prononcer "habourét")
diminutif (mais surtout collectif : bois de hêtres) : haget et aussi haveda (prononcer "hawéde", "hawédo"...) : Bois planté de hêtre
"Se trouve dans les Pyrénées (forêt d’Iraty...), quelques localités reliques en Chalosse, Lot et Garonne…
Arbre pouvant atteindre 40 à 50 m, et vivre jusqu’à 500 ans.
Fruit : la faine, appréciée par les porcs ; on en tirait également de l’huile alimentaire.
Distillé à sec, le bois fournit la créosote.
Bois d’œuvre recherché (menuiserie, chaises…)"
[Gilles Granereau]

Le hau/hai a été important dans la Gascogne d’hier, si on en juge par le nombre des noms de lieu (et donc de personne) qui contiennent ce mot.

Amics Webmèstes, insérez hau, hai, hac dans votre site !


 

Grans de sau

  • Ayet (47) viendrait de ce mot = ayet==>lieux ou il y avait bcp de hetre

  • En gascon bazadais, hau = forgeron.

    Réponse de Gasconha.com :
    Pas solament en gascon vasadés, mès dens tota la Gasconha, gojat !

  • "lou hau", c’est encore le forgeron, des hêtres, il n’y en a pas dans le Marmandais.

    Réponse de Gasconha.com :
    Mais peut-être y en eut-il il y a quelques siècles.

  • Je ne suis pas sûr que dans le gascon local de Marmande et de ses environs "haur" [aw/haw] désigne le forgeron.
    Je me souviens d’avoir entendu seulement "faure" [’fawrë] emprunté vraisemblablement au languedocien voisin.
    Quant à la forme locale du hêtre je l’ignore : "fau", "hau", "hai" ?
    J’ai toujours entendu le francisme "ètre" pour désigner le hêtre.
    De vieux (très vieux) Marmandais pourraient peut-être nous éclairer à ce sujet...

  • Je me souviens avoir entendu prononcé par une personne (dans le cadre de la chasse à la palombe vers Ste gemme) le mot "haian" pour désigner deux magniques cèdres près de la palombière.
    Ce gascon aurait environ 110 ans actuellement.

  • Le Petit Dictionnaire de Denise Laffargue confirme qu’à Marmande on utilisait la forme pan-occitane "faure" [’fawrë] et non pas la forme gasconne "haur" [haw] qu’on ne trouve qu’à partir de Labastide-Castel-Amouroux et Houeillès.

  • Bénedicte Boyrie-Fénié nous a suggéré ici un autre sens pour hau en toponymie : « un sens lié au droit d’affouage. Consultez l’autre sens de fagus dans Du Cange »
    Il s’agirait donc de forêts communales, ou de partie de forêts destinées, à l’affouage, c’est-à-dire à l’utilisation par les ayant-droit pour faire du feu.

  • Certains de mes ancêtres sont nés ou se sont mariés à Saint-Paul-lès-Dax au lieu dit "le Hau de Poustagnac" sur les registres. Il faut dire que c’était une famille de forgeron de père en fils. Y avait il une forge à Poustagnac ? je ne sais pas, mais un peu plus loin à Abesse il y avait des forges c’est sûr.

    • Joan-Pèir, j’ai replacé ton gran de sau ici : il y est mieux qu’avec les vikings.
      Sur "le Hau de Poustagnac" :
      Nous avons maintenant trois sens possibles pour les toponymes "Hau". Selon les cas, on peut attribuer des probabilités plus ou moins grandes à chacun des sens : si des forgerons habitaient de père en fils un lieu-dit nommé "Hau", ça augmente la probabilité qu’il s’agisse de "Hau(r)" forgeron.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document