- Tederic Merger

ten

français : tènement, tenure

"Tènement, tenure (vx) ; étendue de terrain. N. de p. Tén, Then, Ténot, Duten. V. tién, tenén"
[dicod’Òc]
Apparait en onomastique surtout dans le sud-ouest de la Gascogne : Chalosse, Béarn...

Amics Webmèstes, insérez ten dans votre site !


 

Grans de sau

  • Bonsoir.
    Pouvez-vous m’informer ?
    Je recherche la signification de "tenic" ou "tenicq".
    Nom généralement donné à une habitation.
    Merci par avance.
    Vincent.

  • Juste une remarque, en ce qui concerne Palay il donne bien ténement , tenure pour Tén (avec accent aigu), et les noms de lieu de Soustons semblent aller dans le sens de terrain..
    Mais pour Ten sans accent il donne (G.M.) ;sm. Front, crâne.
    Et Péir Mora donne un Tenaç sin. de capborrut .
    Je pose une question idiote peut-être mais tenic ne pourrait il pas avoir aussi une connotation de "tétu" ?.

  • Merci messieurs de vos réponses et propositions diligentes et éclairées.

    (Mon fils habite Tenic à Soustons et mon métier de "Taximan" me fait découvrir et aimer cette belle terre de Gascogne.)

    Je reviendrai bien entendu vers vous ; d’une manière ou d’une autre.

    Si je puis être utile...
    Vincent Pecqueur.
    vpecqueur@free.fr

  • [Que transmeti acò, recebut per un aute canau.
    Merci Jean-Pierre.
    Tederic M.]

    Adishatz,

    Ne soi pas especialista en arren, mes tenic, que m’a hèit pensar a tenèc. Aqueth mot, que l’èi entenut mainatge, que vòu díser moquirós.

    Lhèu tenic e tenèc, n’an pas arren a véder.

    Qu’èi espiat suu Palay, tenèc que i ei mentavut e que renvia a ténèque (qui s’escriu tenèca en grafia classica) e qui significa morveau (candèla de moquira), mes que ditz en mei que en uns endrets que significa tanben casse-pied, piège, e que renvia a escripè. Lhèu qu’averé devut escríver escripet...

    Tenic/tenicq ne’s tròba pas suu Palay... çò qui ne vòu pas díser que lo mot n’existeish pas...

    Vejatz si dab aquò e podetz avançar...

    J-P P.

  • A Hauriet en Chalosse (actes sur les registres de Saint- Aubin pour cette époque) Marie Saint-Martin et Bernard Capdeviolle ont eu 17 enfants entre 1733 et 1756.

    Elle est morte en couche à l’âge de 41 ans.

    Tout cela dans la maison Tenicq.

    JPEG - 121.3 ko

    J’ai longtemps pensé qu’il s’agissait de la maison Taniq à cause de la graphie sur le registre, mais la fréquence de mes lectures "tenicq" est en fait plus fréquente. Je vois ici que ce nom était donné à d’autres maisons dans les Landes.

  • Merci Dominique de votre information.
    C’est effectivement une dépose de client, route de Tenic ou Tenicq à Hauriet, qui a déclenché ma recherche.
    Vous semblez d’une perspicacité à toute épreuve.
    Encore merci.
    Adishatz...

  • Je ne suis pas perspicace !
    C’est seulement que ce couple fait partie de mes ancêtres directs !
    Et qu’en faisant la généalogie de ma famille j’ai été frappée par ces dix-sept enfants (seize accouchements et des jumeaux pour aboutir à la mort de cette femme de 41 ans toujours à Tenicq huit jours après la mort du dernier bébé).
    Pour ce qui est de l’étymologie du nom en regardant attentivement tous les actes les concernant sur la durée du 18ème siècle je penche effectivement pour quelque chose comme le français "tenure".
    C’est à dire que cette famille (les Capdeviole) exploitait une terre du Comte de Saint-Germain, le seigneur d’Hauriet.
    Celui-ci est témoin à leur mariage, il sera parrain du premier enfant du couple, alors que par chez nous c’est le grand père paternel qui l’est ou le "mestre" de la maison s’il s’agit de métayers (c’est le cas ici, voir l’extrait de l’acte ) .
    Je pense donc que Ténicq était une terre appartenant aux d’Abadie- Saint Germain mise en valeur, travaillée par cette famille, de père en fils ou en gendre.
    Je crois, mais plus savants que moi sur ce site pourront peut-être le confirmer ,que la plupart du temps les noms de maisons disaient une caractéristique de la maison plutôt qu’un trait de caractère de l’individu qui y vivait, c’est pourquoi "têtu" que propose Joan-Pèir me semble moins plausible, c’est plutôt les hommes qui prennent le nom de caractéristiques de maisons exemple : Magdeleine Capdeviolle ,née à Tenicq en 1747 de ce couple, épousera en 1769 un Jean Labastugue, dont le nom signale une maison d’origine située dans un creux, un contre-bas.

    Mais je n’ai pas trouvé de nom de famille Tenicq à Hauriet. Ce qui semble dire que cette maison était bien une maison "dépendante" et pas une maison "voisine" (besine) dont les "mestre ou daune" auraient pu porter le nom à travers les générations.
    Mais ce que je raconte ne sont que des hypothèses ...

  • Merci de vos bons partages.
    L’histoire est une longue reconstruction.
    Vos hypothèses sont bienvenues.
    Adishatz.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document