pan d'ausèth

français : aubépine

"pain d’oiseau"

voir aussi :

bròc / buisson épineux

Pourrait bien être d’origine celtique.
bròc blanc : aubépine
"Arbuste pouvant dépasser les 10 m, épineux, pouvant vivre plus de 500 ans ; utilisé comme haie défensive (bétail), mais aussi comme porte-greffe. Fruits (cenelles) comestibles (excellentes confitures) et plante médicinale connue (cœur, antispasmodique, insomnies…)."
[Gilles Granereau]
bròc negre : prunellier
dérivés :
brocar (prononcer "brouca"),
broquèira (prononcer "brouquèÿre"), broquèra (prononcer "brouquère") : endret plantat de bròc (donc, taillis épineux).
broquissa, broquisha :
« brouquisse sf. – Hallier, fourré. Palay »

bròc / vin d'épines

JPEG - 388.3 ko

Amics Webmèstes, insérez pan d'ausèth dans votre site !


 

Grans de sau

  • En Bordalés, lo pan d’audèth, ’quò son sonque los fruits de la BRÈDA.

  • Cet échange me fait revenir sur une réponse faite par moi il y a quelques semaines (au sujet d’un nom de famille, question posée par un chilien d’origine gasconne) : j’avais confondu "broc" et "bruc" en raison d’une phrase d’un rondeau de neuf ("Qu’am traversat nau lanas... n’am pas trobat ni broc ni brana, sonqu’un branon").

     "Lo Broc" (lou broc) est bien le jeunet épineux voire (abbé Foix) l’épine elle même ;

     "lo bruc" est la bruyère (basse),

     "la brana" (brane) étant la bruyère haute, celle qui est utilisée pour fabriquer les hautes clôtures de "brande" (en français régional) très pratiquées en pais de Buch(pourtour du bassin d’Arcachon) et Landes.
    Quant au "branon" (branoun), c’est soit une petite bruyère soit la traduction française du mot brandon (bâton enflammé).


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document